L’Institut français d’Algérie lance sa seconde résidence d’écriture scénaristique à Timimoune

Du 24 novembre au 7 décembre, les jeunes réalisateurs Emma Benestan, Walid Sahraoui et Mohamed Yargui participent à la deuxième résidence d’écriture scénaristique mise en place par l’Institut français d’Algérie. Ils succèdent ainsi à Karim Moussaoui et Lidia Terki, résidents en 2018.

Emma Benestan, Walid Sahraoui et Mohamed Yargui ont été sélectionnés tant pour leur expérience que pour leurs projets artistiques de grande valeur. Durant 15 jours, ils se retrouvent en immersion totale dans un gîte traditionnel à Timimoune, principale oasis de la région du Gourara.

Associant trois auteurs – algériens et français – à un lieu emblématique du Sud algérien, cette résidence offre les conditions d’un partage autour de la création artistique. Elle permettra aux trois auteurs de se consacrer à l’écriture de leurs prochains films et d’inscrire leur travail dans un lieu nouveau, propice à l’échange d’expériences et à l’entraide.

R. C.

Comment (3)

    Nadia
    28 novembre 2019 - 15 h 15 min

    Vraiment, très étranges les activités de cet « institut » frangao en Algérie. Sommes-nous « indépendants » ou pas m…. !!! Comment et surtout POURQUOI « nos »… « autorités » puissent laisser cet « institut » véritable NID D’ESPIONS faire ce qu’il veut dans notre pays !
    Mystère et boule de gomme… C’est tout simplement inadmissible !!!
    Vraiment, il se passe des choses très étranges dans notre pays. Sommes-nous, réellement, SOUVERAINS et « libres »…? JE NE LE PENSE PAS.

    5
    4
      Anonyme
      28 novembre 2019 - 22 h 58 min

      Tu me fais penser à ce que marmonnait une femme un jour que j’étais aller voir des amis chez fafa, à Toulouse.
      Nous étions trois couples d’algériens avec deux couples de français et nous entrions dans un restaurant. Quand derrière moi elle a murmuré à l’adresse des gens avec lesquels elle était à table (mais en fait cela nous était destiné): « Sommes-nous encore en France? Comment se fait-il que nous soyons envahis… et que font nos politiques? » Texto.
      Il y a des gens comme ça qui n’aiment pas les étrangers. Dans tous les pays.

      4
      3
      Anonyme
      29 novembre 2019 - 23 h 42 min

      L’Institut français, partout dans le monde, est un nid d’espions. La couverture est culturelle et éducative. Particularité : ce sont surtout des gens souhaitant se nourrir de chair adolescente. Vous ne le saviez pas encore ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.