Plainte de l’Observatoire contre l’islamophobie : Blein condamnée à 12 mois de prison avec sursis

Zekri Blein
Abdallah Zekri et Maître Khadidja Aoudia. D. R.

Le tribunal correctionnel de Saint Brieuc a condamné Mme Catherine Blein à une peine de douze mois d’emprisonnement assortis du sursis et à son inéligibilité de trois ans, a-t-on appris auprès du président de l’Observatoire de lutte contre l’islamophobie, à l’origine de la plainte contre la conseillère régionale de Bretagne, jugée pour «apologie publique du terrorisme», après avoir évoqué la loi du talion suite aux attentats contre une mosquée en Nouvelle-Zélande, en écrivant sur son compte Tweeter : «Œil pour œil…».

«Nous constatons que le tribunal correctionnel est allé au-delà des réquisitions du procureur de la République, ce qui démontre la réalité de la gravité des propos qui avaient été tenus par Mme Catherine Blein au préjudice de la communauté musulmane», a commenté Abdallah Zekri, président de l’Observatoire et délégué général du Conseil français du culte musulman.

«Dans un contexte national et international extrêmement tendu, il est incontestable tant par son sens que par sa portée que ce tweet suscite un sentiment d’hostilité et de rejet envers la communauté musulmane», avait-il affirmé au lendemain de la déclaration de l’ancienne élue du Rassemblement national, en estimant que c’est une «provocation à la discrimination, à la haine et à la violence».

Catherine Blein a reconnu l’«exagération» de ses propos et le «traumatisme qu’ils ont pu engendrer». «Mme Blein n’en est pas à son premier dérapage», a cependant précisé déclaré Abdallah Zekri, qui rappelait que cette militante extrémiste exclue du Rassemblement national avait déjà tenu des propos islamophobes en 2017.

Pour le délégué général du CFCM, «de telles déclarations encouragent et incitent les groupes identitaires à passer à l’action car, un mois après les propos de Mme Blein, trois mosquées situées à Rennes furent taguées».

N. D.

 

Comment (5)

    ougherssane
    9 février 2020 - 17 h 21 min

    Bravo à l’avocat qui a gagné cette bataille contre le racisme ainsi qu’à M. ZEKRI qui défend les musulmans en France et ailleurs.

    6
    4
    Secret Défense
    8 février 2020 - 10 h 15 min

    Et le pouvoir algérien dans tout ça ? pas un mot ni contre cette raciste avérée ni pour féliciter l’habilité de la plaidoirie de cette éminente avocate.

    Non Tebboune et ses maîtres des tagarins ne peuvent pas se l’ouvrir dans ces cas , alors que les médias lourds et toute la presse française en ont fait écho.

    Pôôôvres lâches qui rampent et courbent leur échine devant le roumi qui sait bien manipuler la laisse !!!!!!!!!!!!!!

    1
    9
    Anonyme
    8 février 2020 - 6 h 23 min

    Bravo à l’avocate particulièrement. Elle a du bien bosser car en général ce genre de choses passe à la trappe.

    3
    4
    LES CRIMES DE LA FRANCE EN ALGERIE
    7 février 2020 - 17 h 01 min

    hier, j’ai vu un reportage qui m’a brisé le coeur. déjà, j’avais pleuré à chaudes larmes quand j’ai vu les images sur les crimes qu’à commis la france en algérie, des crimes inhumains de sang froid, sans aucune pitié et d’un racisme et antisémitisme que peut être la terre n’avait jamais connu de telle ampleur. avec la shoah c’est probablement les pire crimes de l’humanité. je savais que la france avait, lors de la colonisation en 1830, décimé des villages entiers, que la smala de l’émir abdelkader composée de femmes et d’enfants a été massacré par le » héros français » selon stéphane berne le duc d’aumale, que les tueries d’enfants étaient systématiques pour décourager les guerriers algériens de se rebeller. les crimes de la colonisation dépassaient largement les 2 millions d’algériens (homme , femmes, enfants, vieillards). mais, hier je découvre un autre crime commis par la france, est celui séparer les algériens de leurs mères et de leurs famille pour les envoyer de force en nouvelle calédonie. un vieux calédonien pleurait car il se rappelait que son père pleurait déjà son éloignement de l’algérie et de leurs mères qui leur manquait, et pour certaines sont mortes de chagrins d’être séparé à vie de leurs fils. ces crimes qui s’ajoutent à un autre crime bien pir’e celui est celui de la destrcution de nos archives par la france et pour certains sont stockés en france pour ne pas les rendre aux algériens nous privant de notre histoire, comme la bibliothèque des deys et de l’émir abdelkader pour ne citer que celles là. JE DEMANDE AUX ALGERIENS DE PORTER PLAINTE CONTRE TOUT HOMME OU FEMME POLITIQUE FRANCAIS QUI DÉNIGRE LES CRIMES DE LA FRANCE EN ALGERIE ET SURTOUT CONTRE CEUX QUI DISENT QUE LA FRANCE A RAMENÉ LA CIVILISATION EN ALGERIE. les français oublient qu’ils étaient le peuple le plus sale au monde avant 1830, et que l’eau courante était déjà dans les maisons à alger! LA NON RESTITUTION DE NOS ARCHIVES ET NOS LIVRES D’AVANT 1830 RESTE UNE INSULTE INSUPPORTABLE

    7
    5
      Anonyme
      10 février 2020 - 19 h 21 min

      Il y a du vrai dans ce que tu dis, mais concernant la Smala de l’Emir Abdel Kader, il faut rappeler qu’elle avait été épargnée par les français, car cela faisait partie des conditions négociées par l’Emir pour sa réédition. De plus la déportation d’un certain nombre de kabyles en Nouvelle Calédonie, vers 1870 suite à l’échec du soulèvement, a été appliqué à des français eux même. En effet de nombreux communards (qui ont fait partie de la révolte de la commune de Paris en 1870) ont été déportés aussi en Nouvelle Calédonie.
      On respectait moins la vie humaine à l’époque, donc il faut un peu relativiser. Il ne faut pas oublier que lors de la guerre 14-18, les officiers supérieurs étaient capable de faire tirer l’artillerie sur leurs propres troupes si celles ci battaient en retraite. Je ne dis pas cela pour nier les horreurs de la colonisation, mais juste pour relativiser.

      4
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.