Un médecin répond à la polémique sur le caractère halal ou pas du vaccin Sputnik

vaccin janvier 2021
Dans la religion musulmane, tout ce qui peut sauver la vie est halal. PPAgency

Contribution du Dr Abderrahmane Cherfouh – Le mois de janvier 2021 aura été riche en événements sur le plan national, un mois pénible que nous venions de vivre à l’ombre de la pandémie. En premier lieu, il y a eu le feuilleton de la statue de Chachnaq et puis le feuilleton Stora qui ont occupé un bon moment le devant de la scène, alimenté les débats et suscité des réactions diverses, contradictoires, la plupart contreproductives (à quelques exceptions près) qui ont tourné parfois à l’invective et au parti pris flagrant qu’apportent fatalement les passions manifestes ou camouflées des uns et des autres qui se produisent souvent quand on aborde les sujets sensibles.

La fin du mois de janvier aura également été marquée par l’arrivée du fameux vaccin qui nous a tenus en haleine pendant un mois. Un moment historique ! Ainsi, le feuilleton du vaccin a pris fin ! Il est finalement en Algérie ! Un vrai exploit salué comme il faut par la presse nationale. Il s’agit, comme tout le monde le sait, du vaccin russe Sputnik V. Les 50 000 premières doses ont été reçues le vendredi 30 janvier. Le coup d’envoi du vaccin contre le Covid-19 a été officiellement lancé le samedi 31 janvier dans la ville de Blida, le premier foyer connu de la pandémie. L’Algérie a reçu une partie des 500 000 doses commandées. Pour le reste, les principaux responsables politiques n’ont pas fourni de détails quant à la date de la prochaine livraison et à la quantité de doses qu’elle contiendra.

Ceci, sans oublier de mentionner la colère qui couvait dans le milieu de la santé et la grogne qui était palpable contre le gouvernement, qui était devenu la principale cible des attaques des spécialistes qui n’y sont pas allés de main morte pour exprimer leur fond de pensée face à un problème qui était devenu récurrent. Les autorités poussées dans leurs derniers retranchements ont finalement répondu à l’appel incessant lancé par les professeurs en médecine et les médias.

On peut dire que l’honneur de la République est sauf ! La promesse de débuter la campagne de vaccination au mois de janvier 2021 a été tenue d’extrême justesse mais les mauvaises langues, dont je fais partie, vous diront que ce petit quota n’est que symbolique !

Mais soyons honnêtes ! Face aux pays riches, l’Algérie ne fait pas le poids. Il serait naïf de croire que notre pays puisse bénéficier d’un quota plus conséquent de la part des laboratoires qui ne prêtent qu’aux riches. Aujourd’hui, l’Algérie est incapable financièrement d’acheter en quantité suffisante toutes les doses de vaccins mises sur le marché. Il n’y a que les pays nantis, les géants, à l’image des Etats-Unis et les pays de l’Union européenne qui mettent le paquet et dépensent des milliards de dollars pour acheter tous les vaccins disponibles sur le marché. Notre pays, hélas, n’a plus les moyens pour s’offrir les vaccins. Même le Canada fait pâle figure devant ces superpuissances qui raflent tout ce qui se trouve sur le marché. A titre de comparaison, la France a commandé 200 millions de doses de vaccins pour 67 millions d’habitants. C’est plus qu’il n’en faut ! De quoi vacciner 100 millions de personnes (avec deux injections nécessaires espacées de 21 jours) mais leur Premier ministre dit que c’est une marge de sécurité à prévoir.

Mais rien n’est perdu pour nous, l’Algérie voit apparaître une lueur d’espoir quant à la possibilité de produire le vaccin russe Sputnik V localement et négocie à l’heure actuelle avec les Russes pour qu’ils nous aident à transférer leur technologie de pointe. Il faut saluer ces amis russes qui, non seulement sont prêts à nous aider, mais vont jusqu’à nous encourager à produire leur vaccin. Ainsi, l’Algérie ne sera plus dépendante des vaccins produits dans d’autres pays. Il faut, bien entendu, solliciter encore l’aide des Russes pour construire des usines pour produire ces vaccins, et cela doit nécessiter de nouvelles installations adéquates et plus appropriées. Ce n’est pas du jour au lendemain que tout cela peut se faire. Ça va prendre du temps mais vaut mieux tard que jamais.

Il faut souligner que le vaccin russe, qui avait déclenché une réponse immunitaire dès le mois de septembre 2020 avant que les autres vaccins ne soient développés, a été jugé efficace à 91,6% selon des résultats publiés mardi 2 février 2021 dans la revue médicale The Lancet et validés par des experts indépendants. Pourtant, dès l’annonce de sa fabrication, la communauté scientifique internationale avait accueilli avec méfiance ce vaccin, en reprochant au gouvernement russe de ne pas avoir publié les données, et beaucoup de pays, toujours les mêmes qui doivent se reconnaître, avaient émis des doutes quant à la fiabilité et l’efficacité de ce vaccin en raison, justement, de la non-publication de ces données sur les essais menés. La célérité avec laquelle ce vaccin a été produit a semé le doute parmi la majorité des scientifiques, et la plupart d’entre eux n’ont pas hésité à se poser des questions quant à la crédibilité de ce vaccin. Cela leur semblait irréaliste qu’on puisse développer un vaccin aussi important dans un temps très court.

Pourtant, les Russes l’ont fait ! Ils ne pensaient pas que les Russes étaient capables en ce laps de temps arriver à damer le pion aux autres concurrents et à les devancer pour le podium. Mal leur en a pris, ils durent s’avouer vaincus et reconnaître le mérite et le haut savoir scientifique et technologique de pointe et ultrasophistiqué des Russes, y compris l’OMS (Organisation mondiale de la santé) qui s’est alignée sur le point de vue de ces experts et avait émis un doute quant à l’efficacité du vaccin russe en se méfiant de lui et en ne lui accordant aucune confiance. Il faut dire que l’OMS n’est pas à une contradiction près. Depuis le début de la pandémie, elle nous a habitués à constater ses nombreuses volte-face. On peut lui reprocher beaucoup de choses, entres autres, son manque de communication, son parti pris flagrant envers certains laboratoires, son mécanisme Covax qui tarde à prendre forme et ses promesses fort attendues d’aider les pays moins nantis à bénéficier d’un quota bon marché et qui tarde à se concrétiser sur le terrain. Ceci dit, finalement, ce vaccin russe a pris sa revanche et n’a rien à envier aux deux autres vaccins concurrents, à savoir Pfizer/NbioTech et Moderna dont les développements ont été annoncés en grande pompe et avaient bénéficié d’un traitement médiatique plus que royal.

«Par ailleurs, le Sputnik V se compose en fait de deux composants différents, administrés en deux injections successives, à trois semaines d’intervalle, détaille l’étude publiée vendredi dans la revue britannique The Lancet.» Il s’agit de vaccins à «vecteur viral» : ils utilisent comme support deux adénovirus humains (famille de virus très courants) transformés et adaptés pour combattre le Covid-19.

L’autre fait marquant de cette fin du mois aura été, bien entendu, la fatwa émise par nos «éminents et érudits» imams qui ont jugé en leur âme et conscience que l’administration de ces vaccins est hallal ! Excusez du peu ! La question légitime que tout citoyen algérien peut se poser est la suivante : de quoi se mêlent-ils ces gens-là ? A trop vouloir écouter l’avis de ce monde qui n’a rien à voir avec des choses qui le dépassent, ça a gâché un peu le coup d’envoi de la campagne de vaccination.

Que pouvaient bien chercher nos imams ? Des précisions sur les composants du vaccin ? Parmi les composants de certains vaccins, il y a bien de la gélatine ou l’albumine ovine qui sont les principaux agents de stabilisation du vaccin et on recommande de ne pas administrer un vaccin contenant de la gélatine pour des sujets qui en sont allergiques (ex : le vaccin contre la rubéole, la rougeole et les oreillons (RRO). Comme tout le monde le sait, la gélatine est extraite de la peau du porc, sa source la plus courante.

Et pourtant, pour ne pas heurter les convictions religieuses des communautés musulmanes et juives, les quatre premiers laboratoires qui ont développé les vaccins, à savoir Sputnik V, Pfizer/BioNTech, Moderna et Astra Zeneca ont tenu à confirmer que leurs vaccins ne contiennent pas de gélatine de porc. Les autres laboratoires qui sont en voie de produire les vaccins contre le coronavirus ont dû, eux aussi, s’aligner sur les desiderata de ces communautés religieuses et vont produire les vaccins qui ne contiennent pas de gélatine de porc. Il faut reconnaître que ces compagnies pharmaceutiques ont fait des efforts dans un but purement commercial. Ils ont réussi à développer de nouvelles façons de faire pour satisfaire une clientèle qui se soucie peu de l’efficacité du vaccin mais préfère accorder de l’importance et axer son attention sur ses composants. Or, dans la religion musulmane, et ceci sans être un érudit en la matière, on dit que «li’dharoûrati ahkâm» et tout ce qui peut sauver la vie est halal.

Mais le simple fait que la commission de la fatwa ait déclaré le vaccin halal et donné son approbation pour que le vaccin soit administré au citoyen algérien crée un dangereux précédent. Il fallait juste un simple communiqué du ministère de la Santé pour confirmer que le vaccin russe ne contient pas de gélatine de porc et ça aurait suffi à calmer les ardeurs des uns et des autres. Pourquoi aller jusqu’à consulter cette commission religieuse dont les vaccins et tout ce qui touche à la santé de la population ne relèvent pas de son autorité et de ses prérogatives ?

Mais la politique de la propagande, de la démagogie, du clientélisme ne l’entend pas de cette oreille, et cette politique n’hésite pas à propulser sur le devant de la scène une pléthore de charlatans qui se contentent d’invectiver, de hurler, de discourir à longueur de journée sur des sujets très sensibles qui peuvent heurter la fibre sensible des honnêtes citoyens ; un monde figé, léthargique, qui reste fixé à un passé révolu largement dépassé de nos jours, un monde hystérique qui n’a rien à voir avec la réalité de la nouvelle configuration mondiale et les avancées technologiques et qui cherche à exploiter la crédulité d’un public non averti sous le regard bienveillant de ceux qui décident à notre place. Il faut reconnaître que c’est difficile de faire taire ces charlatans. Ils sont là depuis la nuit des temps, disséminés aux quatre coins du globe.

Leur présence a sillonné l’histoire de l’humanité. Ils ont traversé toutes les révolutions et, à chaque fois, ils en sortent indemnes. Ni la révolution industrielle, ni la révolution communiste, ni la grande révolution algérienne de 54-62, ni le Hirak, ni la révolution technologique, ni le monde de l’internet et des réseaux sociaux n’ont eu raison d’eux et ne les ont pas fait bouger d’un iota. Ils restent cramponnés depuis des siècles à leur logique, à leur univers dont ils sont les seuls à en détenir le secret.

A. C.

(Canada)

Comment (33)

    Cirta25
    7 février 2021 - 17 h 23 min

    A défaut de pouvoir se venger de l’affront des sciences modernes et de devoir subir l’exclusion du du champ temporel, du monde du vivant, du réel construit par la force de l’intelligence, de ce qui peut-être rendu intelligible par les efforts de la réflexion, de l’analyse et de la mesure raisonnablement humaine sans rien perdre du désir, de l’envie de l’accomplissement et de l’émancipation, un monde d’espérance sans cesse imaginé, renouvelé, conceptualisé, un monde de plus en plus complexe et compliqué avec ses drames, ses fléaux, ses catastrophes, ses guerres, ses pandémies, nos imams ne pouvaient rien trouver de mieux que d’islamiser l’ARN, une manipulation, qui n’a rien une manière de génétique.
    Mais d’où vient cette haine, ce ressentiment vis à vis des sciences profanes ? Pourquoi s’enfermer dans des attitudes négatives et fortement toxiques ? De quoi n’arrive t-il pas à se débarrasser ? Ils invoquent la science comme si c’était un miracle et la science n’a rien de miraculeux. Pourquoi cette hostilité vis à vis de l’humain et du vivant ? D’où vient cette blessure réelle ou supposée ? Cette douleur incommensurable, qui traverse le temps depuis des siècles ? N’est-ce pas une forme de jouissance inversée ? Une vengeance fantasmée ? Une souffrance en qui guise de récompense ? L’illusion ne suffit pas, ne suffit plus. Ils appellent cela la fatalité, le destin. Ils veulent bien continuer de vivre et ferment les yeux sur leurs dépendances aux laboratoires du génie humain.
    Ils réfutent l’intelligence humaine et se nourrissent de frustrations pour mieux désigner les boucs émissaires, pour la circonstance la gélatine d’un animal, qui n’a rien demandé. Ils dénoncent les injustices, la corruption, les inégalités mais ne se privent pas d’attaquer un innocent sans paroles. Une manière de s’auto-justifié. Ils savent que l’animal n’y est pour rien. Sa présence imperceptible dans les vaccins comme dans les yaourts ou les cosmétiques ne fait pas de lui une substance extraterrestre, bien qu’indispensable au process de fabrication du vaccin. Il ne faut confondre un laboratoire et une cathédrale.
    Les idéologues, c’est leur métier, peuvent instrumentaliser et orienter les sentiments hostiles au service d’une dénégation de ce qui peut-être de l’ordre de la responsabilité individuelle et collective. Pour autant, il ne faut confondre la foi et la spiritualité avec l’irrationnel au risque de produire des argumentaires délirants, totalement déconnectés du réel dans le seul but de justifier son impuissance, une passion machinale, une privatisation des universaux éthiques et civiques, un détournement du mandat social.
    Ils ont énoncé leur fetwa entre eux dans un réduit de bureau en nombre restreint alors qu’ils avaient entre leurs mains le destin d’un vaccin au service de l’humanité. Lorsque puissance et arrogance cache mal l’ignorance.

    Anonyme
    6 février 2021 - 23 h 22 min

    Ces tarés grassement payés et qui ne font qu’abrutir et infantiliser la population, que savent-ils de la civilisation musulmane des lumières, qui a été d’un apport considérable à la médecine, la chirurgie, la gynécologie, l’ophtalmologie, la médecine vétérinaire ? Rien, nourris à la mamelle du wahhabisme et du frérisme, engraissés par l’argent public, ces incultes paresseux, n’en savent rien, absolument rien.
    Et pourtant, et en ne citant qu’un seul exemple parmi des milliers : le calife El Mansour, qui dirigeait l’Hôpital de Bagdad au IXe siècle, utilisait déjà le catgut (fil chirurgical de suture), plusieurs siècles avant les occidentaux!
    Heureusement que les savants musulmans de cet âge d’or n’étaient pas obligés d’avoir l’aval d’une commission de fatwas composée de tarés comme ceux qui sévissent actuellement en Algérie en plein 3e millénaire ya 3ajaba !
    Qu’ils s’isolent où bon leur semble et vivent entre-eux dans leur monde et se soignent avec la pisse de chameau si ça leur chante, mais qu’ils nous foutent la paix ! Du vent on les a assez vus.

    Ali Khireddine
    6 février 2021 - 12 h 40 min

    Vaccin et fatwa
    Tous les prophètes nommés dans le Coran attestaient qu’ils n’étaient motivés par aucun salaire que celui de plaire à Dieu.
    C’est toute la différence avec ceux qui tentent par tous les moyens d’induire en erreur leurs compatriotes quitte à aggraver leurs entendements.
    Il aurait été plus judicieux pour cette commission de faire appel à l’âge d’or de notre civilisation où les traitements des épidémies étaient précurseurs même si apprises auprès d’autres civilisations.
    Constantinople sous domination Ottomane devenu Istamboul, vers le XVIII siècle, l’épouse de l’ambassadeur anglais, Dame Wortley Montagu, s’inquiétait pour sa petite fille de l’épidémie de variole qui avait fait apparition.
    Sur place, elle apprit que les grandes mères Ottomanes inoculaient leurs enfants des souches bénignes de variole et les immunisaient de la sorte.
    Elle en fit de même avec sa fille et l’immunisa.
    A son retour en Angleterre elle fit part de cette nouveauté à travers la presse.
    Le docteur Jenner eut vent de cette thérapie médicale et ce qu’il avait toujours constaté lui frappa l’esprit. Confronté depuis longtemps au problème de la vaccine (terme pour la variole des vaches); il avait constaté que les enfants des fermiers atteints de cette vaccine bénigne résistaient mieux à la variole humaine.
    Il inocula cette vaccine aux enfants atteint de variole et constata leur rétablissement, le vaccin était né en Europe alors qu’il faisait déjà partie des prérogatives des grands-mères du vaste Califat.
    Enseignement de cette précision :
    اللَّهُ يُفْتِي و الإنسان يفترى
    ‘Allahou youfti wal Insane youftari’

      Anonyme
      7 février 2021 - 10 h 56 min

      Comme quoi Nous avons tout inventé!
      Vive les grandes mères Ottomanes…
      A « l’âge d’or de notre civilisation », la variole était connue en Egypte et en Orient. Ce sont les tribus arabes qui ont conquis f’Afrique du N. qui l’on introduite ici.
      A cette époque, le religieux et le médical était largement confondu dans la mentalité des populations. Le thébib musulman était entouré d’une aura magique.
      Et nous voilà revenu à ces temps magnifiques. Puisque aujourd’hui nombre de soignants portent des accoutrements islamistes (pantalon au-dessus des chevilles, qamis, barbes teintes au henné…) et pratiquent la hidjama [saignée par ventouses], la roqqya, l’imposition des mains… Ils ont beaucoup de succès auprès d’une catégorie de la population qui leur prête des pouvoirs divins. »
      A propos, bien avant le Dr Jenner, on s’était aperçu que la vaccine « protégeait » de la variole. Mais faire admettre la vaccination à des populations analphabètes et superstitieuses européennes ou africaines, cela a été un long combat et une longue histoire qui n’est pas terminée.

    Anonyme
    6 février 2021 - 11 h 57 min

    Nous avons toutes les elites hautement qualifiees dans tous les domaines y compris la sante et l industrie pharmaceutique…et nos laboratoires et entreprises pharmaceutiques doivent cooperer pour creer un institut technologiques destines a la recherche medicale et a la fabrication des vaccins…Notre pays ne doit plus dependre de laboratoires etrangers …la souverainete de la Nation Algerienne doit etre complete…Notre autosuffisance doit etre notre objectif majeur….et Picetou.-

    Anonyme
    6 février 2021 - 11 h 49 min

    Ces tares primitifs sont incapables de voir les grands changements qui s operent sous nos yeux dans ce monde tres complexe,ils ont interet a changer leurs logiciels depasse du siecle dernier…Nous Algeriens avons saisi l importance du changement vers les nouvelles technologies et notre art de gouverner c est de rendre compatibles des objectifs contradictoires..car on doit prendre des aujourd hui decisions en imaginant ce que doit etre la societe Algerienne en 2030… Le droit du citoyen Algerien doit eviter les derives ideologiques..La page du 20 eme siecle est definitivement tournee,..et c est la technologie qui est en train de changer le monde et la geopolitique ne peut que suivre les changements technologiques….Que ces imams et oulemas nous foutent la paix …Le vrai bonheur découle du sentiment de paix intérieure et de contentement qui doit être atteint en cultivant l’altruisme, l’amour et la compassion et en éliminant la colère, l’égoïsme et la cupidité.

    Moskos dz
    6 février 2021 - 11 h 19 min

    L’Algérie est le seul pays au monde où un illettré peut décider à la place d’un médecin ayant passé toute sa vie à étudier.

    Bouledjmile Mohamed
    6 février 2021 - 10 h 01 min

    Et même s‘il contenait de la gélatine de porc. Et alors, ….! C‘est un médicament de prévention. Dans quel monde vivent ces tarés qui ne connaissent même pas les textes de leur religion. Allez vivre sous les tentes au Sahara avec abou jahl et cessez de parasiter le monde qui avance vers plus de lumière!

    VITE
    6 février 2021 - 6 h 56 min

    VITE !
    Vaccinez-vous et laissez nous le droit de de revoir notre pays,nos proches.

    Anonyme
    5 février 2021 - 21 h 22 min

    Le Dr Cherfouh se désole de ce que ces charlatans aient traversé les siècles sans encombre, ce n’est pas tout à fait vrai. Il y a des pays où leur nombre est insignifiant, pays dont les dirigeants font de leur mieux pour projeter leurs administrés vers la lumière. Par contre il y a des pays dont les dirigeants incompétents ne trouvent pas mieux que d’envoyer leurs administrés vers l’obscurantisme pour mieux les maitriser et les enchainer. On l’a bien compris ces charlatans remplissent pour certains pouvoirs une fonction sociale : celle d’aliéner de larges pans de la population.
    Rappelons nous les inondations de Bab el Oued qui ont fait 1000 morts à cause de l’incurie des dirigeants, pour faire taire toute contestation, cynique, le président déchu, n’a t-il pas voulu faire croire à la population que protester à ce moment c’était aller à l’encontre de la volonté divine ?

      RBOBA
      5 février 2021 - 22 h 15 min

      S’étonner encore une fois de la diligence des Russes, c’est oublier bien vite leur succès dans d’autres domaines : le premier homme dans l’Espace, le premier satellite envoyé en 1957. La base de Baïkonour sert encore à tous les lancements et pas seulement russes, leur fusées décollent, elles ! C’est oublier que c’est un peuple a fort potentiel et réussite intellectuel, scientifique, artistique etc. Alors, oui, il n’y a que les crétins qui s’en étonnent ou les incultes ou les malhonnêtes !C’est un peuple à la brillante civilisation qui a toujours mis le Savoir, l’Etude, la Recherche en avant. Discuter pour savoir si le vaccin est halal ou pas, c’est discuter du sexe des anges ! Si ces (…) souhaitent mourir sanctifié car non vacciné avec ce vaccin de « kouffar » alors, (…) Quant à l’argent, il existe, il suffit de faire « cracher le morceau » à toutes ces crapules qui l’ont détourné, le récupérer, de force s’il le faut. Confisquer leurs biens, ne leur laisser que le minimum vital etc…… Au boulot les citoyens algériens !

    karimdz
    5 février 2021 - 19 h 28 min

    Je fais toujours attention à ce que je mange, toujours halal. Mais s’agissant du vaccin, il s’agit de santé, et quand bien même il y aurait de la gélatine porcine, l objectif n est pas de consommer, encore que Allah subhahnou l’autorise pour ceux qui ont faim, mais de se soigner car c ‘est vital.

    Il faut savoir que l’insuline pour les diabétiques, est fabriquée à partir de de pancréas de boeuf ou de porc. Ouech ces polémistes vont aussi haram le traitement et mettre en danger la vie de milliers si ce n est de centaines de milliers voir plus de vies humaines !!!!

    Si Allah 3azawajal fait preuve de tolérance dans certaines situations, pourquoi faut il que sa créature s’élève, polémique et fait barrage à sa miséricorde.

      Anonyme
      6 février 2021 - 7 h 30 min

      @KarimDZ. Manger Hallal n’a jamais été une obligation coranique. Elle fait plus partie de la tradition car on égorgeait le mouton avant l’islam. Il y a des interdictions alimentaires dans le coran (porc) mais aucun verset ne dit qu’on est obligés de manger Hallal

        karimdz
        6 février 2021 - 9 h 37 min

        On est bien d accord, quand je dis manger halal, et d une manière générale quand les musulmans le disent, cela concerne l interdiction de manger du porc.

    Anonyme
    5 février 2021 - 19 h 11 min

    Chiche! Qu’ils s’attaquent au corona avec leur arme Hallal. (…)

    Hmed hamou
    5 février 2021 - 18 h 50 min

    [« Face aux pays riches, l’Algérie ne fait pas le poids. Il serait naïf de croire que notre pays puisse bénéficier d’un quota plus conséquent de la part des laboratoires qui ne prêtent qu’aux riches. »], Dr A. Cherfouh.

    À vrai dire, Il serait encore plus naïf de croire que si notre pays était riche (en dollars, en euros,… ) ou du moins s’il était moins pauvre ou plus riche qu’il ne l’est en ce moment, il, aurait pu bénéficier ou se payer des quota autrement plus conséquent de la part de laboratoires qui certes ne livrent qu’à celui qui paie le prix, mais qui livrent surtout selon l’ordre d’arrivée (passation de commande)!
    C’est pas parceque vous êtes plus riche que vous allez passer devant celui qui a commandé en premier et a même payé sinon le prix aumoins un acompte même s’il est moins riche que vous !
    Peut être que ces laboratoires « n’ont pas de morale » (selon notre référentiel à nous, si tant est qu’il en existe un) et que tout ce qui compte pour ces labos c’est de faire un maximum de profit; mais, il ne faut pas non plus oublier qu’il sont des professionnels, et être professionnel c’est d’avoir une éthique, dont le premier commandement est de respecter, honorer ses engagements vis à vis de ses interlocuteurs, ses clients si l’on veut continuer à exister dans un monde très concurrentiel et chaque part de marché se mérite…
    Autrement dit il serait encore plus naïf que de croire que notre faiblesse réside seulement et uniquement dans notre « pauvreté » en devise ou notre non-richesse en argent sonnant et trébuchant !! Au-delà même de philosopher sur le pourquoi du comment que certains pays moins gâtés naturellement sont devenus plus influents, plus riches que d’autres pourtant que tout destinait à être riches…
    Aussi, on peut toujours accuser les industriels, en l’occurrence les pharmaciens « d’avidité pour l’argent » et de ne « prêter », aumoins en priorité, qu’aux riches. Bien que l’amour de l’argent n’est pas l’apanage des industriels, des commerciaux (c’est leur principale raison d’être) ou encore uniquement l’apanage des riches qui ont travaillé dur et se sont donnés les moyens pour le devenir; l’argent c’est ce qui fait courir tout le monde, du riche et pauvre. Et ce n’est pas par faute de courir, ou de courir moins vite, que les pays pauvres sont pauvres (surtout quand tout prédestine à être riche comme la majorité des pays africains). On peut dire, en matière de courses vers l’argent, les pays pauvres sont sinon ceux, aumoins parmis ceux, qui courent encore plus vite, Il suffit de considérer la carte des pays les plus corrompus sur terre pour s’en convaincre. Des pays pauvres avec des individus outrageusement riches.
    Tout ça pour vous dire que même si l’argent est le nerf de la guerre, mais c’est pas l’argent qui fait la guerre, c’est les hommes, avec l’intelligence, la réactivité…
    Vous voulez un exemple plus parlant, et d’actualité, en voilà un a propos:
    Prenant le cas du vaccin français contre le covid 19, du laboratoire Valneva, une start-up de biotechnologie franco-autrichienne installé à Nantes, qui est en train d’achever avec succès les essais cliniques. Avec les difficultés rencontrées par Sanofi et l’institut Pasteur, la France auraient pu aussi compter sur un vaccin made in France grace a Valneva et donc se servir en priorité. Et pourtant, ce vaccin ne sera pas produit en France, mais Outre-Manche. Pire, le Royaume-Uni sera servi en premier, fin 2021, avant la France et les autres pays européens qui ne l’auront que début 2022. Pourtant la France et ces autres pays européens sont loin d’être des pays pauvres et encore moins faibles (selon votre critère) .
    Tout simplement parceque le Royaume Unis a flairé la bonne affaire avant tout le monde et a financé cette start-up, le développement, les essais cliniques, et l’extension d’une usine de productions au royaume Unis,… et ce depuis l’année dernière déjà (depuis juillet 2020 déjà, si je ne me trompe). Les anglais l’ont grâce à leur réactivité,…l’argent vient après.
    Et grâce à cette affaire, le royaume unis non seulement il sera livré en premier, il se fera probablement même de l’argent sur le dos des pays européens et du reste du monde !

    Ps. Quant à la fatwa de nos 3oulema, rien de nouveau. Faute de produire des vaccin, de la richesse ou aumoins des idées nous permettant d’en faire (sinon les deux aumoins un des deux), ils préfèrent attendre que les « kouffars » produisent des technologie, en l’occurrence des vaccins pour qu’eux (nos 3oulema) ensuite viennent les bénir et apposer leur sceau dessus, les « halaliser ». De toute façon, à part une fatwa de conformité, aux normes religieuses, d’un vaccin d’après une notice fournie gracieusement par les 3oulema du laboratoire qui la produit qu’elle autre fatwa ou autres valeur ajouté nos 3oulema peuvent-ils nous proposer d’autre ? Sûrement pas un avis Scientifiques,…sur son efficacité, ses risques lointains,… Non, là, on doit faire, et ils font aveuglement confiance aux laboratoires des « kouffar »; mais, Ont-ils seulement le choix ? Et ce même en engloutissant des budgets annuels à faire pâlir de jalousie sinon les plus grands laboratoires de biotechnologie aumoins des laboratoire de la taille de Valneva !

    Anonyme
    5 février 2021 - 18 h 25 min

    Ces barbus exagèrent, il faut neutraliser leurs propagandes et les ignorer à tous les niveaux.
    Ces (…) de barbus qui s’imaginent pouvoir s’imposer par tous les moyens devraient s’isoler et s’abrutir seules à l’écart et surtout se taire car on n’a pas envie de les entendre, il ne manquait que leurs avis stupides pour une vaccination seule issue pour stopper cette épidémie.

    Chachnaq vs houbel.
    5 février 2021 - 18 h 06 min

    Les peuples sont entrain de travailler dur et faire de la recherche scientifique et lès nôtres importateurs dès pierres d’Égypte et d’Arabie sont entrain de dire dès c…. sur l’urine du chameau et du porc ou lès uns se croient plus intelligents que lès autres.

    Lghoul
    5 février 2021 - 16 h 38 min

    Un jour il faudrait faire intervenir des imams pour halaliser a coup de fatwas même l’air que l’on respire car cet air qui circule sur la planète terre touche des millions de « haramités ». Et les autre médicaments, sont ils halal ou haram ? Et le cuire des banquettes des avions, des trains et des voitures qu’on ne fait qu’importer ? Sont ils halal ou haram ? Et le blé que vous utilisez pour préparer le pain, qui vient de France et de Russie , est il halal ou haram car un ouvrier ayant pris son sandwich haram l’a peut être touché. La seule solution que personnellement je vois et qui arrangera tout le monde et que ces gens changent de planète ou trouvent une ile isolée ou il n’aura ni hopitaux, ni voitures, ni trains, ni avions et ni usines de vetements et de cuire. Ils vivront de la terre, ou il fera bon de parler que de la mort, du jugement dernier, de azraiel et des 72 fameuses houries. Que la vie est belle !

      djafar amrane
      5 février 2021 - 17 h 55 min

      durant plus de 70 ans,l’insuline était extraite du pancréas du porc et personne n’avait rien dit.

    Anonyme
    5 février 2021 - 16 h 25 min

    Que les gens refusent de se vacciner pour une raison ou une autre( la plupart pensent qu il n y a pas assez de recul) ça c est tout à fait normal et cela existe dans tous les pays mais qu on essaie de les forcer ou manipuler en le déclarant Hallal là on tombe dans l obscurantisme total…..
    Les algériens ne sont pas plus débiles que les autres….on a juste ridiculiser notre pays!!!!

    Anonyme
    5 février 2021 - 16 h 18 min

    Cette histoire de commission des oulémas qui décrète le vaccin halal est la goutte qui fait déborder le vase?
    Le ridicule n a jamais tué personne mais le Covid ou n importe quel virus peut tuer…
    Est que nous sommes dirigés par des islamistes qui ont peur d aller en enfer s ils prennent la responsabilité de vacciner avec un produit non halal ou nous sommes tombés plus bas que le fond?
    C est quoi ce professeur de médecine qui se prête au jeu pour aller expliquer à des ignares en sciences ce que contient le vaccin?moi j aurai refuser de me rendre ridicule…..Même en Arabie saoudite ils ne l ont pas fait…
    Pourquoi mêle t on religion et science, et depuis quand?
    l Algérie a été le pays qui vaccinait le plus les enfants depuis l indépendance et tant mieux car grâce à ça le taux de mortalité des enfants a baissé ….Pourquoi les bigots ont pris autant de pouvoir?
    Qu ils se passent alors des voitures,des smartphones,des avions pour aller au Hadj,de tous les médicaments …..s ils soupçonnent autant les kouffars!!!!!

    Ayweel
    5 février 2021 - 15 h 57 min

    Les peuples et nations travaillent pour le bien de l’humanité, et les bras cassés et fainéants passent leur temps à faire la tournée entre leur 4 femmes et à chercher à halalliser ou à haramiser ce que les autres leur produisent pour leur survie.

    Alger - Tamenrasset
    5 février 2021 - 15 h 38 min

    La religion est l’opium du peuple et comme l’opium il ne faut pas trop en abuser !
    A force d’abuser de la religion, le gouvernement risque de le payer très cher.
    Il n’y a aucune raison de consulter ces ignorants de chouyoukhs : c’est l’affaire des scientifiques et la religion n’a pas à s’immiscer la dedans. Même s’il y a de l’alcool ou du porc ou tout autre interdit dans ce vaccin, tout le monde sait qu’il n’ y a plus de haram quand il s’agit santé ou de médicaments ; le musulman est autorisé même à ne pas faire le ramadhan en cas d’ennuis de santé. Il n’ y a pas besoin de faire des années interminables d’études obscurantistes à El Azhar pour comprendre ça !

    Anonyme
    5 février 2021 - 15 h 30 min

    Je suis désolé mais je me sens quelque peu interpellé dans ma profonde piété à propos de la fatwa hallalisant les vaccins.

    Le Dr Cherfouh s’insurge contre ces éminentes personnalités qui selon lui n’auraient pas leur mot à dire au sujet du vaccin . Bien sûr que si !

    Non seulement elles ont leur mot à dire mais elles l’ont dit. Nous sommes des musulmans kamim !
    Devrait-on vouer une confiance aveugle à ces kouffars,

    Si c’était le le tib ennabawi qui était enseignée dans nos facultés de médecine serions nous ici à débattre de la licité des vaccins ? La preuve , au temps du Prophète il n’y avait pas de pandémie de Covid !

    Et dire que nous avons un foultitude de remèdes contre ce Covid dont je ne citerai que le GHB, l’urine de chameau , et l’eau roqyée , sans parler de la hidjama dont l’efficacité n’est pas à démontrer.

    Sauf que la véritable question n’est pas de savoir si ce vaccin est efficace ou non mais si le vaccin en soi est hallal ou pas.

      Inconnu
      5 février 2021 - 18 h 42 min

      On aimerait bien connaître l’avis de votre spécialiste en Exégèse (et en tout) de Guezgata , Maître Rahim Ghafour .Il en a sûrement beaucoup de choses à nous dire et à nous apprendre !

    RRab3i
    5 février 2021 - 15 h 20 min

    d après ce qui se dit tu es en plein désert et il y a juste du halouf (kif kif cochon) donc ta survie en dépend manger du porc c est haram se laisser mourir de faim c est haram aussi ,,,t a pas le choix,, il va de soit que l instinct de survie est très fort

    Le médisant du bled
    5 février 2021 - 13 h 38 min

    Comment peut-on être abruti à ce point pour croire qu’un vaccin doit être hallal, alors qu’il s’agit de vie ou de mort (el ghoute mel jiffa hallal), dans un autre domaine, puisque l’insuline est extraite en grande majorité du pancréas des porcs, alors il faut laisser mourir les diabétique et que dire de la xénogreffe ( cellules pancréatiques du porc)

    Anonyme
    5 février 2021 - 13 h 31 min

    Normal que ce vaccin soit Hallal car les adenovirus sont d’abord égorgés selon le rite islamique 😂😂

    Anonyme
    5 février 2021 - 13 h 23 min

    « Notre pays, hélas, n’a plus les moyens pour s’offrir les vaccins »?? Vous êtes sérieux?? Même à 10 euros la dose ça ne ferait que 500 millions d’euros pour 50 millions de vaccins!! Il ya plus de 50 milliards d’euros de réserves!! (…)

    Nadir
    5 février 2021 - 13 h 21 min

    La (…) religieuse a parlé.

    Anonyme
    5 février 2021 - 13 h 18 min

    Ils ont n’ont commandé que 500.000 doses?? Pour vacciner 250.000 personnes sur 44 millions??

    Yacine
    5 février 2021 - 13 h 06 min

    La « Fetwa  » ; quoi de plus normal en terre d’Islam ?
    Le seul apport musulman a la science est de dire que c’est HALLAL ou HARAM !

    Nous sommes ridicules et en dehors de l’histoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.