Nettoyer de l’intérieur

Mouv Tebboune
Abdelmadjid Tebboune. D. R.

Par Abdelkader S. – Abdelmadjid Tebboune ne pourra pas mener à bien son plan de «réconciliation nationale» s’il ne dégage pas au plus vite les embûches qui se dressent sur son chemin. Le successeur de Bouteflika n’a pas que des «alliés» au sein du pouvoir. Ceux qui ont manœuvré contre lui lors de la présidentielle du 12 décembre sont toujours aussi actifs, et leur capacité de nuisance est intacte.

De nombreux indices corroborés par des sources diverses montrent que des cercles malveillants s’affairent depuis la démission forcée de Bouteflika à asseoir leur pouvoir par la manigance et la manipulation. Il s’avère qu’il existe des velléités de pouvoir dans le pouvoir.

Le président Tebboune, qui s’emploie à atténuer le handicap de l’absence de légitimité populaire induite par l’abstention record lors de l’élection qui l’a toutefois porté au sommet de l’Etat, en ouvrant les portes d’El-Mouradia aux figures de l’opposition, n’est pas sans savoir que toute sa stratégie risque de tomber à l’eau s’il ne se débarrasse pas des parasites qui se sont imposés comme des interlocuteurs incontournables dans la crise et qui tirent les ficelles derrière le rideau. Ces parasites se sont enracinés au sein des services de sécurité – auxquels ils sont pourtant étrangers – à la faveur du manque de discernement dont a fait preuve l’ancien chef d’état-major.

D’aucuns savaient, depuis le début du Hirak, que le changement ne pouvait venir que de l’intérieur du système lui-même. La disparition de Gaïd-Salah, qui était le véritable nœud gordien de la crise, a permis à Abdelmadjid Tebboune de se libérer d’un lourd fardeau et d’envisager son action future sous de meilleurs auspices. C’est donc dans une situation confortable qu’il a entamé ses consultations pour aboutir au dialogue auquel une bonne partie de l’opposition adhère. Mais ceux qui ont manipulé Gaïd-Salah et se sont constitués en véritable lobby qui gêne tout effort pour le règlement de la crise continuent de semer la zizanie et de provoquer les citoyens par des actions d’intimidation et des manœuvres dilatoires avec la complicité d’un appareil judiciaire toujours aussi soumis.

Si le travail herculéen qui attend Abdemadjid Tebboune est monumental, l’aboutissement à des résultats positifs et concrets dans des délais raisonnables relèvera de l’impossible tant qu’il n’aura pas nettoyé les écuries d’Augias avant de s’engager sur le chemin des changements profonds qu’il a promis.

A. S.

Comment (14)

    Anonyme
    16 janvier 2020 - 22 h 05 min

    Il faisait parti des cinq personnes qui se sont présenter ou que GS nous a présenter au peuple pour les élections n est ce pas ou je me trompe ? Il était d accord comme les autres , maintenant qu’ il est président je vais pas le pleuré quand même .. Enfin je crois mais je suis pas sur , j avais lu ca y a longtemps sur la sunna du prophète Mohamed ( saw) dans le livre je crois Riyad Salihin si ma mémoire est bonne ca fais très lgtps bref il y avait un chapitre sur le chef et disais qui fallait mieux que les gens élisent le chef plutôt qu’ il s auto proclame chef , pkoi parce que le jours ou ca va pas , ils pourront s en prendre qu’ a eux même puisque c est eux qui l ont choisi mas si tu deviens chef par toi même , ils te lyncherons à la moindre incartade voila je résume a ma façon . .. donc lui Tebboune devrait en prendre de la graine , vs voyez l islam n a jamais aimer le dictat ou les rois , ca c est les hommes e de ttes confessions y a pas de races ou de religions ; il est assis entre deux fauteuils d un coté il a ses faux amis et de l autre coté un peuple qui n a pas voté pour lui , donc ces a lui de tiré ses épingles du jeu car son prédécesseur était un expert et avait plus de charisme que le veuille ou pas et bien plus manipulateur et malin et tres intelligent , lui je pense pas il a été remercier par un frère de président et u oligarque de rien du tout sans broncher , ils l auront pas fait à l autre Abdelaziz Bouteflika et qui conque ; il les tenais tous d une poigne pdt 20 ans il le craignait grave même au sein de l ANP , ce qui n est pas son cas a Tebboune ; donc il doit piloter et faire confiance a personne et prendre les bonnes décisions surtout …voila le conseil que je peux lui donner en tant que pti citoyen que je suis . Bon courage président maintenant .

    10
    2
    lhadi
    16 janvier 2020 - 20 h 10 min

    Pour conforter sa légitimité de chef de l’Etat’, le président de la république doit s’adresser au peuple algérien et mettre l’accent sur la nécessité de préserver à l’avenir ce qui a toujours fait notre force aux heures les plus glorieuses comme les plus tragiques de notre histoire nationale.

    Il doit mettre l’accent sur l’urgence que la nation algérienne redevienne une famille dont la force réside sur la loyauté. Ce lien qui nous unis est notre bien le plus précieux. Il nous rassemble, nous protège, nous permet d’aller de l’avant, nous donne les forces nécessaires pour imprimer notre marque dans le monde d’aujourd’hui, un monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.. Restons toujours unis et solidaires. Bien sûr, il peut y avoir des différences de conception, de divergences de vues mais nous devons dans le dialogue, dans la concorde, nous retrouver sur l’essentiel. C’est comme cela que nous continuerons à avancer. Dans l’union, dans le respect de notre diversité et de nos valeurs, dans le rassemblement, nous pouvons nourrir toutes les ambitions.

    En se plaçant plus que jamais au-dessus de la mêlée, le Président de la république aura une liberté de jugement et d’appréciation qui lui permettra de mieux cerner les attentes de nos compatriotes et de se faire par là l’interprète de leurs espoirs et de leurs inquiétudes. En fin de compte, trouvent en lui le recours et le rassemblement dont ils ont besoin, le seul de leurs dirigeants qui ait vocation à incarner la nation tout entière.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    7
    13
    Ashtough
    16 janvier 2020 - 19 h 51 min

    L’Algérie va de mieux en mieux et grâce à notre nouveau président, nous devons le soutenir et l’aider à développer le pays, ne soyez pas négatif, notre président est meilleur que Bouteflika

    10
    31
    CHAOUI-BAHBOUH
    16 janvier 2020 - 19 h 03 min

    JE SUIS CET IGNORANT CHAOUI ALGÉRIEN LORIOT d’EL-MADHER ! PREMIÈRE QUESTION : à moi-même, sans vouloir l’imposer aux autres ! Qui je suis ? D’où je viens moi AMAR LORIOT ? Que fais-je ? Que deviendrais-je ? C’est une question que doit faire à tous les êtres de l’univers, mais à laquelle nul ne nous répondra. Je demande aux plantes quelle vertu les fait croître, et comment le même terrain produit des fruits si divers. Ces êtres insensibles et muets, quoique enrichis d’une faculté divine, me laissent à mon ignorance et à mes vaincs conjectures. J’interroge cette foule d’animaux différents, qui tous ont le mouvement et le communiquent, qui jouissent des mêmes sensations que moi, qui ont une mesure d’idées et de mémoire avec toutes les passions. Ils savent encore moins que moi ce qu’ils sont, pourquoi ils sont, et ce qu’ils deviennent. Je soupçonne, j’ai même lieu de croire que les planètes qui roulent autour des soleils innombrables qui remplissent l’espace sont peuplées d’êtres sensibles et pensants ; mais une barrière éternelle nous sépare, et aucun de ces habitants des autres globes ne s’est communiqué à nous. Monsieur le prieur, dans le Spectacle de la nature a dit à monsieur le chevalier que les astres étaient faits pour la terre, et la terre, ainsi que les animaux, pour l’homme. Mais comme le petit globe de la terre roule avec les autres planètes autour du soleil ; comme les mouvements réguliers et proportionnels des astres peuvent éternellement subsister sans qu’il y ait des hommes ; comme il y a sur notre petite planète infiniment plus d’animaux que de mes semblables, j’ai pensé que monsieur le prieur avait un peu trop d’amour-propre en se flattant que tout avait été fait pour lui ; j’ai vu que l’homme, pendant sa vie, est dévoré par tous les animaux s’il est sans défense, et que tous le dévorent encore après sa mort. Ainsi j’ai eu de la peine à concevoir que monsieur le prieur et monsieur le chevalier fussent les rois de la nature. Esclave de tout ce qui m’environne, au lieu d’être roi, resserré dans un point, et entouré de l’immensité, je commence par me chercher moi-même. dans ce vaste Monde sans pitié, ni remords !

    9
    9
    Anonyme
    16 janvier 2020 - 17 h 12 min

    Ca me rappelle le 1er mandat de Boutef où j’essayais d’expliquer à certains amis qu’il ne fallait pas compter sur Boutef pour remettre l’Algérie sur les rails car il faisait partie du même système. 20 ans après il faut encore expliquer à certains naïfs la même chose. Réfléchissez une seconde! Aurait-il été placé à ce poste s’ils avaient un doute qu’ils les mettraient en prison une fois élu?? C’est comme dans la mafia on vous fait commettre un crime pour pouvoir vous dénoncer en cas de soucis. Autrement dit, ils ont sûrement un dossier sur lui (ou ses proches) qu’ils utiliseront en cas de besoin

    22
    4
    Libérer les énergies
    16 janvier 2020 - 17 h 08 min

    Monsieur Tebboune ne peut rien seul, c’est à chacun de nous de faire ce travail à notre niveau en commençant par nous-mêmes et pour cela, ce qu’il peut et doit faire c’est libérer les énergies. Des  » Djamel Belmadi  » il y en a des millions en Algérie. Il faut simplement les laisser travailler.

    9
    16
    Préoccupations du hirak
    16 janvier 2020 - 16 h 52 min

    Monsieur Abdelkader S. , auteur de l’article , merci sincèrement pour ces informations, mais avec tous mes respects, le hirak s’en contrefiche de se qui se passe au sein du sérail ! Le Hirak, lui, a besoin au plus vite de s’unir dans un même pacte démocratique, une seule alliance démocratique, un seul socle démocratique qui rassemble tous les vrais démocrates pour se constituer en force d’opposition et aussi en force de proposition pour aller vers un Etat de droit, une vraie république démocratique !

    16
    4
    Libérer les énergies
    16 janvier 2020 - 16 h 48 min

    Cette légitimité que monsieur Tebboune n’a pu obtenir par l’élection, il peut l’obtenir par les actes. Plus il satisfera les revendications du hirak, plus d’algériens le soutiendront. S’il est sincère dans ses démarches, alors il aura besoin de l’implication d’un maximum de citoyens pour faire ce nettoyage. Et s’il a la confiance du hirak, alors celui-ci sera derrière lui et aucun parasite ne peut résister à la formidable volonté de ce peuple.

    8
    9
    Abdel kader
    16 janvier 2020 - 16 h 20 min

    Ce qui compte c’est d’y croire
    Comme disait un grand Docteur
    L’important c ´est de croire en ta guérison
    Sinon tu guéris pas
    La Monnaie c la confiance

    7
    8
    Anonyme
    16 janvier 2020 - 15 h 23 min

    Le nettoyage à l’intérieur est une nécessité. N’oublions pas que l’habitude est une seconde nature…En plus , le Bouteflikisme s’est ancré dans les profondeurs…20 ans c’est toute une vie.

    21
    5
    Felfel Har
    16 janvier 2020 - 14 h 02 min

    Le nettoyage aurait dû commencer avant la formation du gouvernement avec l’élimination de tous ceux qui ont servi sous Bouteflika. Cela n’a pas été le cas, malheureusement et Tebboune a maintenu dans ses écuries des ministres (Intérieur, Énergie, Finances, Justice) dont le travail de sape va faire vaciller son gouvernement. Il n’a pas eu le courage d’éliminer deux ministères budgétivores, les Anciens Moudjahidine et les Affaires Religieuses et qui sont réputés constituer une force d’inertie.
    Le nettoyage doit aussi concerner l’administration centrale (les directeurs centraux…) et locale (walis, chefs de daïra, ..) tant elles sont gangrénées par la corruption, résultat de la « culture » bouteflikienne. When there is a will, there is a way, quand on veut, on peut. Tebboune a-t-il la volonté réelle d’éliminer tous ces saboteurs potentiels?

    23
    7
    Zaatar
    16 janvier 2020 - 13 h 05 min

    « Le changement ne pouvait venir que de l’intérieur du système lui-même… ». On a vite fait d’interpréter l’assertion et même d’extrapoler sans risque de se tromper à tout ce que nous avons dit ici sur AP jusqu’a présent.

    6
    11
    Moi News
    16 janvier 2020 - 12 h 31 min

    Il faut un nettoyage de fond en comble avec un Karcher de 1000 bars ou moins,éradiqués les parasites emportés par Bouteflika et son clan d’oujda,il faut mettre a l’écart toutes personnes ayants travailler ou collaborée avec ces derniers,jugés et condamnés très sévèrement les coupables,d’avoir volé,trahir,manipulé,corrompre ou corrompus,mettre en retraitre qui vieillards qui s’accroche ou pouvoir,remette tout à Zéro;nouvelle élections,choisir des candidats casier vierge;limité les mandats a deux fois et puis basta pour toute élus,rendre la fierté et le courage a la population avec une vraie justice pour tous,et pourtant toute est simple sauf un peu de volonté des décideurs nés tordu et affairistes

    29
    2
    Balta
    16 janvier 2020 - 11 h 09 min

    Lecteur d’Algérie Patriotique depuis toujours, j’ai vu évoluer (positivement) sa ligne éditoriale au gré des événements, surtout depuis la guerre larvée du système en 2014 et surtout depuis le Hirak. Je lis aussi intégralement tous les journaux algériens et tous les jours. AP et Algérie Part (ou partplus) se distinguent par la qualité rédactionnelle, la solidité de l’argumentaire, la lucidité (même s’ils se trompent parfois), certainement du à leur sources bien placées au cœur du système mais surtout par un savoir faire hérité de l’ancienne école d’investigation des années 70/80 ou l’Algérie jouaient les premiers rôles dans les intrigues internationales.
    Ni excès à gauche ni à droite, ni le plaventrisme et le larbinisme qui distinguent malheureusement beaucoup de journaux dit « libres », ni Hirakisme radicale qui jettent le bébé avec l’eau du bain.
    à suivre

    21
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.