Le pouvoir «jusqu’au bout» d’un processus électoral incertain

Alger Autorité nationale
Le pouvoir veut aller contre la volonté populaire : non au vote. AP

Par Mounir Serraï – Le Conseil constitutionnel a validé les cinq candidatures retenues par l’Autorité nationale d’organisation des élections. Aucun recours n’a été accepté. Il s’agit d’Abdelaziz Belaïd, Ali Benflis,  Abdelkader Bengrina, Abdelmadjid Tebboune et Azzeddine Mihoubi. Le jeu donc est limité à cinq postulants qui font partie du système politique décrié par les Algériens.

Par cette validation, le pouvoir confirme ainsi sa volonté d’aller jusqu’au bout de sa logique, malgré le rejet que ne cessent de réitérer les Algériens qui continuent à sortir massivement à travers toutes les villes du pays. Cinq candidats, issus de ce système politique que le Hirak veut démanteler, s’engagent donc dans ce processus électoral incertain et feignent ignorer la volonté du peuple qui aspire à une nouvelle Algérie, bâtie sur des bases démocratiques, saines et solides. On s’apprête donc à assister à une «campagne» de candidatures vivement contestées dans un processus électoral décrié. Dans ce climat tendu, voire même explosif, le pouvoir semble avoir ainsi musclé davantage sa démarche afin que cette élection fixée au 12 décembre ne subisse pas le même sort que celle du 4 juillet dernier.

Les candidats pourraient-ils faire campagne ? La mission s’annonce difficile. Des citoyens ont déjà annoncé la couleur, en pourchassant des lieux publics des candidats à cette élection, comme ils l’ont fait aux walis et aux ministres. Il y a un risque réel d’affrontements.

Des partis et des personnalités comme Ahmed Taleb Ibrahim, Ali Benmohamed et Mouloud Hamrouche ont alerté sur cette situation tendue et sur les risques de vouloir faire passer une élection contre la volonté du peuple. Dans une interview à la chaîne Al-Jazeera, l’ancien ministre de l’Education, Ali Benmohamed se dit persuadé que les élections du 12 décembre «sont, d’entrée, vouées à l’échec, dès lors qu’elles ne bénéficient pas d’un consensus et qu’elles ne sont pas précédées d’un processus de dialogue» et que, de toutes les façons, elles sont «disqualifiées par la poursuite du Hirak», qui continue à rejeter massivement la tenue de ces élections dans les conditions actuelles.

Benmohamed redoute des troubles et des dérapages violents à l’occasion de ces élections du 12 décembre. «On ne peut jamais prévoir quand la violence peut se déclencher», a-t-il prévenu.

M. S.

 

Comment (4)

    daro
    10 novembre 2019 - 14 h 03 min

    Ce vote n’est pas incertain, tout baigne pour ces gros militaires corrompus… leurs élections auront lieu et leur marionnette sera imposée aux algériens!! Ils leur suffira un taux de participation 10% qui sera gonflé à la valeur voulue pour légitimer la marionnette… Pour atteindre les 10%, les militaires, les policiers les pompiers etc vont recevoir le devoir d’aller voter, ajoutant à ces gens d’autres corps seront invités à aller voter.. évidemment, un message subliminal sera diffusé à tous ces gens pour qu’il n’hésitent pas à y aller… quant au nouveau président, ça sera l’un des deux proches de Gaid à savoir Tebboune ou le ba3thiste du RND. Benflis à priori héritera du poste du premier ministre si Mihoubi est le cheval gagnant, il assurera les affaires de l’état et ce à cause de l’absence de compétences chez Mihoubi!!! Voilà le scenario du 12 décembre!!!

    11
    8
    Aidan
    10 novembre 2019 - 6 h 54 min

    « Aujourd’hui, les gardes de la police devant le palais présidentiel en Bolivie ont quitté leurs postes pour rejoindre leur peuple, permettant ainsi aux manifestants anti-gouvernementaux de se diriger vers le palais présidentiel ».

    LES HOMMES…

    47
    7
      azul
      10 novembre 2019 - 11 h 42 min

      chez nous en Algérie on a deux mentalités différentes.

      7
      2
      Aidan
      11 novembre 2019 - 23 h 57 min

      et voilà, LES HOMMES vienne de tomber le régime qui vient de démissionner après juste 3…semaines de manifestations. Gaid Salah et sa clique ne sont rien sans le soutien de tous ces milliers de sous-hommes qui les soutiennent!

      1
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.