Au cœur de la cellule où le roi numide Jugurtha vécut ses derniers jours…

Cellule Jugurtha Rome
C'est dans cette cellule que Jugurtha a vécu ses derniers jours. D. R.

De Rome, Mourad Rouighi – Renouant avec une vieille tradition, l’ambassadeur d’Algérie à Rome, Ahmed Boutache, a effectué, ce mardi, une visite à la prison Mamertine, site prestigieux où, selon les historiens, repose le roi de Numidie, Jugurtha, répondant en l’occasion à l’invitation du complexe du Forum romain, du Saint-Siège, maître des lieux et de la mairie de Rome.

Sa présence en compagnie de la présidente du Forum romain et du Colisée, Alfonsina Russo, venue l’accueillir en personne, et les égards particuliers qui lui ont été réservés par les fonctionnaires en charge du site, par le représentant du ministre de la Culture, Dario Franceschini, et de la représentante de la maire de Rome, Lorenza Fruci, et, pour la partie explication, l’archéologue Patrizia Fortini, participe, nous a-t-on expliqué, d’un «effort précis, au centre de la nouvelle dynamique entre Alger et Rome, encourageant les dirigeants des deux pays à organiser conjointement des initiatives mettant en avant leur patrimoine historique commun». Etaient également présents des fonctionnaires de l’ambassade d’Algérie en Italie et des autorités italiennes.

L’ambassadeur, entouré par nombre de journalistes à la sortie du site, a tenu d’abord à remercier ses hôtes : «Cette prison que j’ai eu l’honneur de visiter, aujourd’hui, accueille un grand roi d’un grand peuple, le nôtre. J’ai donc, au nom de tous les Algériens, rendu hommage à sa mémoire en longeant cet escalier qui conduit à la salle inférieure où il a vécu ses dernières heures. Cela m’a été possible grâce aux bons offices de nos amis italiens qui, dès qu’ils surent que je désirais me recueillir devant le dernier lieu connu du roi Jugurtha, ont tout organisé, en un temps record.» Et d’ajouter : «J’ai eu à dire à mes interlocuteurs, en ce jour si chargé d’émotion, qu’à la lumière des dernières années nous avons, en Algérie, l’intention d’accorder davantage d’attention pour la culture et le patrimoine, ces dimensions qui restent des éléments indissociables de notre histoire et de notre présent, et ce, dans un seul but, celui d’asseoir le double enracinement de notre peuple dans son histoire riche et unique, et dans l’avenir.»

Ahmed Boutache a, en outre, précisé que les experts italiens, accourus pour l’occasion, «m’ont assuré qu’au-delà de toutes les considérations scientifiques, techniques et archéologiques, ils souhaitent faire connaître Jugurtha au grand public italien et international et nous sommes prêts à y contribuer à travers nos cadres et nos chercheurs».

Le symbole est fort

A ce propos, des sources informées ont confié à Algeriepatriotique qu’un colloque sur Jugurtha sera organisé à Rome, avant la fin de l’année, en présence d’experts internationaux de premier plan en patrimoine et en archéologie. L’accent sera mis sur une plus grande synergie entre les chercheurs et les experts des deux pays. «Une nouvelle dynamique, nous dit un diplomate italien sur place, soutenue en premier lieu par les deux chefs d’Etat, Abdelmadjid Tebboune et Sergio Mattarella, mais également au niveau des ministères des Affaires étrangères, de la Culture et du Tourisme, décidés à travailler de concert pour renouer et promouvoir la grande histoire commune des deux pays».

A noter que le site qui fut le lieu de détention d’illustres prisonniers, tels que les apôtres Pierre et Paul, Vercingétorix, roi de Gaule et d’autres encore, est aujourd’hui très peu visité. Un effort de promotion peut ainsi lui donner un coup de pouce. C’est, du moins, ce que pensent et espèrent les experts italiens.

Quant au président de la Quadriennale de Rome, Umberto Croppi, qui a tenu à être lui aussi présent, il nous a fait part de son émotion, lui qui a tant rêvé d’Algérie et de son patrimoine plurimillénaire. «Avec cette visite, une nouvelle dynamique s’est créée qui nous permettra d’aller plus loin dans la coopération entre nos institutions, en insistant sur tout ce qui peut renforcer notre coopération, le travail commun de promotion des œuvres et des sites archéologiques, soutenir des programmes pour former de jeunes algériens au travail de restauration du patrimoine et permettre à des jeunes italiens de mettre en pratique leurs connaissances, dans le cadre de missions mixtes en Algérie et en Italie. Exemple, parmi tant d’autres, le maire de Palerme, Leoluca Orlando, s’est dit très intéressé par le savoir-faire des artisans algériens pour la restauration des sites arabo-musulmans en Sicile. On pourrait, en échange, envoyer des experts italiens pour la réhabilitation des sites romains en Algérie. Une coopération gagnant-gagnant. Le maire de Palerme aussi est d’avis qu’il est impératif que la base de notre action future soit dans la continuité, assurant le suivi de nos actions». Une conviction qui sera, nous assure-t-on, «un élément fondant de cette nouvelle dynamique».

La visite de ce mardi, largement relayée par la presse romaine, a remis en perspective cette Algérie tolérante et ouverte sur son environnement international, fière de sa culture et de ses traditions et décidée à recouvrer pleinement son patrimoine historique. De même, l’impact médiatique a été très positif, au point où on se met à parler à Rome d’une «spécificité algérienne», une nation «singulière, assez forte pour défaire, seule, le terrorisme et assez authentique pour ne point craindre de célébrer ses lointains symboles, à commencer par Jugurtha, un souverain qui a voué toute sa vie à la grandeur de sa nation, unie et indivisible, réfutant l’idée d’un fédéralisme piège qui lui fut proposé et œuvrant tout au long de son règne au bien-être de tous ses sujets».

A travers Jugurtha, notre territoire national présente de vastes champs de vestiges qui illustrent la longue histoire de notre pays et de ses villes antiques qui sont autant de témoignages des civilisations qui l’ont parcouru. Ce qui permet de dire que les clichés réducteurs visant à le figer dans des cercles étroits sont voués à l’échec. Car l’attachement des Algériens à leur ancrage civilisationnel actuel est aussi résolu que leur fierté pour leur histoire plurimillénaire.

M. R.

Comment (32)

    ZORO
    24 septembre 2020 - 8 h 45 min

    ZORO propose un sanctuaire pour la mâchoire de l homme de Palikao (tighenif) notre ancêtre d il y a 500000 ans c est le seul qui puisse nous unir, il n a pas vecu la soumission a rome ni connu la traîtrise de massinissa a syphax.
    SIGNEZORO…Z…

      Hmed hamou
      24 septembre 2020 - 11 h 55 min

      @ ZORO,

      [« … c est le seul qui puisse nous unir, il n a pas vecu la soumission a rome ni connu la traîtrise de massinissa a syphax. »]. Tu en es sûr ?
      Il n’a pas connu même pas la longue guerre fratricide entre les « Aws » oua « al Khazraj » ; et les les batailles du « Chameau » et de « Siffine » non plus? Il faut être sûr ? On ne sait jamais qu’il ne soit qu’un de ces réfugiés fuyant une de ces guerres et venir mourir à tighenif? Quand à la datation de l’âge de l’homme de Palikao, 500000 ans?; Peut être que c’est une erreur, c’est fréquent tu sais dans les datation en carbone 14, ou alors  » c’est une mmirrrracle Salomon », dixit Louis de funes, dans rabbi jacob.

      Ps. Quand à la soumission à Rome des brobros c’est vrai, ils étaient maintes fois vaincus et même soumis, mais toujours les armes à la main, et jamais un envahisseurs n’a connu la paix pour se la couler douce,… Et il ne faut pas oublier également la soumission des berbères aux turques et aux français plus tardpourtant nos frere arabes était parmis eux, parmis nous, depuis des siècles déjà et ça n’a rien changé donc à notre condition de soumis même avec leur présence !! N’est-ce pas ? En revanche, Une chose qui ne risque pas d’arriver aux arabes et ne peuvent pas connaître chez eux . Ils ne sont jamais soumis et ne peuvent pas être soumis. A chaque fois qun envahisseur arrivent, ils prennent keurs bien et leurs jambes à leurs vous pour aller voir ailleurs! Ils sont nomades pas attachés à la terre, mais juste à sauvé leurs vie et leurs bien matériel. La seul fois qu’un envahisseur, abraha et ses elephants, est venu détruire « al kaaba, oua ma adraka ma al kaaba » , ils l’ont laissé faire ! Et la seule chose qui lui ont réclamé c’est juste de leur restituer leurs biens et chameaux, quand a la Kaaba elle appartient à dieu et c’est à lui, à dieu seul, de la défendre si il veut !!
      Oui, on connaît la suite de l’histoire. Il ya même une sourate qui parle de cet évènement , sourat al-Fil, de l’éléphant, Mais c’était grâce à dieu seul et non à la bravoure des arabes et des kouraich !!

      Ps. 2. Et de ma réponse à la question que tu m’avais posée sur Snir, es-tu satisfait, ou je recommence ?

        Ziri Warsenis
        24 septembre 2020 - 16 h 41 min

        Aya wiyak a Hmed ! C’est une perte de temps que de tenter de remettre à sa place cet individu dont la pathologie anti kabyle est connue. On dirait qu’il ne peut se passer de sa pilule anti amazighe en général et kabyle en particulier pour soigner sa maladive fixation et respirer à son aise.

        PS. L’Homme de Tighennifine (pluriel de Tighennif) remonte à 700 000 ans AV JC. suivant la datation établie.
        Il semblerait que c’est lui qui a émigré au Moyen Orient en terre de Canaan, puis sa descendance au Yémen, pour voir sa progéniture revenir en Afrique du Nord bardée de l’accoutrement ‘’Chamito-sémitique’’ cher aux linguistes depuis Marcel Cohen. Cette émigration jusqu’ici considérée comme la première quête du Graal oriental est depuis remise en question depuis 2018 et la découverte du site de Ain Boucherit, dont les vestiges remonte à 2,4 millions d’années.
        Point de visas n’était exigible à cette époque et on ne considérait pas cette “évasion” comme de la Harga par le pouvoir sylvestre des forêts des génies topiques (I3ssasen).

        2e PS: L’Histoire ne relate pas comment les descendants yéménite ont échappé en Mer Rouge leur panier du vocabulaire sud-arabique et subi la transsubstantiation vers la langue amazighe.
        Mais à ça … Marcel Cohen et ses paires n’ont jamais fourni de réponse en guise d’élixir palliatif certifié bio.

    Awres
    24 septembre 2020 - 2 h 17 min

    Non monsieur Chaoui Gerenimo, les Chaouis connaissent très bien l’heure histoire et leur héros, nous savons que Juba, Massinissa, Takfarinas, Kahina, et meme Tarik Ibn Ziad pour ne citer que ces héros sont tous originaires des Aurès, de Khenchela pour T.Ibn-Ziad, de tebessa. Il y des historiens très cultivés dans ce domaine seulement ont les invite pas sur les plateaux de télévision afin de mettre un terme à ceux qui veulent s’approprier à eux l’histoire des berbères et surtout l’histoire des Aurès car tous ces Héros sont des propres enfants de la région des Aurès.
    Autres choses ous dites que les Chaouis ne connaissent pas l’histoire de leur régions et de ses enfants et bien non les Chaouis ont laisser le terrain libre au Kabyles qui veulent s’approprier une histoire qui ne leur appartient et c’est le moment que les Chaouis doivent se réveiller et de plus laisser qui que se soit leur voler leur propre histoires, allez-y voir les vestiges romains qui se trouvent dans la régions des Aurès choses qu’on ne trouve pas dans les autres régions y compris en Kabylie.
    Non monsieur les Chaouis se sont laisser faire alors que c’est eux qui ont fait l’histoire de cette Algérie bien avant le 1er Novembre 1954 et il étaient les premiers en 1954 ou dans certaines régions ils dansaient et s’amusaient dans les bars.

      loklan
      24 septembre 2020 - 10 h 04 min

      Faux archi faux ! Je ne vous laisserez pas distiller du mensonge ! Non Monsieur, ni Juba né à Hippone ( Annaba) , ni Massinissa, ni Takfarinas roi des Musulames des portes du désert, ni même Tarik Ibn Zied n’ étaient chaouis absolument pas ! C’ est de la désinformation pur et de la récupération tribaliste par complexe d’ existence. Ils étaient tous originaire de ce qu’ on appelait il y a encore très peu de temps  » la petite Kabylie « , région située entre Sétif et constantine et collo et Skikda, le berceau véritable des Numides, cette même région qui s’ appellera plus tard  » les Kutamas » pour s’ appeler plus tard  » el Qabayil hadara ». Ne volez pas l’ histoire aux Sétifien, jijli, Constantinois, Skikdi etc ! A l’ époque du roi Massinissa, il y avait un contemporain au nom de medghacen qui était roi des Aures, ce qui prouve qu’ il y avait deux rois différents pour deux régions différentes. Ils étaient de deux branches dynastique totalement différentes. Certes Kahina était chaouia mais les rois Numides certainement pas. Attention attention attention à ne pas omettre cette région des Kutamien ( Qbeyil hadara) pour la faire glisser chez les chaouis, cette région est extrêmement distinct de celle des Aures et elle a sa propre histoire, sa propre histoire. Au centre il y a la Kabylie et à l’ Est il y a deux grandes régions, il y a la région de Kutama et la région des Aures. Ces mêmes Kutamiens qui sont frère avec les Sanhadja ( Kabyle) dixit Ibn khaldoun. Si il y a des vestiges romains chez les chaouis, c’ est que les romains s’ y sont implantés et qu’ ils n’ ont trouvé aucune résistance et s’ il n’ y a que très peu de vestige romains en Kabylie, c’ est que les romains y ont trouvé une vive résistance au point de nommé l’ actuel Djurdjura  » mont ferratus  » (montagne de fer). Les Kabyles n’ ont absolument aucun complexe historique que ce soit antique, médiéval ou contemporain et c’ est connu, ils ont une histoire forte et glorieuse à travers les fameux  » Quinquegentiens  » famosos quinquegentanei » (cité par Amien Marcelin, general Romain) , le roi Faraxen, le roi Nubel, le roi Firmus dont Amien Marcelin dit qu’ il faut le placer au dessus de Takfarinas et juste à côté de Jughurta, le roi Gildon etc. Les Kabyles en tant qu’ Amazigh, s’ approprient l’ histoire Amazigh, quoi de plus normal ? Ce qui est anormal en revanche, c’ est que des chaouis soit disant Amazigh, eux ne s’ approprient pas l’ histoire Amazigh ! Et ce n’ est pas la peine d’ opposer les chaouis aux Kabyles pour susciter chez les chaouis une jalousie ( même si le complexe d’ infériorité naturel qu’ ils nourrissent envers les Kabyles irgazen est connu ) pour qu’ ils s’ approprient non pas leur histoire mais l’ histoire Amazigh du pays tout court. Puis osez dire que  » c’est les chaouis qui ont fait l’histoire de cette Algérie bien avant le 1er Novembre 1954″ relève de l’ infamie et une insulte grave faite aux Algérie qui eux ont fait véritablement l’ Histoire de l’ Algérie, puis entre nous, qu’ est l’ histoire des chaouis comparé à celle des Kabyles par exemple ? Walou peanuts nada. Encore une fois ne volez pas les Héros Numides tous originaires de Kutama ( Qbeyel Hadara) pour la donner aux chaouis, ne faites pas comme les mkhazni !

        TAYEB EL DJILLALI
        24 septembre 2020 - 18 h 24 min

        @ LOKLAN bravo mon frere tu as remis a sa place le hableur attitre des mensonges et laudateur en chef d el gaid el fayah et bouteflika

    Djurdjura
    23 septembre 2020 - 17 h 12 min

    « Urbem venalem et mature perituram si emptorem invenerit ! »
    « O ville (Rome) à vendre ! Elle disparaîtra bientôt, si elle trouve un acheteur! »
    Cette phrase restée célèbre a été remémorée par Salluste dans son livre : LA GUERRE DE JUGURTHA et rapportée par l’historien Tite-live. Elle traduit à elle seule toute la force, la puissance et la détermination de ce farouche guerrier, petit fils et successeur du non moins célèbre Massinissa, fils de Gaya, roi des Massyles ,premier Aguellid de la Numidie unifiée.
    Avant que Rome ne deviendra la capitale de l’empire méditerranéen, elle s’est confrontée aux premières années de la constitution de son empire aux guerriers amazighs qui lui ont donné des fils à retordre pendant plusieurs années.
    Le comble, ce guerrier amazigh, aujourd’hui est moins connu dans son pays que Okba Ibn Nafeaa conquérant de l’Afrique du Nord dont on donne son nom à des écoles et on dresse des statues à son honneur.
    Ignorer Jugurtha, c’est faire montre d’une amnésie injustifiable et impardonnable. Ne serait-ce que vis-à-vis de nos enfants, frustrés et handicapés mémorablement du souvenir de leurs héros. Ne mérite-t-il pas qu’on remémore Jugurtha en paraphant de son nom les écoles de nos villages, les places de nos villes.

    Arthur Rimbaud lui a rendu hommage à travers ce poème :

    Le vent a dit le nom d’un nouveau Jugurtha…

    Du second Jugurtha de ces peuples ardents,

    Les premiers jours fuyaient à peine à l’Occident,

    Quand devant ses parents, fantôme terrifiant,

    L’ombre de Jugurtha, penchée sur leur enfant,

    Se mit à raconter sa vie et son malheur :

    ‘’O patrie ! O la terre où brilla ma valeur !’’

    Et la voix se perdait dans les soupirs du vent.

    ‘’Rome, cet antre impur, ramassis de brigands,

    Echappée dès l’abord de ses murs qu’elle bouscule,

    Rome la scélérate, entre ses tentacules

    Etouffait ses voisins et, à la fin, sur tout

    Etendait son empire ! Bien souvent, sous le joug

    On pliait. Quelquefois, les peuples révoltés

    Rivalisaient d’ardeur et, pour la liberté,

    Versaient leur sang. En vain ! Rome, que rien n’arrête,

    Savait exterminer ceux qui lui tenaient tête !….’’

    Dans les monts d’Algérie, sa race renaîtra :

    Le vent a dit le nom d’un nouveau Jugurtha…

    ‘’De cette Rome, enfant, j’avais cru l’âme pure.

    Quand je pus discerner un peu mieux sa figure,

    A son flanc souverain, je vie la plaie profonde !…

    La soif sacrée de l’or coulait, venin immonde,

    Répandu dans son sang, dans son corps tout couvert

    D’armes ! Et une putain régnait sur l’Univers !

    A cette reine, moi, j’ai déclaré la guerre,

    J’ai défié les Romains sous qui tremblait la terre !….’’

    Dans les monts d’Algérie, sa race renaîtra :

    Le vent a dit le nom d’un nouveau Jugurtha…

    ‘’Lorsque dans les conseils du roi de Numidie,

    Rome s’insinua, et, par ses perfidies,

    Allait nous enchaîner, j’aperçus le danger

    Et décidai de faire échouer ses projets,

    Sachant bien qu’elle plaie torturait ses entrailles !

    O peuple de héros ! O gloire des batailles !

    Rome, reine du monde et qui semait la mort,

    Se traînait à mes pieds, se vautrait, ivre d’or !

    Ah, oui ! Nous avons ri de Rome la Goulue !

    D’un certain Jugurtha on parlait tant et plus,

    Auquel nul, en effet, n’aurait pu résister !’’

    Dans les monts d’Algérie, sa race renaîtra :

    Le vent a dit le nom d’un nouveau Jugurtha…

    ‘’Mandé par les Romains, jusque dans leur Cité,

    Moi, Numide, j’entrai ! Bravant son front royal,

    J’envoyai une gifle à ses troupes vénales !…

    Ce peuple enfin reprit ses armes délaissées :

    Je levai mon épée. Sans l’espoir insensé

    De triompher. Mais Rome était mise à l’épreuve !

    Aux légions j’opposai mes rochers et mes fleuves.

    Les Romains en Libye se battent dans les sables.

    Ils doivent prendre ailleurs des forts presqu’imprenables :

    De leur sang, hébétés, ils voient rougir nos champs,

    Vingt fois, sans concevoir pareil acharnement !’’

    Dans les monts d’Algérie, sa race renaîtra :

    Le vent a dit le nom d’un nouveau Jugurtha…

    ‘’Qui sait si je n’aurai remporté la victoire ?

    Mais ce fourbe Bocchus… Et voilà mon histoire.

    J’ai quitté sans regrets ma cour et mon royaume :

    Le souffle du rebelle était au front de Rome !

    Mais la France aujourd’hui règne su l’Algérie !…

    A son destin funeste arrachant la patrie.

    Venge-nous, mon enfant ! Aux urnes, foule esclave !…

    Que revive en vos cœur ardent des braves !…

    Chassez l’envahisseur ! Par l’épée de vos pères,

    Par mon nom, de son sang abreuvez notre terre !…

    O que de l’Algérie surgissent cent lions,

    Déchirant sous leurs crocs vengeurs les bataillons !

    Que le ciel t’aide, enfant ! Et grandis vite en âge !

    Trop longtemps le Français a souillé nos rivages !…’’

    Et l’enfant en riant jouait avec un glaive !…

    II

    Napoléon ! Hélas ! On a brisé le rêve

    Du second Jugurtha qui languit dans les chaînes…

    Alors, dans l’ombre, on, voit comme une forme humaine,

    Dont la bouche apaisée laisse tomber ces mots :

    ‘’Ne pleure plus, mon fils ! Cède au Dieu nouveau !

    Voici des jours meilleurs ! Pardonné par la France,

    Acceptant à la fin sa généreuse alliance,

    Tu verras ’Algérie prospérer sous sa loi…

    Grand d’une terre immense, prêtre de notre droit,

    Conserve, avec la foi, le souvenir chéri

    Du nom de Jugurtha !…N’oublie jamais son sort :

    III

    Car je suis le génie des rives d’Algérie !…’’

    Je comprends pas
    23 septembre 2020 - 16 h 42 min

    Je comprends pas pourquoi ont n’attacherait cette enfant de Jules César en l’envoyant massacrés
    les berbères de Kabylie qui payent toujours la facture de la Issaba qui veut inventer une histoire
    au grand vide et aux massacrent que l’empire Ottomans à laisser sur son passage
    quand ils ont poser leur valises pour encore massacrés les mêmes Kabyles qui patent aujourd’hui
    les massacrent des Généraux Horkas qui dépouillent l’Algérie depuis les coups d’état sur coup d’état
    en chassant par la misère et la hogra des centaines de milliers de nos jeunes qui n’ont qu’une seule route
    que celle de s’humilier la figure devant les yeux de nos anciens colonisateurs qui ne comprennent pas
    qu’on leur demande un peut de digniter et un morceau de pain pour tenir !
    Le Hirak Vaincra et nous obtiendrons notre pays libre et totalement démocratique !

    MOUHOUCHE
    23 septembre 2020 - 15 h 49 min

    ENFIN ON PARLE DE NOS VRAIS HEROS ET NON DES FAUSSAIRES ARABES DU MOYEN ORIENT. DIEU MERCI ET MERCI A L ACADEMIE BERBERE ET A SES INITIATEURS POUR LE TRAVAIL ACCOMPLI. HORS QUESTION DE GLORIFIER OKBA IBN NAFFA LE TYRAN MAIS KAHINA AKSEL SONT LES DEFENSEURS DE LA TERRE LAISSEE PAR MAISSINISSA. DIEU MERCI NOS ENFANTS S APPELLENT JUGURTHA DIYIA AKSEL AGUELLID TININA TAMILA IDIR MOKRANE ET DE MOINS EN MOINS BACHIR KDDAOUR ABDELLAZIZ NOURREDINE BAKLAWA BAKTI ZOUBIDA AICHA MOHAMED OU KACI QUELS HORREURS .. N EST CE PAS PLUS JOLIS PLUS AGREABLE D ENTENDRE AKSEL MASSINISSA TAKFARINAS AGOUR ??? @ BELVEDER ZORO ET LALGERINO LE DIVORCE EST PRONONCE ENTRE VOTRE CULTURE ET LA NOTRE ANCESTRALE DATANT DE MASSINISSA ET NON DES SINISTRES FAUSSAIRES OKBA IBN TARTOUR.. IL YA UN DIEU TOT OU TARD ON SERAIT NOUS MEMES .. AU MAROC LA NOUVELLE CARTE D IDENTITE EST EN TAMAZIGHT ARABE FRANCAIS …NOUS ALLONS HURLER NOTRE COLERE VOIR MEME RENDRE NOS CARTES D IDENTITE COMME L ONT FAIT NOS ENFANTS POUR LES COURS D ARABE..NEZZAR ET TOUATI DOIVENT REVENIR

      @MOUHOUCHE
      23 septembre 2020 - 18 h 06 min

      change ta carte d’identité pour une marocaine et va vivre chez ton roitelet.

      ZORO
      24 septembre 2020 - 7 h 58 min

      Tu as oublié syphax le roi de l Ouest qui a ete trahi par le traitre massinissa.
      SigneZORO…Z…

    loklan
    23 septembre 2020 - 15 h 46 min

    La richissime histoire Algérienne, que vont inventer les mkhzani pour espérer être à la hauteur de notre historicité ? SI NOUS NOUS LANCONS DANS CE DOMAINE, ILS PERDRONT DEFINITIVEMENT PIED ET ILS LE SAVENTet pas que les mkhazni d’ ailleurs… La grandeur d’ un peuple se juge à sa grandeur historique, de ce côté là, certains vont se sentir tout petit, qu’ auront ils à proposer ? Un bocchus traitre vassal de Rome ayant trahi le grand Jughurta rebelle ou bien eunoé femme de bocchus et amante de César ? Voila un domaine en notre faveur, une richesse historique incommensurable, mieux encore que le pétrole les avisés comprendront et qui sans complexe de supériorité, larguera de loin, de très loin les mkhazni qui essais de se comparer à nous par complexe d’ infériorité. L’ antiquité, le médiéval et le contemporain sont liés chez nous. La grandeur de nos aïeux ancestraux, s’ étant sacrifiés au même titre que nos moudjahids de 1830-1962, pour notre grandeur, notre honneur et notre dignité, ne doit pas tomber dans l’ oublie. Ils se sont battus avec le plus grand des sacrifice, dans la plus grande douleur, ayant traversé et su braver les plus grandes craintes, les plus grandes peur, pour inculquer la bravoure, la résistance, l’ abnégation à leur génération d’ après pour qu’ elle aussi à son tour se battent et qu’ elle transmette à son tour à sa génération d’ après et ainsi de suite, se passant le flambeau de la liberté de génération en génération à travers les âges et les millénaires jusqu’ aux moudjahids de la guerre d’ Algérie ayant illustré dans la chanson guerrière original  » seg idourar nagh », la référence à Jugurtha et Massinissa, la plus belle des preuves que le flambeau même à travers les vicissitudes du temps tumultueux a bel et bien été passé ! Notre fierté parfois même arrogante n’ est pas factice, je dis cela pour certains qui par jalousie haineuse essais de nous ressembler dans l’ affirmation de notre fierté National mais dont leur histoire est pauvre, fade ne pouvant tenter se glorifier que par chapardage de ce qui nous appartiens. En somme, si nos aïeux avaient été lâche, nous aurions été lâche mais au contraire, pour que vive les Algériens d’ aujourd’ hui, nos ancêtres Numides d’ hier ont consentit à de très gros sacrifices, à vrai dire nous leur devons tout. Voila à nous aujourd’ hui, à notre génération de porter le flambeau de nos aïeux, déterminés plus que jamais à les honorer.

    Un lieu de pèlerinage
    23 septembre 2020 - 15 h 29 min

    C’est un site magnifique ou j’ai eu la chance de faire mon pèlerinage. Les vibrations ressenties ont renforcées à jamais mon attachement à ma culture et ma langue ancestrale.

    Hmed hamou
    23 septembre 2020 - 15 h 13 min

    Et notre candidate assia Belhadj a t-elle visité un jour la geôle-tombe de l’ancien roi de notre ancien peuple? Elle qui a déclaré (propos rapportés dans un article publié ici sur AP. ya quelques jours) avoir [ » travaillé pendant des années dans la médiation culturelle, créant des ponts entre différents mondes, en les faisant connaître »] . Rien n’est moins sûr, meme le contraire nous aurait étonné, elle elle réside au nord près de la frontière autrichienne parmis les vivants et Jugurtha dans sa tombe parmis les mots à Rome, au centre de l’Italie; en plus elle est très occupée par la chefferie du projet Aïcha,section Belluno, pour la lutte contre la violence et la discrimination à l’égard des femmes, et Jugurtha est un homme, même un roi, et même s’il a subi des violence et quelles violences mort humilié, affamé, assoiffé et en éxil , mais c’est des violences anciennes. Et puis Visiter la tombe de Jugurtha le païen, fût-il l’ancien roi de son ancien peuple, est juste invraisemblable et même simplement incompatible avec son projet Aïcha; que penseront ses soutiens pour sa candidature et ses potentiels votants pour son élection. Astaghfir Allah, a3oudhou billah. Déjà qu’elle a plein d’obstacles et de discriminations comme ça avec ses adversaires xénophobe-misogynes, il ne manque plus qu’elle se mette à dos ses propres adeptes et fidèles (qui risquent de se révéler encore plus violents que les ordinaires machos xénophobes) à cause de Jugurtha; et puis Jugurtha qui a fait suer et même saigner Rome pendant sept longue années et défait plusieurs généraux romains pour finir enterré a Rome pour les hanter à jamais… Tout ça n’est pas compatible avec une politique de rapprochement entre les peuples. Il faut parler de l’humanité, de l’amour…de la danse des sept voiles (très renommée dans la culture occidentale ancienne tout en étant familière à notre culture orientale, un potentiel trait d’union donc)… En voilà des projets légers qui apaisent, qui rapprochent qu’il faut promouvoir et cultiver… Et dans les quelles notre candidate de vénétie pourrait jouer un grand rôle et même en assurer la chefferie…
    Quant à Jugurtha, Laissons le reposer en paix. Et fermer bien la porte de la geôle en sortant ! On ne sait jamais il se réveille et vienne déranger la tranquillité des vivants qui croyaient s’être débarrassé à jamais et en ont, entre temps, adopté d’autres saints, d’autres rêves et d’autres fakhamatouhoum …

      Anonyme
      23 septembre 2020 - 15 h 50 min

      A mon avis Belhadj s’intéresse plus à Al Buhturi qu’à Jughurta…

    SaidZ
    23 septembre 2020 - 15 h 10 min

    Chaque geste, parole et pas qui nous rapproche de nous même est à applaudir.
    Ni orirantal ni occidental.

    Anonyme
    23 septembre 2020 - 14 h 37 min

    Nous devons faire la même chose que ce qui a été fait avec l’émir Abdelkader qui fut rapatrié de syrie.
    Jugurtha, Saint Augustin, Sainte Monique, de son vrai nom, Mouni ( mère de Saint Augustin et elle aussi enterrée en Italie), Tidjani et tous les hommes et les femmes illustres de l’Algérie doivent être rapatriés.
    Vive l’Algérie Algérienne et Algérianiste. Seule l’Algérie compte. Seule la Nation Algérienne existe. Il n’existe nulle autre nation. Les seuls alliés de l’Algérie sont son peuple et son armée. Les seuls frères des Algériens sont les Algériens eux-mêmes

      Anonyme
      23 septembre 2020 - 15 h 49 min

      Par ailleurs, le titre est mal formulé.
      Il suffisait de titrer « ..le roi Yugurtha.. »
      « Numide » est un adjectif réducteur qui transpire le déni !

    Algerien Pur Et Dur
    23 septembre 2020 - 14 h 11 min

    Je remercie notre ambassadeur Ahmed Boutache pour ce beau geste qui nous rend fier. Peut etre qu’il devrait s’arranger pour que dorenavant tous les algeriens qui voudraient se reccueillir sur la tombe de Jugurtha puissent aussi le faire qu’ils soient de passage ou vivent dans ce pays.

    loklan
    23 septembre 2020 - 14 h 01 min

    Dans l’ article: « Leoluca Orlando, s’est dit très intéressé par le savoir-faire des artisans algériens pour la restauration des sites arabo-musulmans en Sicile ». Ll ne serait pas plus correct, plus juste et judicieux de parler de sites « berbero- musulmans » ?? Pourquoi cette omission ? Il y a des turco- musulmans, des indoneso- musulmans, des perso- musulmans, des arabo- musulmans, des berbero- musulmans etc etc, toutes l’ histoire musulmane mediterranéene concerne et est le fruit des berbero- musulman, que ce soit l’ ibérie ou les barbaresques. Concernant l’ initiative de l’ ambassadeur elle est honorable, faire connaitre Jughurta qui a fait trembler Rome pendant 7 ans et ainsi faire connaitre ses petits enfants qui ont fait trembler la france pendant 7 ans aussi.

    Anonyme
    23 septembre 2020 - 13 h 32 min

    Rassurez-vous, les immigrés algériens, ils n’en veulent pas par contre.

    Anonyme
    23 septembre 2020 - 13 h 23 min

    Et pourquoi vous laissez les vestiges de la numidie batailler nues contre le climat et les incivilités du haychar ???

    Mzewer djabouh lâasker
    23 septembre 2020 - 12 h 22 min

    C’est des Hommes comme Jughurtha et tous nos martyrs qui élèvent la dimension de notre pays, pas tous ces parasites et autres charognards qui ont et qui continuent à squatter de force les couloirs du pouvoir depuis 58 ans. La révolution saura les déloger un jour prochain. Patience.

    Anonyme
    23 septembre 2020 - 11 h 25 min

    Ça va dans le bon sens!! Soyons fiers de nos racines berbères comme les égyptiens sont fiers de leurs pharaons

    C ca
    23 septembre 2020 - 11 h 14 min

    Contribuer a travers nos cadres et nos chercheurs a Tuer ds l oeuf sa langue ca culture…..

    Anonyme
    23 septembre 2020 - 10 h 35 min

    Un rappel venu à point pour répondre aux descendant du traître Boccus (Bokhs) qui a trahit Jugurtha, son propre beau fils, en le livrant à Rome. Ces descendants ne sont autres que les Marocains, et ils ne se sont pas améliorés depuis.

    Apulée de Madaure
    23 septembre 2020 - 10 h 15 min

    Chapeau et bravo pour votre information rapportée dans votre article Mr Mourad Rouighi et un very big merci pour nos amis italiens. Cependant, quels sont les tenants et aboutissants de cette opération de séduction ? Or dans ma petite tête il s’agit probablement :

    1- Dé-Arabiser l’Algérie avec un légitime retour aux sources ?
    2- Renflouer leurs caisses ou rembourser leurs dettes avec un partenariat souhaitable avec l’Algérie ?
    3- Renvoyer nos Haragas qui créent un étouffement et une crise de logement chez eux et garder uniquement la candidate aux élections régionales de Vénétie, Assia Belhadj d’origine algérienne, pour la séduction des pays musulmans ?

    Etc, etc, etc …

    Peut-être que je suis carrément à côté de la plaque, malgré que j’ai de beaux yeux !

    GERONIMO LE CHAOUI DU MAC
    23 septembre 2020 - 9 h 56 min

    AU MOINS MAINTENANT PEUT ETRE QUE LES PETITS CHAOUIS SERONT QUE MASSINISSA JUGURTHA ETAIENT NOS HEROS ET NOS VRAIS ANCETRES EPUIS LA NUIT DES TEMPS. LA STATUE DE CE GRAND ROI ET BIEN D AUTRES DOIVENT VOIR LE JOUR A ALGER BEJAIA BATNA ET TIZI OUZOU.NOTRE HISTOIRE ANTIQUE DEVRAIT ETRE CONNU . DES PEPLUMS DOIVENT ETRE FAITS PAR NOS CINEASTES.. YA EN MARRE DE L HISTOIRE FAUSSE ENSEIGNEE A NOS ENFANTS.. VIVE L ACADEMIE BERBERE ET GLOIRE AUX JEUNES QUI SONT MORTS POUR LA CULTURE AMAZIGH C EST GRACE A EUX QUE NOS ENFANTS SE PRENOMMENT JUGURTHA MASSINISSA TAKFARINAS KAHINA AGHILAS …. LES FAUSSAIRES EXIGEAIENT AU TEMPS DE BOUKHAROUBA ET CHADLI LES PRENOMS MOCHES TELS BACHIR KADDOUR ABDELLAH TAYEB ZOUBIR AICHA BAKHTA ET NOUS INTERDISAIENT IDIR AKLI KAHINA TANINA … LE CHEMIN EST ENCORE LONG MAIS NOUS Y ARRIVERONS MEME A REDONNER LES VRAIS NOMS DE NOS VILLES AUTHENTIQUEMENT AMAZIGH…[email protected] BELVEDER ZORO AWRES LALGERINO LES RACISTES N EST PAS BEAU D ENTENDRE MASSINISSA JUGURTHA TAKFARINAS DIHIA KAHINA PLUTOT QUE ABDERRAHMANE BOUKRICHA ABOU SALEM BAKHTA ????? LE RETOUR AUX SOURCES EST INELUCTABLE !!!!

      Chelieth
      23 septembre 2020 - 15 h 00 min

      Pourquoi “petits chaouis” Pourquoi ce “tassghir.” Es tu chaoui ou est ce une erreur de ta part?

        @chelieths
        23 septembre 2020 - 15 h 36 min

        je veux dire nos enfants que l ecole deroute ces innocents gosses; Nous autres les montagnards on le savait avant 1962

          Chelieth
          23 septembre 2020 - 17 h 14 min

          Merci pout la reponse. Tout a fait clair.

    ON DEVRAIT CONSTRUIRE LA MEME CELLULE EN ALGERIE
    23 septembre 2020 - 9 h 28 min

    on devrait reproduire exactement la même cellule dans un nouveau musée en Algérie dédié à tous nos héros représentés avec leur tenues d’époque. l’algérie est une terre de héros et de guerriers depuis l’antiquité et les fameux « cavaliers numides » à aujourd’hui. sachez que rome comptait sur les guerriers algériens pour élargir son royaume, le mariage de juba 2 avec la fille de cléopatre et de marc antoine était un signe de reconnaissance. on peut citer quelque us de nos héros comme juba 1 et 2, massinissa, apulée premier romancier de l’humanité, saint augustin un philosophe qui a révolutionné le christianisme, abu qorra, bologhine ibn ziri, et même son frère Zawi ibn ziri qui était maitre de l’andalousie et qui ont construit l’alhambra oeuvre des zirides que les marocains et la france tentent d’effacer honteusement, koceyla, kahina, tarek ibn ziad, ziri ibn atiya, abdelmoumen (premier calife almohade qui avec 20.000 guerriers algériens a envahit le maroc pour déloger les almoravides du maroc), les frères aroudj, rais hamidou, émir abdelkader, etc. l’algérie à façonné l’histoire du maghreb à 100%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.