Le FLN ordonne à ses militants de se retirer des comités de soutien à Abdelmadjid Tebboune

Tebboune
Abdelmadjid Tebboune. PPAgency

Le responsable du comité de soutien à Aïn Defla du candidat à la présidentielle Abdelmadjid Tebboune vient de jeter l’éponge. Le concerné, membre du FLN, explique son geste par un souci de «discipline partisane». «Je soussigné, Mohamed Khedaoui, militant au Front de libération nationale, et conformément à l’instruction émanant du parti en date du 20 novembre 2019, annonce mon retrait officiel du comité de la wilaya d’Aïn Defla chargé de la campagne électorale du candidat Abdelmadjid Tebboune», lit-on dans la lettre adressée au directeur de campagne ce jeudi. Le signataire explique sa démission par la nécessité de «se conformer aux décisions et aux instructions de la direction du parti, à sa tête le secrétaire général par intérim, Ali Seddiki».

Après donc son directeur de campagne, Abdelmadjid Tebboune perd tous les animateurs de sa campagne électorale au niveau local issus du FLN et qui semblent constituer la majorité de ses soutiens mobilisés par le pouvoir pour ce faire. Ces défections coïncident également avec l’incarcération d’un homme d’affaires proche du candidat qui était présenté jusque-là comme l’homme-lige de Gaïd-Salah.

Tebboune a-t-il été lâché par ses mentors ? Tout semble indiquer que oui, d’autant plus que son rival du RND, Azzedine Mihoubi, apparaît de plus en plus comme le candidat sur lequel mise le pouvoir désormais. Qu’est-ce qui explique ce revirement ? Nous en saurons sans doute un peu plus dans les jours à venir.

K. M.

Comment (17)

    NADA
    22 novembre 2019 - 19 h 11 min

    Ni FLN NI TEBBOUNE

    1
    5
    Momo
    22 novembre 2019 - 13 h 35 min

    Yal khawa, certains essayent de vous faire peur avec cette histoire de chars. Je pense qu’ils n’ont pas tous les éléments en mains pour approcher cette question, ce qui n’est pas rédhibitoire en soi. Mais cela ne leur donne pas le droit, à partir de simples impressions, de se lancer dans des ‘analyses’ hasardeuses.
    Gaid Salah ne pourra jamais passer à la répression violente pour deux raisons:
    La première est d’ordre factuel:
    Il n’est pas sûr que l’armée suive Gaid Salah dans son aventure si l’envie lui prenait d’en découdre avec le peuple. Gaid Salah a, certes, avec lui des généraux félons qui le poussent au suicide mais ils ne sont pas si nombreux (moins de 10). Par contre, il a contre lui presque tous les autres généraux et il y en a au moins 400. La preuve, il n’arrête pas de les emprisonner, de les faire fuir à l’étranger ou de les envoyer à la retraite. Concernant le second cercle, celui des colonels, on retrouve ceux des services secrets qui sont presque tous avec lui mais tout le reste des colonels des autres corps d’armée sont contre. Last but not least, du grade commandant en descendant jusqu’au simple djoundi, c’est à dire les 90% de la troupe, ils sont presque tous contre Gaid salah car ils vivent les mêmes problèmes que le peuple.
    Sortir les chars dans ce contexte, c’est d’abord courir le risque d’un affrontement sanglant parmi la troupe. Conséquemment, Gaid Salah serait arrêté à la minute même qu’il donne un ordre dans ce sens car le gros de la troupe ne le laissera jamais commettre un tel crime.
    La seconde raison est d’ordre géopolitique. Jamais, au grand jamais, les occidentaux ne laisseront l’armée algérienne sortir l’artillerie. Non pas qu’ils aiment le peuple algérien mais ils ont eu l’amère expérience avec la guerre civile syrienne, pays lointain et moins important que l’Algérie, qui a fait fuir plus de 1 million de réfugiés, tous pris en charge par l’occident . Et ils ne veulent pas en vivre une autre.
    Une repression violente de l’armée algérienne jetterait au bas mot 10 millions de personnes dans les bras de l’occident. Aucun pays occidental n’est prêt à un tel scenario car tous les pays de l’Europe seront frappés de plein fouet par une telle catastrophe. Ils n’ont tout simplement pas les moyens d’y faire face, ni financièrement, ni logistiquement, ni surtout politiquement car ils ont sur les bras l’épineux problème de l’extrême droite qui menace la paix sociale et Ils ne veulent pas alimenter la bête immonde.
    Ces européens ne sont pas bêtes. Ils en parlent à Gaid Salah à qui ils ont fixé des lignes rouges. Gaid Salah sait ce qu’il peut faire et ce qu’il ne peut pas faire. Il navigue présentement entre ces deux limites.
    Alors trêve de menaces. Le hirak va bien. Le système va mal. L’armée qui est des nôtres ne pointera pas les armes contre le peuple et l’avenir de Gaid Salah sera fixé au plus tard le 12 décembre au soir.
    Ya chaab Al Ahrar restons SILMIYOUNES. La victoire est proche. N’écoutons pas les prophètes de malheur. L’espoir c’est la vie et la vie n’est qu’une éternelle espérance.
    Tahya Aldjazair hourra democratia, Yasqout Yasqout houkm al giniralate.

    15
    13
      Zaatar
      22 novembre 2019 - 20 h 10 min

      Mais qui parle d’affrontements l’ami? Sortir les chars ne veut pas dire tirer sur des êtres vivants. Sortir les chars pour assister les forces de sécurité à rétablir l’ordre dans un cadre légal, car il y aura un nouveau président et de nouvelles institutions, est autorisé et dans la constitution l’ami en decretant l’état d’urgence et notre ami Gaid Salah en trouvera bien une raison. Sinon, moi qui défend aussi le hirak à s’y méprendre, je suggère qu’il insiste plutôt auprès des militaires pour que ces derniers déposent le Gaid, à défaut d’une grève générale illimitée de tous les moyens de production du pays. Ce sont les seules issues pour descendre ce pouvoir. Encore faut il que je hirak ait des leaders et des décideurs ce qui est loin d’être le cas. Faire de la politique cela sors entend qu’on a passé toutes les épreuves de saloperies possibles et imaginables et qu’on a abattu déjà tous ses adversaires sans états d’âmes l’ami.

      2
      10
        Momo
        23 novembre 2019 - 1 h 24 min

        Pour toi, on rétablit l’ordre en sortant les chars. Elle est bonne celle-là. Pourquoi pas les sous-marins tant qu’on y est.

        6
        7
          Zaatar
          23 novembre 2019 - 5 h 57 min

          Et les avions de combat et les hélicos. Va lire la constitution l’ami. Et lis tout ce qui se rapporte à l’état d’urgence. Après c’est une question d’interprétation et la ca sera Gaid Salah qui interprétera.

          2
          9
          Zaatar
          23 novembre 2019 - 13 h 49 min

          On a lu la constitution chapitre état d’urgence et on est revenu mettre des pouces en bas ?

          1
          6
    Zaatar
    22 novembre 2019 - 7 h 24 min

    On ne le répétera jamais assez. Ce n’est pas ces manifestations pacifiques et ce Hirak qui vont déloger ce pouvoir. Si ce n’était l’opinion internationale Gaid Salah aurait déjà sorti les chars et autres engins militaires et sonnera la fin de la récréation. Maintenant c’est à ça qu’il travaille, car les manifestations ne s’arrêteront pas et il le sait. Alors il sortira les chars dans un cadre « legal » auquel l’opinion internationale n’aura rien à dire. Il va élire un président avec un taux de participation acceptable et truquée. Il fera élire son président, qui sera élu démocratiquement aux yeux de l’opinion internationale comme d’habitude. Il renouvellera les différentes institutions par des élections s’il le faut et truquées. Et si les manifestants sont toujours dehors ils seront hors la loi. H’mida c’est lui qui fait et défaire les lois comme vous le savez. Et sur ce, les chars sont à tous les ronds point de toutes les villes. Et tout le monde rentrera chez lui.
    Aussi, les deux seules solutions qui existent pour abattre ce pouvoir, hormis la solution violente, c’est soit que les militaires eux-mêmes mettent en taule tout de suite Gaid Salah, soit toute l’algerie et surtout tous les moyens de production se mettent en grève pour une durée indéterminée. Sans cela le système a encore de beaux jours devant lui.

    16
    20
    Brahms
    22 novembre 2019 - 4 h 27 min

    Encore un pépé qui voudrait être Président. Qu’il aille plutôt s’occuper des logements sociaux. Face à Trump ou Poutine, il ne pèserait pas lourd dans les discussions. Un peu de sérieux.

    10
    14
    Anonyme
    21 novembre 2019 - 22 h 32 min

    Le Fln et le rnd doivent être dissous à jamais. Ont veut plus entendre parler de ces incompétents qui ont agenouillé mon pays.

    11
    12
    Momo
    21 novembre 2019 - 21 h 54 min

    Tebboune est certainement sacrifié au profit de Mihoubi.
    Quand AlNahar Tv et le FLN commencent à dépecer quelqu’un , cela signifie que le téléphone a sonné.

    23
    13
    Anonyme
    21 novembre 2019 - 20 h 26 min

    Ce pays est foutu !!

    19
    19
    TNT
    21 novembre 2019 - 20 h 25 min

    Le FLN montre son vrai visage, en réalité elle soutient les cinq candidats et les cinq son du FLN qui dit FLN dit RND d’ouyahia le. Bandit le truand,la meilleure solution rester à la maison le 12 décembre et ne pas aller soutenir ces cinq commis d’un pouvoir corrompu

    50
    15
      Anonyme
      21 novembre 2019 - 22 h 38 min

      Change ton pseudo il ne te convient pas. Le 12 il faut sortir et empêcher la mascarade électorale. Ça arrange bien le système si tu restes au chaud chez toi. Le système s’en fout du nombre d’électeurs et sur qui ils votent. Comme d’habitude les résultats sont décidés par la bande.

      11
      14
    Anonyme
    21 novembre 2019 - 19 h 54 min

    Gaied Salah et ses partenaires a la tete de l ANP sont en train de detruire la culture du service et fidelite a la patrie…lui et ses proches ,une bande de generaux vieillards verreux ont largement profiter de la manne du petrole et des petrodollars des royaumes et des emirats du golfe…pour les servir et asservir le peuple Algerien et prendre toute l Algerie et son peuple en otage…pour eux l Algerie est leur proie exclusive..Mais ils se sont affrontes a un peuple sur de ses revendications pour le changement radical du systeme politique et mettre la priorite aux articles 7 et 8 de la constitution permettant au peuple Algerien d exercer son entiere souverainete….
    Donc c est le peuple qui decidera de son avenir et celui des prochaines generations..Le 12 decembre il n y aura pas d election presidentielle ni legislatives..sans le depart des sbires de l ancien regime et ceux du regime actuel..car ses malfrats ont prepare une election basee sur une fraude monstrueuse pour se maintenir au pouvoir et imposer un regime militaire dictatorial qui apauvrira les Algeriens et organisera la faillite du pays par la fraude fiscale et les detournements de milliars de revenus du petrole pour remplir leurs comptes a l etranger…Algeriens ..Algeriennes la plus grande catastrophe nous attend si ce vote du 12 decembre aura lieu,plusieurs millions de dinars sont prevus et distribues pour acheter les voix des Algeriens dans le besoin…le president Houari Boumedienne a dit un jour »Les Algeriens boufferont le sable du desert mais ne baisseront jamais le pantalons » Allah Yarhamou….ces Algeriens dans leur majorite ecrasante existent encore aujourd hui….TAHYA AL JAZAIER au dessus de nos tetes.

    45
    15
    Zaatar
    21 novembre 2019 - 18 h 50 min

    La mafia est toujours au pouvoir…comme le chantait Baaziz,  » lebled ga3 m…da ennass tejri 3al mandat highlander fel pouvoir, men tlemcen el nedroma el houkouma ouellat houma men edouar lel pouvoir »

    51
    14
    Anonyme
    21 novembre 2019 - 18 h 28 min

    On le sait depuis belle lurette! On a eu droit qu’à de l’enfumage. Le sort de l’Algérie de Ben M’hidi et de 42 millions d’Algériens est entre les mains d’une poignée de Bédouins. C’est triste! Tout ça pour ça???

    61
    15
    Naïma
    21 novembre 2019 - 18 h 09 min

    Et de TROIS ! La série continue…..

    31
    13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.