Construire une Algérie citoyenne : l’appel des Forces de l’Alternative démocratique

Forces Alternative démocratique
Lors d'une réunion des Forces de l'Alternative démocatique. D. R.

Par Mounir Sarraï – Les Forces de l’Alternative démocratique lancent un appel à l’adresse de toutes les dynamiques de la société et de toutes les forces progressistes à l’unification des rangs pour élargir davantage le front en vue de baliser le chemin pour l’Algérie de demain.

Dans leur déclaration finale sanctionnant leur conférence de ce lundi 9 septembre, ces forces politiques assurent que «rien n’est figé et tout peut bien changer par la persévérance dans la lutte pacifique». Ces forces rejettent la présidentielle et «le faux dialogue national mené par le pouvoir».

Elles exigent le déclenchement d’un processus de transition qui mènera vers la mise en place d’une Assemblée constituante de laquelle émanera la nouvelle Constitution. Une Constitution qui consacrera un véritable changement du système politique vers un régime démocratique. Les forces démocratiques ajoutent aussi que «cette nouvelle Constitution va consacrer une réelle séparation des pouvoirs, un contrepouvoir, un Etat de droit, le respect et la protection de libertés individuelles et collectives, la liberté de penser, de culte et l’égalité entre hommes et femmes».

Les Forces de l’Alternative démocratique exigent aussi l’abrogation de toutes les lois liberticides. Dans la nouvelle Algérie que veulent ces forces politiques, la religion sera protégée et éloignée de l’arène politique et il y sera aussi interdite toute forme de recours à la force pour prendre le pouvoir et y rester. Les forces démocratiques évoquent également l’élaboration de textes de loi qui garantiraient un contrôle rigoureux de tous les élus.

Ces mêmes forces soulignent la nécessité de récupérer la souveraineté nationale par le peuple et la récupération, par ricochet, de ses richesses détournées. Cela ne pourrait se faire que dans un Etat de droit où la justice est réellement indépendante.

M. S.

Comment (22)

    Constituante ok, mais comment opérer ?
    11 septembre 2019 - 14 h 22 min

    Je respecte évidemment les citoyens et militants qui sont pour la Constituante, mais on a besoin que les partisans de cette option nous informent un peu plus. Ok vous êtes pour la Constituante avant tout et comme solution unique mais dîtes nous d’une manière précise comment on va opérer ? On ne va pas à la Présidentielle sans Constituante , ok, d’accord, mais comment on va mettre en place cette Assemblée ? Qui sera représenté ? Combien de participants ? Faut-il attendre longtemps (peut-être des mois, des années) la Constitution qui va être adoptée et soumise au référendum populaire pour enfin aller à la présidentielle ? Que faut-il changer dans la Constitution ? Combien cela demandera de temps pour trouver un consensus au sein de cette assemblée où laïcs, islamistes, nationalistes, conservateurs, modernistes voudront imposer leur choix ? Quel sera la coloration finale de la Constitution ? Quelle tendance sera majoritaire ? Si on arrive pas à trouver de majorité, comment faire ? Il faut répondre précisément à ces questions et ne pas nous jeter à la figure le mot d’ordre » Constituante » au motif que son parti politique l’exige ! On a besoin d’avoir des détails, des précisions et si vous nous convainquez je serai des vôtres !

    10
    2
    à mes chers amis de l'Alternatives Démocratiques
    10 septembre 2019 - 12 h 34 min

    « Je préfère avouer avant toute chose que je partage plutôt les idées de l’Alternance démocratique, je partage son fond politique, c’est ma sensibilité politique partisane, çà c’est fait … mais, car il y a un mais, je trouve le communiqué final un peu décevant, pas offensif (et en plus c’est quoi encore ces Comités de base qui sortent maintenant alors qu’il fallait les créer au tout début, au moment fort du hirak ?) mais surtout ,surtout, je trouve qu’il y a un gros, gros, gros soucis concernant le choix de la Constituante.

    Avant toute chose, il serait utile que tous les partisans de la Constituante restent un tant soit peu modestes, réalistes et ne clament pas que cette option est une question vitale pour le pays si on n’y recourt pas. Il ne faut tout de même pas ignorer que dans notre pays la Constituante est une option qui comporte des risques, des dangers, vu les ruptures politiques, idéologiques,linguistiques, cultuelles et culturelles qui traversent notre société. Le danger peut venir de ces réelles fractures, de luttes intestines liés à ces aspects et qui sont encore vivaces, combien même le hirak les a mis fort heureusement de côté …. pour l’instant ! Il n’est donc pas exclu que ces ruptures vont resurgir lors des réunions de l’Assemblée Constituante. Dans une situation pareille, l’accord sur une nouvelle Constitution ne serait pas évident et prendra nécessairement beaucoup de temps. Tout sociologue, tout analyste, tout politologue sensé et qui connaît bien notre pays sait qu’il est difficile de réunir par exemple à la même table un islamiste et un laïc, et même je dirai de trouver facilement un consensus entre des partis politiques qui ont leur propre vision égoïste partisane, leur programme et leur idéologie politique propre qu’ils défendent jalousement. Ils oublient souvent que les combats partisans ne sont justifiés que lors des élections et donc qu’ils doivent laisser leur programme politique pour plus tard lors des joutes électorales pour convaincre les citoyens de leur propre projet.

    Avant de faire ma proposition, il y a une chose importante que les citoyens et lecteurs algériens doivent savoir : la Constituante n’est, en gros, rien d’autre qu’une réunion en Assemblée de représentants de la société civile en générale (associations, syndicats, corporations, organisations) et bien sûr aussi de ceux des partis politiques qui vont chercher à y siéger. Le but de cette Constituante est essentiellement d’écrire une nouvelle Constitution qui sera soumise au bout du processus constituant au référendum populaire ! Mais il y a une réalité politique actuelle : une bonne majorité de citoyens (y compris donc ceux proches de l’Alternatives démocratique) refusent d’aller à une présidentielle avec la Constitution de 2016 car ils savent que le pays court le risque de se retrouver dans la situation du règne de Bouteflika. Tout le monde en connaît les insuffisances, les défauts, tout le monde connait son caractère hyper présidentiel avec les pouvoirs exorbitants de l’exécutif, l’absence de garantie d’une vraie séparation des pouvoirs, l’absence d’une indépendance de la justice et d’une réelle consécration réelle des libertés individuelles et collectives. Et donc, après ce constat, doit-on attendre les résultats de la Constituante, qui va demander du temps, pour enfin aller vers la présidentielle ? Cela n’est pas raisonnable tout çà, à mon sens. Le changement du contenu de la Constitution est l’un des nœuds gordiens du processus de transition. La feuille de route dans notre cas et en ce moment précis n’est pas un « projet de société » mais un projet pour le changement du système politique et de gouvernance, un projet de fonctionnement institutionnel et politique du pays avec des règles démocratiques modernes qui consacre les libertés individuelles et collectives, il faut qu’on en prenne conscience.

    C’est pour toutes ces questions là qu’à mon avis, il faut juste opter pour des amendement de certains articles dangereux, pathogènes et préjudiciables de la Constitution de Bouteflika, pour les modifier, les amender, comme d’ailleurs il faux changer la loi électorale. La réécriture de ces textes fondamentaux doit être confié à des juristes, des constitutionnalistes , des représentants de ligues de droits de l »homme avec l’obligation morale et politique de les adapter aux revendications du hirak. Eh oui je parle d’obligation sinon cela n’aura aucun sens et ira à l’encontre de millions de citoyens qui exigent chaque Vendredi et Mardi un changement de système politique, de gouvernance et un Etat de droit civil et non militaire. Ce sont ces deux textes qui , au final, seront soumis au référendum populaire, le peuple étant le seul apte à valider et légitimer ces nouveaux textes conformément aux articles 7 et 8 de la Constitution actuelle qui donnent les vrais pouvoirs Constituants à ce peuple. Ce référendum peut s’organiser en deux ou trois mois maximum. Cela s’accompagnera en parallèle d’une désignation d’un gouvernement de transition et d’une vraie instance indépendante de l’organisation et de contrôle des élections qui se chargera de s’assurer de l’actualisation du fichier électoral, du dispositif de surveillance des bureaux de vote et de la proclamation des résultats. C’est ainsi qu’on peut aller plus tranquillement à l’élection présidentielle dans des délais raisonnables. Et quand le pays sera plus ou moins stabilisé on pourra alors penser à une Constituante pour une profonde refondation de l’Etat , si on y arrive ! Pourquoi donc cette tendance de l’Alternative démocratique tarde à mettre noir sur blanc , sur une feuille blanche, ce type de « feuille de route » au moins pour qu’elle existe et reste sous le coude pour la porter dans son combat politique quotidien ? Cette tendance démocratique républicaine n’a pas à attendre les Forces du Changement pour écrire noir sur blanc sa vision quitte à la discutée avec elle au moment voulu ! Il faut apprendre à être transparent et précis politiquement parlant avec les citoyens, les sympathisants et les militants et si les citoyens nous disent on fait fausse route , il faut avoir le courage de revoir sa copie ! C’est çà le devoir des chaque partis politiques en cette phase cruciale et dangereuse que le pays traverse. On devrait dire la « patrie avant tout », et non « mon parti avant tout » !

    Est-ce que les militants encartés au sein de l’Alternative démocratique peuvent intervenir sur la Toile ou ici sur AP pour nous expliquer pourquoi je me trompe et pourquoi ma proposition n’a aucun sens et ne tient pas la route ! Merci à vous et bon chance à l’Algérie, ce pays désormais écartelé et divisé par des combats partisans, arrières pensées de pouvoir alors que pour l’instant l’Algérie n’a besoin que d’une Nouvelle République qui fonctionne démocratiquement avec des règles claires et transparentes.

    22
    9
      Anonyme
      10 septembre 2019 - 14 h 10 min

      Quand on tourne autour du pot et on brode tout en longueur , ça devient louche…

      10
      16
        Hamid
        10 septembre 2019 - 16 h 22 min

        @Anonyme 10 septembre 2019 – 14 h 10 min , ok ya sidi l’internaute, pour toi tout est louche,on est louche, on est bizarre, mais toi tu proposes quoi ? C’est quoi ta vision … soit-disant pas louche ??? On veut des arguments, des critiques argumentées pour qu’on avance et qu’on se corrige ! Si pour toi intervenir sur le Web c’est juste pour rejeter, pour jeter un mot çà et là reste donc chez toi et fait autre chose que de dire des choses sans consistance derrière ton clavier ! On veut des avis, des critiques ….pas des légèretés !

        12
        6
          Farida
          11 septembre 2019 - 7 h 10 min

          La vison est celle des 40 millions qui defilent chaque vendredi et chaque mardi. Elle est claire et nette.

          5
          1
      Samir Oumejkane
      10 septembre 2019 - 14 h 37 min

      Bravo cher internaute (du -12 h 34 min -) pour votre vision, votre point de vue argumenté et clair ! j’y adhère complètement à cette vision implacable ! Mais il n’y a malheureusement pas beaucoup de personnes qui sont sensibles à la rationalité, à la logique et à l’efficacité !

      Les visions partisanes intéressées prennent toujours le dessus sur le patriotisme, le vrai, et rejettent ce qui est bon, utile et urgent pour le pays … qui est dans une situation de blocage grave ! PS : votre message s’adresse aussi au pouvoir, à Gaid Salah en premier, à mon avis !

      8
      6
      Anonyme
      11 septembre 2019 - 0 h 29 min

      Excellente proposition !!!
      J espère que les concernés liront cette contribution ….

      2
      2
      Anonyme
      11 septembre 2019 - 8 h 34 min

      @à mes chers amis de l’alternative.. Je ne suis pas du tout convaincu par votre raisonnement, qui rappelle celui de 1962, où il ne fallait pas s’engager dans les luttes de clans pour préserver l’unité du pays etc.. Quand vous dites « quand le pays sera plus ou moins stabilisé on pourra alors penser à une Constituante pour une profonde refondation de l’Etat » c’est du n’importe quoi car le pays ne sera jamais stabilisé tant qu’on a pas démarré sur des bases saines. Vous voulez mettre la
      charrue avant les bœufs. Stabilisons le pays ensuite on fera une constituante!! Si le pays arrive à la stabilisation on aura plus besoin de quoi que ce soit sur ce plan. Concernant la place de la religion (je sens que c’est votre crainte principale) dont vous voulez reportez la discussion, ce sera un frein à la démocratie tant qu’elle ne sera pas tranchée. C’est la meilleure occasion d’en parler et de dire à ces partis islamistes que tant qu’ils n’auront pas signé l’arrêt de son instrumentalisation, il n’y aura pas de constitution adoptée, autrement dit si les règles du jeu ne sont pas claires, on ne joue pas, c’est aussi simple que ça!

      6
      3
        Constituante : slogan ou option bien réfléchie ?
        11 septembre 2019 - 14 h 15 min

        cher @Anonyme 11 septembre 2019 – 8 h 34 min , ok vous êtes pour la Constituante avant tout et comme solution unique mais dîtes nous d’une manière précise comment on va opérer ? On ne va pas à la Présidentielle sans Constituante , ok, d’accord, mais comment on va mettre en place cette Assemblée ? Qui sera représenté ? Combien de participants ? Que faut-il changer dans la Constitution ? Combien cela demandera de temps pour trouver un consensus au sein de cette assemblée où laïcs, islamistes, nationalistes, conservateurs, modernistes voudront imposer leur choix ? Quel sera la coloration finale de la Constitution ? Quelle tendance sera majoritaire ? Si on arrive pas à trouver de majorité, comment faire ? Il faut répondre précieusement à ces questions et ne pas nous jeter à la figure le mot d’ordre » Constituante » parce que son parti politique l’exige ! on a besoin d’avoir des détails, des précisions et si vous nous convainquez on sera des vôtres !

    ZORO
    10 septembre 2019 - 10 h 07 min

    Les berberistes visent donc a construire une algerie bicephale avec 2 drapeaux antinomiques ,le premier acquis a travers le sang d un million et demi de chouhadas et la souffrance durant 1 siecle et demi de tout un peuple sans distinction aucune sous le joug du colon ,qui retrouva enfin en 62 sa LIBERTE (en francais) , sa HOURIA (en arabe) et son( Amazighite )en berbere. Avant 62 nous etions tous KIF KIF ,aux yeux du colon des indigenes arabes ou berberes au service de la France qui pillait nos richesses et avilisait nos peres nos meres et nos en enfant .et celui qui n etait pas content, une balle dans la tete ou un voyage aller sans retour a CAYENNE reglerait son compte meme s il etait un futur amazigh (homme libre). En 70 les berberistes enfin libres (Amazigh ) grace au drapeau des chouhaddas deciderent de concevoir le drapeau forchitta sous l egide de Jaques Benet pour se proclamer plus libre ( AMAZIGH) que le restant des algeriens et cela depuis que chachnok qui leur sert de datation ,a quitté le pays pour etre promu pharaon en Egypte sans avoir une pyramide qui prouverait son existence.
    SigneZORO. …Z….

    5
    33
      Anonyme
      10 septembre 2019 - 10 h 17 min

      Pffff… prends un peu de repos, à force de troller tu finis par ne plus savoir quoi dire…

      20
      8
      Farida
      10 septembre 2019 - 15 h 07 min

      Les berberistes par ci et les berberistes par la ! Que sais tu ecrire d’autres ? Et voila la progeniture de ceux qui nous « gouvernent » par defaut – Savent ils faire quelque chose que d’aller a la omra et au haj pour laver leurs djins latents ? Ah les malades ! Et ils osent – EUX – jeter zaama des pierres sur chitane !

      18
      5
        azul
        10 septembre 2019 - 16 h 08 min

        Si une religion n’est pas pour la paix, c’est qu’elle n’est pas faite pour moi.

        11
        4
    Oui Mais....
    10 septembre 2019 - 8 h 31 min

    Oui mais pas avec le passé et le passif dont font parti ces pseudo démocrates qui ont lamentablement échoué dans l’opposition. Qui sont aussi une parti du système, leurs créations ce sont faites par la police politique. Ils sont des « cacheristes » en puissance sous un masque de démocrate. Je vous invite de faire de la prospective en vous imaginant au pouvoir le PT, le RCD, le FFS, le MDS, l’UPS, ….quelle coalition! Quelle serait leurs projet économique commun?Troskyste, Libérale, Socialiste,… ? On irait vite vers le chaos. soyons réaliste, pragmatique, la majorité silencieuse et la grande (très) majorité des participants de l’Hirak ne voteront jamais pour eux, ce qui me rassure. Vous pouvez ensuite mettre des pouces vers le bas, insulter, me traiter de tout les noms d’oiseaux mais les chiens aboient la caravane passe .

    5
    18
      Anonyme
      10 septembre 2019 - 10 h 25 min

      Le programme est clair net et précis. Parles-nous de ce programme, convient-il oui ou non?? On s’en fiche du bord politique de ces promoteurs. Les programmes politiques suivront après la transition et chacun fera son choix, de l’extrême gauche aux ultra-libéraux. Pour le moment on parle d’un socle commun qui va permettre à tout le monde de s’exprimer

      15
      6
    Farida
    10 septembre 2019 - 8 h 20 min

    Pour avoir un état de droit, l’un des fondements de toute société est l’interdiction d’utiliser la religion ou la guerre de libération nationale a des fins politiques. Ainsi aucune opacité pour camoufler les incompétents, les bluffeurs et les ignards ne sera tolérée.

    29
    3
      ZORO
      10 septembre 2019 - 11 h 25 min

      Hi Farida I came back
      L etat de droit, doit avant tout bannir le racisme et ne faire aucune distinction entre ses citoyens en leur rappelant a tous qu ils sont egaux en droit et en devoir et qu aucune secte ne doit concevoir son drapeau et se declarer plus libre (AMAZIGH ) que le reste de la population.
      SigneZORO. ..Z…

      5
      27
        mokrane
        10 septembre 2019 - 13 h 37 min

        Amazigh c’ est une identité avant tout avant de refléter la liberté. Quand un hybride se pensant d’ origine saoudienne ne se sent pas Amazigh, naturellement et logiquement je me sent plus Amazigh que lui. Tu es totalement à l’ ouest mr « ZERO ».

        15
        3
        Brahim
        10 septembre 2019 - 14 h 57 min

        @ZORO , tu devrais changer ton pseudo en @zéro , çà te conviendrait mieux ! Tu as un cerveau givré, tu n’as connu que la culture du FLN de 62 (pas le FLN du 1er Novembre ou du Congrès de la Soummam) et en plus tu ignores complètement la vraie histoire du pays où tu vis ! Mon Dieu quel massacre a réussi à faire ce FLN là dans ta cervelle ! Tu es irrécupérable !

        11
        5
        Ami H'med
        10 septembre 2019 - 15 h 09 min

        Je parie que tu es mokoko.

        4
        9
      (ⵣ)
      10 septembre 2019 - 16 h 11 min

      Comment pratiquer une religion de paix et n’est pas être soi-même pacifique, tolérant et humain ?

      8
      2
    La démocratie ou le cachir!!
    10 septembre 2019 - 6 h 12 min

    « Etat de droit, le respect et la protection de libertés individuelles et collectives, la liberté de penser, de culte et l’égalité entre hommes et femmes, la religion protégée et éloignée de l’arène politique, récupération de ses richesses détournées » etc…En somme tout ce qu’on entend tous les vendredis. Éloigner la religion de l’arène politique est pour moi le point important car ce pouvoir à toujours joué avec le péril islamiste pour paraître plus présentable. Il ne veut pas que le peuple choisisse entre 2 projets, les partisans de la démocratie ou les FLNistes (et cachiristes)

    30
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.