Le pouvoir est-il en train de sacrifier Tebboune au profit d’un autre candidat ?

élecction Tebboune
Abdelmadjid Tebboune avec son ex-directeur de campagne Abdallah Baâli. PPAgency

Par Nabil D. – La guerre que se livrent Abdelmadjid Tebboune et le journal Ennahar, connu pour être proche des cercles de décision, semble être le prélude à un lâchage en règle de l’ancien Premier ministre par l’état-major de l’armée. La polémique entre le journal et le candidat [qui était jusque-là] favori à la présidentielle du 12 décembre prochain – si elle n’est pas annulée – est sous-tendue par l’arrestation d’un homme d’affaires qui orbite autour de Tebboune et qui vient de rejoindre les capitaines de l’industrie emprisonnés par Gaïd-Salah au lendemain de la démission forcée de Bouteflika.

Cet «accrochage» entre la direction de campagne de Tebboune et le journal en question dénote de façon évidente un début de scission au sein du pouvoir, ébranlé par l’ampleur des manifestations opposées à la tenue de la présidentielle et qui se sont élargies aux autres jours de la semaine depuis samedi dernier. Les résidus du système croyaient pouvoir opérer un passage en force, en mobilisant les médias pour se focaliser sur une campagne électorale qui a complètement échoué, l’administration Bedoui ne réussissant pas à réunir plus de quelques dizaines de figurants dans de petites salles clairsemées et emplies de citoyens rameutés des centres de vieillesse, des zaouïas et des agents déguisés en tenue civil.

Des observateurs croient savoir que le choix des tenants du pouvoir actuels serait porté désormais sur l’ancien ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, d’autant que ce dernier jouit du soutien des pays du Golfe dont l’ascendant sur le chef d’état-major de l’armée est plus qu’avéré. Cependant, relativisent ces sources, il n’est pas exclu que ce soit le processus électoral complet qui serait ajourné. Le pouvoir évoquerait l’impossibilité de maintenir le rendez-vous à la date échue, en avançant des causes qui imputeraient ce report à des raisons de «sécurité nationale» ou autre, sans, toutefois, se déjuger.

«Rien ne se passe comme le pouvoir l’a prévu, et son refus de voir la vérité en face le fait se hasarder dans une voie sans issue qui sera fatale pour tout le pays», craignent des sources informées qui se sont confiée à notre site. «Le peuple a de nouveau fait la démonstration de sa détermination à empêcher ce qu’il considère être une mascarade électorale, et l’entêtement du commandement de l’armée à aller jusqu’au bout dans sa logique suicidaire commence à créer des dissidences au sein même du camp de Gaïd-Salah», notent ces sources.

«La démission des directeurs de campagne de Tebboune et Benflis à un jour d’intervalle  sont le signe évident que les candidats poussés par le régime à aller au casse-pipe font face à une pression de la rue telle qu’ils commencent eux-mêmes à douter de la pertinence de leur décision, quand bien même ils essayent de camoufler cela en faisant mine de poursuivre leur campagne comme si de rien n’était», précisent encore nos sources.

N. D.

Comment (26)

    Anonyme
    22 novembre 2019 - 23 h 33 min

    Avec cette pression, la victoire n’a jamais été aussi proche…
    Il est temps qu’AGS et sa clique face leurs valises..

      Zaatar
      23 novembre 2019 - 4 h 54 min

      Cela fait neuf mois qu’il y a cette pression et rien ne change ne serait ce d’un atome…

    Anonyme
    22 novembre 2019 - 4 h 37 min

    Tous ces pépés ne sont que des leurres afin de faire croire à un semblant de légalité. La mayonnaise de la Présidentielle commence à prendre mais bon, Bouchouareb croque son magot au Liban, Paris, bonnes tables aux restaurants mangeant les mets les plus subtils et certains boivent même du vin coté à 1500 €, la bouteille, carte bancaire de type platinium permettant de retirer de la devise ou de faire des achats dans le monde entier, appartements cossus à Paris payés avec l’argent de la magouille. Aucun impôt à payer. La belle vie rien qu’avec la parlote. Voilà ce que nous a ramené le Bouteflikisme, la misère sociale, la corruption et la captation de nos richesses par des entités étrangères.

    Partez, Messieurs, vous ne savez pas faire le job et les dégâts causés sont énormes.

    77
    10
    HOUMTY
    21 novembre 2019 - 19 h 48 min

    SALAM L’KHAWA…. ATTENTION tout ça c’est du khorti… C’est une ruse !!! faire passé tebboune pour le mal aimé, de ce clan de mafiosos pour que le peuple le soutienne finalement et vote massivement pour lui le 12 decembre… WALOU Itnahaw ga3 mél A lé Z.. Place aux jeunes et aux force vives de la nation. le 12 Decembre (( NO VOTE )) Qu’ ALLAH protége notre peuple et notre armée issu du peuple qui protége nos frontiére… gaïd DEGAGE !!!!

    125
    15
      Anonyme
      23 novembre 2019 - 4 h 56 min

      Heureusement que tu es la pour nous le faire découvrir sinon quel malheur on aurait subi

      1
      2
    Algerien Pur Et Dur
    21 novembre 2019 - 14 h 54 min

    La chair de nos gazelles et outardes est malheureusement bien prisee par les chameliers en 4×4 du golfe. Ils ne nous lacheront pas les baskettes facilement. Pour cet escient, leur relais et larbin Mihoubi est leur joker le plus sur. Mais on est tout pres du but. Il faut absolument la continuer cette revolution pacifique et ne rien lacher. Qui d’entre nous ne croit pas que les reussites qui comptent ne se trouvent jamais au bout de chemins faciles. Elles sont toujours au bout de chemins longs, sinueux et escarpes.

    86
    15
    SaidZ
    21 novembre 2019 - 13 h 59 min

    teboune ou mihoubi!? comme on dit en Kabyle « Araw tqjunt win ik yahwan awith » qui veut dire approximativement «parmi les bébés d’une chienne, prends celui que tu veux»

    82
    19
    LE DINAR ALGERIEN
    21 novembre 2019 - 13 h 24 min

    Afin d’enfumer les chancelleries étrangères, les caporaux ont décidé de faire élire un candidat ayant moins de soixante ans, sachant, comment le nervi dont je n’ose même pas citer le nom, est entrain de phagocyter le ministère de la culture, la liste est longues de tous les passe-droits qu’il s’accorde et ses méfaits, pour imposer ses pseudos scénarios ou faire publier ses torchons « littéraires », ce tocard n’est un homme de main de ceux qui sont tapis dans l’ombre.

    78
    14
    Momo
    21 novembre 2019 - 13 h 02 min

    Laissons-les se bouffer les entrailles et étaler au grand jour leur linge sale. Ça ne peut que servir le Hirak en ce sens que les plus réticents verront de plus en plus clairement la nécessité de rejoindre le mouvement national pour abattre ce système.

    84
    13
    Lghoul
    21 novembre 2019 - 12 h 06 min

    Si vraiment ce fossil a 1 gramme de nif, il doit démissioner pour sauver les quelques meubles qui lui reste a sauver.
    Comment montrer son visage a la population quand 40 millions de citoyens le rejettent, son directeur de campagne quittant le navire qui coule et son « supporter » a coups de milliards mis sous les verrous ? Que lui reste t il de « NIFI » pour prouver qu’il est « clean », propre et digne et pas « fake », faux et indigne ? Mais les produits du FLN/RND de type business et affaires personelles ne savent ni ce que veut dire « dignité », ni ce que veut dire « honte ». Leur dictionnaire est simplifié. Il se résume a quelques verbes: Voler, détourner, improviser, mentir, decevoir et bluffer. Alors a quoi s’y attendre d’une telle secte ?

    74
    17
    Anonyme
    21 novembre 2019 - 11 h 47 min

    Ils ont tous des casseroles à traîner sinon ils ne se seraient pas présenter à des élections rejetés par tout un peuple.
    Au fur et à mesure on apprend que tous ces candidats du système ont volé, détourné les moyens de l état en leur faveur ou utiliser leurs fonctions pour leurs propres familles.
    Qui est assez fou pour se présenter contre le peuple sauf un voyou, un traitre ,un voleur?
    Le peuple s est réveillé et d une seule voix il réclame l indépendance de ce régime honni et il restera debout jusqu’à la victoire…

    67
    15
    Anonyme
    21 novembre 2019 - 11 h 22 min

    hadi al bidaya mazal mazal

    21
    14
      hadi
      21 novembre 2019 - 14 h 02 min

      @ Anonyme
      franchement tu as quel âge?tu travaille au moins?
      Qui ne travaille pas l’été, l’hiver se suce les ongles.

      13
      16
    daro
    21 novembre 2019 - 11 h 13 min

    J’ai parlé plusieurs fois du scenario du système, On parle de Mihoubi comme président et Benflis comme premier ministre, Mihoubi étant un arabophile zélé et un mec avec une personnalité faible et incompétente il véhiculera l’idée d’un président jeune et cela arrangera ce système quia besoin d’une marionnette.. Il sera épaulé par Benflis qui est relativement compétent pour diriger les affaires de l’état!!! Voilà le projet et ça passera comme ça, je ne vois pas cet état major ajourner les élections, Ils étaient capables de plonger le pays dans une guerre sans merci dans les années 90 avec la participation des extrémistes voleurs de notre religion… et ils n’hésiteront pas à refaire l’expérience!!!

    34
    17
    ABOU NOUASS
    21 novembre 2019 - 11 h 07 min

    Cette tête à claques de TEBBOUNE reflète bien la désolation dans laquelle est tombée la clique militaire?

    Bientôt ça sera Tag ala men tag ! Et malin sera qui pourra dire qui ouvrira le premier la porte de sortie.
    A el mouradia ça sent le brûlé et les mines ne sont pas belles à voir.

    J’imagine bien un coup de pied au cul de gaid salah qui atterrira sur les quais du port d’Alger.

    La Révolution doit se préparer pour la dernière ligne d’arrivée.

    55
    17
    Bibi
    21 novembre 2019 - 10 h 57 min

    Tout ce marigot ce retrouvera les quatre fer en l’air dans quelques jours!
    Qui pense aujourd’hui sincèrement qu’il y’aura des élections le 12 décembre?
    Avec des millions de manifestants dans la rue ce jour là, a part sortir la 12,7 et arroser des millions d’Algériens je ne vois pas comment ils feront.
    Je pense que d’ici quelques jours ils trouveront un subterfuge pour faire marche arrière, car sinon nous allons directement vers le pire scénario, malheureusement.
    Souhaitons et prions qu’ils aient un instant de lucidité pour ne pas aller vers l’irréparable.

    53
    17
    Omar Khayyam
    21 novembre 2019 - 10 h 51 min

    Ce qui se passe dans la HAUTE SPHÈRE refuge d’un quarteron d’INCULTES NOUS IMPORTE PEU…!!!NOUS SAVIONS que leur GROTESQUE mise en SCÈNE, Younes et son PANEL PATCHWORK (مرقع ), Charfi et sa belle ANIE (مرقعة ) qui ont accouché de 5 DÉFROQUÉS HURLUBERLUS biberonnés pour la MAHZALA. N’allaient, à l’évidence pas faire LONG FEU (un pétard mouillé) !!La DÉTERMINATION, à tout rompre, du PEUPLE ALGÉRIEN dans toute sa diversité ET cette COLÈRE SOURDE qui S’AMPLIFIE aux 4 coins de notre PAYS sont le GRAIN de SABLE qui est en passe D’ENRAILLER la mécanique de ce systeme et sa POLICE POLITIQUE structurée par des bataillons de HNOUCHAS…Khawti, 57 ans de nuit NÉOCOLONIALE, le PEUPLE ALGÉRIEN est entrain de détricoter le fil noir du fil blanc…THE INDEPENDENCE DAY RISES!!
    Elmejd à nos CHOUHDAS et son EXCELLENCE LE PEUPLE ALGÉRIEN

    38
    14
    Sacro saint
    21 novembre 2019 - 10 h 43 min

    La feuille de route de GS et sa bande est déjà tracée ainsi que son agenda, reste à déterminer le moyen de transport : Avion ou bateau.
    1 – Provoquer une guerre civile ou riposte sanglante du Hirak coûte que coûte en prenant la précaution de déclarer dans son dernier discours « Qu’il a donner l’ordre aux militaires de ne pas utiliser la brutalité sur le peuple » donc c’est une assurance au yeux de l’opinion internationale qu’il est contre la violence. Il compte sur la police faire cette sale besogne qu’il sacrifiera ensuite pour instaurer son « Etat d’Urgence. »
    Là, il prendra l’avion, c’est plus rapide et le pilote c’est son commandant de bord.

    2 – Si rien ne se passe, il sait qu’il n’y aura pas d’élections donc ça lui permettra d’instaurer son « Etat de Siège. »
    Là, il prendra le bateau, il a tout son temps et le pilote c’est son capitaine de vaisseau.

    Les Tebboune, Benflis … ne sont que du décors.

    54
    15
    Ma Vérité
    21 novembre 2019 - 10 h 00 min

    Monsieur Tebboune est un commis du général GS et il est aussi son favori, mais comme notre général est occupé par d’autres soucis et avec un cerveau d’un homme âgé, il ne peut pas être partout et surtout ne pas lui demander l’impossible sauf où cas d’un Méchoui de gazelles dans les alentours, Mr Benflis aura la même sort dans les prochains jours, reste Mr Mihoubi l’élève du corrompu repris de justice Mr Ouyahia est le favori des donneurs d’ordres aux G S et le reste du pouvoir, tout un cirque pour Rien ou presque, créé de la sensations et le suspense à des citoyens sous occupation d’une juntes militaires sans foi, ni loi

    57
    15
    Zaatar
    21 novembre 2019 - 9 h 43 min

    Qu’on se mette une bonne fois pour toute dans la tête ceci: le pouvoir et a sa tete Gaid Salah, sacrifiera toute l’algerie et les 40 millions d’algériens avec s’il le fallait pour préserver ses intérêts et ne pas être comptable devant la justice de ses méfaits passés Qu’on comprenne bien que ce pouvoir mettra le feu partout, et on en voit déjà les prémices, pour sauver ses f…et sa tête.

    24
    17
      Karamazov
      21 novembre 2019 - 13 h 47 min

      Soubhane allah ! Allah yerhem hadik lfoum ligalt’ha !

      Comme disait Ma3toub

      « Unguif ibuben taburt aken iwen tedra
      m tenwem ad darqen i tsarut thes3am niya ».

      Safidir isk : vous croyez que c’est parce qu’ils ne savent pas comment vous remettre les clés qu’ils s’y prennent mal , comme le disait le plus grand économiste du monde : Lalmas.

      Et pourtant il n’y qu’une seule question qui vaille .

      Le pouvoir est-il prêt à se faire hara-kiri pour faire plaisir au Hirak en lui remettant les clés pour qu’il lui applique la dictature de la3raya ?

      AGS leur a dit : on ira jusqu’au bout .
      Alors , allez y vous aussi et vous allez voir !

      9
      14
        Zaatar
        21 novembre 2019 - 18 h 04 min

        Il y a des moments où je n’en reviens pas ils sont nombreux à se dire que demain c’est la vie en rose…

        4
        12
    Anonyme
    21 novembre 2019 - 9 h 28 min

    Cela confirme les rumeurs qui courent depuis 3 semaines. Voyant la réaction unanime de toute la population contre Tebboune, les Émiraties ont suggéré à Gaid de miser plutôt sur Mihoubi qui est moins « mouillé » dans le système. Mais après 3 jours de campagne électorale ils ont du revoir leur copie car même Mihoubi est rejeté!!! Win trouh ya qatel errouh!!

    62
    17
    Dernier virage
    21 novembre 2019 - 9 h 26 min

    Faire une élection de force est suicidaire. Aucun pouvoir, aussi brutal doit-il n’a réussi un bras de fer face à sa population.
    Il faut être aveugle, sourd et complètement taré pour croire un instant qu’on peut faire abstraction du désir ardent de changement radical du peuple pour se lancer dans cette dangereuse opération. C’est mettre le pays dans une situation inextricable. Quant aux responsables et leurs candidats croupions, dans meilleur des cas ils finiront en exil. Le peuple et l’histoire ne seront pas amnésiques

    60
    17
      Sam
      21 novembre 2019 - 12 h 03 min

      Excellente analyse !
      Quant aux neo-harkas 2019, ils n’auront pas le droit à l’exil car aucun pays ne voudra s’encombrer de ces traitres ou de militaires d’une junte et ils seront traqués en Algérie comme des rats et ceux qui pourront quitter le territoire ils seront traqués par la diaspora présente à travers le monde entier. Harkas 2019 (juges, procurreurs, journalistes de nahar, moujahid,…, policiers, …) vous vous êtes exposés en défiant le Peuple algérien et vous êtes donc identifiés et identifiables pour être jugés et comdamnés à des peine lourdes!!!

      50
      13
    Lghoul
    21 novembre 2019 - 9 h 08 min

    « Après le placement sous mandat de dépôt de l’ex-député Omar Alilet, les services de sécurité élargissent leur enquête sur l’entourage de Tebboune » – Pour le peuple c’est toujour « NI TEBBOUNE, NI DEBBOUNE » – A toute la racaille de l’encien systeme: GET OUT !!!

    58
    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.