Il faut corriger le rite !

mouton sacrifice
L’Etat doit imposer des règles strictes pour le rituel du sacrifice. New Press

Par Nouredine Benferhat – L’histoire des religions donne à croire que le sacrifice était le prototype de tous les rites sacrés. Humain ou animal, le sacrifice a fait longtemps figure de survivance universelle des religions. Même remis à une place plus modeste dans la géographie des religions, le rite du sacrifice continue de jouer un rôle clé dans la lecture du sacré chez les sociétés archaïques. La fonction de la victime, comme étudiée par les anthropologues, chez certains peuples primitifs n’est pas d’opérer une médiation entre les hommes et Dieu, mais d’être porteuse de toutes les tensions internes, rancunes et violences potentielles qui existent au sein d’une communauté.

Dans le soufisme et dans une pratique éclairée de notre religion, la symbolique du sacrifice est comprise comme un acte d’exaltation et de dévotion à Dieu et non un geste destiné à être reproduit systématiquement.

Dans une société où le rituel est profondément ancré dans les coutumes, il appartient à l’Etat d’empêcher que s’installent des pratiques qui transgressent les règles de vie citadine. Les moutons sont introduits dans la ville et les immeubles, les quartiers transformés en lieu d’abattage avec ce que cela provoque comme nuisances.

Des solutions existent dont nous pourrions nous inspirer. En Malaisie ainsi que dans d’autres pays musulmans d’Asie, un seul mouton est sacrifié au nom des habitants du village ou du quartier.

Pour Ibn Khaldoun, «le citadin se soumet aux lois et la religion devient extérieure. La loi religieuse est devenue une simple branche du savoir et une technique acquise par l’instruction et l’éducation».

Un autre rituel mériterait de prospérer chez nous, celui appelé «rites d’interaction» où l’individu ne se contente pas d’affirmer son propre statut et imposer ses propres mœurs, mais marque de la déférence à l’égard de l’autre.

Ces rites sociaux, appelés «politesse», reflètent les valeurs essentielles de la culture en matière d’éthique, d’esthétique ou d’hygiène.

N. B.

Comment (21)

    Anonyme
    22 juillet 2020 - 18 h 52 min

    Ça aurait été une occasion en or de reconstituer notre cheptel et faire descendre le prix de la viande pour qu elle soit abordable durant l année à toutes les bourses!!!
    Mais l Algérien est un zouakh,il veut briller au niveau de son quartier et de sa famille même s il a des difficultés à joindre les deux bouts…
    J espère qu il y aura assez d algériens consciencieux ,qui ont un cerveau pour ne pas suivre des illuminés en refusant d égorger un mouton durant cette crise sanitaire grave !!!

    DZLander
    21 juillet 2020 - 21 h 14 min

    L’opération de formatage entamée de longue date par le parti dit FLN post indépendance, l’antithèse même du FLN canal historique d’avant 1962, autrement dit le cancer actuel de l’Algérie, relayé par son FIS qui en est la métastase, a fini par porter, non les fruits, mais les vers dans les fruits. Autrement dit le virus vert est déjà bien ancré dans les frêles consciences faussement citoyennes. Et qu’observons-nous à présent ? Une attitude ostentatoire fréquente, chez l’algérien lambda, qui consiste, hélas, à n’appréhender la réalité qui l’entoure qu’à travers le prisme religieux, avec une tendance pharisienne à la sacralisation irraisonnée du divin. C’est à se demander, à la limite, si nous sommes encore en Algérie républicaine ou déjà en Algéristan théocratique…

    Karim
    21 juillet 2020 - 20 h 18 min

    « Toutes les les tentatives de rationalisation, qui tentent d’opposer la raison aux croyances sont restées vaines à ce jour. Sinon ne serait-ce que pour des raisons d’hygiène, en ces temps de Covid, un « Etat » digne de ce nom aurait pu décréter l’interdiction de tout sacrifice individuel ou collectif et le remplacer par un sacrifice national, ou même universel à la Mecque ». Merci infiniment pour ce passage o combien pertinent, qui reflète de façon condensée l’état des lieux dans notre pays.

    Elephant Man
    19 juillet 2020 - 15 h 31 min

    @SCHMILBLICK PAS Anonyme et trolls et cie
    Sans omettre les bienfaits du mois de ramadan sur le corps humain notamment l’utilisation de réactions enzymatiques et biochimiques qui normalement ne sont jamais utilisées par l’homme pour la fabrication de métabolites.
    SO
    BE SEEING YOU 😉

      Anonyme
      19 juillet 2020 - 17 h 32 min

      Faut pas s’enerver Lucette !
      l’Aïd c’est l’occasion pour toi de rentrer dans ton cher pays.
      Et à force d’insulter tout le monde,le commun des mortels peut penser que il te faut une bonne Rokia comme la médecine n’y peut rien.
      See tout soon

      Anonyme
      21 juillet 2020 - 6 h 37 min

      Les bienfaits du ramadan sur le corps humain?? Le seul jeûne qui est conseillé par certains diététiciens (le plus souvent ne sont pas médecins) c’est le jeûne hydrique où on continue la consommation d’eau (parfois même d’autres boissons). Le jeûne avec restriction hydrique peut être dangereux pour beaucoup de personnes fragiles…

    Elephant Man
    19 juillet 2020 - 15 h 11 min

    @SCHMILBLICK trolls makhnaz et franchouillards sionistes et @Karamazov
    Vos propos mensongers n’engagent que vous et à bien y regarder vous siéent à merveille.
    À défaut d’arguments solides vous attaquez encore une ÉNIÈME fois ma personne pour changer.
    Vous extravaguez tels des dipsomanes en obsession psychopathes maladive incurable SCIENTIFIQUEMENT PROUVÉ p <0,001.
    Enfin, @Karamazov, il s'agit de sciences enseignées par un Professeur FRANÇAIS DE SOUCHE de l'INRA de Theix Puy-de-Dôme en Nutrition Humaine et Sécurité et Biotechnologie Alimentaire : oui l'animal étant moins stressé qu'à l'abattoir la viande est de meilleure qualité et plus TENDRE 😉 Vous seriez également surpris des bienfaits sur le tube digestif du leben !!
    À bon entendeur
    SO
    BE SEEING YOU 😉

    Elephant Man
    19 juillet 2020 - 12 h 48 min

    Effectivement et poursuivre ce qui se fait déjà la collecte des peaux afin de les mettre à la disposition des tanneries pour leur valorisation et utilisation dans l’industrie du cuir, une filière à fort potentiel à l’export.
    Aux citoyens de se responsabiliser et respecter les règles et lois en vigueur concernant l’abattage du mouton et ne pas faire de la rue qui fait partie de leur patrimoine un abattoir à ciel ouvert.
    Enfin, si le sacrifice de l’aïd était un danger public la population musulmane aurait été décimée de la planète terre depuis des lustres.
    Ce qui n’empêche que chaque citoyen a l’obligation et le devoir de respecter la loi en vigueur et les règles d’hygiène qui s’imposent et notamment conformément aux principes musulmans. Le Coran, ni la loi d’ailleurs, ne dit pas de jeter ses détritus n’importe ou d’aller à vau l’eau.

    Lghoul
    19 juillet 2020 - 7 h 47 min

    Apres mure reflection je comprend pourquoi ils laissent la populasse superstitieuse s’exposer a la mort: Quelqu’un a quelque part, qui a une connection a un ou des requins du pouvoir veut faire du fric. Qui achetera le betail qu’ils nourrissaient depuis des mois ? Les cobbayes comme toujours. La religion est juste un outil pour faire du fric. Et quand la religion fait de la politique c »est comme si kaddour qui rentre au casino esperant avoir le jackpot, le gros lot. Donc ce n’est l’affaire de personne mais bien des gros sous et du
    business. Dieu est leur dernier soucis.

    attention de Nouredine Benferhat !
    18 juillet 2020 - 17 h 56 min

    Ya si Nouredine Benferhat, avec tout mon respect, que peut faire l’Etat quand le pouvoir de 1962 a tout fait pour apprendre à nos citoyens, à nos enfants, à nos collégiens, à nos lycées, à nos universitaires que celui qui ne pratique pas l’islam ira en enfer. Le pouvoir a tout ficelé, il a produit, il a façonné un type de citoyen qui ne raisonne pas, qui ne réfléchit pas, qui est incapable de s’élever dans le discernement ou la connaissance. Tout est biaisé à la base, tout est feinté à la base, c’est non redressable, c’est trop tard ! Il nous faudra des décennies et des décennies, et encore, pour corriger un tant soi peu cette situation dramatique, dommageable pour le devenir , l’avenir du pays !

    Abou Stroff
    18 juillet 2020 - 14 h 59 min

    dans une société qui est biberonnée à la rente et shootée à la religion, l’irrationnel devient rationnel et le rationnel devient irrationnel.
    en effet, au sein d’une société où le travail est une activité et une valeur marginale, comment peut on expliquer que certains s’enrichissent, sans réellement travailler et gravissent, à vitesse grand V, l’échelle sociale tandis que d’autres passent leur temps à quémander des miettes de rente pour éviter la syncope?
    la seule explication qui convainc le dernier des idiots est une explication qui fait appel à une force extra-humaine qui, d’une manière ou d’une autre, contrôle la destinée de chacun.
    en d’autres termes, l’intrusion d’une force extra-humaine, à travers la religion, dans tous les rapports sociaux s’avère être une nécessité pour le bon fonctionnement d’un système qui ne repose pas sur le travail (activité où les hommes se créent en tant qu’hommes en créant leur environnement) mais sur la distribution de la rente, valeur qui n’est pas générée par ceux qui en bénéficient et dont la provenance demeurerait problématique sans l’intervention expresse d’une entité extra-humaine.
    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune à part le fait que nous devons, bi idhni allah, observer une croissance exponentielle des cas infectés et des décès après la grande fête de l’aïd el kébir

    Anonyme
    18 juillet 2020 - 13 h 25 min

    Je ne suis pas musulman mais de nombreux musulmans ne semblent pas comprendre ce rite que le coran n’adresse pas à monsieur tout le monde et qui de fait n’est pas obligatoire.
    Qui plus est, il consiste ici à déterminer sa foi envers Dieu alors je suppose que ceux qui en font la pratique sont des croyants de grande morale pendant tous les autres jours de l’année qui ne se prêtent jamais au « blasphème » volontairement ?

    marikani
    18 juillet 2020 - 13 h 12 min

    En 2020 c’est fini, les Etats, n’agissent qu’après calcul pour l’electorat et la paix sociale.
    Même en europe (France surtout) , laxisme des banlieue et zones de non-droit .
    Chez les muzs (surtout arabo) les gouvs ont la trouille dès qu’il s’agit de toucher au religieux.
    Si nos dirigeants sont incapable d’avancer et on peur de se reformer on est fouttus !!!
    Franchement garder des traditions, rites qui datent de 1500 ans : bravo l’ignorance!
    Beaucoup de traditions n’ont plus lieu d’être !
    La foi , la médiatation voire la prière ne suffisent-elle pas?
    Pauvres moutons (je parle aussi des gens là : bêêêêê)!

      Elephant Man
      18 juillet 2020 - 21 h 06 min

      @Marikani
      Chaque année en septembre les paysans auvergnats de mon bled natal égorgent le cochon sur la place publique et et bouffent les tripes sur la place publique en festoyant et cette tradition se poursuit encore à ce jour.
      Expliquez nous pourquoi les rites religieux juifs chez l’entité sioniste et y compris en France ont pignon sur rue avec un chandelier juif place de la République à panam pour hanoucca, des écoles privées juives en veux-tu en voilà et notamment à Villeurbanne les commerces fermés pour shabbat…
      Mais les musulmans devraient eux cesser de pratiquer leur religion, « ÉTONNANT NON ? ».
      Sachez que le rite musulman permet l’obtention d’une viande de meilleure qualité à l’animal abattu dans l’abattoir car l’animal est moins stressé contrairement à ce que pense Brigitte Bardot 😉

        Anonyme
        19 juillet 2020 - 10 h 09 min

        Mais… ce n’est pas tout, quand ils n’ont pas de cochon, ils prennent un étranger, de préférence un maghrébin bien entendu, et ils le font griller à la broche sur la place publique. Et alors ils dansent tout autour en chantant des airs du temps des gaulois. Y a pas à dire ces auvergnats ne sont que des sauvages.

        Attention éléfantemane, tu vis dans un monde dangereux parmi des sauvages et des intolérants, tu risques de faire les frais de leurs pratiques moyenâgeuses et païennes.

        Eh! Oui que veux-tu, chacun a sa religion. Mais pour honorer un même Dieu en définitive. C’est là le paradoxe! Vois-tu les humains c’est comme ça, il leur faut de la haine pour se sentir bien dans leur peau. Y a des millions de juifs en France, y a de moins en moins de chrétiens et quelques musulmans à qui on dénie le droit de pratiquer leur religion en leur interdisant de sacrifier le mouton sur la place publique comme nous le faisons tous, ici, en Algérie et n’importe où. Et c’est bien la preuve, qu’ici, nous vivons dans un pays de liberté.

        Quant aux rites religieux juifs qui ont pignon sur rue avec ce fameux chandelier place de la République à paname comme tu dis si bien, cela démontre que le pays où tu vis est complètement sous domination israélienne à l’image de la Cisjordanie. D’autant que les sionistes, d’après tes informations, ont crée une multitude d’écoles privées juives. Et qu’en plus ils ferment leur magasin pour le shabbat. Mais c’est honteux ! Un conseil, n’achète plus rien dans ces magasins.

        La France est mal partie. Et tu en es le témoin vigilant. Par tes interventions intelligentes et documentées, tu apportes un éclairage significatif sur ce pays arriéré et en particulier sur l’Auvergne où il semble être difficile d’exister. Il est à espérer pour toi que ce pays décadent et immoral ne soit pas obligé, un jour proche, d’avoir recours à l’aide alimentaire internationale car le tableau désastreux que tu fais de ce pays montre qu’il est près de la faillite économique. En plus d’une faillite morale avec ces rites d’un autre âge.

        Maintenant le fait que tu vives près de volcans (éteints peut-être mais on ne sait jamais !) et parmi un peuple soumis aux sionistes confirme le courage immense qu’il te faut pour continuer à vivre dans ce pays.

        En ces temps de corvid 19, prends bien soin de toi car il est des pays où l’on meurt, faute de soins, d’oxygène, de lits, d’hôpitaux et de personnel soignants.

          @ Anonyme
          19 juillet 2020 - 12 h 11 min

          @ Anonyme,
          Merci pour votre réponse à Mme Elephant, la rebelle !
          J’y vis entre la Bourboule et le Mont dore entre juin et fin septembre et je peux vous dire que c’est très dur comme le dit notre Moudjahida !
          Quant au cochon au Centre du village, il y’en a même dans l’autre région où je vis le reste de l’année,tous les ans ils tuent un je dis bien un cochon noir pour faire la fête et boire un coup dans une ambiance bon enfant.
          Mais bon c’est vrai qu’il faut insulter la main nourricière et protectrice.
          Les gens comme cette dame sont plus dangereux que les hyènes car elles attisent la haine de loin, en espérant la déflagration pour être spectateur du désastre sans être touché.
          Bien à vous cher anonyme.

          Karamazov
          19 juillet 2020 - 13 h 45 min

          Je dirais même plus:
          Une chose est sûre les agneaux égorgés par les musulmans non seulement ils ne sont pas du tout stressés de se faire saigner , mais jubilent carrément de servir de sacrifice et d’assouvir les instincts sanguinaires de certains hommes.

          Quand on vous disait que les musulmans sont une richesse pour la France. Si vous vous n’êtes reconnaissant, les zagneaux , eux, leur disent mer… heu… merci !

        lilie
        20 juillet 2020 - 14 h 39 min

        Un cochon ou deux…

    Karamazov
    18 juillet 2020 - 10 h 35 min

    Sinon spliki-moua trach comment un Etat comme le nôtre n’ose pas interdire les sacrifices même quand ils deviennent un danger public. D’autant plus que la moitié de ceux qui s’adonnent à ce rite , ne le font que forcés par l’habitude, l’émulation, pour ne pas être en reste. L’Etat leur rendrait un grand service s’il prenait cette sage décision.

    Lghoul
    18 juillet 2020 - 10 h 23 min

    Quelque soit ce que l »on dit, ou d’autres ont dit, une chose est certaine: Le moment de compter les nouvelles contaminations et les nouveaux deces dans les cimetieres commencera apres la « fete ». Ca sera le moment de payer la facture. On verra alors si sidi qelb ellouz ou amar bouzouar feront quelque chose pour rendre la situation reversible. Il sera trop tard.

    karamazov
    18 juillet 2020 - 9 h 15 min

    Il faut corriger le rite ?

    Cette sentence qui sonne comme un blasphème me rappelle un coup gueule histé … heu… historique, qui désormais est classé dans les archives de la téloche française. Ce jour , ce grand Mufti qui avait choppé la théologie congénitalement comme moua ma kabylitose, surnommé par ses détracteurs le savon de Marseille , sans doute parce qu’il voulait laver plus blanc sa religion frelatée par l’islamisme , s’est écrié  :  » il faut reformer le Coran , na !  » .

    Je me rappelle au passage qu’il n ‘y a pas plus tard que ça ne fait pas longtemps chinou à Guezgata et dans beaucoup de villages environnement de la Kabylie septentrionale, le sacrifice était collectif, ,il n’y a jamais eu d sacrifice individuel. Ce n’est que depuis qu’ ils ont civilisé les singes de mon quartier, comme chantait le poète , que ce sacrifice est deviendé individuel.

    Toutes les les tentatives de rationalisation, qui tentent d’opposer la raison aux croyances sont restées vaines à ce jour. Sinon ne serait-ce que pour des raisons d’hygiène , en ces temps de Covid, un « Etat » digne de ce nom aurait pu décréter l’interdiction de tout sacrifice individuel ou collectif et le remplacer par un sacrifice national, ou même universel à la Mecque.

    Quand Dieu dit à Abraham, de lui sacrifier, pour son orgueil divin , son fils : aqchich nechouq ( l’enfant le plus désiré) pourta, comme on dit chinou à Guezzgata, il ne lui pas dit au moment où il allait le faire : hé banane c’était de l’humour. Hé non , il lui a envoyé un agneau , sans doute parce que le silence des agneau …

    C’est à croire que les Juifs nous en refilé ce rite parce qu’eux ne pouvaient pas le garder .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.