Le Pacte de l’alternative démocratique : «Le pouvoir a instauré un état de siège de fait»

Le Pacte de l’alternative démocratique (PAD) dénonce le pouvoir qui, «au lieu d’obtempérer aux revendications du peuple demandant le départ du système(…) s’acharne à asseoir son règne à travers un vaste chantier de réformes qu’il mène au pas de charge, hypothéquant par-là la souveraineté économique du pays et instaurant un état de siège de fait – loi sur les hydrocarbures, loi autorisant la Police judiciaire à s’affranchir du mandat du magistrat, etc.».

Les forces du Pacte de l’alternative démocratique condamnent également «la politique de la carotte et du bâton mise en œuvre à l’endroit des magistrats [à travers] la revalorisation des salaires pour appâter les uns et le chantage pour faire taire les autres». «Cette politique entend enterrer l’espoir d’un cheminement de la justice vers son indépendance», note le PAD qui réitère «l’exigence de la libération de tous les détenus politiques et d’opinion et l’élargissement de la quarantaine d’otages dont le procès politique est prévu pour le lundi 11 novembre à Alger».

Le Pacte de l’alternative démocratique, réuni ce dimanche au siège du FFS, a, par ailleurs salué «de manière appuyée la constante mobilisation des étudiants qui ont fait du mardi un rituel citoyen pour la liberté» ainsi que «la détermination des Algériennes et des Algériens à rester mobilisés pour s’opposer à la mascarade électorale qui vise à ravaler le système et à asseoir le règne d’un clan en tentant de détourner la révolution de son cours».

«Le pouvoir autoritaire n’a pas réussi à essouffler le Mouvement populaire par la fermeture politique, la répression et les arrestations arbitraires de figures emblématiques du mouvement, des manifestants, des militants et des chefs de partis politiques», relève le PAD qui précise que le pouvoir, en état de panique, «menace d’user de la force brutale afin d’imposer un putsch contre la souveraineté populaire». «Il faut dire que le parcours et l’identité des cinq candidats cooptés et que le Conseil constitutionnel vient de valider ne lui facilitent pas les choses», fait remarquer cette alliance de partis et de personnalités démocrates qui appelle aussi les Algériennes et les Algériens à «s’engager avec détermination pour une transition démocratique par un processus constituant et souverain».

K. B.

Comment (2)

    Anonyme
    11 novembre 2019 - 1 h 49 min

    Maintenant on ne cache plus la vraie dictature militaire ,elle se montre à la face du monde….
    Soit ils sont fous soit ils sont encouragés par les puissances étrangères qui leur ont donné leur accord car ils ont peur q une vraie démocratie s installe en Algérie et qu ils seront perdants sur toute la ligne…
    Ils veulent un bain de sang ???

    7
    4
    Anonyme
    10 novembre 2019 - 22 h 54 min

    Les citoyens algériens en rebellion ne doivent pas attendre qu’un sauveur surgisse de nulle part pour prétendre qu’il sera celui qui mènera l’Algérie sur la voie de la grandeur, aux citoyens de fonder un parti en toute transparence et avec un fonctionnement démocratique.
    Il est temps de regarder le futur, le FLN et tout ce qui est lié aux 7 ans de guerre, c’est terminé dorénavant, les morts ne reviendront pas.

    10
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.