L’ex-gouverneur de la Banque d’Algérie révèle le secret de nos lois de finances

Hadj Nacer loi de finances
Une loi de finances pour acheter une légitimité internationale. D. R.

Par Mohamed K. – Abderrahmane Hadj Nacer a expliqué les dessous de la dernière loi de finances conçue et adoptée précipitamment par le pouvoir. Dans un entretien accordé à Algérie émergente en mars 2019, l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie de 1989 à 1992 a expliqué que celle-ci «est un signe exclusivement orienté vers l’étranger, qui ne sert qu’à servir l’étranger. Parce que dans cette période complexe qui s’appelle le Hirak, le vieux réflexe du système a été de consolider sa légitimité internationale telle qu’il la comprend et non pas telle qu’elle existe en réalité».

«Pour certains ici, cette légitimité achetée à l’étranger se suffit à elle-même. Pour les étrangers, ce mode de soumission d’un pays – qu’il s’appelle l’Algérie ou autre, peu importe – qui, avant, était largement suffisant parce que c’était une façon de faire allégeance, pose problème aujourd’hui. Si nos dirigeants pensent que le maintien de l’ordre d’avant est possible, cela prouve à quel point ils n’ont pas pris conscience de ce que signifient les gesticulations actuelles», a affirmé Abderrahmane Hadj Nacer. Pour lui, «l’Occident a perdu face au fait qu’il n’a pas développé d’alternative à l’ordre mondial qu’il a préconisé et qui est une espèce de nouvel ordre homogène contrôlé par les puissances financières, etc.». «Il (l’Occident) n’a pas travaillé sur les alternatives, [mais] il a aussi des solutions magiques qui consistent à se demander comment s’attacher un pays en vidant ses réserves et en le ligotant avec le FMI», a-t-il souligné.

Cet expert financier a, par ailleurs, relevé que «l’Etat algérien fonctionne en aveugle sans capacité d’ingénierie propre», estimant que «c’est un Etat qui ne connaît plus sa population, qui n’a pas les moyens de conceptualiser les problèmes et qui n’a pas les moyens de tirer profit des expériences des autres pays parce que tout ce qui est relatif à l’ingénierie lui est devenu étranger». «Donc, c’est un Etat qui va dépendre de plus en plus de l’étranger», a-t-il noté, en faisant remarquer qu’«à chaque fois qu’il y a eu un lieu où se concentrait un peu d’intelligence ou de savoir-faire ou d’accumulation, comme, par exemple, le ministère du Plan, on le fait disparaître. Or, le ministère du Plan était le lieu où se concentrait la réflexion sur l’organisation économique, sociale – et, plus tard, même politique – du pays. C’est donc là que se créaient les nouvelles organisations, c’est-à-dire que c’est là que se faisait l’anticipation».

«Quand on élimine les élites, cela veut dire qu’on envisage d’éliminer cet étage qui est essentiel dans le fonctionnement de toute grande entreprise», a-t-il dit, en ajoutant qu’«il ne peut pas y avoir d’ordre néocolonial avec des élites autonomes».

«Le jour où on aura quelqu’un qui comprendra que le secret de la réussite est que le chef obéisse au groupe et pas l’inverse, ce n’est qu’à ce moment-là qu’on aura une forme de stabilité. Quand on se réfère à notre histoire, on relève les périodes de stabilité et d’instabilité, on retrouve toujours cette équation. Nous devons toujours étudier notre histoire, notre sociologie et notre anthropologie», a conclu Abderrahmane Hadj Nacer.

M. K.

Comment (34)

    abemus papam
    10 mai 2020 - 22 h 17 min

    Les PLF et automatiquements et systématiquement suivies des LFC n’etaient et ne sont qu’une simple formalité de RÉPARTITION de l’argent public entre les différents clans du système MAFIEUX et PRÉDATEUR…
    L’un des objectifs et finalités du HIRAK est justement de mettre fin définitivement à cette tradition digne de la CAMARILLA sicilienne…!!!
    best regards

    Vroum Vroum 😤..
    9 mai 2020 - 13 h 34 min

    N’est-ce pas Bouteflika /Gaid Salah qui ont saboté le Ministère du Plan et la Cour des Comptes ???… N’est-ce pas sous Bouteflika que le groupe écoute le Chef Bouteflika et non l’inverse.. Notre élite a été muselé par des incompétent, dont la plupart sont en taule et ceux qui restent doivent suivre.. Depuis des années Ferhat Ait Ali parmi d’autres honnêtes ont tiré la sonnette d’alarme, le Professeur Chitour appelait à une vision du futur et d’autres experts m’étaient en garde dans certains débats.. Mais en haut sourde oreilles et lois de Finances sans projets moyens et long terme ou « ingénierie économique ».. Le Chef Bouteflika et son Gardien Gaid Salah ont mené l’Algérie là où elle se trouve malheureusement.. J’ai écouté des interviews récentes du Président Teboune pour sortir l’Algérie de cette voie hérité de Bouteflika et Gaid Salah et leurs courtisans, de la mentalité Corruption , échec, le Président Teboune à déclaré que revenir en arrière est impossible, et que seuls l’éthique et competance seront les critères pour avancer… Le Ministre de l’industrie Ferhat Ait Ali qui n’a jamais eu sa langue dans sa poche va dans le même sens de sauvetage Économique, restructuration, ect, le Professeur Chitour Ministre de l’enseignement supérieur pareil.. Le Premier ministre Djerad aussi.. Ainsi que le nettoyage fait par le Général Chengriha en écartant les résidus Gaid Salah , Bouaaza.. ect… Donc selon tous ces paramètres une nouvelle équipe sous la Direction du Président Teboune mènera l’Algérie in cha Allah vers de nouveaux Horizons et réussite.. Je n’ai aucun doute sur ce sujet… Le Président Teboune est un bon .. AU peuple de faire sa part de civisme , par des villes et villages Fleuris, bien en ordre, hygiène, entretien… Car y’a encore beaucoup à faire, détritus.. Construction sauvage.. ect.. Et c’est tous ces gens qui sortaient dans le Hirak crier contre le Pouvoir, oui c’est bien, il fallait le faire, un coup de pied dans la Fourmilière , mais maintenant ces gens Hirak doivent à leurs tour montrer l’exemple par des Villes et Villages Fleuris, accueillants, Restauration aceuillante à la hauteur, la Démocratie sera issue des Villes et Villages Fleuris… Il ne suffit pas de montrer du doigt le Pouvoir mais il faut aussi montrer du doigt le manque d’intérêt général du Peuple.. Le Jour où on verra des Villes et Villages Fleuris alors la boucle sera bouclée… J’espère avoir été juste et honnête, moi aussi je fais parti du Peuple.. Et j’aspire aux Villes et Villages Fleuris qui seront là Vitrine de la Démocratie en Algérie, et pour cela le Peuple des Villes et Villages doit s’investir à fleurir l’Algérie..
    , Certe un Pouvoir efficace et un Peuple Villes et Villages Fleuris font que la Boucle est bouclée. .Bon Ftorr à tous et Bonne journée au autres.

    Ali Mohamed
    9 mai 2020 - 12 h 47 min

    Ah bon! parce qu’on avait une loi des Finances? El la Issaba de l’Etat-Major et des Ministres-tchipa, elle se servait de quel article de cette loi?

    1commentaire
    9 mai 2020 - 1 h 23 min

    Il et Claire qu’un nouveau ordre mondial et entrain de ce mettre en place il et temps pour tout les peuple de s’unir et arrêter cette stratégie surtout chez nous car on sera une proie très facile il y va de nôtres intégrité absolut nos dirigeant n’ont aucunement dénoncer cette stratégie et encore moins ce complot du corona

    TOLGA -ZAÂTCHA
    8 mai 2020 - 23 h 42 min

    Analyse grandissime. C’est du top classe ! Toutes mes félicitations Mr. Abderrahmane Hadj Nacer. C’est vraiment hors-norme. Surtout lorsque vous affirmez avec justesse que : «Le jour où on aura quelqu’un qui comprendra que le secret de la réussite est que le chef OBÉISSE AU GROUPE ET PAS L’INVERSE… ». Vous avez absolument tout dit. Merci.

    Anonyme
    8 mai 2020 - 23 h 34 min

    l’ ingenieur et l ingenieurie n ont jamais ete des acteur clé , il n ya que l administratif et son ecole d administration , d outils et d apareil du systeme il sont devenu patiement et avec le temps maitre a bord l eleve a depassé le maitre , l ‘ ENA a totalement fait son emprise sur le pays de la plus petite anexe administratif du pays jusqu ‘ au gouvernement et maintenant la presidence , l administration est e systeme de gouvernance nationale , ce systeme est d essence socialiste bureacratique base sur la distribution de la rente et le gaspillage _exemple : la competence est base sur le taux de consommation _ c est a dire plus on gasspille plus on monte en grade .
    maintenant ils sont au pouvoir ils feront se qu ils ont toujours fait ; union administrativo -systeme et attendre les credits .ils ne peuvent non plus laissé leur place a
    l ingenieur , l ingenieur le competent
    c est l opposition on risque de lui colle de main de l etranger .
    deux senario _ on ferme l ecole d administration et on transforme les administration en entite productif
    ou bien on attend l effondrement et on reconstruit aptes le desatre .

    Belveder
    8 mai 2020 - 19 h 42 min

    n ieme Gouverneur de la Banque d algerie……dont l economie est au squar ….j en vois pas l utilité

    Moh.Abbas
    8 mai 2020 - 18 h 18 min

    Regarder moi cette photo, un bedoui venu chercher son obole pendant qu,il tapait dans la caisse, une momie bensalah en hommage à une autre momie qui s,est fait humilier comme pas 2 à scotch, un nonagenaire agressif goudjil ‘TAISEZ VOUS pire que Saddam Hussein, pour quelques dollars de + sans compter le reste, du genre les mouches qui traîne sur ce site pour un sandwich cachir..
    Pfff quelle honte pour un grand pays.

    Anonyme3
    8 mai 2020 - 16 h 39 min

    Gouverneur de la période de la banane et de la tomate conserve 89/92 s’est réveillé après un comma qui à duré plus de trente ans, ou étais ce banquier quand la issaba de son fakhamatouhou nous importé la mayonnaise et le ketchup et remplissaient leurs comptes bancaires dans lès banques étrangères.ya messiou le gouvernour,le hirak est rentrer chez lui ,le peuple à élu son président et le pays est dans la bonne voie.

      Anonyme
      8 mai 2020 - 18 h 53 min

      Il vient de se réveiller?? C’est plutôt toi qui était endormi!! Quand il a sorti son livre il y a presque 10 ans, il y avait eu beaucoup d’articles à son sujet. Renseignes-toi un peu avant d’écrire…

        Anonyme3
        9 mai 2020 - 10 h 42 min

        Entre lès deux anonyme une doubaba violet qu’on vois dans les abattoirs dès(….)t’as pas autre choses a faire?

      Anonyme
      8 mai 2020 - 22 h 12 min

      Voilà encore un fln ist qui se croit au sommet de la pyramide..mais au fait est à la base de celle ci. (…)

    Hmed hamou
    8 mai 2020 - 16 h 26 min

    « Quand on élimine les élites, cela veut dire qu’on envisage d’éliminer cet étage qui est essentiel dans le fonctionnement de toute grande entreprise»… »
    C’est quoi l’élite d’abord, dans notre définition à nous (dans la réalité locale, on s’en fout des définitions de dictionnaires) ? C’est les compétences reconnus avec de grands diplômes? Des compétences même sans gros diplômes voire sans diplômeddu tout ? Les hauts diplômes peu importe les compétences ? Les tenants de pouvoir parvenus par concours de circonstances, et surtout concours de bonnes connaissances. Les riches trabendistes qui s’achètent des postes ou des diplômes? Un detententeur de carte d’ancien maquisard ou ses descendants ? Un sympathisant d’un parti bien particulier ? Un adepte d’une zaouïa particulière, …
    Plus sérieusement, pensez vous qu’avec une école aussi médiocre et avec le rang de la meilleure de nos universités qui arrive avec peine à se placer à la 1270 ème place à l’échelle mondiale et la 33 ème place à l’échelle africaine, on peut encore parler objectivement d’élites au sens propre et académique ? hormis, celle qui s’impose sur le terrain. Donc, une élite au sens figuré, défiguré… néanmoins toujours transfigurée dans nos medias!

    Ps. Aujourd’hui c’est le 8 mai. Et tout le monde sait ce que cela veut dire. Alors, voilà une déclaration d’un tireur d’élite parmi l’élite en histoire. Le Docteur Mohamed Lamine Belghit. Qui révèle dans une intervention sur la chaîne Numidia News que c’est le président Égyptien Djamal Abdennasser qui a déclenché la guerre d’Algérie. C’est djamel abdennasser qui a donné le feu vert à benbella…
    Rien que ça.
    Et si on suit se raisonnement – un raisonnement que beaucoup d’Algérien d’ailleurs trouvent plus que plausible même un secret de polichinelle (c’est pas une blague, pour vous dire si notre école ça mal) – oui, si on suit son raisonnement, on peut raisonnablement déduire , au moins se demander si finalement l’envoi d’Algériens se battre en premières lignes en Égypte en 67, 73, l’envoi de matériels, les chèques en blanc,…ne répondait pas à d’autres considérations. Si nos fakhamatouhoum de l’époque ont toujours un quelconque mérite là dedans si ce n’est peut être celui de la promptitude avec laquelle ils ont répondu aux ordres du grand zaim nasser…
    Autrement,
    A t-on inquiété douctour belghit, qui a réduit nos héros nationaux à de simple suiveurs et exécutants d’ordre du zaim du Caire ?
    L’ a t-on rappelé à l’ordre?
    Lui a t-on demander de se justifier ? …
    L’ a t-on accusé d’atteinte au moral du peuple, du moins de ceux qui croyaient à la version officielle de nos héros planificateurs et déclencheurs. Donc, d’une révolution 100 % locale, de la planification, la décision, le déclenchement, l’exclusion, la gestion, le financement,… Du bout en bout quoi !
    A t-on changé de version officielle ?

    Tant qu’on l’aura pas rappelé à l’ordre ce élite (on a rappelé à l’ordre des moins que ça et pour moins que ça) et tant qu’il ne se sera pas excusé en plein publique comme pour ses déclarations,
    Moi, dorénavant, les premiers novembre, j’enverrai des fleurs au Caire…
    Car, cela veut dire que belghit a dit vrai. Moi qui n’est pas élite, je ne fait que suivre comme benbella. Belghit ne peut pas se tromper (autrement on lui aurait fait bouffer sa langue) lui c’est l’élite, c’est un docteur comme rezig, comme mesdour, comme naima, chouchene…

    Avec notre élite on finira par exporter notre « rouina ».

      Anonyme
      8 mai 2020 - 21 h 21 min

      Faut-l rappeler en plus que lorsque certains pays du moyen-orient (notamment l’Egypte) ont fourni des armes à l’armée des frontières lors des dernières années de la guerre, ce n’était pas du tout des cadeaux. Ces pays n’avaient fait office que d’intermédiaires. Ces armes nous avaient été offertes par certains pays communistes, et avaient transitées par certains pays « frères arabes » (qui parfois se servaient au passage).

    Zaatar
    8 mai 2020 - 15 h 49 min

    Au fait est ce que quelqu’un sait ce qu’est devenu le garnit? L’adjudant chef qui s’est expatrié aux EAU avec des documents secrets… est ce quelqu’un sait ou en est l’affaire… car plus aucune info ne circule à ce sujet…

    Moi, j'ai envie de dire aux jeunes...
    8 mai 2020 - 15 h 46 min

    …Ne cherchez pas des circonstances atténuantes à toute cette classe dirigeante corrompue jusqu’à la moelle. Ils ont tous mangé, ils se soutiennent tous même du fin fond de leurs prisons c’est l’omerta totale.
    Personne ne dénonce l’autre et les plus téméraires d’entre eux suggèrent par des articles de presse des pistes fumeuses qui ne mènent nulle part. Ils ont tous participé à la mise à mort du pays en cédant à la facilité du « Je n’ai rien dis, je n’ai rien entendu, et je n’ai rien vu ».
    C’est malheureusement pour cette raison qu’on assiste encore à une fuite en avant de ces gens qui, à vouloir trop gagner, risquent de tout perdre. Donc, à tous ces jeunes algériens victimes et trahis, je ne leur rappelle qu’une chose, qui, celle-là, leur appartient en vrai, c’est « Yetnahaw Gâââ » !!! Pour un renouvellement radical.
    Point final.

    Zaatar
    8 mai 2020 - 15 h 40 min

    Voila encore une autre démonstration que le système est en train de faire sa mue et qu’il use de tous ses tours de passe-passe…

    Zaouali
    8 mai 2020 - 14 h 36 min

    Ce monsieur pointe un élément important c’est que les dirigeants ne connaissent pas la population. Je dirai même ne veulent pas la connaître. C’est ce qui explique l’écart dans le langage cède ces dirigeants qui semblent bien parler d’un autre peuple d’une autre Algérie virtuelle pas celle de la réalité

    Abou Stroff
    8 mai 2020 - 14 h 15 min

    «l’Etat algérien fonctionne en aveugle sans capacité d’ingénierie propre» avance H. N..
    il me parait tout à « normal » qu’un Etat, superstructure politique d’un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, fonctionne en aveugle.
    en effet, un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation n’a pas et ne peut pas viser la réalisation d’un projet de société étant donné que les classes rentières qui le dominent abhorrent le travail en tant qu’activité et valeur (le travail étant une valeur antinomique à la rente). or un projet de société ne peut éclore qu’à travers la dynamique d’une formation sociale où le travail est la valeur suprême.
    en termes crus, le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation ne peut que tourner en rond et c’est la « dynamique » le plus remarquable de la formation sociale algérienne.
    j’ajoute que les intérêts de la marabunta qui nous gouverne et de son allié objectif et subjectif, i. e., la vermine islamiste, sont objectivement et subjectivement convergents avec les intérêts des puissances impérialistes et de l’entité sioniste.
    – en effet, le système rentier offre un débouché (sans limite) à toutes les camelotes produites ailleurs, tandis que l’islamisme sert l’impérialisme dans la mesure où les intérêts bien compris du capital financier mondial, fraction dominante du moment du capital mondial, requiert un monde sans frontières où les capitaux peuvent se mouvoir à la recherche de retours sur investissements optimaux. l’islamisme, portés par des couches sociales archaïques (voir tous les états « arabo-musulmans, y compris l’algérie), croyant que le commerce crée la richesse (d’où une progression exponentielle de « supérettes » au mètre carré coulé à une désertification industrielle remarquable) est le meilleur rempart contre toute velléité de désengagement d’Etats nationaux de l’emprise de la soi disant mondialisation.
    – quant au sionisme, il est inutile de ressasser que la pérennité de l’entité sioniste et la garantie de sa domination perpétuelle sur ses voisins proches et lointains, requièrent que cette entité soit entourée de micro-états vassaux basés sur la religion et/ou sur l' »ethnie ». ainsi, cette entité raciste basée sur la religion fera oublier sa nature de vestige colonial qui doit disparaître en tant que tel et n’apparaîtra pas comme un anachronisme.
    reconnaissons, enfin, qu’en termes d’élites, les nôtres sont soit assassinées (durant la décennie dite noire, entre autres) soit poussées, avec force, à l’exil.
    moralité de l’histoire: si l’Etat algérien est un « Etat qui ne connaît plus sa population, qui n’a pas les moyens de conceptualiser les problèmes et qui n’a pas les moyens de tirer profit des expériences des autres pays parce que tout ce qui est relatif à l’ingénierie lui est devenu étranger », c’est tout simplement parce que le pouvoir qui l’incarne n’a pas besoin de toutes ces « choses là » puisqu’il contrôle la distribution de la rente et est, de ce fait, totalement autonome par rapport à tous ceux dont il est supposé être l’émanation et le serviteur.

    1commentaire
    8 mai 2020 - 13 h 57 min

    Monsieur à des remords maintenant il a bien croquer dans le gâteau et la il vient nous dire des vérités ces vérités il fallait les signaler à l’époque et on appel cela des hommes des patriotes malheureusement chez nous ya beaucoups de vendus ces pour cela qu’on et dans cette situation

      Anonyme
      8 mai 2020 - 15 h 37 min

      « Des remords », « croquer dans le gâteau » vous avez des éléments à nous communiquer?? Je suis sûr que c’est lq première fois que tu a entendu parler de lui

    Secret Défense
    8 mai 2020 - 13 h 21 min

    Il est clair que lorsque ils ont pris le pouvoir avec l’assentiment de la france, ils ont prêté serment que ce pays n’avancera pas plus qu’il n’en recule.
    Les compétences filent à l’étranger faute de trouver la place qui leur sied , ce qui provoque la venue des étrangers pour explorer et se servir.

    Et ils sont fiers de leur gouvernance !!!!!!!!!!!!!!!

    Même à postériori...
    8 mai 2020 - 12 h 52 min

    … personne n’ose nommer cette bête à sept tête qui nous prend à la gorge !

    Anonyme
    8 mai 2020 - 12 h 25 min

    Abderrahmane Hadj Nacer fallait ouvrir ta bouche quand tu était en poste

      Anonyme
      8 mai 2020 - 14 h 22 min

      Facile à dire maintenant qu’il fallait qu’il ouvre sa bouche, etc… . En remettant les choses dans leur contexte. La clique de bandits et de hhoubatas qui soit disant gouverner, l’aurait téléchargé vers le chômage avec de la chance pour qu’il reste en vie, sinon c’est peut-être vers l’au-delà purement et simplement « pour haute trahison ».

      Sniper
      9 mai 2020 - 0 h 33 min

      S’il avait ouvert la bouche quand il était en fonction, on lui aurait sauté dessus en l’accusant de tous les maux. S’il s’exprime maintenant, on l’accuse d’avoir couvert des malversations et de s’être tu pendant longtemps. Il est difficile de satisfaire nos justiciers anonymes qui ont une haute opinion d’eux-mêmes, des Mr. Propre irréprochables.(…)!!!!!
      Que sont devenus ceux qui blâmaient Abdelhamid Brahimi qui avait évalué le montant des détournements à 26 milliards alors que ce sont en fait des centaines de milliards qui ont été volés? On ne les entend plus. Il y a fort à parier que ces anonymes sont en fait des sbires de la Bande à Bonnot.

    Moh.Abbas
    8 mai 2020 - 12 h 22 min

    Analyse pertinente et intéressante!
    Sommes nous contraint de revivre l,histoire (132 ans de colonialisme et 58 ans de corona) à chaque fois…que vas t il se passer avec cette crise économique et épouvantable qui se pointe à l,horizon.
    Ddéjà dur de s,en remettre de cette terrible décennie noir. Sommes nous destiné et condamné à souffrir, souffrir et encore souffrir? pour des extra psychopathes qui porte en eux le gène destructeur dans leur a.d.n et qui finiront par s,entretuer entre eux quitte à ce qu,il n,en reste qu,1?
    «Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre» winston churchill…,
    Quel élément de l,histoire qui nous échappe?, pour à chaque fois la revivre de manière tragique.
    Bien des questions et malgré de nombreuses recherches sans avoir encore trouver la réponse.

    Anonyme
    8 mai 2020 - 12 h 16 min

    Un grand monsieur intègre et compétent. Un des rares algériens qui n’est pas devenu milliardaire après un tel poste…

    Belveder
    8 mai 2020 - 12 h 08 min

    Je n accorde auqune crédibilité a ces EX qui se réveillent après Coup pour dénoncer les Choses…Le Courage est de le Faire pendant qu’on a «  » »Les pieds Dedans » »..

      Anonyme
      8 mai 2020 - 15 h 11 min

      Il n’a jamais été « dedans » comme l’on dit certains. C’était un non politisé, ce n’était pas un ministre de l’économie ou des finances. Ce n’était pas à lui de décider de quoi que ce soit. Il n’avait pas fait de carrière politique ni avant ni après son poste. Gardez vos critiques pour ceux qui le méritent

        Belveder
        8 mai 2020 - 16 h 54 min

        je vois que tu es «  » chargé «  » de le defendre sur AP beaucoup ont le courage de partir eux il ne faut pas étre SAVANT pour dirigér une economie de Rente dont l essentielle de la masse financiere circule au «  »NOIR «  » il avait un beau bureau qui donne sur le palais du Peuple c est pour ca

    Bamar
    8 mai 2020 - 11 h 41 min

    Non comptant d avoir toucher le fond on creuse quelle catastrophe

    Cosmopolite
    8 mai 2020 - 11 h 38 min

    Quand on gouverne en pratiquant une politique de cooptation et non par l’élection représentative qui doit reposer sur la compétence et le choix réellement démocratique , on ne peut espérer le meilleur.
    Certain régimes sont par essence contre-nature : le communisme qui veut que tous les êtres soient égaux en est l’exemple type .
    La monarchie qui octroie à un mortel un pouvoir absolu en fait partie ; les religions prosélytes qui ne veulent aucun compromis avec l’autre également.
    La dictature réelle ou maquillée d’un semblant de démocratie (ex: Algérie) , niant tout autre système que celui qu’elle instaure et plaquant sur un peuple diversifié (cosmopolite) , une identité monochrome .
    Tout cela ne peut réussir et à terme provoquera la pulvérisation d’une société , même si les gouvernants se trouvent un parapluie étranger , qui en fin de compte ne pourra être le protecteur sans une contrepartie ruineuse.
    Cette contrepartie , on peut la trouver auprès de son peuple , à la condition expresse d’appliquer une réelle démocratie.

    58 ex?t
    8 mai 2020 - 11 h 09 min

    d ou la nécessité l exigence d une 2ème république d un nouveau démarrage sur de bases saines propres transparentes qui ne tolèrent aucun accroc ,,,appliquer les règles a la lettre, tolérance zéro pour les personnes malveillantes c est comme ça ,,ça dot être comme ça et pas autrement sinon ça ne marchera jamais s il y a le moindre grains de sable dans le rouage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.