Les présidents des APC de Tizi Ouzou et Béjaïa refusent d’organiser la présidentielle

vote APC
Rejet total de tout ce qui émane du pouvoir. PPAgency

Par Mounir Serraï – Le rejet de l’élection présidentielle gagne les Assemblées populaires communales. Les présidents d’APC de la wilaya de Tizi Ouzou et de Béjaïa annoncent leur refus d’organiser l’élection présidentielle du 12 décembre.

Majoritairement issus des deux partis FFS et RCD, les présidents d’APC de ces wilayas motivent leur décision par la volonté du peuple opposé à ces élections. «Suite à l’annonce du lancement de l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de la prochaine élection présidentielle prévue le 12 décembre 2019, nous, majorité des présidents d’APC de la wilaya de Béjaïa, avons décidé, à l’issue d’une réunion, tenue aujourd’hui même, de réitérer notre décision et attestons ne pas répondre à l’appel de la commission nationale des élections», lit-on dans une déclaration rendue publique par les élus FFS de Béjaïa.

«Nous déclarons solennellement et publiquement que nous adhérons à la volonté du peuple algérien sous toutes les coutures et soutenons les initiatives citoyennes entreprises dans les quatre coins du pays», ajoutent-ils, tout en saluant «ce peuple vigoureux et déterminé pour le succès de sa forte mobilisation et pour sa volonté à redessiner l’Histoire de sa nation pour un devenir meilleur, sous les ombres apaisantes de la liberté, de la parité et de la justice». «Nous nous engageons, également, dans un cadre légal et pacifique, à ne pas encadrer les élections prochaines car une élection présidentielle ne dépend point d’une prévision électorale au parfum d’hermétisme platonique mais d’un accord de valeurs et de morales entre un peuple et son élu», précisent-ils.

Même tonalité à Tizi Ouzou où les présidents des Assemblées populaires des communes réitèrent leur «position immuable de rejet du futur simulacre, visant le maintien du même système contre la volonté des millions d’Algériennes et d’Algériens qui, depuis le 22 février, ne cessent d’appeler par une formidable mobilisation pacifique au départ du système et de toutes les figures et symboles qui l’incarnent à ce jour».

«Considérant l’institution d’une autorité pour l’organisation des élections dans son contexte de création, ses premières pratiques, ainsi que sa composante, incarnée par son président, dont le parcours renseigne bien sur sa fidélité au système mafieux, nous dénonçons cette énième manœuvre de perpétuer le régime en place», soulignent-ils dans une déclaration par laquelle ils condamnent «les multiples formes de pressions et d’intimidations exercées à l’encontre des agents de l’administration».

M. S.

Comment (20)

    Anonyme
    25 septembre 2019 - 19 h 26 min

    y a comme un air de discrimination et vous vous méprenez sur mon opinion je suis pour l unité sans condition tous kif kif du fait que j évoque la coordination pour éviter la division qui risque de nous affaiblir et c est ce que veut le pouvoir des résudus

    Miss tmourth
    25 septembre 2019 - 10 h 13 min

    Droits Humains
    25 septembre 2019 – 6 h 04 min

    Pourquoi rendre leurs mandats, ils ont été désignés par le gouverneur Gaid Salah ?
    Les residu du système ne peuvent comprendre cette farouche volonté de contrecarrer les desseins du pouvoir mafieux et honni par le peuple.
    La démocratie est l’application stricte de la volonté populaire.
    Ces élus obéissent à la volonté de sa majesté le peuple.

    16
    6
    57
    25 septembre 2019 - 7 h 38 min

    TOUTE L ALGÉRIE REFUSE LA PRÉSIDENTIELLE POURQUOI LES KABYLES SE DÉMARQUENT ILS ?? AU RISQUE DE PORTÉ ATTEINTE A L UNITÉ QUI JUSQU A PRÉSENT A FAIT NOTRE FORCE
    NOUS AVONS BESOIN DE COORDINATION POUR L EFFICACITÉ DE NOTRE MOUVEMENT

    2
    21
      Anonyme
      25 septembre 2019 - 11 h 00 min

      Il faut bien qu’il y ait un premier non? Si c’était des maires d’El Oued ou de Mecheria tu aurait applaudi??? La réponse est dans la question…

      14
      5
      Farida
      25 septembre 2019 - 11 h 37 min

      t’inquiete pas, toutes les regions vont suivre. C’est juste la Kabylie qui commence. Tout est super coordonné – pas de soucis ya debbane.

      11
      6
      Anonyme
      25 septembre 2019 - 12 h 03 min

      Simple, la Républiquette arabe ne nous représentera JAMAIS!

      5
      3
        57
        25 septembre 2019 - 16 h 09 min

        y a comme un air de discrimination et vous vous méprenez ce n est pas mon cas

        1
        6
          Anonyme
          25 septembre 2019 - 18 h 43 min


          L’ Algérie qui n’ a jamais été arabe devient État arabe où l’autochtone doit s’ arabiser pour pouvoir survivre. C’ est terminé l’ autocensure, notre Algérie parle et pense berbère!

          2
          3
        Patriote
        25 septembre 2019 - 23 h 29 min

        Anonyme
        25 septembre 2019 – 12 h 03 min
        Simple, la Républiquette arabe ne nous représentera JAMAIS!

        IDEM POUR VOS FANTASMES D’UNE RÉPUBLIQUE A CONNOTATION KABYLE
        ELLE NE VERRA JAMAIS LE JOUR

        1
        2
    ABOU NOUASS
    25 septembre 2019 - 6 h 21 min

    Arrêtons avec toutes ces futilités !
    L’essentiel est de rejeter ces élections en masse et que toutes les APC suivent l’exemple !!!!
    Gaid salah va voir comment la révolution va lui donner la bonne leçon.

    12
    7
    Droits Humains
    25 septembre 2019 - 6 h 04 min

    Ces maires viennent d’inventer une nouvelle idéologie: la dictature démocratique. Voilà une prise d’otage, de tout un peuple, digne des pires « systèmes » réactionnaires. Pas d’élections ??? Alors soyez courageux jusqu’au bout et remettez vos mandats en jeux .

    8
    27
      Bonjour de kabylie
      25 septembre 2019 - 7 h 19 min

      T’es vraiment marrant!! En tout cas tu m’a fait marrer dès mon réveil!! Les maires qui protestent contre la dictature sont devenus des dictateurs!!! Ya si droits humains qui n’est ni droit ni humain, les gens qui sont prêt à voter comme toi on en a pas (Bîid E’Charr comme on dit). Dans notre village et ce n’est pas le seul, on a aucun FLNiste déclaré. On a toujours boycotté les élections de Boutef depuis le 1er mandat avec des urnes qui repartaient vides (quand je dit vide cad sans aucune enveloppe). Bien sûr le lendemain on découvrait que notre commune a voté à 28%!!! (Ils sont quand même gentils, ça aurait pu être pire avec un 75 ou 80%!!). Nous on est les seuls à connaître l’ampleur de ce trafic. C’est pour ça qu’on préfère que les bureaux soient fermés, avec ça j’espère qu’ils n’oseront pas nous mettre un 28% le lendemain du 12 décembre

      20
      7
    Felfel Har
    24 septembre 2019 - 23 h 19 min

    Résumons la situation: le peuple s’est soulevé pour mettre un terme à un 5ème mandat et à 20 ans de gabégie. Il a réclamé l’éradication de tout le systême politico-mafieux que Bouteflika s’est employé à mettre en place pour perdurer. GS, son quarteron de généraux et sa bande de protégés, habitués à s’en mettre plein les poches, ont cru trompé le peuple en faisant croire qu’ils adhéraient aux revendications populaires, avec comme arrière-pensée d’utiliser le hirak pour éjecter les amis de Bouteflika et prendre leur place.
    Quand le peuple a éventé ce piège, GS s’est enhardi au point de s’opposer frontalement à 40 millions d’Algériens décidés à en découdre avec le pouvoir militaire et réparer une erreur qui dure depuis 1962. Fidèles à leur politique de la carotte et du bâton, voilà que ces officiers supérieurs qui ne font honneur ni à l’uniforme qu’ils portent ni aux lois du pays, s’entêtent à vouloir forcer le peuple à aller aux urnes dans le but de faire élire le candidat de leur choix, celui qui leur permettra de contrôler la rente à leur profit exclusif, exactement comme le faisait le dernier nabab.
    Cette fois, ils ne nous auront pas. Le peuple ne prendra pas part à ce simulacre de démocratie sachant que les dés sont pipés et que les élections seront encore truquées, comme d’habitude.
    La junte refuse de prendre en considération les demandes du peuple et ce dernier n’a aucune envie de faire la partie belle aux usurpateurs. GS appelle à une participation massive et le peuple lui répond « bouss 3aynek »! Il ne pourra compter que sur quelques milliers d’inconditionnels prêts à se contenter de miettes. Même les tama3ine qui se portent candidats ne se font aucune illusion; ils espèrent toutefois quelques prébendes en guise de cachet pour leur rôle de lièvres de service dans ce vaudeville. Où iront-ils se cacher après leur honteuse trahison?
    Le 12 décembre marquera la défaite totale d’un système éculé, impopulaire et inique. Faut-il rappeler aux ignares qui ont oublié l’histoire de leur propre révolution (à laquelle ils n’ont guère participé, il faut le souligner) que les démonstrations de force du peuple algérien lors d’un 11 décembre 1960 ont porté un coup fatal aux colons? L’indépendance était inéluctable. Elle nous a certes été ravie par des aventuriers prédateurs et corrompus, mais nous allons la reconquérir. L’heure des comptes sonnera bientôt. Likla ikhalass!

    8
    6
    Sacrifier son personnel politique pour sauvegarder le Régime
    24 septembre 2019 - 20 h 41 min

    L’ État n’ est pas le patron du peuple, dans les systèmes démocratiques. Chez les dictatures on occupe l’ État par la force puis on dicte les valeurs. En Algérie c’ est pire, on impose une langue et identité de rechange. Si le pays est arrivé au bout du rouleau c’ est parce que «  » »l’ État » » » domine le peuple . Ceux qui sont habitués à faire les colons intérieurs croient aux prolongations au prix d’ une mort certaine de toute perspective de renaissance du pays.

    11
    6
    Réseau 15
    24 septembre 2019 - 19 h 06 min

    Bravo et mes félicitations aux présidents des APC; qui refuseraient d’organiser les élections BIDON,et fantoche,ou les candidats de l’I3SSABA 2 les seuls votant,nous voulons une autre Algérie,basée sur la compétence et l’honnèté de ses dirigeants

    23
    8
    Zaatar
    24 septembre 2019 - 18 h 23 min

    Comme d’habitude c’est toujours de ce côté Est que le combat s’engage en premier contre les affres du pouvoir.

    25
    9
      Naanaa
      25 septembre 2019 - 2 h 06 min

      “ce côté Est”? Le mot “Kabylie” est devenu tabou?

      6
      5
        Zaatar
        25 septembre 2019 - 5 h 20 min

        C’est ce que tu as compris? Et deduis? Kabylie c’est ça?

        6
        3
    Anonyme
    24 septembre 2019 - 17 h 04 min

    La seule façon de sortir de cette imbroglio,c’est le départ des 2B+Garcia et procéder à une transition sans la participation de cette mafia illégitime qui veut imposer les présidentielles à tout prix. Chapeau pour ces presidents d’APC qui refusent d’encadrer ces élections dictées par un pouvoir fantoche.

    25
    13
    Mimi
    24 septembre 2019 - 16 h 50 min

    Le bastion de la Democratie depuis toujours et depuis la nuit des temps

    29
    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.