Le temps de l’autorité

Hirak L'histoire
Le Hirak infiltré risque de mener le pays au chaos. D. R.

Par Rabah Toubal – L’histoire des nations est constituée de périodes successives, plus ou moins longues, de stabilité et de troubles, qui menacent leur cohésion, leur sécurité et leur unité.

Les forces en conflit s’affrontent impitoyablement pour contrôler les rênes du pouvoir et imposer aux pays concernés, Etats, nations et sociétés les orientations politiques, économiques et sociales qui confortent leurs intérêts et ceux de leurs alliés internes et externes, ainsi que de leurs obligés, protégés et serviteurs zélés.

Vingt ans de gabegie bouteflikienne fondée sur l’impunité totale des abus, méfaits et forfaits commis, la corruption généralisée et une prédation criminelle ont rendu l’Algérie exsangue et extrêmement faible, dans tous les domaines.

Le Hirak est apparu le 22 février dans ces conditions de grande vulnérabilité, grosse de tous les risques pour notre pays. L’ANP a vite compris cela. Elle a alors refusé d’exécuter aveuglément les ordres émanant d’hommes politiques enlisés dans le désespoir, pour mettre fin au soulèvement populaire spontané et pacifique, en faisant usage de la violence. Elle a décidé d’accompagner et de protéger le Hirak contre toute dérive qui plongerait notre pays durablement dans le chaos.

Les «ténors autoproclamés du Hirak», dixit le Pr Ahmed Bensaâda, avaient accentué la pression, avec le soutien de leurs alliés étrangers, sur l’ANP diabolisée à outrance afin de la fragiliser, de la diviser et de provoquer l’effondrement de l’Etat algérien, miné par des maux et fléaux sociaux graves.

Ces attaques médiatiques répétées contre l’ANP, tous corps confondus, par des revanchards algériens et étrangers, proches du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, MAK, et la nébuleuse islamiste incarnée par l’organisation Rachad, récemment déclarées «organisations terroristes» par le gouvernement algérien, sont en train de susciter une grande prise de conscience au sein de la majorité du peuple algérien, notamment en ce qui concerne les dangers auxquels l’Algérie est confrontée aujourd’hui.

En tout état de cause, l’impunité qui a caractérisé les années 1999-2019 notamment se transforme progressivement en autorité et fermeté responsables, destinées à protéger notre pays contre toutes les forces qui lui sont hostiles, convoitent ses formidables ressources naturelles et cherchent à lui nuire durablement et fait reculer l’Etat corrompu et corrupteur, qui a sévi durant toute cette période.

Les compatriotes, qui n’ont pas encore compris cette mutation salutaire, rateront assurément un important rendez-vous avec l’histoire, continueront à insulter l’intelligence du peuple algérien et à défier son bon sens légendaire.

R. T.

Comment (9)

    karimdz
    25 mai 2021 - 10 h 16 min

    L’armée, par deux fois, a bien réagi, la première fois, pour protéger le Hirak, la deuxième fois, pour éviter sa dérive et sa récupération par des extrémistes makaks et religieux.

    Le Hirak, a perdu énormément de temps, il a réussi à ébranler le système, mais n a jamais réussi à se structurer, à se faire représenter et devenir du coup, une force de propositions.

    Le temps est venu pour ce mouvement populaire de franchir une nouvelle étape, celle de devenir acteur dans la vie politique du pays.

    La transition est une étape nécessaire entre l ancien sytème et le renouveau, pour que les choses se fassent doucement mais surement, plutôt qu’un chaos tant espéré par nos ennemis sionistes et aussi des monarchies du golf et celle du voisin de l ouest.

    Le temps est venu, de dialoguer, de s unifier autour d’un mission noble, celui de relever le défi de batir une nouvelle Algérie, prospère, puissante, démocratique et indépendante.

    L’Autorite OK
    24 mai 2021 - 15 h 37 min

    Mais Après on fait Quoi ?
    On prend les Mêmes et on Recommence ?
    …Refaire la meme Chose et espérer des Résultats Différents n’a Jamais Mené Nul Part !

      Autorité + Bengrina
      24 mai 2021 - 20 h 15 min

      C’est pas un peu trop ?

    BILAL
    23 mai 2021 - 20 h 32 min

    Citez moi, un seul pays démocratique, occidental où une manifestation publique se fait sans demande d’autorisation auprès des autorités. J’ai participé à plusieurs manifestations en France, à chaque manifestation, il a fallu déposer une demande auprès des autorités. Il est tout à fait normal qu’en Algérie, les autorités exigent des manifestants une demande d’autorisation avec itinéraire, jour, heures, par contre je ne dirais pas que les slogans sont aussi encadrés quoi que à la dernière manifestation à Paris, contre l’agression sioniste à Gaza, on nous a interdit les slogans antisémites, d’ailleurs de nombreuses personnes et responsables d’associations pro palestiniennes ont été arrêtés par la police de Macron dont l’affinité avec l’entité sioniste n’est plus à démontrer, il n’est pas le seul président français.
    Une manifestation ne s’improvise pas, les autorités doivent prévoir les effectifs de sécurité (Police, pompiers, médecins, infirmiers, ambulances).

      Anonyme
      24 mai 2021 - 9 h 06 min

      Les soit-disant démocrates algériens confondent liberté et anarchie.
      Effectivement, partout dans les pays démocrates, les manifestations, ne peuvent avoir lieu qu´après autorisation. Il y va bien sur de leur sécurisations.

      Belveder
      24 mai 2021 - 10 h 27 min

      Puisque tu es en FRANCE sache qu il y a eu plus de 100 Marches en Algerie chaque vendredi sans une VITRE Brisé
      en FRANCE 99% des MARCHES autorisé finissent par de la casse

        BILAL
        24 mai 2021 - 11 h 23 min

        Je comprends parfaitement votre réponse. Vous avez entièrement raison et je salue le comportement exemplaire des Algériens, faisant l’admiration des pays du monde, Bravo. Mais, je pense qu’une manifestation doit être encadrée et autorisée comme partout dans le monde afin d’éviter le pire. Peut-être que pour le moment les manifestations en Algérie se déroulent sans dégâts, mais on n’est jamais à l’abri de provocateurs, d’infiltrés ou simples délinquants qui peuvent créer des incidents irréparables qui vont ternir l’image vertueuse du Hirak.

          Anonyme
          24 mai 2021 - 18 h 56 min

          Ces manifestations étaient pour beaucoup une soupape permettant de crier sa colère. Quand on ferme une soupape d’une cocotte minute, il se passera quoi??

      karimdz
      25 mai 2021 - 10 h 38 min

      C’est exact.

      Le peuple algérien n a pas encore acquis une véritable culture démocratique, mais il est sur le chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.