L’inamovible Salah Goudjil ou l’homme qui a pris tout le monde à contre-pied

Goudjil Sénat
Salah Goudjil. PPAgency

Par Mohamed K. – Le nonagénaire Salah Goudjil a pris tout le monde à contre-pied. La presse est déboussolée. Les uns le disent en voie d’être confirmé dans son poste de président du Conseil de la nation, les autres l’annoncent comme partant et «en fin de mission». Analystes, observateurs et commentateurs ont le tournis. Le doyen des responsables politiques, qui tient l’intérim du Sénat depuis la destitution de Bouteflika et le remplacement momentané de ce dernier par Abdelkader Bensalah, conformément à la Constitution, n’a pourtant pas l’air de trop s’ennuyer au boulevard Zirout-Youcef.

L’ancien ministre des Transports et de la Pêche sous Chadli Bendjedid a un atout : il a soutenu la candidature de Mouloud Hamrouche lors de l’élection présidentielle de 1999, puis celle d’Ali Benflis en 2004. Il s’est donc ouvertement opposé à Bouteflika, même si cette opposition ne l’a pas empêché d’occuper un siège au Parlement en 2007 dont il rejoindra la chambre haute en janvier 2013 et où il sera reconduit en 2019.

Partira ? Partira pas ? C’est la question que tout le monde se pose dans ce contexte politique national marqué par une opacité totale. Les entorses à la Constitution sont légion et la présence même de Salah Goudjil à la tête du Sénat en est une. Et elle est criante. Son prédécesseur, dont il assure l’intérim, demeure, aux yeux de la Loi fondamentale, le président effectif du Conseil de la nation, après un interlude d’une année passée à la tête du pays pour assurer la transition induite pas la déchéance du président Bouteflika.

Salah Goudjil, en fin équilibriste, a joué le jeu du puissant du moment, le général Gaïd-Salah, qui a imposé sa feuille de route aussi bien au pouvoir qu’à la rue, faisant la sourde oreille aux revendications des millions d’Algériens qui manifestaient pour exiger le départ de tous les symboles du système, à commencer par lui-même. Le remplaçant «provisoire» du chef de l’Etat tout aussi «provisoire» a, alors, servi de couverture constitutionnelle à l’ex-chef d’état-major de l’armée qui piétinait les lois de la République et fonçait tête baissée vers la présidentielle du 12 décembre, quoi qu’il en coûtât. «Il faut aller jusqu’au bout !» clamait-il, sur un ton péremptoire.

La dissolution du Parlement croupion, souhaitée par l’écrasante majorité du peuple, n’a pas ébranlé le président par intérim du Sénat dont on dit qu’il compte, au contraire, se servir de cette décision pour renforcer sa position de deuxième homme de l’Etat. Une attitude encouragée par la désignation au gouvernement de deux nouveaux ministres, le premier ayant fait partie des Exécutifs qui ont précédé la chute de Bouteflika, le second n’étant autre que son conseiller qu’il chargeait d’être sa voix auprès de l’opinion publique en lisant ses discours en son nom.

Salah Goudjil semble ainsi vouloir battre le record de longévité au pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika et d’Abdelkader Bensalah en même temps, ce dernier n’ayant pas quitté le giron du système depuis le début des années 1990 jusqu’à la fin de l’année 2019.

M. K.

Comment (24)

    Anonyme
    23 février 2021 - 23 h 46 min

    Goudjil devrait être exposé plutôt au musée du moudjhahid et non au Sénat!!!
    Un grand moudjahid qui reste en bonne santé jusqu’à 90 ans c est quand même un exploit…..

    Lghoul
    22 février 2021 - 21 h 49 min

    Sincerement, quand l’algerien voit des gens de 90 ans toujours agrippes au pouvoir, comment croire que ce pouvoir voudrait du bien a l’Algerie ou meme avoir un grain de bonne volonte ? Ils ont pourtant eu 12 mois pour convaincre qu’ils veulent vraiment aider le pays pour se relever. Je vois que notre situation est pire.

    Anonyme
    22 février 2021 - 18 h 24 min

    L’Algérie nouvelle paraît-il 😂😂!! Il et il y en a encore qui croient qu’ils vont changer 😂😂

    el chahid
    22 février 2021 - 18 h 02 min

    91 ans et o dans la cervelle, ljedid bel qdim, c ça la nouvelle algérie ! barkawna le bricolage

      Nawel
      23 février 2021 - 9 h 19 min

      En principe, tout le sénat doit être dissous. Il ne sert à rien. Son fonctionnement engendre des dépenses faramineuses. On ferait mieux de dépenser cet argent dans des secteurs plus porteurs, l’éducation ou la santé par exemple.

    le niveau
    22 février 2021 - 17 h 33 min

    alhamdoulilah
    un jeune au pouvoir ……….ont est sauvee

      RAYES AL BAHRIYA
      24 février 2021 - 3 h 44 min

      L’Algerie…. tsafounasth iggûjilen…
      La vache des orphelins…
      Helas….

    Ben Amer
    22 février 2021 - 16 h 14 min

    Peu de gens sont honnêtes, et quand il y’en a un qui fait le poids, on l’appelle pour la vitrine et on fait en sorte qu’il reste bloqué et on agrémente le cirque par l’outrecuidance de certains qui vont lui manquer de respect. Quel monde pourri! Si les anciens maquisards sont vieux , les harkis se régénèrent comme des serpents. Le probléme c’est que les premiers se retirent et meurent en fidèles, alors que les autres ont réussi à pourrir le système et à perpétuer leur sale rengaine. Mais… le tamis du bled est solide et tôt ou tard il ne restera dans l’oued que ses galets.

    Lghoul
    22 février 2021 - 16 h 01 min

    Ont ils une vie familiale normale, ou vivent-ils ce qui leur reste a vivre dans des salles de réunions ?

    Anonyme
    22 février 2021 - 14 h 08 min

    Il veut mourir sur le trône ou finir président centenaire du sénat

      Anonyme
      23 février 2021 - 9 h 28 min

      Courage à vous Monsieur, tenez bon! Pour une belle et meilleure Algérie, mieux qu’avant si Dieu le veut.

    Anonyme
    22 février 2021 - 13 h 09 min

    30% de la population ont moins de 14 ans en algerie Allah ibarek, et 100% de ceux qui les gouvernement ont plus de 76 ans alors le cauchemard continue comme il a dit lui.

    Moucharabiah
    22 février 2021 - 12 h 56 min

    Et dire qu’on a mis en retraite forcée des élites militaires et civiles à 55 ans voire 50 ans !
    Tout simplement parcequ’ elles n’aiment pas qu’elles soient mises devant le fait accompli, et encore moins faire des courbettes devant sa hiérarchie incompétente.
    90 ans , dites-vous ? La grosse honte pour ce pouvoir où la gériatrie a encore de longs jours devant elle.
    Malheur à celui qui n’a pas 90 ans! Hé Hé ……..

    Anonyme
    22 février 2021 - 12 h 01 min

    Une question me taraude : Ce dinosaure datant du cheval vapeur, sait-il qu’il existe des voitures électriques qui roulent toutes seules, et sait-il utiliser tweeter pour communiquer… (…)?

    Anonyme
    22 février 2021 - 11 h 57 min

    Ben quitter , ça serait comme devenir « goudjil » vraiment !

    elhadj
    22 février 2021 - 11 h 46 min

    avec tout le respect et la considération qu on doit à cet ancien maquisard de la lutte de libération du pays et qui a servi loyalement le pays 60 ans après l indépendance il aurait plus judicieux qu il prenne la décision de se reposer et céder sa place par un renouvellement générationnel nécessaire tel qu il est réclamé par le hirak et les intentions de l actuel président de la république. Vouloir se maintenir à cet age avancé ça heurte les esprits de la société civile contrainte d admettre qu on reconduit les memes pratiques de l ancien système .hélas les memes mentalités demeurent et semblent perdurer

    karimdz
    22 février 2021 - 11 h 33 min

    Il partira quand il y aura une nouvelle assemblée après de nouvelles élections, inéluctablement.

    Personnellement, il ne me dérange pas, je le trouve plutôt sympathique et très lucide pour son âge.

    Anonyme
    22 février 2021 - 11 h 26 min

    C’est une honte pour le pays et pour l’humanité toute entière de rester collé au pouvoir à 90ans. (…)

    Anonyme
    22 février 2021 - 11 h 24 min

    Si à 90 ans il continue à être le président du Sénat c est qu ils n ont pas trouvé plus béni oui oui que lui….
    90 ans,on ose dans un pays aussi jeune et dans une Algerie nouvelle!!!!Ce n est pas le cas ailleurs….

    Anonyme
    22 février 2021 - 11 h 18 min

    Quel age t-il ?

      Anonyme
      22 février 2021 - 13 h 59 min

      Son âge ? Beaucoup.

    Anonyme
    22 février 2021 - 11 h 15 min

    A 90 ans on a de l’avenir en Algérie pendant que les jeunes se jettent en mer pour fuir la misere. Le pouvoir n’a pas besoin ni de jeunes et ni de connaissances. Il a juste besoin de fossils pour mener la barque vers une destination inconnue.

    Jurassikpark, à 90ans ....
    22 février 2021 - 11 h 13 min

    On ne devrait pas se poser la question
    A 90 ans ce Monsieur doit déguerpir de son poste. Si il avait un peu de décence, il devrait démissionner de lui-même. Non seulement il est atteint par la limite d’âge mais doublé d’ une incompétence, d’une inculture et déconnecté du paysage algérien , du monde et de la jeunesse. Il est urgent qu’il parte ou que l’on l’aide à partir. A défaut, c’est que ce régime est suicidaire et/ou métastasé avec une impossibilité à guérir

      Layachi
      22 février 2021 - 20 h 59 min

      Non non, il n’est pas obligé de partir…il n’y a pas grand chose à faire au Sénat si ce n’est se bousculer à la cafétéria.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.