La Révolution du sourire doit passer à l’action pacifique

étudiants révolution
Lors de la 33e manifestaion des étudiants à Alger-Centre. D. R.

Par Saâd Hamidi – Je l’admets, le titre est un oxymore ! Mais tant qu’à faire, nous ne pouvons plus juste manifester alors que le destin de notre pays est en jeu. Il est des moments cruciaux dans la vie des nations qui exigent de leurs citoyens de se dresser énergiquement et droit devant lorsqu’elles sont menacées dans leur existence même. Et l’Algérie vit un moment exceptionnel, maintenant, sous nos yeux. L’âme profonde de l’Algérien, c’est qu’il a su par le passé faire face à beaucoup d’adversités pour rester debout et vaincre l’injustice. Au fil des millénaires, l’ADN de l’Algérien a été malaxé dans de l’orgueil, de la fierté et de la révolte. C’est en puisant dans le tréfonds de son être ces qualités endogènes qu’il saura, une fois de plus, faire échec aux sombres tentatives de division, de répression et faire barrage à un avenir porteur de beaucoup d’incertitudes. Hier, nos valeureux martyrs ont décidé de passer à l’action afin de porter haut l’étendard de la liberté. Sans ça on serait encore aux mille et une tergiversations avec le colon pour lui quémander de nous accorder telle ou telle miette de pseudo-dignité ou de pseudo-égalité !

J’en viens à l’action pacifique. La révolution du sourire a été depuis le début en quête de changement radical de la vie politique et institutionnelle du pays. Et c’est tant mieux et il faudra continuer dans cette voie quoi qu’il nous en coûte ! La Constitution actuelle, malgré ses insuffisances, nous donne le droit d’exercer notre souveraineté à travers, notamment, les articles 7 et 8.

Partant de là, le Hirak se doit d’être à la commande du pays, symboliquement s’entend, pour briser la puissance factice de ceux qui ont usurpé le pouvoir et, à mon sens, ce n’est point utopique. Vu les circonstances graves que traverse le pays, le mouvement citoyen doit mettre en avant la stratégie de lutte pacifique suivante qui s’inscrit dans les grandes orientations déclinées comme suit :

1- Un présidium doit veiller aux destinées du pays.

2- Les maires, les syndicats, les corporations qui soutiennent le mouvement citoyen ne doivent reconnaître que la seule autorité du présidium. Le symbole est fort et il faut le déclarer solennellement.

3- Toute correspondance et tout contact avec notre vaillante armée ne doit se faire uniquement qu’avec le secrétaire général (SG) du ministère de la Défense nationale (MDN). Le mouvement citoyen demande au SG du MDN d’appliquer l’ordonnance num. 06-02 du 29 Moharram 1427 correspondant au 28 février 2006 portant statut général des personnels militaires.

Pour rappel, l’ordonnance ci-haut mentionnée stipule ce qui suit :

Art. 20. – Les limites d’âge et de durée des services applicables aux militaires de carrière sont arrêtées comme suit (le tableau est disponible sur le site du MDN):

Grades : Général de corps d’armée

Limites d’âge dans le grade : 64 ans

Limites de durée de service : 42 ans.

Art. 21. – En temps de paix, nul ne peut servir au-delà de la limite d’âge de son grade. Toutefois, une dérogation d’âge peut être accordée par le président de la République aux officiers généraux et supérieurs occupant de hautes fonctions de la hiérarchie militaire.

Art. 26. – Le militaire ne peut s’exprimer en public, à travers les médias ou lors de conférences ou exposés, qu’après autorisation de son autorité hiérarchique.

Nous reconnaissons dans cet échantillon d’articles toute la fourberie et l’empreinte de celui qui était venu se venger de ses compatriotes et de son pays. Le fait du prince lui donnait toute la latitude de tenir en laisse ceux qui bombent le torse aujourd’hui ! Nous reconnaissons également que le règlement et les lois sont foulés aux pieds.

Une nation qui ne respecte pas ses propres lois, qui sont directement et indirectement, l’émanation et le fruit du génie de son peuple, consacre dans les faits le développement de la loi «du plus fort» et «du plus rusé» pour ne pas dire plus.

Si nous ne mettons pas un terme à cette loi de la jungle à travers une mobilisation constante, organisée et orientée comme indiqué plus haut ou selon d’autres variantes dans le même sens, nous n’aurons que nos yeux pour pleurer sur le triste sort que connaîtra notre beau pays.

S. H.

Commentaires

    Anonimaoui
    10 octobre 2019 - 11 h 05 min

    Un peuple qui a connu tant d’oppression et fait l’objet de tant de violences inouïes tout au long de son histoire ponctuée d’agressions, d’occupations et de génocides multiples saura sûrement comment se débarrasser d’une junte inculte et parasite , pacifiquement ou par d’autres moyens plus rigoureux. Je fais confiance au génie , au courage et à la bravoure du peuple Algérien, surtout sa jeunesse intacte de toute contamination corruptrice. La victoire est très proche. Il suffit d’y croire.

    50
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.