Faire contre mauvaise fortune bon cœur ?

peuple 12 décembre
Vers des changements réels ? D. R.

Par Aziz Ghedia – Comme prévu, les élections du 12 décembre ont eu lieu. Les tenants du pouvoir – et à leur tête feu Ahmed Gaïd-Salah – sont allés jusqu’au bout de leur logique. Il n’y a pas eu, malheureusement, de «jamais deux sans trois» auquel une bonne partie de la «rue» algérienne croyait.

Certes, ces élections ont été boycottées par une grande partie des Algériennes et des Algériens. On sait que les chiffres finaux de cette mascarade électorale ont été gonflés à outrance. On sait que moins de 10% de la population algérienne en âge de voter a voté. On sait aussi que les jeunes Algériens qui, tôt le matin, se sont précipités vers les bureaux de vote sous l’œil propagandiste des caméras des chaînes de télévision du pouvoir, ne sont en réalité que des militaires en civil auxquels feu Ahmed Gaïd-Salah, l’ex chef d’état-major, avait intimé l’ordre non seulement de voter, mais de donner leur voix au candidat sur lequel l’institution militaire avait jeté son dévolu.

En fait, les Algériens ne sont pas dupes et ils savent beaucoup de choses concernant les agissements de ce système capable de tout pour se maintenir. Les Algériens, et en particulier ceux qui participent au Hirak depuis le 22 février 2019, sont arrivés à maturité politique et ne peuvent donc être roulés dans la farine comme au temps du parti unique. Si j’ai fait allusion au parti unique, c’est juste pour mettre en exergue le fait que l’éveil des Algériens remonte, en fait, à de bien longues années, mais la peur du retour à la décennie noire freinait en quelque sorte leur volonté de dénoncer le système Bouteflika poussé à son extrême caricature.

Puis ce qui devait arriver arriva.

Et, de notre point de vue, il ne s’agit ni d’un complot contre l’Algérie monté de toute pièce dans des officines étrangères ni d’un soulèvement populaire ayant un quelconque lien avec le fameux «printemps arabe». La goutte qui a fait déborder le vase, est-il peut-être utile de le rappeler, c’est cette tentative d’octroyer un cinquième mandat à un Président complètement effacé de la scène politique depuis plusieurs années. Sans cela, sans cette prédisposition de certains Algériens au culte de la personnalité – qui ont voulu faire de «Son Excellence» un président à vie –, on n’en serait pas là. Les choses auraient probablement pris une autre tournure. Sans cette bassesse politique qui consiste à louanger à outrance «l’homme fort» du moment, fût-il grabataire, juste pour garder ses privilèges, un autre Président, issu peut-être même des rangs du FLN, serait déjà à son huitième mois de gouvernance.

Mais comme «à chaque chose malheur est bon», il est de bon ton de considérer ce malheur comme une aubaine. Du pain béni pour une Algérie qui devrait, normalement, renaître. Pas de ses cendres, puisqu’il n y a eu ni destruction des infrastructures ni guerre fratricide comme l’avaient prédit certains responsables politiques au début du Hirak, mais de la volonté et de l’audace de ces hommes et de ces femmes que toutes les intimidations et toutes les menaces des forces de l’ordre n’ont pas réussi à faire renoncer à leur rêve. Ce rêve est en train, aujourd’hui, de se réaliser. Tout doucement peut-être, mais surement.

En effet, sous la pression de cette force fabuleuse du Hirak, beaucoup de choses ont changé. Beaucoup de ceux qui pensaient que l’Algérie, ses richesses et sa manne pétrolière étaient leur propriété privée et celle de leur progéniture, se retrouvent, aujourd’hui, derrière les barreaux. Le clan est presqu’entièrement anéanti. Que cela soit le fait d’un règlement de comptes entre clans au pouvoir ou l’aboutissement logique de la pression du Hirak, cela n’y change rien.

Après dix mois de Hirak, les élections du 12 décembre ont eu finalement lieu. La logique et le bons sens recommanderaient peut-être d’accepter ce fait accompli. En fait, le peuple algérien est sommé de «faire contre mauvaise fortune bon cœur».

Avec la nomination du nouveau gouvernement, l’Algérie vient de franchir une nouvelle étape de son histoire. C’est peut-être le début d’une nouvelle ère. C’est peut-être l’aube d’une nouvelle République, même si certains ministres sont des revenants, des ministres-résidus de l’ancien régime.

Plusieurs remarques peuvent être faites concernant ce gouvernement soi-disant de technocrates. Non seulement il y a eu reconduction pure et simple de certains ministres décriés par le Hirak pour leurs prises de position antérieures en faveur du cinquième mandat, mais il y a, sans doute aussi, du populisme, beaucoup de populisme dans la nomination de certains autres, à l’image de ce jeune de 26 ans. Ce choix a-t-il été fait intentionnellement par le nouveau Président juste pour montrer de façon on ne peut plus claire qu’il a respecté ses promesses et ses engagements électoraux ?

Toujours est-il qu’il y a du changement dans l’air. Un changement perceptible, même s’il reste beaucoup de choses à faire. Peut-être au prochain remaniement ministériel qui devrait intervenir le plus tôt possible car, avec un «attelage» pareil, la diligence Algérie n’ira pas loin.

Dans tous les cas, c’est ce sentiment que m’inspire, personnellement, l’évolution politique de ces derniers jours, notamment avec le début de la mise en œuvre de la condition phare des préalables exigés par le Hirak : la libération des détenus d’opinion.

A. G.

 

Comment (16)

    Zaatar
    7 janvier 2020 - 5 h 19 min

    Faisons contre mauvaise fortune bon cœur. Il me semble qu’en février 2019 c’etait: le temps est venu de changer les choses. Le hirak a pris de l’ampleur et s’en est fini de ce système. Puis au fil des mois ce fut: le hirak ira jusqu’au bout, jusqu’à l’éviction de tout le système. Apres c’était il n y aura pas d’élection avec la 3issaba. Apres c’est il faut des gestes d’apaisement pour entamer le dialogue. Et, faisons contre mauvaise fortune bon coeur et en parallèle les plus endurcis continuent de dire on ira jusqu’au bout. Lorsque l’on regarde cette courbe de l’expression des avis sur le hirak suivant le temps, on déduit très vite vers quelle limite elle tend.

    3
    11
      Anonyme
      7 janvier 2020 - 10 h 10 min

      @Zaatar cela fait des mois que tu dis que le Hirak est fini mais il est toujours là. Cela aurait du te rendre modeste et te faire dire que tu t’es peut-être trompé. Au lieu de cela tu t’entêtes et tu guettes la fin du Hirak pour dire soulagé « vous voyez j’avais raison »!!

      1
      1
        Anonyme
        7 janvier 2020 - 12 h 59 min

        Ya anonyme cela fait des mois que le hirak dit yetnahaw ga3, et makanch intikhabbet, et dawla madania machi 3askaria…etc. 11 mois après un ex premier ministre de bouteflika est président de la république, un ex conseiller à la présidence sous Zeroual et sous bouteflika est premier ministre, des anciens ministres du système sont reconduits dans le gouvernement avec de nouveaux ministres…il n y a plus de vice ministre de la défense certes, mais c’est le même état major. Qu’est ce qu’il faut de plus?
        Ceux qui sortent le vendredi et le mardi peuvent continuer à le faire.

        1
        1
    Omar Khayyem
    6 janvier 2020 - 14 h 54 min

    « Sous un bon gouvernement, la pauvreté est une honte ; sous un mauvais gouvernement, la richesse est aussi une honte. »
    Confucius

    14
    4
    58 ans
    6 janvier 2020 - 12 h 01 min

    pour conclure je dirai « et l étincelle a eu lieu » le peuple acculer au fin fond de l abîme et piétiner ,il arriva et arrivera ce qui devait arriver
    ce n est que le commencement le hirak ira jusqu’au bout

    29
    5
    Djazaïri
    6 janvier 2020 - 11 h 22 min

    La ministre de l’Environnement est l’ex directrice pédagogique de l’Académie militaire de Cherchell, épouse d’un général, le ministre de la Santé est le frère d’un Chargé de mission au Premier ministère, le secrétaire d’État chargé de la production culturelle est marié à la fille du général Lachkham etc… il y en a qui sont vraiment naïfs pour croire que ce pouvoir va changer de méthodes…

    34
    7
      Omar Khayyem
      6 janvier 2020 - 12 h 13 min

      Personne n’est DUPE c’est pourquoi Nous disons et exigeons depuis 1 an YETENAHAW GA3!! tebboune n’est que le strict CONTINUUM (Ensemble d’éléments homogènes) de 1962!! LA COOPTATION c’est leur marque de fabrique , leur empreinte GENETIQUE et SEULE la RUPTURE devrait venir à bout de ce NIDHAM PERFIDE , PERNICIEUX MILITARO-PATERNALISTE
      El mejd à nos Chouhadas et à BOUMALA,BELARBI,TABBOU, DAOUDJI…

      30
      7
    Vendredire
    6 janvier 2020 - 10 h 54 min

    C’est cela ! On y arrive tout doucement. Après toutes les tentatives visant à discréditer le hirak, en vain, d’autres courtiers entrent en scène avec un message cette fois-ci plus conciliant: le hirak a raison mais ce pouvoir travaille pour ke changement. Acceptons-le et faisons contre mauvaise fortune bon cœur.
    Incroyable!!!!!!!!!’

    Ps: le gouvernement, en manque d’argent, vient de lancer 20 taxes supplémentaires qui vont étrangler les petites bourses. trois d’entre elles viennent d’être rendues publiques: la taxe de sortie du territoire qui vient de passera de 500 DA à 1000DA, une taxe sur les electro-ménagers qui varient entre 5% et 40% selon l’efficacité énergétique des appareils en question, les timbres pour passeports pour enfants qui grimpent à 3000DA.
    Les autres taxes seront divulguées au fur et à mesure. Dans 6 mois vous aurez 30 millions dans les rues.

    32
    9
    Karamazov
    6 janvier 2020 - 10 h 46 min

    Iben moua je vous ait toujours dit que le Hirak est une grossesse nerveuse ou une aérophagie, pendant que vous autres vous disiez que c’est un divin enfant , c’est un miracle . Le fabuleux Hirak vous disiez comme si vous l’aviez déjà sanctifié pour le faire rentrer dans la mythologie fondatrice de notre nation.

    Et maintenant a un moi après le terme échu le Hirak n’a accouché de rien et vous vous demandez s’il ne faut pas se rendre a l’évidence ou s’il faut continuer à faire comme si le Hirak a réussi . Car après tout Bensallah et Bedoui sont partis .
    Après avoir cru comme cet immense économiste que le pouvoir ne savait pas comment remettre les clefs et qu’il suffisait de l’aider , vous vous emmêler les pinceaux pour savoir comment vous rendre et manger votre chapeau sans le dire clairement ainsi.

    Vous ne dites pas qu’après un bras de fer de 10 mois le système a vécu , le « fabuleux » Hirak a perdu, il faut reconnaitre sa défaite . Vous dites : il faut accepter fait accompli , comme si tout n’ a pas été fait au vu et au su du Hirak qu’il n’avait pas tout fait pour l’empêcher.

    Ne vous défaussez donc pas sur le Hirak , Monsieur AG . Occupez-vous de Jil Jadid . Comme on dit chinou: chacun a un cerveau pour réfléchir et sait ce qu’il doit faire pour ce qui le concerne. Dites la position de jil jadid et ne cherchez pas a entrainer avec vous le Hirak.

    6
    26
      Omar khayyem
      6 janvier 2020 - 13 h 31 min

      « à un moi après le terme échu le Hirak n’a accouché de rien » Enfin cher karama l’honneur est zov tout de même!! vous poussez un peu trop le bouchon!! dire que tout ça pour ça c’est aller un chouya trop en besogne …une révolution et ça en est bien une!!c’est un cheminement au long cours cher ami!! Nous restons debout contre vents et marées N’EN DÉPLAISE à CEUX qui NOUS font INJURES
      El mejd à nos CHOUHADAS et BELARBI BOUMALA, TABBOU et DAOUADJI…

      15
      8
        Karamazov
        6 janvier 2020 - 17 h 21 min

        Je ne pousse pas le bouchon y Si kayam , je le tire !

        A la tienne kamim !

        7
        14
      Krimo
      6 janvier 2020 - 16 h 06 min

      Karama(zov),

      «….. le Hirak est une grossesse nerveuse ou une aérophagie….». T’as beau dire, t’as beau cogiter le phénomène (que tu n’as vu venir dans tes rêves les plus fous) dans tous les sens, tu ne resteras que l’écho franchouille de feu Pap El Oued,

      Ce hirak a déjà fait son Cromwell, il a (que tu le veuilles ou non) « désembastillé’’ la pensée unique, rendu la ‘’version Bismarck’’ aux sons des fifrelins aux quatre coins du pays …….. et il ne veut en aucun cas réinterprété Gettysburg.

      Tu n’en es pas conscient, pas grave, la chanson est connue, mais ton Luc a pris de l’urticaire et comme dit l’adage populaire « et’bib y hir fi douak

      17
      7
        Omar khayyem
        6 janvier 2020 - 17 h 18 min

        @mokri
        de la repartie immaculée en culture confiture frelatée…l’archétype des « bien né-e-s »

          Krimo
          7 janvier 2020 - 16 h 13 min

          Omar khayam,

          De lui a ton pseudo :

          « Ceux qui par la science vont au plus haut du monde, qui par leur intelligence, scrutent le fond des cieux ; ceux-là, pareils à la coupe du ciel, la tête renversée, vivent dans leur vertige »

          Allez je te promets quand la Vigne aura une fille tous les accultures se joindront a moi pour te la donner ……. et tu cesseras de dire a Dupont «  aboule la gnole ’’

          2
          1
    lhadi
    6 janvier 2020 - 9 h 55 min

    A la question « en quoi consiste la sagesse ? », Conficius, le chinois le plus connu au monde, a répondu tout aussi laconiquement : « connaitre les hommes ». La sagesse, c’est comprendre les autres.

    Il est clair que, si nous voulons nous faire de bons amis, il nous faut d’abord être bienveillants et avoir le désir de nous lier avec les autres ; ensuite, nous devons être capables de discernement. A ces conditions essentielles et indispensables, vous n’aurez aucun mal à vous faire les amis de la meilleure qualité possible.

    En ce sens, se faire un bon ami est le début d’un nouveau chapitre magnifique de sa vie. Nos ami sont comme un miroir : en les regardant, nous pouvons distinguer nos propres lacunes.

    Conficius dit : « trois sortes d’amitiés sont avantageuses et trois sortes d’amitiés sont nuisibles. L’amitié avec un homme qui parle sans détour, l’amitié avec un homme sincère, l’amitié avec un homme de grand savoir, ces trois amitiés sont utiles. L’amitié avec un homme habitué à tromper par une fausse apparence d’honnêteté, l’amitié avec un flatteur hypocrite, l’amitié avec un beau parleur, ces trois sortes d’amitiés sont nuisibles. «  (XVI,4.).

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    6
    36
    Sansylo
    6 janvier 2020 - 9 h 16 min

    En effet, pour l’instant ce n’est que de la poudre de perlimpimpin.

    32
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.