Les nostalgiques de l’Algérie française s’acharnent sur le défunt Hervé Bourges

Hervé Bourges
L'Algérie a rendu un vibrant hommage à Hervé Bourges. D. R.

Par Houari A. – Comme il fallait s’y attendre, le décès de l’ami de l’Algérie Hervé Bourges ne pouvait pas ne pas susciter les réactions haineuses des nostalgiques de l’Algérie française qui se sont acharnés sur lui sans retenue dès l’annonce de sa mort. Dans un article au vitriol, un de ces Français aigris énumère – malgré lui – les actions honorables de l’ancien secrétaire de rédaction de Témoignage Chrétien qu’il juge, de son point de vue, «anti-français». Par «actes anti-français», les extrémistes de droite français insinuent le militantisme du défunt en faveur de la cause juste qu’était la Guerre de libération nationale.

L’article en question rappelle à juste titre – même s’il est émaillé d’épithètes rancuneuses –, qu’Hervé Bourges, ancien résistant, a soutenu «à fond» le FLN. Edmond Michel, le ministre de la Justice de l’époque, l’a appelé à son cabinet en 1960 pour succéder à Joseph Rovan, lui-même partisan de l’indépendance de l’Algérie, écrit le journaliste. «Dans ce domaine, Hervé Bourges est chargé des relations avec les chefs du FLN, dont Ben Bella, détenus à l’île d’Aix puis au château de Turquant. Outre cette fonction, il a la responsabilité de la préparation des dossiers de grâce des assassins du FLN condamnés à mort», précise l’auteur de l’article qui rappelle ainsi aux Algériens le rôle joué par cet homme durant la Révolution armée.

«Il s’occupe, en particulier, du cas d’Ahmed Bencherif», souligne l’auteur du «pamphlet», qui rappelle, par la même, les hauts faits de guerre de ce moudjahid qui «ultérieurement réfugié en Tunisie, est envoyé par la direction du FLN mettre de l’ordre en Algérie dans la wilaya IV». «Edmond Michelet, sur des conclusions préparées par Hervé Bourges, demande la commutation de sa peine devant le Conseil supérieur de la magistrature bien que Michel Debré et Pierre Messmer, ministre des Armées, aient respectivement indiqué sur le dossier [que] ce félon mérite la mort». On apprend ainsi qu’Hervé Bourges a tenu tête à deux membres du gouvernement et pas des moindres.

«La commutation est refusée. Il ne reste plus que le recours en grâce auprès de De Gaulle. C’est alors qu’Hervé Bourges fait disparaître le dossier judiciaire de Bencherif», note encore l’auteur de l’article qui rappelle que Ben Bella, par reconnaissance, l’a nommé dans son cabinet en octobre 1962 et qu’il a acquis la nationalité algérienne moins d’une année plus tard.

Un vibrant hommage a été rendu au défunt par l’Algérie qui a salué son combat libérateur dans le cadre de ses fonctions dans les rouages de l’Etat colonial français.

H. A.

Comment (18)

    Anonyme
    27 février 2020 - 0 h 23 min

    C est ce qu on appel un double agent maintenant au service à fond du FLN je veux bien mais surtout au service de la France puisqu il a été ensuite PDG tv publique francaise donc qui a t il vraiment servi seul les historiens pourront se pencher sur cette guerre et des deux cotés hé oui. Les archives ses derniers temps partagé par la DGSE non classifiés de Bouteflika en a etonné plus d un et il était au FLN aussi et devenu president de l Algérie pdt 20 ans.

    Anonyme
    25 février 2020 - 22 h 22 min

    L’un des meilleurs collaborateurs qui ont aidé De Gaule à sous traiter l’Algérie au FLN. en éliminant toutes les autres tendances politico militaires.
    Cet individu qu’il repose en paix, a été un ami du FLN et non de l’Algérie.

    19
    6
      Un serviteur Francais de la republique
      26 février 2020 - 7 h 33 min

      « ami » de l’Algérie ! Rien de moins, paix à son âme. Au niveau de l’état il y a d’autres paramètres qui entre en jeux, guidé par des intérêts d’état, economiques et financiers, à ce titre l’amitié ou les idées de convictions sont secondaires et servent de vitrines médiatiques pour la masse (populaire), une propagande.

      13
      1
    Vert ,blanc et rouge.
    25 février 2020 - 21 h 46 min

    Un article qui fait tourner Jacques benêt sur sa tombe,lui qui à aidés lès pieds sales et lès colons à s’opposer à notre indépendance , hé ou sont nos patriotes anti bouarabenes ? d’habitudes c’est eux lès premiers qui bombardent AP avec leurs commentaitres de Redjla.

    4
    8
    Felfel Har
    25 février 2020 - 21 h 16 min

    L’Algérie pourrait faire un magnifique pied-de-nez aux revenchards, en l’honorant comme il se doit, pourquoi pas en baptisant une rue, une place, un établissement public en son nom et au nom de Jean Daniel ce digne fils/frère algérien de naissance et de coeur. Les nostalgiques de l’OAS, eux, ne se gênent pas pour honorer leurs bouchers et leurs tortionnaires.

    10
    2
    Alfa
    25 février 2020 - 19 h 44 min

    إنا الله ينصر الحّق و لو على يدى كافر

    2
    7
      Qu'est ce que c'est hiéroglyphe
      26 février 2020 - 7 h 46 min

      Bon mon humour ne plaira pas aux « nationalistes » arabistes de l’arabi-islamisme, ou il n’y a pas de nation, de frontières en dehors de la oumma islamique.
      L’Algérie, à une histoire, à une culture, une langue (tamaghzir et le darja.

      10
      3
        Anonyme1
        26 février 2020 - 17 h 13 min

        Pendant le temps du colonialisme lès gens de ton espèces étaient appelés harkis,aujourd’hui on lès appels dès diyoucaniches.

    Le problème
    25 février 2020 - 19 h 10 min

    Comme je vous disais le grand problème et que notre président illégitime nous donne pas le choix !
    ils ont bouffés toute la manne qui aurais du servir à notre émancipation et surtout à notre dignité !
    J’ai fuis le pays il y a 3 ans avec mon diplôme d’ingénieur car je n’ai trouver aucun travaille de mon niveau et vraiment quand je vois le nombre de mes compatriotes qui sont en France et qui ne vive qu’au bon vouloir des associations et des menus larcins journaliers !
    pourquoi nous devons subir autant d’humiliation à cause de quelques hommes qui ne sont pas à leur place
    et qui ferais mieux de rester dans les casernes tout en laissant les spécialistes à la manœuvre !
    sa leur coûterais quoi d’essayer quitte à laisser le même salaire à nos Généraux et autres dirigeants du rideaux !

    6
    4
    Anonyme
    25 février 2020 - 14 h 38 min

    Les nostalgiques de l’Algérie française auraient mieux fait de se fermer leurs sphincters et de se faire oublier. Comme toujours , les chiens aboient et la caravane passe.
    Quant à ce défunt, il avait un sacré courage. Une denrée très rare durant la période 54-62 et de nos jours.

    16
    9
      Anonyme
      26 février 2020 - 9 h 53 min

      Les nostalgiques de l’Algérie française et les colons FLNesques du pareil au même les deux ont méprisé à mort le peuple algérien.

    G:.A:.D:.L:.U:.
    25 février 2020 - 11 h 42 min

    Tu as rejoint l’O:. E:., tu es un exemple de probité et de rectitude, reposes en paix mon frère.
    G:. G:. G:. E:.

    10
    9
    G:.A:.D:.L:.U:.
    25 février 2020 - 11 h 39 min

    Tu as rejoint l’O:. E:., tu es un exemple de probité et de rectitude, reposes en paix mon frère.

    11
    8
    HOUMTY
    25 février 2020 - 11 h 22 min

    SALAM L’KHAWA….. Un homme avec un grand *H* et d’une intelligence remarquable que mon frére a eu l’honneur et le privilége de connaître en 2003 avec un autre grand Mr le consul d’ ALGERIE de l’époque décedé lui aussi Mr MAMERI. C’etait lors d’une reception au consulat d’ ALGERIE de Bordeaux, pour fêté l’année de L’ ALGERIE. Pour eux L’ALGERIE est une terre bénite par le sang de nos chouhadas ( rahimahoum ALLAH ). Qu’ ALLAH protége notre peuple et nos valeureux soldats qui protégent nos frontiére.. et a mort les traîtres de l’interieur et de l’éxterieur..

    26
    10
      Anonyme
      25 février 2020 - 18 h 59 min

      oui khouya,oui khouya,oui khouya..

      11
      8
    Brahms
    25 février 2020 - 11 h 07 min

    Un brave bonhomme au service d’une juste cause. Que Dieu le chérisse dans son vaste paradis et que son âme repose en paix. Sincères condoléances.

    19
    6
    58 ans après
    25 février 2020 - 10 h 45 min

    le fait que les nostalgiques de l Algérie françaises souffrent encore pendant toutes ces années me fait carrément jouir,,,, les pauvres ils ont toujours les pieds aussi noirs

    17
    9
      Anonyme
      26 février 2020 - 22 h 50 min

      les nostalgiques de l Algérie françaises… il ne doit plus en avoir beaucoup, 58 après ils sont tous sous terre.
      Pour l’instant, ceux qui souffrent, c’est bien nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.