Procès de 28 détenus d’opinion : le procureur a requis 2 ans de prison ferme

Houda détenus d’opinion
Portrait d'une victime en attente de son procès. PPAgency

Par Mounir S. – Le parquet du tribunal Sidi M’hamed a requis 2 ans de prison ferme à l’encontre de 7 détenus d’opinion. Il s’agit du procès du premier groupe de détenus arrêtés le 21 juin dernier lors de la marche de vendredi pour le changement du système politique.

Ces manifestants, mis en détention provisoire à la prison d’El-Harrach, sont accusés de porter atteinte à l’unité nationale. L’affaire est mise en délibéré. Deux autres procès sont toujours en cours. Une centaine d’avocats ont plaidé au profit de 42 détenus et demandé leur acquittement.

Dans sa plaidoirie, Me Mustapha Bouchachi a affirmé que «la loi oblige les juges à libérer ces détenus pour la simple raison que porter le drapeau amazigh n’est puni par aucun texte de loi». Me Bouchachi a rappelé que pour les mêmes chefs d’inculpation, d’autres détenus ont été acquittés par d’autres tribunaux. Cet avocat a vivement défendu ces jeunes détenus qui n’ont fait qu’exprimer, selon lui, leur identité dans une Algérie qu’ils veulent plurielle et diversifiée.

«Ces jeunes ont malheureusement subi des injustices en étant privés de leur liberté depuis plusieurs mois. Nous sommes optimistes quant à l’issue de ces affaires car il n’y a rien qui peut leur valoir un emprisonnement», affirme Me Bouchachi, sous un tonnerre d’applaudissements d’un public réclamant la libération de ces détenus.

Le procès se tient, comme il fallait s’y attendre, sous une forte présence sécuritaire.

M. S.

 

Comment (9)

    Hachimi
    11 novembre 2019 - 23 h 26 min

    Salam, Je me trompe peut-etre, mais j’avais cru comprendre que les avocats allaient boycotter les procès de ces détenus d’opinion…

    3
    6
    Dream
    11 novembre 2019 - 19 h 47 min

    Ce jugement a rendu la vie de ces jeunes et leur famille un enfer a cause de ces violeurs de la loi. Une justice libre …
    Tout ca a cause ke GS et teboune et autres rapaces du pouvoir gardent leur privileges hamdoullah ya la mort ki mettra fin a leurs tyrannie

    18
    6
    Soldat Schweik
    11 novembre 2019 - 18 h 45 min

    El Cha3b yourid le nom et prenom de ce procureur du tilifoune et de tout les autres magistrats complices de ces simulacres de procés dont les verdicts sont rendus sur injonctions de la JUNTE MILITAIRE des GININARS mafieux.
    Apres la tres proche liberation du peuple, on erigera un MUR DE LA HONTE ou seront affichés les noms de ces harkis du système pour que plus jamais ca ne se reproduise.

    21
    6
      Mona
      11 novembre 2019 - 20 h 35 min

      Haut et fort c’est du pure RACISME.

      2
      13
      Anonyme
      12 novembre 2019 - 16 h 15 min

      Les noms sont connus, la juge et le procureur de Sidi M’hamed ont été nommés tout récemment par le procureur général d’Alger lui-même nommé au mois d’Août par le ministre pour condamner les porteurs de drapeau. Vous avez même une vidéo de ce trio lors de l’installation de la juge. J’ai déjà donné leurs noms sur un autre post mais on peut trouver ça facilement sur Google

      15
      5
        Action
        13 novembre 2019 - 8 h 37 min

        @Anonyme 16h15,
        Si bien de donner leurs Noms meme de diffuser leurs photos,après l’indépendance de l’Algerie ,la première des chose a fiare si de RASER le tribunal de sidi M’hamed si un tribunal de la honte ,en va installer une statue qui représente un juge et un procureur avec un TALKI WALKI qui donne l’image du travail des ces juges on exécutant les ordres de ce général gaid salah avec son niveau ardoise .

    Felfel Har
    11 novembre 2019 - 17 h 45 min

    Ce procureur ne serait-il pas un émule de Torquemada, champion de l’Inquisition de triste mémoire, méchant et sadique? Accepterait-il de voir ses enfants se faire maltraiter comme le fait la police? Pourrait-il, en son âme et conscience, déclarer qu’il ne fait qu’appliquer la loi dans toute sa rigueur et que GS ne lui a pas ordonné « d’aller jusqu’au bout »?
    Ces juges aux ordres, ne craignent-ils pas d’avoir un jour à rendre des comptes au peuple? Au plus fort du régime de la Terreur, Robespierre n’a-t-il pas envoyé à la guillotine plusieurs citoyens, dont certains de ses amis, avant de finir lui-même décapité?

    16
    12
    Si El Bey
    11 novembre 2019 - 17 h 45 min

    Voilà la justice des traîtres corrompus, c’est une justice copie sur la justice de la jungle, de pré histoire de la période de la guerre du feu qu’ayant fait de mal ces jeunes à la société, au pays, a la population, rien à part de dire non à la dictature, non à la corruption, non à El hogra, non aux traîtres, non à la nouvelle occupation par les enfants illégitime de l’ex occupant, même leur maître l’ex occupant n’a pas fait autant d’injustice

    20
    11
    Anonyme
    11 novembre 2019 - 17 h 08 min

    C’est une honte de la part de la justice à deux vitesses, pourquoi s’attaquer aux jeunes et notamment aux étudiants à la fleur de l’âge qui n’aspirent que le changement pour un avenir meilleur.
    Les Algériens n’oublieront pas cette injustice, cette hogra, viendra le jour où ces juges du téléphone seront à leur tour jugés.

    26
    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.