La mise au point intégrale de Lotfi Nezzar suite à une fake news de Liberté

L Nezzar
Lotfi Nezzar, directeur général de SLC. D. R.

Par Kamel M. – Le directeur général de SLC a adressé une mise au point au quotidien Liberté, reproduite en partie seulement, suite à la publication d’un article contenant des informations infondées sur la société et les biens de sa famille. «L’article signé Ali Boukhlef, intitulé Les biens de Khaled Nezzar mis sous séquestre, comporte des passages inexacts, formulés à partir d’informations infondées qui me mettent en cause personnellement, portent atteinte à la considération de ma famille et confondent des éléments des sociétés Divona et SLC de sorte qu’elles tendent à tromper vos lecteurs et, plus généralement, l’opinion publique», a écrit Lotfi Nezzar.

Se gardant d’entrer dans les considérations politiques «qui ont motivé cet écrit», le directeur général de SLC a apporté une réponse juridique et des clarifications quant à l’inexactitude des faits rapportés, estimant que l’article en question, qui a été relayé par plusieurs sites, «entretient sciemment la confusion entre la personne de Khaled Nezzar et la société Smart Link Communication (SLC) qui est une entité distincte» et que son auteur «omet de noter que M. Khaled Nezzar et moi-même avons fait l’objet de poursuites à caractère politique, qui ont abouti à un jugement par contumace rendu par le Tribunal militaire qui n’a, cependant, ordonné aucun séquestre des biens personnels, d’autant que les faits reprochés ne concernent nullement un enrichissement illicite».

«Concernant la société Smart Link Communication qui revêt la forme d’une société par actions, les poursuites pénales dont elle fait l’objet sont consécutives au procès politique engagé contre son principal actionnaire», explique Lotfi Nezzar, qui précise que «les motifs invoqués par la justice et dans votre article ne portent que sur des situations courantes qui impliquent les sociétés qui ne sont, faut-il le souligner, toujours pas inculpées à ce jour». Le signataire de la mise au point pointe un «atermoiement prémédité» qui «vise à nous empêcher de plaider notre cause et de nous permettre enfin de faire la lumière sur cette cabale devant les juridictions compétentes».

Lotfi Nezzar, qui dément que la société SLC et sa filiale Divona aient été dissoutes, indique que «le rédacteur de l’article confond entre la mesure de gel des comptes de ces sociétés – qui a été ordonnée dans le cadre de l’enquête préliminaire dont elles font l’objet – et une mise sous séquestre qui n’a pas lieu d’être», en ajoutant que le gel des comptes «n’est qu’une mesure conservatoire prise en attendant l’aboutissement de l’instruction judiciaire qui révélera au grand jour que ces entreprises n’ont bénéficié d’aucun privilège sous forme de concessions immobilières industrielles ou agricoles, de crédits bancaires, ni de marchés publics».

Concernant le litige qui oppose SLC et Divona à l’ARPCE (ex-ARPT), «plusieurs affaires judiciaires sont pendantes devant le Tribunal administratif et le Conseil d’Etat qui a, d’ailleurs, ordonné plusieurs expertises aux fins de statuer sur la conformité du mode de calcul des redevances réclamées par cette autorité avec le cahier des charges qui réglemente l’activité», souligne le directeur général de SLC, qui rappelle que «ce sont SLC et Divona qui ont poursuivi l’ARPCE auprès du Tribunal administratif d’Alger (…) plus de soixante jours avant que l’ARPCE ne dépose plainte pour les mêmes motifs et auprès de la même instance juridique». «De plus, précise encore la mise au point, Divona a déposé au pénal une plainte contre X afin de dénoncer la discrimination subie par elle depuis 2017». Les plaintes de SLC et Divona n’ont connu aucune suite.

Le litige initial est né de l’affaire portée par SLC auprès du Conseil d’Etat en 2012 contre l’Autorité de régulation, portant sur le remboursement des sommes indûment perçues par l’ARPT au titre des redevances des exercices 2012 à date (2019), conformément au jugement rendu par le Conseil d’Etat en date du 20 février 2014, en attente d’expertise pour évaluer le préjudice. «Ce contentieux remonte à l’année 2012 et cette institution a profité de la conjoncture et de l’absence des dirigeants de l’entreprise pour imposer des redevances arbitraires et procéder à des saisies conservatoires», dénonce Lotfi Nezzar, selon lequel «ces mesures ne sont pas validées par les juridictions compétentes et ne peuvent concerner que les actifs des entreprises».

«Divona a liquidé son solde le 12 mars 2019, dans les temps impartis et avant l’échéance du 31 décembre 2019, conformément au verdict du ministère des Finances du 17 janvier 2019 et après que l’ARPCE eut corrigé ses factures en date du 29 janvier 2019. Quant à SLC, elle demeure toujours en attente de la révision de ses factures suite aux conclusions de la réunion du 22 octobre 2018, tenue avec le Conseil de l’ARPCE, lequel reconnaissait un traitement discriminatoire entre SLC et l’opérateur équivalent», lit-on dans la mise au point parue ce jeudi dans les colonnes de Liberté.

«Sur le point relatif à l’administration fiscale, il y a lieu de préciser que les sociétés SLC et Divona n’ont subi aucun dépôt de plainte», fait savoir le directeur général de SLC qui souligne, en se référant aux documents émanant des structures du ministère des Finances, qu’«il ne peut en aucun cas être question d’évasion fiscale ou de non-respect des engagements vis-à-vis de nos clients qui ont dû subir les conséquences d’une machination dont nous espérons que la justice ne tardera pas à la prouver». «Il ne s’agit donc aucunement d’avantages fiscaux mais de droits que les sociétés SLC et Divona ont fait valoir après plusieurs années de procédures», révèle Lotfi Nezzar qui affirme que «bien au contraire, un trop-perçu reconnu par l’administration fiscale ne leur est toujours pas remboursé».

«Concernant la société SLH, il convient de noter que cette entreprise est une Holding financière algérienne interagissant exclusivement en Algérie», lit-on enfin dans le droit de réponse qui fait suite à une fausse information dont on ignore l’origine et les desseins.

K. M.

Comment (16)

    Anonimaoui
    6 juin 2020 - 8 h 31 min

    Le journal liberté n’a de liberté que son appellation. C’est tout simplement un organe de presse au service exclusif de son propriétaire Rebrab pour défendre ses intérêts politiques et commerciaux. Apparemment c’est la lune de miel entre Tebboune et Rebrab. Donc liberté ne peut agir que dans ce sens jusqu’à nouvel ordre du patron.

    Anonyme
    4 juin 2020 - 18 h 36 min

    Liberté est -il un journal ???
    On serait intéressés par un article sur les magouilles de son RCD.

      Belveder
      5 juin 2020 - 10 h 26 min

      non ennaharr et autre sont des journaux dont tu es surement Adepte……quant Libérté se levait et payé le prix du sang dans les années 90 vous etiez caché comme des rats

    Anonyme
    4 juin 2020 - 16 h 24 min

    Les arabo islamistes ont pris le pouvoir et ils se vengent sur tous ceux qui les ont combattu contre l instauration d une république islamiste en Algérie
    Nezzar et bien d autres devraient être cités en héros pour avoir combattu ces hordes obscurantistes et sauvé le pays d une dictature théocratique.
    Maintenant à nous de leur reprendre le pouvoir car profitant du COV 19 ,ils s installent tranquillement en faisant une nouvelle constitution taillée sur mesure avec laquelle le peuple algérien reste arabe et musulman sans prendre en considération les revendications des millions d algériens sortis pendant plus d une année pour réclamer que l Algérie soit algero algérienne fière de son histoire et de toutes les influences du passé.
    Les liens qui lient nos gouvernants aux pays du moyen Orient risquent de nous coûter encore plus cher que la catastrophe de la réconciliation nationale de Bouteflika lui qui n a pas vécu un seul jour de la décennie noire, bien planqué chez ces mêmes moyen orientaux…

    Lghoul
    4 juin 2020 - 16 h 15 min

    Toute innovation commerciale qui pourra nuire a leurs interêts et a ceux de la france et des moyens orientaux est étouffée dans l’oeuf. Ils ne sont pas mercenaires pour des prunes. Ils travailleront toujours pour eux et les étrangers qui les soutiennent. Comment se sentir ou se considèrer « algérien » quand on est capable de voler des centaines de milliards de dollars au peuple ?

      Karim
      4 juin 2020 - 17 h 22 min

      On a vu ce que les ennemis de l’Algerie ont fait pour Issad Rebrab car il voulait lancer un systeme de filtration d’eau performant unique au monde. Ils ne veulent pas que les gens disent « ce sont les algeriens qui ont reussi cette prouesse ou fait ceci ou cela ». Ils veulent voir l’algerien devenir un mendiant eternel qui attend les miettes.

    Khalef Adel
    4 juin 2020 - 15 h 14 min

    Je ne veux pas me mêler des affaires de la famille Nezzar , ce qui leur arrive avec l’état ou la justice algérienne sont leur responsabilité. Je dis une seule chose , le général Khaled Nezzar est un homme qui nous a sauvé des islamistes pendant une période tellement difficile. L’Algérie passait et négociait un tournant dans son histoire. Le général a Nezzar jadis ministre de La Défense , avait tenu , maîtrisé et asphyxié cette maladies metastasée à savoir le FIS et leur acolytes , sans la bravoure , le courage et la maîtrise du général Nezzar , notre jeunesse aurait été perdu , et l’Algérie devenu une république islamique.

    Merci mon général , merci Khaled Nezzar , vous nous avez saucé et que allah vous prête longue vie.

    Adel Abderrahmane KHALEF

    Cherchez l'erreur
    4 juin 2020 - 12 h 50 min

    Voilà un général qui avait tout sous la main et qui plus est était ministre de défense, avait abandonné tous ses privilèges et pris sa retraite à l’âge de 56 ans, alors que d’autres à plus de soixante dix ans s’accrochent encore à leur poste pour continuer à s’enrichir illégalement.

      Abdel Kader
      4 juin 2020 - 15 h 28 min

      Mais il y en aussi (beaucoup) qui travaille jusqu’à 70 ans juste pour survivre : cherchez l’erreur ausdi

    Axel
    4 juin 2020 - 12 h 29 min

    dieu preservera khaled nezzar et sa famille comme il l’a toujours fait par le passé
    parce que ce general est integre et honnete,et surtout qu’il a stoppé les hordes sauvages des islamistes et des ffsistes d’ait ahmed
    de transformer le pays khalifa daechiste!

    helas maintenant tout cela est redevenu possible par la faute de certains militaires pro arabistes
    donc je vous souhaite une bonne decennie à venir au vu des premiers signes survenus ces derniers temps et la reprise des poils de la bete de certains milieux !!!!

    Belveder
    4 juin 2020 - 12 h 19 min

    J éspére Tout D ‘Abord qu AP aura L élégance et la courtoisie de ne pas censurer mon post(ou en partie) comme cela se fait dés qu on cite LES NEZZAR… Je retiens Deux POINTS sans rentre dans les Détails de l affaire
    AP et Nezzar reconnaissent que des Médias se transforment en tribunaux Médiatiques juste sur la bas de Fake News ce qui est valable POUR TOUS a savoir les centaines de personne cités sans preuves partout ..
    Lotfi Nezzar a le loisir de se défendre ici sous couvert de droit de réponse ce qui n est pas le cas pour beaucoup a qui on refuse ce méme droit

    bonne continuation

    yacine
    4 juin 2020 - 10 h 10 min

    Je ne comprends pas pourquoi cet acharnement soudain contre Monsieur Khaled Nezzar, ses enfants et leurs sociétés ? Je ne vois pas les raisons de ces poursuites judiciaires contre eux, dans un contexte politique que tout le monde connaît. Je considère que leurs biens ont été acquis à la sueur de leur front, et non par le truchement de combines habituellement employées par ceux qui gouvernent l’Algérie depuis juillet 1962. Car actuellement, on a tout simplement remplacé Moussa El Hadj, par El Hadj Moussa.

      anonyme
      4 juin 2020 - 13 h 00 min

      tu parles sérieusement ????????????

      Belveder
      4 juin 2020 - 14 h 39 min

      Tu as bien récité ta Lecon

        Yacine
        5 juin 2020 - 11 h 31 min

        Je ne vous permets pas de me tutoyer car on n’a pas gardé les (…) ensemble.

    Anonyme
    4 juin 2020 - 9 h 39 min

    AlgeriePart a déjà fait un article sur ce fake avec toutes ces précisions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.