Les dernières décisions du président Abdelmadjid Tebboune sont inédites

discours président Abdelmadjid Tebboune
Des citoyens suivent le dernier discours du président de la République. PPAgency

Contribution de Karim Kahoui – Si la distance et le recul ne permettent pas ou prou de mesurer à leur juste valeur les dernières décisions du président Abdelmadjid Tebboune, le temps nous dira qu’elles ont été inédites, historiques et pleines de sens, à la fois dans la forme et dans le fond et ce, depuis l’indépendance de l’Algérie.

S’agissant de la forme, le président de la République algérienne a paru serein et apaisé, s’exprimant en dialecte algérien, non pour se faire comprendre par tous les Algériens, comme avaient essayé de l’expliquer certains observateurs car d’aucuns savent que désormais tous les Algériens lisent, écrivent et comprennent la langue arabe classique, mais pour souligner l’importance que requiert une communication établie et sérieuse. Le Président a évité de s’exprimer en langue arabe classique, non qu’elle ne serait incomprise par tous les Algériens, cela est complètement faux et mérite d’être souligné plus d’une fois. La vérité est que le parler vrai en Algérie se traduit souvent, voire toujours en arabe dialectal, autrement dit parler algérien, c’est parler vrai.

Tebboune a parlé vrai, en évitant les discours diarrhéiques longs et ennuyeux, jadis la marque de fabrique de son prédécesseur Bouteflika. Il a choisi aussi de ne pas devoir lire le prompteur pour paraître pompeux et intellect, voire barbant et crispé. Ce qui est certain, c’est qu’il a préparé doctement sa communication, a pris des notes et s’en est tenu à ses notes.

Autrement dit, le message du président Tebboune était clair, net et précis, «non seulement je vous écoute mais je parle aussi le même langage que vous». Tenter d’en dire davantage sur la forme, ce serait de la malhonnêteté intellectuelle et la pure mauvaise foi.

Pour ce qui est du fond, jamais un chef d’Etat algérien depuis l’indépendance de l’Algérie, en 1962, n’a eu à prendre autant de grandes décisions à la fois. Tebboune a annoncé la dissolution du Parlement et la tenue d’élections législatives endéans quelques mois. Il a promis le remaniement du gouvernement endéans les 48 heures, il a annoncé une grâce de tous les prisonniers d’opinion en deux vagues, la première vague a déjà eu lieu durant les dernières 24 heures qui ont suivi l’intervention télévisuelle du Président.

Ces mesures sous-entendent que dans l’intervalle, le président de la République va légiférer par ordonnance, en cas de besoin, pour l’exécution de son programme ou de certaines mesures qui sont normalement du domaine de la loi, cette procédure est autorisée et prévue par la Constitution algérienne, à condition que cette situation ne s’étale dans le temps.

Le président de la République savait que la plupart des membres de l’actuel gouvernement avaient été «dénichés» dans la hâte ; d’ailleurs, certains d’entre eux ne méritent même pas le poste de secrétaire administratif dans une Assemblée populaire communale. Ce remaniement est un signal clair pour apaiser le peuple et pour dire son mea culpa, en débarrassant déjà le gouvernement des éléments les plus médiocres, ceux que l’on considère comme étant des erreurs de casting. Gageons que le prochain gouvernement, dont en principe la durée de vie ne dépassera pas quelques mois, soit moins bras cassés, moins populiste, plus compétent et plus honnête.

Enfin, la décision de gracier tous les prisonniers d’opinion est aussi sans précédent. Le tout à présent est de verser dans la critique constructive au lieu de l’insulte et la diffamation. La révolution est, en effet, un fait soudain mais pour réaliser ses objectifs, elle se décline par étapes progressives et réfléchies pour barrer la route aux faux révolutionnaires, aux faux hirakistes et aux extrémistes de tous bords.

La balle est dans le camp de la vraie opposition, elle est appelée à prendre ses responsabilités puisque la porte est désormais grande ouverte à toutes celles et à tous ceux qui veuillent bien mettre le pied à l’étrier afin de construire une Algérie moderne et démocratique, qui sache retrousser ses manches pour asseoir de véritables stratégies de développement économique, éducationnelle, technologique et sociétale dans une configuration de prospérité et de stabilité de l’Algérie.

W. K.

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

Comment (26)

    Houbib said
    24 février 2021 - 12 h 03 min

    Si j’ai bien compris ce que demande le peuple par ce rassenblement du HIRAK le 22/02/2021 c’est que tout les responsables actuel dégage et laisse la place au jeunes génération afin d’installer une vraie démocracie ok trois fois ok mais le probleme c’est personne ne veux désigner un leader ou du moin n’accepte pas de chef encore moins qu’ont parlent ou agissent a leur place donc il faudrais une algerie aujourd’huis si ont acceptais cette idée une algerie livrée au peuple qui manifestent ou livrée a elle meme quant au soglans de une nation civile non militaire aux derniéres nouvelles ce n’ai pas des civile qui défend nos fontieres alor je pense qu’il faudrais laisser a césar ce qui appartient a césar .

    Moucharabiah
    23 février 2021 - 7 h 36 min

    Rien ne changera, c’est du pur rafistolage d’un gouvernement en lambeaux.
    On tourne en rond.

      @oucharabia
      23 février 2021 - 12 h 40 min

      Oui rien ne changera avec Tebboun.Il a promis un remainement ministereil.Une montagne qui accouche d’une souris.Il a reconduit tous les ministres Honnis du peuple qui l’ont insulté.Des ministres incompetents tel Djerad,le ministre du commerce ,et aussi et surtout Zeghmati qui symbolise la continuité de la justice par telephone et la repression contre le peuple.Il a fait appel à des résidus de Bouteflika,remercé le ministre de l’energie specialiste des questions petrolieres par un incompetent Arkab et j’en passe.
      Mr K.K sur quelle base vous affirmez , je cite que  »d’aucuns savent que désormais tous les Algériens lisent, écrivent et comprennent la langue arabe classique,  ».La langue arabe teintée de religiosité a clochardisé le peuple.De l’autre vous dites enfin une vérité je cite  »La vérité est que le parler vrai en Algérie se traduit souvent, voire toujours en arabe dialectal, autrement dit parler algérien, c’est parler vrai ».Notre vraie langue que tout le monde comprend c’est la Derdja et le Kabyle.
      Durant la colonisation ,la Derdja etait enseignée comme deuxième langue.Apres l’indépendance,on l’a rénié, rabaissée au rang d’un quelconque dialecte.Le seul et unique chef d’état jque tout le monde comprenait jeunes comme vieux Kabyle,comme choaoui,tergui,mazabite etc..) c’est bien le regretté Boudiaf qui fut abattu comme un chien.

    Aka
    22 février 2021 - 22 h 08 min

    No comment

    Ayweel
    22 février 2021 - 19 h 14 min

    C’est malheureux, très malheureux de voir ce qui se passe à la tête d’un pays déjà au bord d’un précipice. Changer un gouvernnement est une chose normale, mais faire tout ce bruit pour un tel changement est ridicule. Changer ou plutôt chasser deux ministres qui sont probablement les seuls à défendre leur point de vue qu’ils jugent pour le moment le plus adéquat vis à vis de la situation actuelle, relève des pratiques bouteflekiennes pour qui exécute ou balaae, et ferme là. Ce sont les seuls qui ont essayé d’expliquer au peuple que la manière de gérer la mamelle de notre vache sonatrach et la manière dont le créneau de l’imporyation des quatres roues est à revoir . Mais comme le jarad et ses sponsors n’ont ni les capacités intellectuelles ni managériales à comprendre ce que ces deux personnes veulent dire ils ont décidé de les mettre à la porte. Lorsque un gouvernement n’est destiné que pour quelques mois on prend pas de telles décisions, cest comme ces deux personnes sont les seules à blâmer pour la mauvaise gouvernance. La decision sage est de chnager tout le gouvernement ou de le laisser tel qu’il est puisque ce n’est qu’une affaire de quelques mois. Et pourtant Tebboune devrait sentir l’effect d’une telle decision , étant donné qu’il l’a vécu sous bouteflika en tant que premier ministre pendant 90 jours. Espérant que tout ça n’a rien à voir avec le lieu de naissance et zero kabyle, ou de ce qui se prépare comme abrakadabra pour les prochaines élections.

    karimdz
    22 février 2021 - 18 h 47 min

    J ai lu un commentaire farfelu dans ce lien de discussion, son auteur affirmait que les algériens parlaient plus le tamazigh que l algérien ou arabe dialectal. Heureusement que le ridicule ne tue pas, et je fais un grand LOL !

    99.99% des algériens comprennent et parlent l algérien, j ai voyagé en Algérie du nord au sud, de l est à l ouest, et je peux parler avec tout le monde s en problème, je peux même échanger avec des tunisiens et des marocains, y a que l egyptien que j ai du mal à comprendre, et je peux même vous affirmez, que moi qui suis né en France, n ayant appris que l arabe dialectal de mes parents, quand je suis allé en Syrie, avant sa dévastation hélas, j arrivais à échanger avec des syriens qui sont pourtant éloignés de plusieurs milliers de km !

    Le Président Tebboune en parlant le dialecte a voulu non seulement parler de manière claire pour qu’il soit compris de toutes et de tous, le langage de la vérité, mais il a aussi voulu faire un pied de nez, aux émiratis sionistes unis et au yehoudiens d arabie.

    Il y en a qui manifestent aujourd’hui, encore que nous sommes loin des millions d algériens dans la rue, parce que les algériens ont bien compris que le Président était sincère, il est le président de la transition, une transition en douceur, pour amener l Algérie vers le modernisme. Puis ce seront des algériens jeunes qui reprendront la relève, en espérant qu ils seront compétents, honnêtes, intègres et désintéressés si ce n est de servir le pays.

      Anonyme
      23 février 2021 - 7 h 04 min

      N’est-ce-pas le président Tebboune qui a dit dans son discours que la nouvelle constitution garantissait toutes les libertés et qu’il veillerait à son application ?
      Lors des manifs pacifiques d’hier la capitale était quadrillée, son accès filtré comme en l’an 1 du Hirak, de très nombreux manifestants ont été arrêtés, Nekkaz a été violemment agressé à Mostaganem et transporté à l’hôpital dans une voiture particulière.
      Peux-tu en donner une explication non partisane ?

    RAYES AL BAHRIYA
    22 février 2021 - 16 h 58 min

    Les 2 langues des colonisateurs sont les
    Suivantes , l’Arabe du Machrik et des Mouchrik…
    Et le français du Moughrib , ou Al Guwar…
    Le parlé arabe populaire est la langue du peuple,
    Et du Hirak pacifiste et democratic.
    Les 2 langues citées ci dessous sont porteuses de
    Division , de haine et de brimades de l’identité millenair
    Amazigh , de ce peuple fier et orgueilleux..
    Ma langue arabe dialectale ne doit pas etre marchandé
    Par ce regime, juste pr la cause electoraliste et de se
    Maintenir au pouvoir apres 60 années de dictature
    Elitiste, anti democratic et anti populaires…
    Le regime veut soudoyer le peuple par l’usage de notre
    Langue populaire pr mieux infiltrer les consciences
    Vigiles….
    Faut que le hirak, dejoue ce jeux machiavelique,
    Et rejette toute cooperation avec les tenants de la
    Hogra qui a pousser le pays aux precipices..
    L’armée doit retourner au casernes…
    Le pays doit etre remis au peuple liberateur..
    Du colonialisme et de la diktature arabo basthiste
    Machrikyste…
    Vive le peuple
    Vive le hirak…

    Vroum Vroum 😤..
    22 février 2021 - 14 h 23 min

    J’apprécie que le Président Teboune nous parle en Algérien, notre Langue maternelle, parlée en majorité partout en Algérie.. Je trouvais anormal que ce fut l’arabe littéraire imposé à la Télévision, Radio , on a notre Langue Algérienne et c’est Elle qui doit prévaloir à la Télévision, Débats, Radios.. Lors du début Hirak j’avais dit que le Changement est inéluctable, que l’Algérie ne peut revenir en arrière et qu’Elle est « condamné » à réussir, le fait de Dissoudre l’APN en est la preuve, cette future Ex APN est l’image de la classe Politique du passé clienteliste, ou le siège de Député se monnayait.. Place à la crédibilité, competance, intérêt général, réussite, le Président est là pour donner l’orientation, assurer Indépendance et Souveraineté Algérienne et au Premier ministre et son Gouvernement d’assurer la réussite économique, sociale, développement… Et notre Chère ANP d’assurer la protection de l’Algérie.. Je pense que maintenant y’a vraiment « la Volonté Politique du changement » à travers le Président Teboune et tous les ingrédients sont là pour réussir… Bonne route Algérie.. Mr Ait Ali ne fera pas parti du remaniement des Ministres, mais je l’apreciait pour son franc parler et Droiture.

    Anonyme
    22 février 2021 - 11 h 15 min

    Quel bel éloge !!!!
    Si je suis d accord avec vous pour la communication en arabe algérien qui est compréhensible et à la portée de tous les citoyens ,ça c est une très bonne chose car cela signifie qu on reconnaît officiellement qu on a une langue bien à nous…
    Maintenant pour les ministres vous vous trompez!!! Les deux meilleurs ,celui de l énergie et de l industrie ont été virés alors qu on a maintenu ou rappelé des bras cassés ……
    ils ont payé le prix de leur opposition aux affairistes de tout bord..et ça cela se passe ainsi pour tous les hommes intègres depuis l indépendance !!!!

    loklan
    22 février 2021 - 10 h 28 min

    Vous dites :  » La vérité est que le parler vrai en Algérie se traduit souvent, voire toujours en arabe dialectal, autrement dit parler algérien, c’est parler vrai. » J’ ai du mal à comprendre votre phrase car des millions et millions comme moi ne comprennent pas un traitre mot d’ arabe classique et un petit chouya de dialectal mais comprenons uniquement le Tamazight. Puis précisez et veillez à ne pas insulter ni à mépriser les Algériens, car le seul et vrai dialecte vernaculaire pour moi comme pour des millions d’ Algériens, c’ est le Tamazight et non par le dialecte arabo- Algérien car même s’ il est plus ou moins compris par certains, notre langue vraie première Algérienne reste et restera l’ Amazigh.

      Anonyme
      22 février 2021 - 13 h 17 min

      Ouaouhhh !!! Il faut pas exagérer….
      il y a plus de monde qui parle l algérien que leTamazigh,
      On est des amazigh mais l histoire a fait que dans certaines régions on le ne parle plus…

    Anonyme
    22 février 2021 - 7 h 40 min

    Mr K. K. Effectivement , il a été claire et net en utilisant sa derja. Excellent vous dites. Ok pour moi c est le contenue du message qui est plus important que la langue utiliser. Le contenue n est pas satisfaisant..la preuve welou ne change. Donc yetnahaw ga3a.

    Anonyme
    22 février 2021 - 5 h 29 min

    L’histoire de L’Algérie en 5 minutes.

    https://www.youtube.com/watch?v=oB3mTBTuTtw

    Anonyme
    22 février 2021 - 1 h 57 min

    Désolé mais pas tout le monde qui parle,comprend et écrit la langue arabe classique Ne généralisez pas

      Anonyme
      22 février 2021 - 9 h 56 min

      …tout à fait!

    Algerien Pur Et Dur
    22 février 2021 - 0 h 12 min

    (…) le remaniement qu’on attendait tous n’avait rien d’inedit. Tebboune semble avoir drible tout le monde. A par Attar qui n’etait pas plus mauvais que les autres et le ministre qui voulait depenser le peu de devises qui restent dans l’achat de voitures, tous les autres ont repris le bus bensekhria. Esperons que la decision touchant l’APN sera differente et produira des figures fraiches avec meilleur profile et beacoup d’intentions saines. Esperons aussi que ceux qui l’ont desormais quittée n’auront droit à aucune pension et autres revenus pour sabotage bien fait. Helas, jusque là, le cauchemar continue.

    Brahms
    22 février 2021 - 0 h 01 min

    Mr Tebboune est âgé,

    Il sait qu’une année compte à son âge donc il doit mettre le pays sur des bons rails pour avancer et rejoindre les pays du monde. Bouteflika était une supercherie mais maintenant tout le monde a compris.

    Mr Macron pourrait nous aider à attraper et saisir les biens de nos voleurs en France, ses services fiscaux savent y faire, blocage des comptes bancaires et des biens immobiliers ou autres puis expulsion en Algérie pour vol et détournement de fonds publics.

    Anonyme
    21 février 2021 - 21 h 25 min

    Ton arabe classique était le signe de violence imprimé dans l’ âme du pays comme le s’ on marquait au les bêtes de propriété. Un signe du régime colonial sans culture. Quant aux dances du ventre, nommer et limoger, celà indique la vacuité culturelle et politique en dehors de cet arabisme officiel qui ne se traduit que par le fait du prince.

    Feindre la proximité en parlant arabe algérien ne change rien au quotidien ni à la dépendance alimentaire. Je croyez surtout pas que les élections entraîneront les masses! Ça va être un 3 ème gâchis!

      Anonyme
      22 février 2021 - 9 h 58 min

      Je partage tout à fait votre commentaire !

    Tous avec nôtre président
    21 février 2021 - 21 h 24 min

    Le président Abdelmadjid Tebboune doit avoir la confiance du peuple.
    Tout homme est jugé selon ces actes, et seulement ces actes.
    Laissons lui mettre en places ces stratégies de gouvernance, pour appliquer tout ces plans de redressements du pays.
    Il a au moins le mérite et le courage de reprendre les commandes d’un pays en état de délabrement avancé.
    Beaucoup aurait déclinés de tenter le redressement d’une Algérie à plat, dans un contexte économique mondial moribond.
    Si nous lui mettons des bâtons dans les roues, cela sera l’équivalent à un suicide collective.
    Nous devons l’aider par tous les moyens et surtout nous retrousser les manches.
    Le président nous montrent clairement qu’il veut tourner définitivement la page des Bouteflica et de ces complices du gouvernement.
    Soyons Unis avec notre président.

    Anonyme
    21 février 2021 - 20 h 44 min

    Vous écrivez : » ……. la plupart des membres de l’actuel gouvernement avaient été «dénichés» dans la hâte ; d’ailleurs, certains d’entre eux ne méritent même pas le poste de secrétaire administratif dans une Assemblée populaire communale. »
    Désolé pour vous Monsieur, seuls 2 ministres sur 40 ont été limogés, ce qui contredit à 99 % votre espoir de voir un réel changement dans le gouvernement.

    Nahla
    21 février 2021 - 20 h 38 min

    ET le remaniement tant annoncé avec tambours et trompettes qui FAIT PSCHITTT …les supposées élections seront TRUQUÉES…la FRAUDE comme un réflexe ATAVIQUE aura la part BELLE…des bataillons de jeunes diplômés continueront à fuir leur belle terre de naissance au péril de leur vie…ainsi va l’ALGERIE…

      zyriab
      22 février 2021 - 8 h 33 min

      Le minimum quand on intervient est de savoir manier les concepts qu’on veut utiliser « tant annoncé avec tambours et trompettes  » Le remaniement n’avait été annoncé que 48 h avant La pezuve qu’il ne fait pas « Pschitt » c’est mêmez les débiles profond en débattent et expriment leur haine de l’Algérie à travers cette discussion Quand aux élections Merci Mme Soleil pour tes prévisions Pour ce qui est du truquage tu dois en connaitre un bout Pour ce qui est des jeunes qui fuient Cela s’appelle la « LIBERTÉ de choix personne ne leur impose de se mettre au service de leur peuple qui leur a permis Gratuitement de faire des études universitaire et la moindre des choses est de rembourser ses études en rendant au Peuple ce qu’il lui doivent

        RBOBA
        23 février 2021 - 22 h 15 min

        Tout à fait d’accord avec vous Zyriab. Ces « bataillons de jeunes diplômés » qui fuient « leur belle terre de naissance au péril de leur vie » doivent rembourser à cette belle terre ce qui lui en a coûté de les instruire, soigner, de leur permettre d’avoir ces diplômes et ceci sans pratiquement argent déboursé. En France quand un jeune passaient les IPES (concours universitaire qui permettait à un étudiant de recevoir une aide financière conséquente pour poursuivre ses études) et bien celui-ci devait travailler 10 ans pour l’Etat français, en guise de remboursement. Quant à ces jeunes diplômés qui fuient « au péril de leur vie »…..je n’y crois pas trop, ceux-là ont préparé le terrain, via leur famille, il y a bien longtemps ! Et quelle déception quand ils s’aperçoivent qu’en France…….. il faut travailler, et tous les jours et qu’un diplôme n’est pas toujours gage d’emploi garanti et à un salaire convenable correspondant au niveau d’études, voire, de diplômes.

    karimdz
    21 février 2021 - 20 h 37 min

    En résumé, nous avons un Président, authentiquement proche du peuple, parce qu’il est à son écoute, parle le même langage et met en application ses promesses. Et il nous appartient de le soutenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.