Mohcine Belabbas : «Réduire la solution à la crise à une élection est plus que suspect»

Belabbas RCD loi hydrocarbures
Le président du RCD, Mohcine Belabbas. New Press

Le président du RCD a affirmé que «l’obstination du vice-ministre [de la Défense] à assigner à l’institution militaire une mission qui ne fait nullement partie de ses prérogatives inquiète tous les patriotes soucieux du devenir national». Pour Mohcine Belabbas, «réduire la solution à la crise endémique que traverse notre pays depuis des décennies et qui s’est accentuée depuis 2008 suite au viol de la Constitution, avec la caution de l’institution militaire, et qui avait ouvert la voie à la présidence à vie, à l’organisation d’une élection présidentielle avec les mêmes mécanismes et acteurs est plus que suspect quant à la volonté de laisser le peuple algérien s’exprimer sur son devenir».

Mohcine Belabbas appelle les citoyens à «faire en sorte que le peuple algérien ne soit pas encore trahi», une fois qu’il «a l’opportunité de recouvrer sa souveraineté et de décider du système politique qui répond à ses attentes», et les exhorte à «donner du sens à notre avenir en mettant en œuvre un processus constitutionnel pour prémunir les générations futures des échecs et turpitudes du passé».

K. B.

Comment (7)

    elhadj
    3 septembre 2019 - 11 h 54 min

    le peuple n entend plus ces opportunistes de salons qui ne cessent de pérorer a longueur de journée sans qu ils aient le courage de proposer les solutions fiables et viables qui s imposent pour sauver le pays.ils ont l habitude de nager a dessein dans les eaux troubles pour sauvegarder leurs intérêts. Le chef d état major a raison de fixer les echeances pour sauvegarder le pays.

    8
    26
      Anonyme
      3 septembre 2019 - 22 h 57 min

      Parler d’opportuniste c’est un peu osé de la part d’un cachiriste…

      13
      4
    Karamazov
    3 septembre 2019 - 11 h 18 min

    Entre larmi qui a un but bien défini et une stratégie pour y parvenir en ajustant son tir en fonction des obstacles et un Hirak et une opposition qui improvisent il y a distorsion.

    Dire :  » «Réduire la solution à la crise à une élection est plus que suspect» c’est tout simplement faire preuve d’ignorance ou du moins de désemparement car l’annonce de ces élections était non seulement attendue mais inéluctable.

    Je l’ai dit et répété que la seule chose qui comptait dans ce micmac était l’élection présidentielle et que tout le reste n’était que diversion et enfumage de part et d’autre.

    AGS les a annoncées à moult occasions avec une inébranlable résolution et y allait promptement.

    Que Mohcin Bellabas viennent nous dire que l’annonce de cette élection est suspecte est surprenant de la part d’un homme politique aussi expérimenté. Je dirais donc que la déclaration de M. Bellabas est un aveu d’impuissance et un aveu d’échec non assumé.

    Il eut été plus honnête d’avouer que cette bataille est perdue et que désormais il faut penser à l’après élection.

    5
    11
    Karamazov
    3 septembre 2019 - 10 h 47 min

    Crise twamim!

    Iben moua je dirais que réduire la Révolution qui a balayé sur son passage toute forme de résistance au changement à cette élection est non seulement suspect mais une trahison doublée d’une sous estimation du Hirak.

    Non, je plaisante!

    C’est surtout méconnaître H’mida qui n’en est là que dans la plus banale de ses oeuvres.

    3
    4
    57
    3 septembre 2019 - 8 h 52 min

    de toute façon préparer des élections en moins de 15 jours c est quasiment irréaliste, faut minimum 3 mois a moins qu il a pris les devant

    4
    5
    Enfin on va pouvoir connaître....
    3 septembre 2019 - 8 h 46 min

    Enfin nous allons connaître le vrai poids électorale de ces micros partis que sont le RCD, le PT, le MDS,…. Comme il se dit à travers les analyses dans différents médias et/ou de personnages fins connaisseurs du paysage politique Algérien, il est certain qu’ils sont peu représentés et significatifs excepté par leurs capacités de créer le buzz, de faire la surenchère et d’aller sur un thème tel que la constituante afin d’essayer de survivre. N’oublions pas que ces partis ont été crée durant les dernières décennies par les laboratoires de la police politique afin de donner l’illusion d’avoir une opposition et un vernis démocratique. On a bien vu Me Hanoune discuté en toute opacité avec les tenants de l’ancien pouvoir dans un tour de table totalement hallucinant.On voit bien la déchirure entre un Mr Said Sadi et Mr Mohand Belabbas sur fond d’accusations d’appartenir à l’ex police politique ou au tenant du pouvoir actuel, ect… Un autre parti se disant démocratique qui prône la laïcité, dont la grande majorité des algériens quelque soit la région rejettera de fond en comble , refuser le dialogue avec les partis Islamistes. L’idée est belle mais irréalisable sur le court et moyen terme. Donc aller sur une présidentielle est le meilleur chemin, la situation sociale, politique, sécuritaire et économique deviennent intenable. C’est je dirais que c’est la priorité pour sortir de ce piège mortifère et de l’ère Bouteflika, ensuite la société civile devra être vigilante afin d’amender la constitution avec des avancées démocratiques non négligeables, être vigilant et en alerte sur toutes dérives futures (corruption, népotisme, clanisme, régionalisme,…). D’autres acquis viendront grâce aux combats citoyens au fil du temps, voir un jour peut être la mise en place de la laïcité et d’un vrai pouvoir civil. Mais soyons réaliste, les changement ne peuvent pas se faire dans un un laps de temps très court, la société est profondément conservatrice , l’armée encore très présente et pas prête à se retirer d’autant plus que les menaces internes et externes sont omniprésentes, ect, ect, ect… Pour conclure que les hommes d’Etats qui ont un vrai projet, une vrai ambition pour le pays, qui sont des vrais patriotes rentrent dans l’arène et s’activent pour présenter leurs projets politiques, que les Algériens aillent voter en masse, que chaque Algérien fasse son choix en toute liberté en son âme et conscience. Les urnes trancheront, elles seront le juge de paix mais au préalable avec les garanties que la compétition soit ouverte, transparente et démocratique,que les détenus emprisonnés pour le port du drapeau amazight soient libérés dans leurs totalité et sans condition.

    8
    16
      Anonyme
      3 septembre 2019 - 23 h 01 min

      Avec Bedoui aux commandes tu ne connaitras pas grand chose aux poids politique de ces partis. Ils vont fabriquer leur sauce au ministère de l’intérieur en récompensant les cachiristes comme d’habitude…

      10
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.