Rahabi juge inacceptables les pressions contre l’Alternative démocratique

dialogue Rahabi
Abdelaziz Rahabi, coordinateur du Forum pour le dialogue national. PPAgency

Par Kamel M. – Abdelaziz Rahabi a dénoncé les mesures restrictives du pouvoir contre les partis de l’Alternative démocratique. Le coordinateur du Forum pour le dialogue national a, en effet, affirmé que «les restrictions imposées aux partis de l’Alternative démocratique qui n’ont pas obtenu une autorisation pour tenir leur réunion représente une atteinte inacceptable au droit constitutionnel de partis et d’associations légalement agréés».

Pour l’ancien diplomate, «ce comportement entrave nos efforts communs qui visent à aboutir à une vision consensuelle de tous les acteurs civils et politiques pour sortir de l’impasse que vit le pays». Abdelaziz Rahabi a estimé, dans un message posté sur sa page Facebook, que «le dialogue nécessite un seuil minimum de conditions pour établir la confiance entre le pouvoir et les acteurs politiques pour éviter d’arriver à des situations qui ne seraient pas favorables à un retour à la normale et à la stabilité de l’Algérie».

«J’espère que le report de ladite réunion sera une occasion pour l’administration de se rattraper en acceptant la nouvelle échéance proposée par les partis de l’Alternative démocratique», a conclu Abdelaziz Rahabi.

L’interdiction de toute activité politique de l’opposition est considérée par de nombreuses personnalités nationales respectées comme une grave dérive dictatoriale. Les décideurs actuels, qui ont pris les rênes du pays après la démission de Bouteflika, ont fait main basse sur les médias et la justice et régenté les services de sécurité dans une tentative de maintenir le statu quo et préserver le système pour l’éradication duquel des millions de citoyens manifestent chaque mardi et vendredi depuis six mois.

Une conférence de presse sera animée ce samedi au siège du MDS, à Alger, suite au refus par les autorités d’autoriser la réunion de l’Alternative démocratique qui milite pour un  Etat civil et une nouvelle République bâtie sur les principes de l’alternance et de la séparation effective des pouvoirs.

K. M.

Comment (13)

    Yassine
    2 septembre 2019 - 17 h 44 min

    Le peuple est sur de lui meme et il ira vers des elections qui s’il est certain que cela debouchera a faire partir le systeme definitivement .
    Sans cela , il ni y’aura jamais d’elections .
    Ya G.S attention , su tu penses organiser des elections en faisant uniquement voter les cachiristes et leches rangers , l’algerie sombrera dans le chaos !
    Tu es averti et tu sera le premier a payer !
    Tes discours ennuyeux , on ne les ecoutes plus ! C’est juste du verbiage d’un vieux senile qui croit que l’algerie est une caserne !

    Lghoul
    2 septembre 2019 - 13 h 52 min

    Si c’est « inacceptable », pourquoi tournes tu autour du pharaon et des cercles du pouvoir pharaonique ?

    57
    31 août 2019 - 18 h 37 min

    VOUS POUVEZ TOUJOURS COURIR ON N EST PAS DUPE
    VOUS POUVEZ TOUJOURS COURIR ON N EST PAS DUPE
    VOUS POUVEZ TOUJOURS C,,,,,,,,,,,,,,,,,

    3
    11
    Felfel Har
    31 août 2019 - 17 h 00 min

    L’entêtement de GS et de ses fidèles cache mal leur inquiétude, car la fin de ce mélodrame est proche. Sa façon de répéter « Élections présidentielles dans les meilleurs délais » ressemble plus à une incantation, une prière pour que cesse leur cauchemar. Les Américains auraient dit « they are skating on thin ice » (ils patinent sur une mince couche de glace) pour décrire la précarité de leur situation.
    GS ne rend pas compte que les discours qu’on lui propose de lire ici ou là, le mettent en position de faiblesse devant au moins 3 groupes: Le Hirak qui lui répond « NON! » chaque mardi et vendredi, les résidus du Zaïm déchu qui rêvent de reprendre la main et le pouvoir, et enfin une partie de l’armée qui en a marre de voir le pays s’enliser dans une interminable crise et qui considère que c’est le pays qu’il faut sauver et non un clan de privilégiés aux abois.
    Dans cette course au trésor, seul le peuple a la légitimité, la détermination et les moyens de combattre la 3aciba et de lui barrer le chemin. Gare à ceux qui considère sa patience comme une faiblesse! Au contraire, les marches du vendredi attirent de plus en plus de patriotes. Notre survie et l’avenir de nos enfants en dépendent
    « Goutte après goutte, l’eau finit par creuser le marbre. » (Proverbe grec)

    8
    8
    Lghoul
    31 août 2019 - 15 h 53 min

    Apparemment selon benflouss et younes le karim allah, ils veulent maintenant nous rendre « service »: Ils demandent de liberer les detenus et de laisser les gens danser dans les rues pour aller a une « éléction » sans perdre de temps. Car c’est le peuple qui « perd du temps » et c’est le peuple qui est méchant car il jette en prison tout ce qui bouge.
    Voila donc lesresultats de ce panel fontoche: Ils arrêtent des innocents, ils interdisent des réunions pacifiques pour discuter du futur du pays tout en tenant toujours a leurs « éléctions ». Qui sotn les electeurs alors ? Ceux que vous arrêtez ou avec ceux qui ont volé des milliard et ont détruit et pourri le pays ? Alors continuez a perdre du temps au pays car le peuple ne veut ni elections et ni compromis tant que le CANCER du FLN/RND et des oligarches venus de nulle-part, ronge encore le pays et ses institutions. Aucune ruse ne marchera. On ne lachera jamais.

    10
    6
    Anonyme
    31 août 2019 - 15 h 36 min

    Le pouvoir en place sait déjà que la partie est perdue, il s’agrippe comme il peut, il dort plus, seule arme qu’il lui reste est de faire du «forcing qui peut signifier attaque à outrance et pression sur le hirak». «Pression rime avec explosion» la population entière n’en veut plus de lui, il devrait s’effacer dignement, mais non, il persiste avec ses entourloupettes sans génies.Il nous prend pour des demeurés en essayant de renverser la vapeur en se disant inchallah etc. Il sait aussi qu’il est entre l’enclume et le marteau et il se pose la question suivante: si je fais une coche mal taillée au pays, ça se saurait avec la maudite technologie internet actuelle, avant ça se faisait en catimini ni vue ni connue, on zigouillé comme on voulait c’était le temps béni etc. Si je dois déguerpir un jour du pays pour l’étranger afin de jouir au moins du magot que j’ai accumulé…je suis encore cuit. Parce qu’il sait et il se dit a lui-même on est plus dans les années 1962, il y a beaucoup d’algérien qui vivent dans presque tous les pays du monde, avec leurs filles et fils leurs amis leurs députés travaillant dans diverses administrations à coup sur ils vont me reconnaître et me débusquer et je serais un lièvre poursuivi par une meute pour le restant de ma vie et finir probablement en cage . Ils saisiront les lois des pays démocratiques et on est fichu. Ils nous rendront la vie impossible et empoisonnée, les journalistes avides de sensationnel nous suivrons partout … Je ne rajouterais plus rien pour ne pas apporter de l’eau au moulin pour ces oppresseurs illégitimes, si au moins ils étaient compétent, on n’en serait pas là. Réfléchissez surtout avant de poser des gestes comme en 1988 et en 2001.Yetnahaw gâh.

    11
    9
    Anonyme
    31 août 2019 - 14 h 47 min

    Est ce que quelqu’un parmi vous a entendu ce RAHABI condamner ouvertement et officiellement l’arrestation arbitraire du Moudjahid BOUREGAA ?

    Réponse : NON……ça veut tout dire . Pas de confiance.

    C’est un agent du régime infiltré dans le Hirak.

    5
    11
    Hypocrisie
    31 août 2019 - 10 h 38 min

    Ce Monsieur RAHABI qui a collaboré avec le Régime durant des années , découvre subitement que ses anciens amis sont capables des pires choses.

    Il prend vraiment les Algériens pour des imbéciles ou des amnésiques.

    12
    13
    Brahms
    31 août 2019 - 7 h 53 min

    C’est un gouvernement de Rôlti fait Rôlti (Blabla et Blabli). L’affaire Khalifa avait déjà engloutie plus de 05 milliards d’euros et maintenant ce sont des autres ardoises qui vont arriver. Après ce Gouvernement attendra les émigrés pour renflouer les caisses vidés par les margoulins du pays en augmentant les prix des billets de bateaux, d’avions et en fouillant les bagages des émigrés afin de les coincer pour des devises non déclarés.

    16
    14
    ABOU NOUASS
    31 août 2019 - 7 h 19 min

    Prions que les services destructeurs de Gaid salah ne fassent pas encore irruption dans le siège du M.D.S
    pour interdire cette conférence de presse.

    J’espère aussi , que si conférence il y a , ils sauront qui inviter comme journalistes…………………..

    20
    12
      SoyonsLogiques
      31 août 2019 - 13 h 02 min

      le mot « DEMOCRATIE«  n’existe pas dans le lexique de Gaid Salah.
      Ces interdits ne font que renforcer la cohesion democratique et la determination du peuple d’éradiquer la nouvelle ISSABA qui est pire que la premiere.
      CELUI QUI AIME L’ALGERIE DEVRA SORTIR LE VENDREDI.
      SI L »AVENIR DE TES ENFANTS EST UN SOUCI,SORT LE VENDREDI.
      Gaid Salah et ses acolytes veulent un PRESIDENT SECRETAIRE.
      GAID Salah tout comme Bouteflika fait de l’APLAVENTRISME aux qataris et aux emiratis.
      Une simple question!!!.Si le systeme avait changé et que la ISSABA a été neutralisée,alors pourquoi continue-t-on à fermer les yeux sur les blocages contre Rebrab qui croupi en prison.Pendant ce temps on deroule le tapis rouge aux qataris à l’occasion de l’inauguration du complexe de Bellara (projet qui fut refusé à Rebrab au profit des qataris..).
      L’ALGERIE DOIT RETOURNER AUX MAINS DES PATRIOTES.Gaid Salah et ses acolytes defendent leurs interets au détriment de la Nation et de son peuple.

      15
      8
    Zaatar
    31 août 2019 - 7 h 04 min

    Que faut il comprendre après toute cette succession d’événements et actes à l’encontre des initiatives et tentatives d’aboutir à une solution au pays? La réponse est toute simple. Le pouvoir n’a pas l’intention de lâcher le pouvoir. Le système n’a nullement l’intention de céder la gestion de la rente à autre…quitte a tout brûler. Un entêtement qui va certainement durer…reste à savoir au détriment de qui…du pays sûrement.

    16
    7
      Lghoul
      31 août 2019 - 15 h 43 min

      Ils ne sont qu’un clan organisé comme une camora napolitaine et nous sommes 42 millions de citoyens qui asprirent a vivre en paix dans la liberté et dans la joie. Alors je te JURE qu’on ne LACHERA jamais même s’il faudrait paralyser leurs affaires et leurs interêts en Algérie et a travers le monde pour des années a venir . La disapora algérienne qui va contribuer, est de plus de 5.5 millions éparpillée a travers le monde et je t’assure qu’ils ne dormirons jamais tranquilles tant qu’ils s’agripperonnt illégitimement au pouvoir pour nous mater ensuite – si on baisse les bras – en s’appuyant sur des texte d’une constitution préfabriquée a leur guise. Ouallah qu’on ne va jamais les lacher. Nous sommes 42 millions et ils ne sont qu’une centaines de bandits retranchés dans leurs bunkers. Qui a pensé que le prince boutef est maintenant du passé ? Alors ils sont TOUS PERISSABLES sauf l’ALGERIE ! Que les passifs, les fatalistes et tous ceux qui sont incapables de changer leurs linge sale et les sangsues kachiristes qui changent de visage toutes les minutes sous des formes caméléoniques differentes avec des languages qui trahissent leur vrai visage bouffent leurs coeurs !!! Nous sommes et seront 24H/24H debouts. C’est du futur de l’Algérie qu’il s’agit une bonne fois pour toute.

      4
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.