Les larmes de Djerad

larmes Djerad
Le Premier ministre Abdelaziz Djerad. D. R.

Par Abdelkader S. – Le Premier ministre n’a pas pu retenir ses larmes à la vue d’Algériens vivre au moyen-âge, en 2020, dans des régions isolées où le mot progrès et modernité sont une hérésie. Abdelaziz Djerad a pleuré parce qu’il a vu ce qu’endurent nos compatriotes dans l’Algérie de la «bahbouha» (aisance) que nous a léguée le tandem Bouteflika-Gaïd-Salah et le chantier pharamineux qui l’attend pour réparer ce qui peut encore l’être dans les conditions financières et économiques difficiles actuelles.

Abdelaziz Djerad, il faut le souligner, s’est aligné du côté du peuple et du Hirak depuis le début du soulèvement populaire pacifique le 16 févier 2019 à Kherrata, avant le tsunami du 22 février qui se poursuit à ce jour. Il sait la souffrance de pans entiers de la société à cause du népotisme, du déni de droit, de la corruption, de l’incompétence, des nominations de complaisance, des passe-droits, de la prévarication, du régionalisme et de tous ces maux qui se sont enracinés dans l’administration algérienne ces vingt dernières années.

Il sait aussi que sa marge de manœuvre est extrêmement serrée et que la résolution des nombreux problèmes qui se sont aggravés malgré le relatif confort que permet le peu d’argent qui reste dans les caisses de l’Etat ne sera pas une sinécure. Si Abdelmadjid Tebboune a dressé un tableau noir de la situation économique du pays, c’est qu’il est conscient de ce qui l’attend. A la crise politique risque de s’ajouter un malaise profond qui pourrait transformer les manifestations pacifiques en un torrent furieux. Une explosion sociale sera difficilement maîtrisable, et rien ne présage une éclaircie dans le ciel algérien assombri par le pillage et la déprédation.

La chasse aux sorcières n’a rien réglé. Au contraire. Les entreprises des hommes d’affaires emprisonnés sont à l’arrêt et des centaines de milliers de postes d’emploi sont menacés. Les industriels qui ont été épargnés par le «faucille» ont levé le pied et assurent le strict minimum vital, alors que les responsables administratifs à tous les niveaux sont tétanisés et refusent d’engager leur signature dans quelque projet ou décision que ce soit.

Abdelmadjid Tebboune doit décrisper l’atmosphère et corriger les errements de Bouteflika et Gaïd-Salah et les quelques continuateurs qui perpétuent leur héritage désastreux s’il veut sortir l’Algérie de son marasme actuel. Car sans amélioration des conditions de vie des Algériens, il ne pourra rétablir la confiance, comme il l’a encore souhaité ce dimanche devant les membres du gouvernement et les walis. Les citoyens privés d’une vie décente ont moins besoin des larmes des gouvernants – fussent-ils sincères – que de leur capacité à diriger le pays avec le courage, le désintéressement et le sens du sacrifice que dicte l’état peu enviable de la nation.

A. S.

Comment (30)

    Hamid
    18 février 2020 - 23 h 21 min

    Last year , I went to Algeria to visit my family , especially my mum .I had tears in my eyes when I saw that beautiful , little girl selling home-made bread along the road . My tears were for the situation she was in and I couldn’t change and also for the freedom taken away from her to play with her friends .It was a Friday afternoon , a sacred day to remember Allah and do good works .I turned to my brother and asked him if he had 5000 dinars to give her , which he did .It was a heart breaking experience to see this angel and surely others like her in a dire financial predicament in an oil rich country like ours .May Allah punish all those traitors in this life and after .Algeria is just a country , it is not to blame .Tahia ElDzair as always …….

    3
    1
    Omar khayyem
    18 février 2020 - 14 h 12 min

    L’ILLÉGITIMITÉ à toutes les strates de la pyramide du pouvoir… Une cascade de RETOUR D’ASCENSEUR entre COPAINS…c’est la SAGRADA CAMARIA…Nous le savons les RÈGLES sont bien ÉTABLIES…Ailleurs ils ont leurs DONS CORLEONES…chez NOUS aussi « les grands FRÈRES » (entendre le QUARTERON de kabranètes en TREILLIS et RANGERS) assurent PATERNITÉ,PÉRENNITÉ du NIDHAM et BIENVEILLANCE sur son RENOUVELLEMENT…PATHÉTIQUE et MISÉRABLE de SENSIBLERIE le CONCLAVE de ce dimanche sous le patronage de Si 8%…DES BAUDETS ON NE PEUT FAIRE DES CHEVAUX DE COURSE RACÉS…Igoulou NASS ZMEN
    “Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps.”Abraham Lincoln (PÈRE de L’ABOLITION de L’ESCLAVAGISME…fait ratifier le XIIIe amendement de la Constitution des États-Unis, qui abolit l’esclavage il mit FIN à la guerre de sécession et préserva L’UNION des USA). Assassiné il ne termine pas son second mandat.
    Elmejd à nos CHOUHADAS (1ère H) au Peuple ALGÉRIEN SOUVERAIN

    Hamid
    18 février 2020 - 13 h 48 min

    Last year , I went to Algeria to visit my family ,especially my 85 year old mum .I had tears in my eyes when I saw that beautiful , little girl selling home-made bread along the road .It broke my heart , it was Friday afternoon , a sacred day to remember Allah and do good works for the people in need .My tears for her family ‘s situation I could not change , for her freedom to play with her friends taken away from her . I asked the taxi driver to stop , then turned to my brother and told him to give her 5000 dinars . A heart breaking experience in an oil rich country ! May Allah punish all the ‘el houkam ‘ in this life and after ! Shame on them . Algeria is just a country , is not to blame .Tahia ElDzair as always ……..

    1
    1
    Brahms
    18 février 2020 - 9 h 02 min

    Cher Mr Djerad,

    Il faut agir et non pleurer. Vous avez en effet des outils à portée de main. Vous avez des cabinets d’avocats, une Ambassade d’Algérie en France et il vous suffit de récupérer la mise en passant à l’action en donnant des instructions avec un suivi des dossiers. Mais, si vous attendez, vous pensez bien que les voleurs n’auront jamais de remords ou de conscience professionnelle, ils mangeront leurs fromages à l’étranger. Le cas Saadani est un exemple : 300 millions d’euros chapardés au nez et à la barbe des autorités pour s’installer à Paris 8ème, quartier de luxe où les feuilles d’impôts de format A4 vous font mal la tête quand il faut passer à la caisse de la Trésorerie de Paris. Le comble de cette affaire, il a volé l’argent public des algériens pour y payer des impôts en France. On marche vraiment sur la tête et après quand vous allez sur le terrain, vous constatez que le travail est immense car rien n’a été fait en amont de sorte que vous voyez des familles algériennes qui se contentent de pomme de terre, d’oignon et de poivrons pour se nourrir et attendent un logement social, un travail bien rémunéré pour faire leurs vies. Ce Mr Saadani ne s’est pas gêné pour vous voler donc il ne faut pas vous gêner pour passer à l’action. Dent pour dent et œil pour œil.

    9
    1
    Anonyme
    18 février 2020 - 8 h 13 min

    L Algerie a besoin de LEADER pas de PLEURNICHEUR.

    13
    9
    Zombretto
    17 février 2020 - 18 h 36 min

    Des larmes de crocodile, de toute évidence, car sinon verse-t-il des larmes devant l’injustice qui met Karim Tabbou et un vieux maquisard malade comme Bouregaa, et des centaines de jeunes hommes et femmes innocents en prison ? Pleure-t-il en voyant leurs enfants et leurs parents se lamenter de leur absence et de l’injustice qui les frappe ?

    21
    11
      Anonyme
      17 février 2020 - 21 h 04 min

      A part le sort du mak et des makistes et de ton aire géographique, qu’est ce qui te touche en Algérie ? Rien.
      Depuis la France et le Canada les fourchitistes s’adonnent à leur sport favori : la pleurniche alors qu’ils sont parmi les plus grands fossoyeurs du pays..
      Allah yer7amek ya Boumedienne. ..

      10
      30
        Zombretto
        17 février 2020 - 22 h 24 min

        Boumediène te donnait des paroles en l’air et des coups de gourdin sur le crâne, et c’est pour ça que tu as la nostalgie de lui. C’est à cause de lui principalement que l’Algérie est là où elle se trouve. C’est lui le premier à avoir établi l’autoritarisme comme règle de gouvernement en Algérie.

        19
        7
          Anonyme
          18 février 2020 - 8 h 10 min

          @zombretto

          Avec toi et tes comparses avait il d’autres choix..non.
          Quand on voit ce que vous avez pillés et continuez de piller sans vergogne tout en pleurnichant…Le peuple algérien respectera toujours plus boumedienne que ce que vous représentez…
          Jamais l’algérien n’acceptera votre « projet’ de société.. ce sera des Hirak bien plus déchaînés

          10
          12
        Zombretto
        18 février 2020 - 11 h 31 min

        Ya khouya « anonyme », je dois te tirer chapeau ! Je me prostre devant tes dons de clairvoyance et de divinatuion ! Tu ne me connais ni de Houa ni d’Adam, tu ne sais si je suis un homme ou une femme, jeune ou vieux, riche ou pauvre, rien ! Je n’ai jamais présenté de « projet de société » sur ces colonnes, mais ça ne t’empêche pas de le critiquer comme si tu connaissais ce qu’il y a dans ma tête mieux que moi. Peux-tu me l’expliquer à moi-même, mon projet de société, s’il te plait ?

        8
        3
      Tala
      18 février 2020 - 14 h 09 min

      C‘est juste un coup de pub.

    Dahman
    17 février 2020 - 17 h 03 min

    @ ANONYME
    tu es sur que tu travaille toi?

    16
    4
      Anonyme2
      17 février 2020 - 22 h 44 min

      Non monsieur, il vit au canada et toi c’est quoi ton métier?

    L’Algérie_Profonde
    17 février 2020 - 14 h 00 min

    Moi personnellement, j’ai vécu mon enfance en Kabylie exactement pareil comme montré dans le reportage réalisé par l’entv (finalement ils savent orienter leurs caméras!). si les conditions de vie se sont améliorées aujourd’hui dans cette région ce n’est certainement pas grâce à l’état mais c’est grâce uniquement l’apport des immigrés, sans eux la Kabylie serait comme ce petit hameau de ighil izane et ou de tamenrasset.
    ps: pas de gaz non plus, l’électricité instable, eau rationnée en hiver et robinets à sec l’été mais par contre on a une belle et grande mosquée

    26
    6
    Le Chant Des Cygnes
    17 février 2020 - 13 h 47 min

    Quand on voit ce reportage ou des êtres humains vivent dans le dénuement le plus total dans un pays où des fortunes colossales se sont construites en un laps de temps sur le dos de ces pauvres malheureux, on se dit qu’une potence au rond central du 5 juillet ne serait pas un luxe.

    25
    4
    Mohamed
    17 février 2020 - 12 h 20 min

    Votre article semble donner une sincerite de coeur et d’action du chef de gouvernement, est il possible lorsque l’ont sait et tout le peuple sait qu’il est dans la par la grace de son chef illigitime, donc le resultat d’une mafiocractie?

    12
    9
    Omar KHAYYEM
    17 février 2020 - 8 h 58 min

    le népotisme, le déni de droit, la corruption, l’incompétence, les nominations de complaisance, les passe-droits, la prévarication, le régionalisme et de tous ces maux qui se sont enracinés dans l’administration algérienne ces vingt dernières années…FAUX ARCHI-FAUX !!! CES PERVERSIONS SOCIÉTALES ont pris naissance sous la triplette des 3B (benebella, boukharouba,bouteflika) SE SONT AMPLIFIÉES SOUS le tandem CHADLI/BELKHEIR…la NEKBA 1990/2000 a permit aux fils à papa (civils et en treillis) D’ASSOIR et D’ENCRER ces PRATIQUES MAFIEUSES à tous les étages de la pyramides du pouvoir…les 20 années de règne de bouteflika nous avons assisté à une NORMALISATION de la DESTRUCTION du PAYS (partage du gâteau) PURE ET DURE…

    32
    5
      Anonyme
      17 février 2020 - 17 h 31 min

      Boukharouba n’en déplaise à ses détracteurs à fait pour l’Algerie beaucoup plus que tous vos affairistes réunis depuis l’indepenuance et ça ce sont les chiffres qui le disent !!!

      9
      22
    Humeur
    17 février 2020 - 7 h 58 min

    Connaissez vous l’histoire du loup,lorsqu’ils l’ont proposé les autres animaux de lui confier la tâche du berger, il commençait à pleurer, et quand ils l’ont demandé pourquoi il pleure, il reponda je crains que c’est plaisanterie

    24
    7
      Yacine
      17 février 2020 - 9 h 22 min

      Ce sont des larmes de crocodile. Car si la situation du pays émouvait sincèrement monsieur Djerad , et s’il était vraiment du côté du hirak du peuple comme vous dites , il n’aurait jamais accepté d’être le chef du gouvernement illégitime d’un président tout aussi illégitime ! La misère qui « émeut » Djerad est la conséquence du règne du pouvoir actuel qui n’est que la conséquence des politiques anti- nationales des pouvoirs successifs du tandem Ben Bella – Boumediene jusqu’à règne de Gaid Salah / Tebboune !!

      19
      13
    Pourquoi faire compliqué...
    16 février 2020 - 23 h 12 min

    …quand on peut faire simple !
    Il suffit de dire le pouvoir militaire epicitou !!!!!!!!
    Appelant un chat un chat !!!!

    20
    6
    chaoui40
    16 février 2020 - 20 h 53 min

    Une économie communiste, des chantiers nationaux, voilà la clé, mais sommes-nous communistes ? M. Tebboune et tous les dirigeants actuels sont des bourgeois capitalistes. Notre mort économique est donc certaine. Nous finirons par appeler les étrangers à l’aide et nous serons économiquement esclaves de nos créanciers. Les chouhadas, au Paradis, seront les mieux lotis !

    15
    12
    Figues et olives.
    16 février 2020 - 19 h 53 min

    Pour une fois on pourra dire que nous avons dès ministres issues du peuple,ni blaatias ni beznessias,ni maarifa,des technocrates qui pleurent leurs pays,donnons leurs un peu du temps.ils ont mon support!..

    24
    20
    Anonyme
    16 février 2020 - 19 h 23 min

    Qu’attendre pour juger et punir le grand manitou ? Pour atténuer un tant soit peu la douleur de la plus haute trahison commise par le plus grand traître, à l’encontre de nos Chouhadas et de notre brave peuple.

    29
    7
      Le Berbère
      17 février 2020 - 16 h 10 min

      Peut être les larmes de chef de gouvernement sont sincères car c’est un enfant de peuple mais ça n’empêche pas de dire la vérité au peuple algérie que ce régime n’est pas sincère dans ses démarches politiques, il n’a jamais était sincère depuis 1962 et il suffit juste de voir les funérailles digne d’un grand héro de la nation réservé à l’ex chef des armées et tant qu’on est là, ils font quoi la progéniture de cet ex chef des armées ( ces deux fils impliqués dans affaires occultes) et tant qu’on est là il est passé où l’ex premier magistrat du pays) le président malfrat qui à ruiné la notion et qui à innocenté des milliers d’assassins de peuple algérien ( de deux côtés) ..
      Abû Nuwâs un poète perse résume bien la situation actuelle dans notre pays avec ce petit passage de sa poésie , il dit : C’est l’époque des singes, alors soumettez-vous et obéissez.
      En cette période de singes, il n’y a pas de place pour une personne qui a des sentiments, qui a des mœurs et des idéaux, mais c’est une époque pour les désirs et les caprices, et passer des fins sordides aux dépens des idéaux et des valeurs. Voilà ma contribution en espérant que cette fois monsieur censure laissera passé mon commentaire…Vive l’authentique peuple Algérie dans les quatre coins de pays.

      11
      5
    M'zouar
    16 février 2020 - 18 h 26 min

    des larmes de crocodiles, il a accepté d’être chef du gouvernement d’un président m’zouar. Le peuple juge des actes et non des émotions plus ou moins hypocrites !

    32
    22
    TNT
    16 février 2020 - 18 h 24 min

    Monsieur,Djerad c’est un légume sur la semoule d’un couscous royale,et lui aussi il est victime de l’Issaba,logiquement si on est propre on pourra jamais collaboré avec des personnes s…

    23
    12
      Anonyme
      16 février 2020 - 22 h 26 min

      Va y toi on verra ce que tu peux faire!!!
      Vous êtes toujours là à critiquer,vous étiez où quand Bouteflika agissait comme un roi!!!!

      13
      22
        TNT
        17 février 2020 - 5 h 27 min

        C’est moi j’était à la critique,toi t’applaudissais tes maitres les traitres et les nouveaux débarqués de temps genre,si on a rien a dire …,quand a moi je ne suis pas apte a rouler les citoyens dans la farine,à chaqu’un ses origines et son éducation

        14
        7
          Anonyme
          17 février 2020 - 11 h 09 min

          Non moi je reconnais ceux qui veulent faire du bon travail!!!
          Cassez quelqu un pour le casser je ne suis pas d accord…
          Laissons les travailler et jugeons les dans une année….à condition que tout le monde mette la main à la pâte de haut en bas…

          7
          13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.