Pourquoi le gouvernement a peur d’un report de la rentrée scolaire

rentrée enseignants
La prochaine rentrée scolaire semble incertaine. New Press

Par Houari A. Le ministère de l’Education nationale a, dans une note adressée cette semaine, mis en garde les enseignants et les employés du secteur contre tout retard dans la reprise du travail le 1er septembre prochain, tout en appelant les directeurs de wilayas à entamer immédiatement l’application des mesures d’abandon de poste à l’encontre de chaque absent.

En effet, de plus en plus d’enseignants et de parents d’élèves réclament le report de la rentrée scolaire en raison des fortes chaleurs qui sévissent dans le pays. Mais, prise dans le contexte politique actuel, cette demande laisse les autorités craindre une situation de désordre qu’elles ne pourraient pas maîtriser, avec le risque que l’esprit du hirak gagne l’école. Il faut dire que les appels à la désobéissance civile et à des grèves générales à partir de la rentrée, lancés il y a quelques semaines et réitérés chaque vendredi par les manifestants, sont pris très au sérieux en haut lieu.

La fébrilité avec laquelle l’Exécutif tente de colmater les brèches et d’apaiser le front social avec des mesures urgentes et des directives tous azimuts pour parer au plus pressé et répondre à certaines doléances des citoyens, comme le problème de l’eau qui a donné lieu à des émeutes dans certaines régions du pays, ou à des situations de détresse sociale, comme les problèmes des travailleurs licenciés ou mis au chômage forcé à cause de la crise politique actuelle, montre à quel point le pouvoir redoute une rentrée explosive qui, couplée aux manifestations populaires hebdomadaires, peut lui être fatale. D’où le recours à des méthodes de gestion autoritaire excluant d’emblée tout dialogue avec les concernés.

H. A.

Comment (6)

    57
    20 août 2019 - 13 h 29 min

    il est du devoir des parents de dénoncer toute anomalie
    (absence de prof injustifié ceux qui font juste acte de présence
    abus et profit du budget des fournitures des travaux d entretiens des locaux scolaires
    faire afficher les budget attribué a chaque établissement les frais et dépenses factures a l appui sans surfacturation,
    hors salaires qui ne dépend pas de la même caisse
    dénoncé le favoritisme
    dénoncé la maltraitance
    ,c est votre droit absolu

    12
    9
      Kassaman
      20 août 2019 - 16 h 20 min

      Post plein de bon sens qui a pourtant attiré plus de pouces bas que de haut …

      3
      2
        57
        21 août 2019 - 4 h 20 min

        y a qui se trompent de pouce

    Anonyme
    20 août 2019 - 10 h 42 min

    c est l école ou la rue avec les parents

    5
    1
    ABOU NOUASS
    20 août 2019 - 8 h 12 min

    S’il a recours à l’autoritarisme , sa chute sera rapide et il est certain que le peuple joue la carte de la désobéissance civile pour récupérer l’indépendance confisquée et construire un Etat fort basé sur une constitution réelle, et des institutions fortes avec un président neuf et intègre.

    Nous ne voulons plus de rafistolages annuels et des discours fallacieux.

    Leur départ est imminent et nous ne devons pas passer à côté de l’Histoire.

    Vive l’Algérie libre et démocratique.

    35
    7
    Batata44dz
    20 août 2019 - 7 h 46 min

    alors la c’est grave,si tout repport ou perturbation de la rentree scolaire est enregistre sachez que l3issaba est derriere ,convaincu qu’elle veut mettre le pays a sang et a feu …silmiya et ne faut sacrifier l’avenir de nos enfants …les parents ont deja subbit toute m..de ces khawanas …une nouvelle algerie algeriene du savoir et succes plus celles des bourriquots

    21
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.