Retour timide de Gaïd-Salah sur le devant de la scène : le pouvoir coincé

GS Gaïd-Salah
Gaïd-Salah. D. R.

Par Abdelkader S. – La réapparition de Gaïd-Salah en costume-cravate au Conseil des ministres et son déplacement annoncé à Ouargla ce mardi, prévu il y a deux semaines mais retardé suite à un malaise, sont symptomatiques d’une crise au sein de l’état-major de l’armée et, plus généralement, du pouvoir, indiquent des sources informées.

Absent depuis quinze jours, l’homme fort du régime a dû s’afficher aux côtés du chef d’Etat intérimaire factice, Abdelkader Bensalah, et des membres du gouvernement inopérant sous la conduite feinte de l’ancien ministre de l’Intérieur de Bouteflika, Noureddine Bedoui, «non pas pour couper court aux rumeurs, mais parce que personne dans son entourage direct n’accepte d’assumer la responsabilité de la situation de blocage à laquelle a abouti la crise politique et économique dans le pays», expliquent nos sources.

C’est un Gaïd-Salah isolé et affaibli qui se déplacera dans la 4e Région militaire pour tenter de démontrer qu’il est «animé de la même détermination» à contrer la volonté populaire, en imposant des élections présidentielles dans la précipitation et en faisant adopter deux lois antinationales en un temps record. «Si les plus proches collaborateurs du chef de l’armée sont à ce point pressés de faire élire un président et de faire passer des textes d’une telle importance stratégique, ce n’est pas tant pour mettre le peuple devant le fait accompli, mais par peur de devoir assumer des décisions qui auront été prises de façon unilatérale par Gaïd-Salah soit par entêtement, soit sur injonction de l’étranger», soulignent nos sources.

«La levée de boucliers contre la loi sur les hydrocarbures, y compris dans le camp du pouvoir, pourrait signifier que le chef d’état-major de l’armée serait effectivement lâché par la dizaine de généraux qui lui étaient jusque-là fidèles et que les candidats à l’échéance du 12 décembre, dont il n’est même pas sûr qu’elle soit maintenue, commenceraient à entrevoir un changement de cap au sein du commandement de l’armée qui augurerait un retrait de Gaïd-Salah ou son éviction dans les jours et les semaines à venir», prédisent nos sources.

A. S.

Comment (21)

    Vroum Vroum 😤..
    16 octobre 2019 - 12 h 05 min

    Gaid Sallah représente le Passé du Pouvoir contestable , bien sûr ce « Passe » ne peut etre condamnable dans sa totalité car dans tout passé on ne peut nier certaines réalisations dans la construction du Pays , mais ce qui est rejeté dans sa globalité est le manque d’éthique , le dictat , la corruption qui ont miné ce Pouvoir qui veut se pereniser contre le refus du Peuple . . Bien-sûr que chaque Algérien veut un retour à la normale , une Présidentielle , un nouveau Gouvernement , le bien du Pays , mais avec un Pouvoir revu et corrigé , le plus compliqué est le passage d’un cycle à un autre , et comme toujours le précédent refuse de s’avouer vaincu , cette révolution que traverse l’Algérie est entrain d’enterrer ce Pouvoir moribond qui a eu tout le temps pour se métamorphoser , mais à toujours préférer le changement dans la continuité , ce qui arithmetiquemnt son temps était compté , et il n’échappera pas à la règle arithmétique . Gaid Sallah représente le fantôme du Pouvoir passé qui hante les esprits , il est impossible de remettre toujours les mêmes ingrédients en espérerant un goût différent à chaque fois . . Ce Pouvoir dont Gaid Sallah est le dernier , agonise , il est bel est bien fini . Ce n’est plus qu’un fantôme , l’avenir de l’Algérie est entrain de se construire sur les ruines du précédent . . On va vers la métamorphose , la Mue du Pouvoir , libération des Détenus d’opinion , Candidat Général Ali Ghediri , Commandant Bouregaa , pour Emblème Amazigh… , c’est inévitable . . Le Pouvoir actuel est à l’image de Gaid Sallah , fatigué , tres âgé , en fin de parcours , il a vecu et ne peut prolonger sa fin . .Personne ne peut aller audela que le terme fixé , pas même un Pouvoir contesté qui s’accroche à l’illusion en voulant échapper à la réalité intraitable . . Le Peuple est comme le Peloton d’une course cycliste , il rattrape toujours les échappés et si un ou deux ou qutre atteignent l’arrivée avant le Peloton , alors ils sont dignes de le representer … mais là Gain Sallah et sa clique ont été rattrapés par le Peloton (le Peuple )qui les a engloutis et ne peuvent le representer . .L’histoire est entrain d’être ecrite .

    18
    2
    Lghoul
    16 octobre 2019 - 8 h 22 min

    Apparemment, ceux qui voient des mirages qu’ils transforment en vérité, lui disent avec certitude que tous les millions de citoyens qui protestent dehors les vendredis et les mardis sont ceux qui ont HATE d’aller aux éléctions. Sinon, le Hirak est « infiltré » par des « ennemis de la nation » qui donnent de « l’argent sale » aux perturbateurs pour grossir les masses qui déferlent dans les rues deux fois par semaine. Pour « l’argent sale », on s’excuse infinimment Mr le pharaon car notre argent n’est pas fabriqué avec du papier de haute qualité comme celui que ton fils a le plaisir de brûler, le derrière assis confortablement sur le drapeau algérien. Voyez vous, les dollars sont plus propres que les dinars car ils sont moins manipulés par la populasse qui dort dehors, celle que vous appelez avec plaisir « la charwama ». Donc les dollars, même tripotés, les doigts sont déja propres car les seigneurs ont de l’eau 24H/24H pour se laver les mains. Pour la « hâte » aux éléctions, je suis sûr que les algériens sont trop impatients d’attendre le 12 décembre pour choisir entre 2 sangsues de plus de 75 ans, toutes deux originaires du FLN, – tebboune et benbliss – Surtout que les gens de ce parti ne partent qu’a cause de maladie qui les paralysent après 4 mandats minimum. Nous sommes donc super heureux d’endurer encore les ulcères d’estomac, les diabètes dues aux chocs psychoques et au mauvais sang, jusqu’a 2039 – Sans courir le risque d’un 5ie par un autre – par héritage – si le premier meurre. Sinon, le 2ie choix – le meilleur celui la – est ce jeune moustachu (une nouveauté) dont le programme principal de sa compagne est de lutter contre le « terrorisme scientifique » – Alors on a le choix et rassurez vous le meilleur, entre 2 vieux routiers de la fraude et des détournements (khalifa bank pour les intimes) et un 3ie candidat, plus jeune et plus dynamique qui ne sait même ou il est ni comment il est venu de chez lui pour remettre les documents. Voila donc pourquoi le pharaon des casernes est CERTAIN que le peuple est PRESSE d’aller aux éléctions pour choisir entre les Nelson Mandela et les Mahatma Gandhi.

    41
    7
    Anonyme
    16 octobre 2019 - 8 h 08 min

    Au lieu de négocier avec le mouvement citoyen pour sortir de la crise,ce militaire borné et inculte qui tient l’Algérie en otage l’accuse de carburer à l’argent sale.Un comble quand on sait que lui-même est corrompu jusqu’à la moelle par ses affaires douteuses un peu partout et surtout avec les Emirats arabes du golfe qu’il affectionne particulièrement (Mercédès,importation de lait etc…) comme son mentor Bouteflika qui l’a propulsé là où il est.

    42
    6
      Anonyme
      16 octobre 2019 - 9 h 07 min

      ta pas besoin de lui brosser les bottes ,on t ‘ compris.

    Ziri Warsenis
    16 octobre 2019 - 4 h 24 min

    L’Hydre à plusieurs têtes se renouvelle en tout temps. Croire que ce maléfique système tombera comme ça c’est croire aux mirages. Même si le trio élégiaque (Godasse Fay…, Droopy Benne Salade et Nord-Inn Bed Wee Lodge) venait à se tirer, il restera toujours la camarilla des faux galonnés qui siphonnent la rente avec leurs hommes liges, les milliardaires parvenus, grossiers personnages incultes et autres parasites que le système a enfantés et qui se renouvellent avec leur progéniture. La calamité qui frappe ce pays depuis des millénaires n’a pas d’égale. Comment peux t-on imaginer que des trous à rats comme les EAU et le 4 ares puissent s’investir et jouer de l’avenir d’un pays qui existe depuis des millénaires, dont les pages d’Histoire sont remplies de luttes, de combats, de révoltes et d’une glorieuse révolution portée par un peuple insoumis, si des traîtres ne leur ont pas fourni les clés de la Cité? Qu’est-ce que ces pingouins ont apporté à l’Humanité pour qu’ils nous soient bénéfiques aujourd’hui? De la poudre de lait de nagates peut-être? C’est la raison pour laquelle le peuple doit rester soudé envers et contre tout. Les manipulations, les coups tordus, la stigmatisation de la Kabylie particulièrement ne datent pas d’aujourd’hui. C’est tout ce qu’ils savent faire, ce n’est pas eux qui vont faire une révolution technologique, sauf celle des larbins moucherons et autres drosophiles électroniques qui pullulent partout au prix de l’obole misérable cadrée au montant pathologique de leur bassesse. Le peuple vaincra par son courage, sa bravoure, sa détermination et sa ténacité. Ya 3adjaba des innocents jetés en prison, ya 3adjaba Lakhdar Bouregaa en prison et Le Drabki, le Dindon Zoukh zoukh, Bouchoureb, Rahmani, Chakib Khelil, Bedjaoui, Sahraoui, Houda Feraoun, Wlad Godasse etc, libres libres !!! Tetnahaw Ga3 ! I dji n’harkoum !

    53
    7
    Zaatar
    15 octobre 2019 - 18 h 42 min

    Le pouvoir coincé ? Il faut que ça grince pour que ca coince. En tous les cas on sent quand même qu’il manque de lubrifiant. Mais il faut se méfier toujours de ce pouvoir, il n’aura jamais dit son dernier mot.

    45
    6
    Anonyme
    15 octobre 2019 - 18 h 30 min

    Salah ressemble à De Gaulle (dans ces dernières années)…sans les compétences.

    5
    29
    Aux fous !
    15 octobre 2019 - 17 h 40 min

    Le problème Gaïd Salah n’est plus une question politique, de compétence militaire ou d’âge, c’est encore plus grave, c’est une question de santé mentale. Ce type est dingue. La démence n’est pas contagieuse, mais c’est tout comme. Son entourage immédiat semble lui aussi touché.

    73
    5
    Felfel Har
    15 octobre 2019 - 17 h 03 min

    On a souvent dit qu’il faut parfois reculer pour mieux sauter. GS revient à la charge pour défier le peuple en soutenant sans réserves la nouvelle loi sur les hydrocarbures (celle qu’a tenté de nous vendre Bouteflika et Chakib Khalil) et en menaçant une fois de plus ceux qui s’opposent à ses élections bidonnnées à l’avance. Manvotiouch!
    Pour faire bonne figure, il va jusqu’à parler de manipulation du Hirak par de « l’argent sale ». Ya Baba Salah, l’argent sale se trouve dans vos poches et dans vos comptes à l’étranger. Chaque mur de vos résidences tant en Algérie qu ‘à l’étranger pue la corruption, le vol.
    Qu’attendons-nous pour le faire vraiment sauter?

    98
    8
    mohblida16000
    15 octobre 2019 - 16 h 40 min

    Qu est ce que nous avons fait au bon dieu , nous les Algériens, pour subir ce genre de mégalomane inculte, rustre et brutal. Pourquoi est ce que mon destin doit dépendre de decision d un homme de 80 ans, ignare, inculte, ignorant et pire encore immorale.

    je maudirais chaque jour celui qui a mis ce 4 année primaire rustre ,GS, comme commandant CFT en 1994…

    Zeroual et les Bouteflika ont commis un crime innommable on propulsant un être sauvage, inculte, non instruit, immoral au plus haute fonctions du pays… je ne comprend pas pourquoi ils ont fait ce mal au pays!!

    100
    8
    Anonyme
    15 octobre 2019 - 12 h 58 min

    Avec le mal qu’il a fait, il est condamné à rester au pouvoir jusqu’à la dernière minute. Il aurait pu négocier son départ en février. Au lieu de ça il a préféré s’accrocher. Tant pis pour lui. Il finira au tribunal militaire avec une condamnation à perpétuité!! Lorsqu’il aura 86 ans (l’âge de Bouregâa) on ira lui rendre visite pour lui demander ses impressions d’être enfermé à cet âge

    73
    8
    ABOU NOUASS
    15 octobre 2019 - 11 h 09 min

    TOUT A UNE FIN !

    B O N D E B A R R A S ! ! !

    59
    9
    Anonyme
    15 octobre 2019 - 10 h 55 min

    Ceux qui le suivent ou l ont mis comme façade doivent avoir beaucoup de choses à se reprocher car comment peut on se faire diriger par un homme aussi vieux et aussi borné qui a pris en otage un pays de plus de 40 millions d habitants dont un grand pourcentage sort deux fois par semaine depuis presque huit mois pour réclamer le changement du système ???
    Ils l ont fait avec Bouteflika et ça a duré plus d un mandat ,ils vont le faire avec Gaid Salah jusqu’à siphonner tout le reste…..
    Moi j en veux à Gaid mais également à tous ceux qui le soutiennent !!!! Et le peuple n est pas dupe ,il a montré sa grande maturité…..

    85
    8
    Chibl
    15 octobre 2019 - 10 h 35 min

    Gaid Salah aura été le dernier dictateur d’Algerie, ce régime tombera et sa chute est pour bientôt.
    Réfléchissons pour la suite, tout a une fin.

    71
    12
    Brahms
    15 octobre 2019 - 9 h 50 min

    A l’étranger, un militaire s’occupe de sa caserne, du matériel, des commandes et de la sécurité du pays. Il n’a rien à bricoler dans le civil, à signer des contrats avec des entités pour faire du business. Les Procureurs Généraux des différents juridictions, les juges d’Instructions doivent engager des procédures contre tous les escrocs, voleurs, magouilleurs aidés par des officiers de police judiciaire, des gendarmes, des brigades financières, des douaniers qui chassent sur le terrain (origine des fonds, comment avez vous financer l’achat d’une Berline luxueuse à 5 millions de dinars, villas, appartements payés cash 10 millions et + d’où viennent les liquidités, surveiller les signes extérieurs de richesses). Il faut donc nettoyer les quartiers de tous ces bandits en les mettant à l’amende, redressement fiscaux, saisies des biens quand l’origine des fonds n’a pas été démontrée.

    79
    10
      Anonyme
      15 octobre 2019 - 14 h 54 min

      À l’étranger, il y’a une démocratie de façade.
      Détrompez vous et n’idéalisez pas trop la démocratie Occidentale, vous risquez d’avoir une déprime et vouloir aller sur les montagnes de l’Everest pour continuer le restant de votre vie.
      Ou bien, vous allez devenir un gourou en Inde vivant dans sa grotte seul avec lui même.

      3
      41
        Anonyme
        16 octobre 2019 - 10 h 09 min

        dans ces pays un militaire ne reste jamais jusqu,a 84 ans en activite

        33
        4
    Abou Ligam
    15 octobre 2019 - 9 h 39 min

    « Timide » vous dites ?

    … On l’a vu à maintes reprises ânonner un discours qu’on lui a écrit comme pour nous montrer qu’il sait à peine lire comme si on avait besoin d’une démonstration pour savoir qu’à plus de quatre balais on ne monte pas au front comme un frais commando.

    Ils vont encore nous le balader pour lui faire braire des âneries en attendant de lui trouver un remplacement encore plus sénile que lui tout en sachant que cela n’attend pas le nombre des années.

    Le nouveau sujet lu a déjà été concocté dans les cuisines , il suffit de le servir froid et fade : il y en a qui en raffolent.

    70
    8
    Said ourari
    15 octobre 2019 - 9 h 31 min

    Deja fait mais, on va la recuperer.

    2
    9
    Lghoul
    15 octobre 2019 - 9 h 24 min

    Le destin de l’Algérie doit être entre les mains de jeunes technocrates et d’économistes dynamiques et alertes, pas entre les mains de vieux malades ignards et inconscients des enjeux économiques et stratégiques qui se déroulent dans le monde. Le peuple en a marre et ras le bol de ne voir que des vieux et des malades au sommet du plus gros pays d’afrique depuis 2004.

    64
    10
    Anonyme
    15 octobre 2019 - 8 h 46 min

    ainsi sont tous les autocrates arabes, meme a l,article de la mort,ils monopolisent le pouvoir.

    68
    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.