Gaz de schiste : deux ministres actuels contredisent le président Tebboune

gaz schiste Tebboune
Pour Chems-Eddine Chitour, le gaz de schiste est une calamité. PPAgency

Par Mohamed K. – On en oublierait presque qu’ils sont dans le même camp. Deux membres du gouvernement sont farouchement opposés à l’exploitation du gaz de schiste à laquelle Abdelmadjid Tebboune appelle de tous ses vœux. La sortie du président de la République, ce mardi, risque de raviver la colère des habitants du sud du pays qui avaient mené un combat acharné contre le recours à cette énergie non-conventionnelle décidée sous Bouteflika, visiblement sur «conseil» du lobby énergétique français qui cherche des débouchés dans le désert algérien après que les autorités françaises en ont interdit l’extraction en France.

Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, n’a pas mâché ses mots dans une émission diffusée par une webradio, en affirmant que l’exploitation du gaz de schiste «est une blague de mauvais goût». Prenant l’exemple américain, cet économiste a expliqué que les Etats-Unis «ont une stratégie qui consiste à s’autonomiser vis-à-vis du marché mondial, quitte à noyer le marché, mais pas pour engranger de grandes ressources car les marges ne sont pas énormes». Il a attiré l’attention sur le fait que «les firmes qui se sont engagées dans cette voie ont de gros problèmes en Bourse et avec les banques parce qu’elles sont surendettées».

«Ce qui est étonnant, a surenchéri Ferhat Aït Ali, c’est que le ministre de l’Energie (sous Bouteflika) a argué qu’il y avait des pays qui attendaient le crash du gaz de schiste américain pour rebondir avec leur pétrole conventionnel et s’est contredit deux heures plus tard en soutenant que si l’Algérie exploitait le gaz de schiste, cela générerait de grandes rentrées d’argent pour le pays». «Comment donc l’Algérie pourrait-elle faire des bénéfices là où le géant américain se serait cassé les dents ?» a-t-il ironisé.

«Là où les Américains payent 2,5 millions de dollars pour un puits moyen, l’Algérie en payerait 7 au minimum. Un puits de gaz de schiste a une durée de vie de quatre ans non linéaires au grand maximum, 80% de chute de la production sont enregistrés dès la deuxième année. Il faudrait donc creuser 2 000 puits d’un coup pour obtenir 20 milliards de mètres cubes, sans compter qu’il faudra en creuser de nouveaux chaque année», a encore dit Ferhat Aït Ali, très dubitatif. Et de s’interroger : «Pourquoi les Etats-Unis insistent-ils pour nous vendre leur technologie et nous incitent-ils à aller dans ce sens mais ne soumissionnent jamais quand l’Algérie lance les appels d’offres internationaux ?»

«Les Américains nous ont toujours pris pour des gnous et ils n’ont pas tout à fait tort», a-t-il regretté.

De son côté, l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur, Chems-Eddine Chitour, rappelait sur les ondes de la Radio Chaîne III qu’il a été interdit au groupe français Total d’exploiter le gaz de schiste en France, mais qu’«il va forer ici (en Algérie, ndlr)». «Cela, a-t-il expliqué, ne peut vouloir dire qu’une chose, c’est que le gaz de schiste est une calamité».

Pour cet ancien enseignant universitaire, «autoriser l’exploitation du gaz de schiste revient à dire que nous hypothéquons l’avenir du Sud où il y a une nappe phréatique de 45 000 milliards de mètres cubes d’eau». «Cette richesse que constitue le gaz de schiste ne pourra pas être exploitée avant 2030, lorsque la technologie sera mature et les personnels seront formés», a-t-il insisté, avant de conclure, catégorique : «En tout cas, ce n’est pas le moment.»

M. K.

Comment (118)

    Hamid
    26 janvier 2020 - 15 h 37 min

    Dear Krimo , I thank you for your attention .Shale gas is a topic very technical in nature , that assumes a fairly extensive knowledge of geology .In my comment , I tried to offer a simple clear writing of shale gas extraction that allows an intelligent and engaged readership who are not acquainted with technical terms .I used hydraulic fracturing instead of fracking very often known in oil and gas .Take care. Tahia Eldzair as always ………

    Zaatar
    26 janvier 2020 - 11 h 08 min

    On parle on parle, et chacun y va avec son avis et son idée. Certes c’est bien, mais faut aboutir à quelque chose. Si on n’aboutit à rien je ne vois pas l’intérêt. Qui dispose de vraies informations sur l’exploitation du gaz de schistes? Qui dispose d’un retour d’expérience réel basé sur une analyse concrète sur l’exploitation du GAZ de schiste? Il ne suffit pas de lire un article (dont l’assise peut-être biaisée par l’édition en question) pour conclure sur un avis à propos de l’exploitation du schiste. Soit on est du domaine, et la on consulte les données scientifiques et technologiques du problème pour émettre son propre avis, soit on regarde ce que disent les experts en la matière en discernant les partis pris ce qui n’est pas facile. Reste à voir l’historique des exploitations du schistes. Il est nécessaire que les données soient fiables…moi je me rendrai sur place pour vérifier, car tous les chiffres peuvent être falsifiés selon ce qu’on voudrait divulguer. Ce n’est qu’ensuite qu’on pourra analyser le problème de l’exploitation de ce gaz chez nous. Reprendre toutes les données et faire une transposition sur nos dispositions à nous en fonctions de nos paramètres à nous, incluant nos problèmes économiques et donc mesurer les risques des décisions. Rien à priori ne dit que l’exploitation du gaz de schiste chez est bonne ou pas bonne. On n’a confié à mon sens aucune étude sérieuse à quiconque dans ce sens. J’entends par sérieuse celle qui prend en compte tous les paramètres, y compris le « saccage environnemental ». Ce type d’étude peut prendre quelques années pour statuer sur le schiste sur tout le territoire national.

    1
    1
      Anonyme
      26 janvier 2020 - 20 h 38 min

      Pour ne citer que ce cas, pourquoi la France a-t-elle donc adopté une loi interdisant l’exploitation du gaz de schiste sur son territoire ?
      La France aurait-elle pensé à élaborer et à adopter une telle loi sans préalablement procéder à une étude approfondie et concluante sur la question ?

        Zaatar
        27 janvier 2020 - 5 h 24 min

        Sur son territoire. Est ce que le territoire Francais est le même que le territoire algérien géologiquement parlant pour ne prendre que ce paramètre ? Reponse non. Donc ce qu’a adopté la France pour elle et pour son territoire est peut-être bon, mais ne l’est pas forcément pour le territoire algérien et vice-versa. Voilà comment il faut prendre le problème si on veut faire des comparaisons. Il faudra mettre les deux à comparer sous les mêmes hypothèses. C’est d’une logique élémentaire.

        1
        3
          Anonyme
          27 janvier 2020 - 17 h 44 min

          En termes «géologiques», le gaz de schiste existe partout et dans presque tous les pays, notamment en France où il est disponible en quantités plus qu’appréciables !
          Aussi, pourquoi la France a-t-elle donc décidé d’aller jusqu’à pondre toute une loi pour interdire, purement et simplement, l’extraction du gaz de schiste sur son territoire. Elle pouvait très bien s’en abstenir et laisser faire…
          Les raisons sont pourtant publiques et clairement énoncées. Il suffit juste de prendre la peine de le demander à monsieur… Google. C’est plus qu’élémentaire de nos jours.
          P.S : Cela dit, et toujours selon monsieur Google, il n’y a pas que le cas de la France, parce que les pays qui ont décidé de ne pas recourir à l’extraction du gaz de schiste ne se comptent pas sur les doigts d’une main ! D’ailleurs, on se demande bien pour quelles raisons se «privent»-ils ainsi de cette «ressource» !

          Krimo
          27 janvier 2020 - 21 h 47 min

          Anonyme 27Janvier 17H44

          Pourquoi te poses tu autant de questions ? El hadj google est la pour satisfaire a toutes tes incuries.

      Krimo
      26 janvier 2020 - 22 h 19 min

      Zaatar,

      Bien le bonsoir,

      L’information existe et elle date d’avant Hassi Messaoud, ce n’était pas nous mais eux autres ….. et ils ont copie de tout.

      Sur la base de l’existant (indice) tu peux bâtir tous les modèles possibles en recourant a toute forme de sciences mais ce ne sera qu’hypothèses, la logique ne ferait que le tri, si au préalable, en amont l’on assume un contrôle-qualité de l’information avant de la faire digérer par la machine. Tu n’es pas sans savoir que pour tout modèle c’est l’input qui est primordial. Sur l’output tu évalues le risque qui peut te rebuter sur de simples questions financières. On va l’appeler étude de faisabilité mais l’exploration a un certain degre requiert de l’agressivité et si tu te conformes à la seule « masturbation mentale‘‘ tu ne pourrais jamais infirmer ou confirmer l’hypothèse retenu, parce que l’information vraie, elle est dans les entrailles du sous-sol et il faut aller la chercher.

      L’exploitation pétrolière pour faire court c’est comme la cuisine, s’agit pas de savoir lire une recette pour réussir un plat au premier essai. Tu peux le ramener barde de tous les diplômes obtenus dans les plus grandes écoles, sur le terrain il restera un novice mais il a des facultés qui peuvent le faire évoluer plus vite, généralement une learning-curve pour un gisement peut varier entre un a deux ans. Novice, bleu (comme durant le SN) parce qu’il reste tributaire de l’environnement humain qui dans ce monde est un peu particulier, il est parfois implacable dans l’entourloupe si la tête ne lui revient pas.
      Tu ouvres le robinet et tu surveilles constamment, t’enregistres la vraie info, tu la traites puis tu compares a ton modèle pour savoir si t’es dans un cul de basse-fosse ou au hammam.

      Bien a toi

        Zaatar
        27 janvier 2020 - 19 h 17 min

        Salut krimo,
        Alors mon ami je suis entièrement d’accord avec toi. C’est ce que je dis aussi peut-être d’une manière pas aussi limpide que toi. L’exemple de la recette de cuisine est tout à fait à l’image de notre sujet de discussion. Il y a juste ceux qui sont durs dans le crâne qui pour eux il n y a aucune recette. C’est plutôt une bible. Le schiste c’est mauvais pour l’environnement un point c’est tout et peu importe le reste. Vas y leur montrer la recette…bien a toi l’ami.

    Hamid
    26 janvier 2020 - 7 h 44 min

    Dear Zo.ubir , I appreciate your comment or remark . However , I don’t want to show off if I say that I know what I’m talking about : shale gas. You see , my university education is mathematics including engineering mathematics , that js applied mathematics concerning mathematical methods and techniques in engireeing and industry along with engineerong physics .Having said that , I can tell you that I was not wrong when I used fracturing which is a gerund and the verb is fracture .or break ..What is fracking ? It is hydraulic fracturing , a method /technique to inject water mixture into the shale /rock at high-pressure to release the gas out of its bed onto the well .Take care , and by the way an anonymous commenter took a swipe at me for writing in English .I have ignored him .Tahia ElDzair as always ……..

    2
    2
      Krimo
      26 janvier 2020 - 9 h 20 min

      Hamid,
      Fracking is commonly used in petroleum industry.

      You said : « Put it simply , it is another alternative source of energy trapped in rocks called shale .»
      Regarding your background ……. by this sentence the concern is Earth Sciences and this definition which you want rather to popularize than to simplify is in total contradiction of the geological understanding. A mother rock (Argile in this case and not schiste) is not able to trap and to become a reservoir. Also schiste is a metamorphic rock.

      2
      2
      Anonyme
      26 janvier 2020 - 18 h 08 min

      no big deal my friend. fracking or fracturing same difference! The Permian Basin in west texas is the second largest field in the world for shale oil. It provides about 1/3 of the oil and gas output for onshore production. If this is good enough for the US it should then be good enough for algeria and that is all I have to say on the subject.

        Krimo
        26 janvier 2020 - 23 h 13 min

        Anonyme du 26 janvier 2020 – 18 h 08 min

        What do you mean by this sentence «  no big deal my friend. fracking or fracturing same difference’’
        A contradiction appear, NO instead SAME is more appropriate, isn’t it ʔ Otherwise excuse my poor English.
        I’m not very fluent in English writing, I will use French instead ….. and as magic you can use google translate.

        Mon bon ami le Texas est le Texas comme le Sahara est le Sahara. Geologiquent parlant le Texas a sa propre histoire comme le Sahara a la sienne. La seule similutude c’est qu’ìls appartiennent a la même Ere geologique, Il sont tous deux du Primaire, Silurien (communément appelé Argiles Gothlandiennes) pour le Sahara et fin Primaire pour le Texas, le Permien. Si pour le Texas il est déjà en exploitation et l’on peut avancer des chiffres, pour le Sahara on est encore en mode …….

        Si vous allez avoir une idée a l’affleurement (outcrops) ce que représente cette roche-mère, essayer avec Google earth, c’est la combe Est-Ouest comprise entre la premiere et deuxième barre des Tassilis, et ensuite elle plonge vers le Nord jusqu’a , si je ne m’abuse, la flexure sud atlasique.

    Le Chant Des Cygnes
    25 janvier 2020 - 20 h 52 min

    Le contrat d’Exxon rentre en exploitation cette année.tout à été signé les commissions déjà attribuées donc il ne sert à rien de pleurer. Chantons plutôt longue vie à notre président.
    Rien n’arrêtera ce projet hormis le peuple. Il faut juste savoir de quelle manière.

    6
    7
    ferial
    25 janvier 2020 - 19 h 17 min

    Il a perdu la tête Tebboune ? gaz de schiste mais quelle hérésie ! Avez vous vu le documentaire intitulé GAZLAND sur le désastres causés par cette exploitation ?
    Pourquoi ne pas développer le solaire avec le climat et les étendues dans le Sahara que possède l’Algérie . Quand je pense que le solaire est exploité dans les pays nordiques là ou il y peu de soleil par rapport à l’Algérie et que c’est rentable pour eux !
    Il faudrait développer des petites structures qui permettraient de rendre autonomes une quantité de villages et des petites villes.
    Le pays n’a pas besoin d’un projet pharaonique à l’image de Désertec mais des initiatives locales.

    15
    1
      @Ferial
      25 janvier 2020 - 20 h 47 min

      Bien vu.
      Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

      4
      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.