Le calvaire des passagers d’Aigle Azur à l’aéroport de Paris

aigle azur
Aigle Azur a demandé à être placée en redressement judiciaire. D. R.

Les passagers d’Aigle Azur Paris-Alger, vol de 16h20 ce lundi, ne savaient plus à quel saint se vouer. Les responsables de la compagnie étaient aux abonnés absents et personne ne pouvait renseigner les voyageurs sur les raisons du retard. Le tableau affichait «embarquement suspendu pour vérification technique de l’appareil», alors qu’une partie des voyageurs avait été autorisée à monter dans le bus pour embarquer avant d’être invitée à redescendre.

Les voyageurs en colère s’étaient regroupés pour exiger des explications. Certains ne savaient plus comment calmer leurs enfants en pleurs. Les téléphones n’arrêtaient pas sonner pour certains, tandis que d’autres filmaient les scènes de colère. La police est intervenue pour calmer les esprits mais était dépassée faute d’information. «Je n’ai aucune information et nous ne pouvons rien vous dire. Nous comprenons votre colère et votre frustration, et je pense que j’aurais agi de la même façon si j’étais à votre place. Vous avez payé votre billet, la moindre des choses c’est d’avoir une réponse. Mais nous, nous ne sommes intervenus que parce que nous avons entendu des cris. Il nous fait maîtriser la situation», a commenté un policier.

A la question d’un passager qui voulait avoir s’il était possible de passer la nuit sur place, la réponse du policier fut directe : «Ecoutez, il arrive que des compagnies riches louent des chambres pour leurs passagers et prennent en charge leur restauration et le trajet du lendemain, de l’hôtel vers l’aéroport, mais, effectivement, vous pouvez aussi passer la nuit ici».

Selon un sous-traitant d’Aigle Azur qui n’a pas révélé le nom de sa compagnie, l’avion était toujours en vérification technique. Il a expliqué que les autorités aéroportuaires ne pouvaient donc pas autoriser le décollage de l’avion. «Je ne peux dire rien de plus», a-t-il confié.

Faute de mieux, certains passagers invitaient d’autres à plus de retenue et de calme en attendant d’y voir plus clair. La situation restait tendue. Au brouhaha des uns se mêlaient les cris et les pleurs des bébés et des enfants.

20h30 (heure française), la situation restait inchangée : aucune information et l’éternel message affiché : embarquement suspendu. La compagnie a offert, faute d’information viable, des sandwiches au fromage de chèvre pour des voyageurs qui sont loin d’être des chèvres mais qui prenaient tout simplement leur mal en patience tant bien que mal en se demandant jusqu’à quand…

Aigle Azur a demandé à être placée en redressement judiciaire et attend qu’un repreneur sauve cette deuxième compagnie aérienne française. Un actionnaire s’est proposé et aurait déjà décidé de recentrer l’activité quasi-exclusivement sur l’Algérie.

B. R.

Comment (7)

    Que fait la justice du téléphone ?
    9 septembre 2019 - 16 h 41 min

    Et là ? Elle fonctionne pas la justice du téléphone ?

    1
    1
    hombre
    5 septembre 2019 - 14 h 15 min

    ils n ont jamais profites sur moi, se fait arnaquer qui veut bien ,j ai toujours dit au prix de 800 euros je n irai jamais la bas,ces gens la ,ceux des compagnies aeriennes profitent de l AMOUR de certain pour le pays ,pour les arnaquer ,perso je ne suis pas un pigeon.Il font du mal aux immigres et en plus au petit commerce du bled ,avec des billets a prix HONNETES les gens iraient la bas plusieurs fois par an ,donc resto souvenir taxi marches locaux et pourquoi pas petit appartement a la mer ,donc construction entretien tous corps de metiers,mais je reve cela ce passe dans des pays dont les gouvernants ne sont pas corrompus .IL faut boycotter ces charlatants ne plus prendre l avion pendant 6 mois et vous allez voir le chateau de carte s ecrouler ,mais our cela il faut arreter le chacun pour soit qui est une vraie maladie en algerie

    7
    4
    Zyriab
    5 septembre 2019 - 9 h 22 min

    Aigle Azur est une Compagnie française installée dans les années 90 sur les lignes Algérie pour « Soit disant concurrencer « (En réalité mettre en difficulté) Air Algérie sur des bases ethniques Un PDG (Arezki Ijerouiden) simple petit transitaire à Paris sans diplome ni aucun savoir spécifique membre de la ISSABA « Cousin de Sidi Said et protégé de Tewfik Aujourd’hui que son Parrain est hors circuit il est normal qu’apparaisse toutes les tares malgré les relais encore très actifs

    7
    11
    ABOU NOUASS
    4 septembre 2019 - 10 h 21 min

    Bientôt , nous l’espérons, une ouverture aux compagnies étrangères avec des prix concurrentiels et un service préférentiel .

    Malgré le service calamiteux de ces compagnies , les prix exorbitants ne sont appliqués qu’au citoyen lambda et surtout à la diaspora.

    Vivement donc de nouvelles compagnies qui effaceront ces truands chefs d’escale rompus à la rapine et le népotisme.
    La république des familles révolutionnaires, faux moudjahidines , des ministres et députés qui voyagent à l’oeil sera bientôt révolue !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    14
    7
    Touz
    4 septembre 2019 - 9 h 49 min

    J ai vécu la même chose le 14.8 mon à été annulé à 11h vers Orly et reporté à CDG à 19h15.donc bien de TGV perdu pour nos trois et on étaient obligé de passer la nuit à paris dans un hôtel.faites réclamations sur internet..foutage de gueul
    Le plus étonnant aucun membre de personnel pouvait ne donner des explications
    Dommage..Après le dece du président azezki (…) la compagnie ne s en sort plus et voilà le résultat

    7
    4
    Héllo
    3 septembre 2019 - 18 h 57 min

    Bon débarras ainsi sa soeur jumelle Air Couscous,la compagnie des trabendistes et les familles dirigeante

    21
    10
    Migré
    3 septembre 2019 - 15 h 18 min

    Désolé pour les passagers mais ça fait depuis longtemps que je souhaiterais,que AIR FAMILLE (AIR ALGERIE) et AIR COUSIN (AIGLE AZUR)couleraient Dieu merci d’exaucés mais voeux;ils ont assez profité sur les pauvres émigrés

    22
    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.