Sans Président et sans ambassadeur : l’Algérie absente à l’investiture de Saïed

Tunisie Saïed
Kaïs Saïed. D. R.

Par Saïd N. Plusieurs observateurs ont constaté l’absence de hauts représentants de l’Algérie à la cérémonie d’investiture du nouveau chef d’Etat tunisien, Kaïs Saïed, où, pourtant, le royaume du Maroc est représenté par les présidents des deux chambres du Parlement.

Cette défection est d’autant plus inexpliquée que le président tunisien fraîchement élu a toujours exprimé un attachement et une affection qui paraissaient sincères envers l’Algérie qu’il a, d’ailleurs, évoquée à maintes reprises dans ses discours et même dans sa première allocution qu’il a prononcée au lendemain de son élection. Il avait également souhaité que sa première visite officielle à l’étranger soit en Algérie. Autant de marques de sympathie qui n’ont eu, jusqu’ici, aucun retour favorable de la part des dirigeants algériens.

Mieux, il se trouve que l’Algérie n’est même pas représentée à cette cérémonie par son ambassadeur à Tunis, pour la simple raison qu’elle n’en a plus depuis quelques semaines après la fin de mission d’Abdelkader Hadjar, lequel – autre signe de respect et de considération pour l’Algérie – a été honoré par le chef d’Etat intérimaire tunisien lors d’une cérémonie officielle couverte par les médias publics de ce pays.

Pour toutes ces raisons, le gouvernement algérien ne doit pas rester sans réagir pour justifier cette absence ; à défaut de quoi, son silence sera perçu comme une attitude de mépris doublement condamnable et qui risque de jeter le froid dans les relations avec ce pays frère et voisin, à un moment où les pays de la région ont besoin de conjuguer leurs efforts pour faire face aux défis, complexes et durables, qui les attendent.

S. N.

Comment (10)

    Akli
    27 octobre 2019 - 3 h 24 min

    Pour moi les autorités tunisiennes doivent nous bouder
    Je pense que la version du kidnapping de tliba se vérifie par cette réaction ou les algériens n ont pas été conviés à l investiture sciemment
    Les tunisiens marquent la leurs mécontentement suite à cette événement

    NON A L'ARNAQUE DU MAGHREB
    26 octobre 2019 - 0 h 15 min

    A SA TETE ON SENS QU’IL A ETE PLACE PAR LA MAIN ETRANGERE AVEC SON PASSAGE EN PRISON BIDONNE !

    Baka
    25 octobre 2019 - 7 h 22 min

    La venue d’un président dimocrate ne peux plaire au régime autoritaire fachiste . l’orgueil des généraux et leurs gros NIFS veulent que KAISS vienne chez eux en premier.

    7
    8
    Brahms
    25 octobre 2019 - 4 h 13 min

    Tous logés à la même enseigne. Ben Ali et sa femme ont pris 1500 lingots d’or des coffres de la Banque de Tunisie, il suffit de voir sa bibliothèque sur You tube avec des paquets d’euros, de dollars, parures en diamants de Suisse. La vie était belle pendant que les populations trimées dans les usines pour 4 sous par mois. Après ça vous parle de religion, de prière, de ramadan, d’égalité hommes / femmes etc.. etc… L’Arabie Saoudite cachait en plus ce délinquant financier afin qu’il échappe à la justice et au mandat d’arrêt international infligeant frustration au peuple tunisien. Ce cas précis va sûrement inspirer d’autres délinquants financiers, je suis Ministre, député, je vole la caisse (plusieurs centaines de millions d’euros) puis je me sauve en Arabie Saoudite et je crie au complot là – bas, le tout, en mandatant une pléiade d’avocats pour faire retarder ou annuler les procédures judiciaires. Ensuite, à moi la belle vie, bateau, balade, restaurant et plus besoin de travailler grâce à l’argent du vol.

    3
    8
    J.M Le Pain
    24 octobre 2019 - 20 h 53 min

    C est une réponse et une réaction légitime d un pouvoir illégitime . Ensuite je pense perso et ca n engage que moi je peux me tromper donc c est un message diplomatique en réponse à un autre en fait que nous citoyen lanbda des deux cotés ne peuvent comprendre c est entre eux , Le nouveau président tunisien a parler de l Algérie en bien devant les cameras et je suis sure qu’ il est sincère au fond de lui vis a vis des autres hypocrites qui l ont précédés mais en coulisse il a montré aux autorités algérienne officielles illégitime du moment que la Tunisie n acceptera plus la domination du grd voisin et des collaborations officielles douteuses comme il fut jadis entre les deux pays due a la corruption des deux pays et l atmosphère qui y régnait ; que les tunisiens avait choisi librement un président et aspiraient a plus d droits et de libertés une vraie démocratie , donc le fait d avoir abattue un terroriste algérien ses derniers jours en Tunisie et pas n importe lequel est un message indirect et diplomatique en sois de ce président nouvellement élu démocratiquement aux autorités algériennes illégitimes ( conjointement pour cette opération anti terroriste ) ca c est pour nous , ca explique surement l absence de nos officiels sinon pkoi cette absence à un pays considéré depuis tt le temps comme frère et voisins par notre pouvoir en Algérie ? ils peuvent plus avoir la complicité d un pays qui a choisi la démocratie et un état de droit sinon il trahirai son propre peuple par lequel il a été élu..y a que le nôtres qui violent et bradent tout constitutions richesses nationales ect ect …pas lui et ca c les embêtent surement je peux me tromper c est juste une hypothèse et mon opinion sinon il pourrait s excuser de cette absence officiellement berda guelrho hachma ; ca se fait pas rib alhina hihihi hé oui mais ca vs vs en foutez complètement . allez chiche expliquer la officiellement cette absence avec argument valable.

    9
    6
    Un algérien
    24 octobre 2019 - 17 h 44 min

    Président et ambassadeur illégitimes,ne peuvent être présents devant un président fraichement élu démocratiquement.En plus clair,Bensalah n’est pas invité,car c’est gênant pour Kaïs Saïed et le peuple tunisien.

    23
    11
    57
    24 octobre 2019 - 15 h 09 min

    les dictateurs n aiment les démocrates ,, vous n y perdez rien au change ,,mais le peuple algérien vous félicite

    16
    19
    Anonyme
    24 octobre 2019 - 12 h 23 min

    C est normal,le président tunisien a été élu démocratiquement, ils ne vont pas encourager cela!!!
    Il faut juste attendre que l on règle nos problèmes et le protocole suivra…

    21
    15
    ABOU NOUASS
    24 octobre 2019 - 12 h 04 min

    Bizarre cette relation ! Saïed qui insiste pour se rapprocher de l’état- major algérien, et celui-ci qui fait la sourde oreille ou peut-être la roue comme le dindon devant la dinde.

    Un air d’orage violent plane -t-il au-dessus du Maghreb ?

    Cette fuite en avant de Gaid et ses valets va finir en vrille !!!!!

    19
    18
    azul
    24 octobre 2019 - 11 h 04 min

    il est, en toute rigueur, illégitime de comparer entre eux deux hommes non contemporains l’un de l’autre.

    34
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.