Les sept grands axes majeurs de la nouvelle politique étrangère de l’Algérie

RL plan d’action
Ramtane Lamamra. D. R.

Dans le sillage de l’adoption du plan d’action du gouvernement par le Conseil des ministres, le 30 août dernier, le président Tebboune a décidé d’ajuster et d’affuter les outils de la diplomatie algérienne pour l’engager résolument dans les nouvelles formes d’action modernes de la diplomatie mondiale telles qu’elles se déploient aujourd’hui au niveau des grandes puissances et des grandes organisations internationales, a-t-on appris de sources autorisées.

Dans le but de conférer à l’appareil diplomatique algérien la flexibilité, l’efficacité et la réactivité nécessaires devant permettre à notre pays de faire face aux multiples enjeux de l’heure, le Président a décidé la création de postes d’envoyés spéciaux chargés de conduire l’action internationale de l’Algérie sur sept axes d’efforts essentiels, reflétant ses intérêts et ses priorités, sous l’autorité directe du ministre des Affaires étrangères. Cet ajustement a vocation à renforcer la capacité d’interaction et d’influence de notre diplomatie et la démultiplication de la présence de l’Algérie et l’efficacité de son action sur les scènes régionales et internationale ainsi que sur les questions globales et transversales.

Le choix s’est porté sur des diplomates chevronnés ainsi que sur des responsables et experts de haut niveau pour occuper ces nouvelles fonctions.

Il s’agit d’Amar Belani, qui sera chargé de la question du Sahara Occidental et des pays du Maghreb ; d’Ahmed Benyamina, chargé des questions de sécurité internationale ; de Boudjemâa Delmi, chargé de questions africaines, en particulier de la géostratégie de l’espace sahélo-saharien et de la présidence du comité de suivi de l’application de l’Accord d’Alger sur la paix et la réconciliation au Mali. Il s’agit également de Taos Haddadi-Djellouli, chargée de la communauté nationale établie à l’étranger ; d’Abdelkrim Harchaoui, chargé de la diplomatie économique ; de Nor-Eddine Aouam, chargé des pays arabes, et de Leïla Zerrougui, chargée des grands partenariats internationaux.

Ces cadres supérieurs de la nation, qui sont tous de purs produits de l’Algérie indépendante, ont eu des parcours marqués du double sceau du patriotisme et du professionnalisme.

Amar Belani a occupé plusieurs postes d’ambassadeur dont le plus récent auprès du royaume de Belgique et auprès de l’Union européenne et de l’OTAN ; il a été également porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Ahmed Benyamina a également occupé plusieurs postes d’ambassadeur, successivement au Pakistan, en Grande-Bretagne, en Grèce et au royaume du Maroc.

Boudjemâa Delmi a exercé dans d’importantes capitales de la diplomatie multilatérale, notamment à Addis-Abeba, à Genève ainsi qu’à Tokyo.

Fille d’émigré, Taos Haddadi-Djellouli a été la cheffe de cabinet du secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale établie à l’étranger et elle a longtemps travaillé sur le dossier des relations algéro-françaises avant d’exercer en qualité d’ambassadrice d’Algérie en Roumanie.

Abdelkrim Harchaoui a exercé notamment les fonctions de ministre des Finances et de ministre du Commerce ; cadre de grande compétence, il est un parfait connaisseur des institutions économiques, financières et commerciales internationales.

Ancien secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Nor-Eddine Aouam est actuellement ambassadeur auprès de l’Allemagne. Il a été ambassadeur à Addis-Abeba auprès de l’Union africaine.

Leïla Zerrougui a accompli une longue carrière de fonctionnaire internationale qui a culminé avec sa nomination au poste de secrétaire générale adjointe des Nations unies et cheffe de la mission de stabilisation de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco). Sa carrière nationale dans la magistrature a fait la démonstration de qualités humaines et professionnelles de grande valeur.

Il s’agit, en l’occurrence, de cadres qui ont engrangé une vaste expérience qui devrait leur permettre d’accompagner utilement et collectivement le ministre des Affaires étrangères, notamment en matière d’analyse et d’anticipation dans la perspective tracée par le chef de l’Etat concernant une diplomatie réellement dynamique et proactive, qui puisse être en mesure de disposer de capacités d’initiative sur les grands dossiers régionaux et internationaux et de s’inscrire dans une logique d’influence pour conforter le rôle de l’Algérie en tant que puissance médiane productrice et exportatrice de paix, de stabilité et de sécurité.

Dans le cadre de cette reprise en main et dans le même esprit, le président de la République vient de prendre la décision de lancer un très vaste mouvement qui touchera plus de soixante-dix postes diplomatiques et consulaires. Ce véritable redéploiement diplomatique est marqué par la volonté du chef de l’Etat de mobiliser au bénéfice de la défense des intérêts de l’Algérie dans le monde l’expérience de nombreux cadres cumulant des décennies d’activités avec la promotion de nombreux jeunes diplomates, avec le souci de rehausser la représentation féminine.

Par ailleurs, et dans cette même logique de modernisation profonde de l’appareil diplomatique, de ses méthodes de travail et de sa nécessaire adaptation aux défis de l’heure, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a été chargé de préparer une grande conférence qui regroupera l’ensemble des chefs de postes diplomatiques et consulaires. Cette grande messe diplomatique qui participe de l’œuvre de rénovation des méthodes de travail apportera sa contribution à la modernisation de l’appareil diplomatique en tant que vecteur de paix, de sécurité et de développement. Elle consacrera également notre attachement viscéral à notre communauté nationale à l’étranger en tant qu’avant-garde de la nation sur l’arène mondiale au service des intérêts stratégiques de l’Algérie.

Un autre axe majeur qui retient toute l’attention des décideurs concerne la nécessaire réactivation de la direction générale de la veille stratégique, de l’anticipation et de la gestion des crises, en tant qu’outil important de la diplomatie moderne. Dans un contexte de défis multiples et variés (Covid, incendies meurtriers, conflit du Sahara Occidental, tensions régionales autour du Mali et de la Libye, etc.), cette structure importante du ministère doit être pleinement opérationnalisée pour anticiper les actions hostiles et les campagnes malveillantes de désinformation dirigées contre l’Algérie.

La mobilisation optimale de la diplomatie algérienne, dans cette conjoncture en particulier, viendra tout naturellement en accompagnement du secteur stratégique de la défense nationale dans l’œuvre de consolidation du rempart de l’intégrité territoriale, de l’indépendance, de la souveraineté et de l’unité nationales de notre pays.

«Plus que jamais, défense et diplomatie algériennes porteront haut l’étendard de la souveraineté, de l’indépendance nationale et de l’intégrité territoriale de l’Algérie pour honorer le sacrifice des valeureux martyrs en restant fidèles au message du 1er Novembre 1954», note notre source.

A. B.

Comment (32)

    benchikh
    10 septembre 2021 - 22 h 05 min

    Mais dans la réalité c’est une autre chose ,on ne peut pas bâtir un plafond sans une fondation solide(la phase la plus compliqué et la plus difficile) ,ca veut dire on construit une diplomatie (politique extérieure) « fantastique » qui ne reflète pas la réalité d’une politique intérieure pauvre ,je me demande à quoi on joue ?? et avec qui?? En réalité, il fallait créer des principes et des valeurs intérieurs solides qui dérivent d’une société solide, mais tous ça n’a pas été faite à quoi ça sert de mentir.

    Salim31
    7 septembre 2021 - 1 h 08 min

    J aurais voulu qu ils mette un chapitre de la securite et la traque internationale des trafiquants de migrants et l obligation des pays europeen et africain de finance la lutte contre l immigration clandestine qui commence a serieusement menace notre pays ,
    Sans rapelle que pour tous les pays du monde la lutte contre les flux migratoire est la priorite des priorite en diplomatie , la diplomatie a la samataine pour les autres alors que les effort de l etat doivent servir l algerien sa securite ses interet c est tout

    Souad
    6 septembre 2021 - 2 h 25 min

    Je dirais même que c’est un vrai commando qui fera une onde de choc ⚡️. Y’a du boulot qui vous attend. C’est pas une mince besogne ce sont des années de crasses à racler.

      @Souad
      7 septembre 2021 - 19 h 46 min

      Waoo,un véritable commando de choc.Un responsable brillant ne s’entourera que de collaborateurs brillants.
      Les autres ministères stratégiques (energie,industrie ,commerce,éducation..) doivent suivre l’exemple.En tout cas ça fait chaud au coeur.

    Anonyme
    6 septembre 2021 - 0 h 55 min

    Les cartes changent.
    Dans pas plus dès quatre ans qui vont suivre, la Syrie va avoir la paix (peut-être réconciliation) par la France (et par ricochet l’UE), Total signe un contrat de 27 milliards de dollars avec l’Irak pour entre autres le gaz, il faudra bien faire passer ce gaz (Irak, Syrie, Liban, Méditerranée).
    La question est.
    Est-ce que l’entité sioniste laissera faire? et si oui, qu’elle sera le deal?..

      Anonyme
      6 septembre 2021 - 18 h 14 min

      On ne peut parler de l’Algérie sans que quelqu’un y mette de la sauce orientale. Pensez Algérie, respirez Algérie, Agissez Algérie, Ecrivez Algérie. L’école taleb ibrahimi vous a bouffé la cervelle.

        Anonyme
        7 septembre 2021 - 0 h 06 min

        @ Anonyme
        6 septembre 2021 – 18 h 14 min :
        Il faut être au plus près de ce qui se voit loin.
        Le deal pourrait être la narco-monarchie ou ce qui pourrait atteindre l’Algérie.
        Concernant l’école de qui est de quoi, intellectuel ne veut pas dire intelligent et encore moins sensé.
        تحيا الجزائر دائماً و أبدا

    Anonyme
    5 septembre 2021 - 18 h 46 min

    @ LA DIPLOMATIE EXPLIQUÉE AUX ALGÉRIENS
    5 septembre 2021 – 14 h 13 min
    C est le langage diplomatique…notre pays a une autre signification interieure…ne te casse pas la tete,il faut savoir lire entre les lignes…Ramtane Lamamra est au volan de la diplomatie Algerienne…Notre pays est enfin entre de tres bonnes mains..et avec toutes les reformes constitutionnelles actuelles et a venir l Algerie evolue vers de tres solides bases modernes et futuristes….Nos jeunes elites encadrees par nos experts experimentes sont au travail…Un changement profond est en cour…laissons les travailler…Nous restons tres optimistes pour l avenir de nos enfants….et pour les freres marocains qui finiront par nous debarrasser de cette narco-monarchie corrompue jusqu a la moelle…

    Mohamed El Maadi
    5 septembre 2021 - 18 h 09 min

    Un saut qualitatif dans cette administration qui a passer son temps a dormir alors que le pays vidait de son sang .
    Il faudra un peu de temps pour que la machine donne son plein regime si tout cela est articulé et intelligemment pensée .
    Cela concernant le volet extérieur de notre diplomatie.
    Mais il manque quelque chose et cela doit être traité dans un cadre de sécurité nationale et d’anticipation de la menace .
    Le sujet est celui ci qu’en sera t il des Marocains sans papiers ? Pouvons nous sur cette question être d’une naïveté abrutissante et miellement hypocrite !
    Il existe un danger même minime que ces Marocains sans papiers je le souligne soit manipuler voir pose des problèmes d’ordre sécuritaire ceci dans un scénario conçus par les services secrets Marocains.
    Je ne pouvez pas prendre cette question à la légère.
    Vous ne pouvez pas parce que cela vous chagrine ou autre considération imbéciles d’ordre humanitariste vous défaire de ce problème sécuritaire .
    Les mesures doivent etre prise et cela rentre dans une politique logique .
    Tout pays a devoir de contrôler sur son territoire des éléments dont on connait très peu les motivations !
    D’autre diront  » Ils sont là pour le travaille  » certainement mais d’autres peuvent être la pour des raisons de stratégie politiques .
    Vous ne pouvez pas et n’avez pas le droit , je m’entend un droit de négliger la sécurité nationale pour des convictions d’ordre presque freriste du moins dans le symbole.
    AP devait communiquer sur cette aspect de la question et également peut-être prendre part avec nous et toujours dans un soucis national position ..
    L’intérêt national prime sur tout autre considération.
    Pour ma part c’est cette vison de l’intérêt national qui me pousse à prendre positions et demander que tout Marocains résidant sur le territoire national sans aucun document administratif qui pourrait agréer sa présence dans notre pays soit reconduit à la frontière .

    Touhami
    5 septembre 2021 - 14 h 57 min

    Quelques pèlerins, marqués du sceau de la lâcheté et se prétendant « intellectuels » de la société civile, auraient alerté le pouvoir algérien, lui demandant de revenir sur ces décisions de rupture diplomatique avec les autorités marocaines et de revenir à une situation « normale ». Quelle lâcheté !

    Qu’attendent ces prétendus intellos ? Que le pouvoir marocain parvienne, aidé de ses acolytes sionistes, à déstabiliser le pays de l’intérieur ; que ce même pouvoir satanique en place continue sa politique agressive et menaçante envers l’Algérie ; qu’il continue d’espionner et de collaborer avec des pays occidentaux hostiles au pays ; qu’il introduise à nos frontières un régime sioniste dont le seul et unique objectif à terme est de diviser et de détruire les pays arabes ?

    Nous demandons et exigeons du pouvoir algérien qu’il reste ferme, intraitable, intransigeant et qu’il ne fasse aucune concession à ce régime marocain constitué de félons corrompus et indigne du peuple marocain (que nous respectons), et surtout ne jamais tourner le dos à ces traîtres.

    Selecto
    5 septembre 2021 - 14 h 41 min

    Avec Bellani et Lamamra comme ça le Maroc aura deux bêtes noires au MAE.

    Elephant Man
    5 septembre 2021 - 14 h 26 min

    Perfect !
    Sans omettre Mme Taos Haddadi-Djellouli le nettoyage au kärcher des consulats en France et mosquée de Paris infiltrés de harkis et naturalisés makhnazis en service commandé cf. @Selecto et ses commentaires plus que perspicaces sur le sujet.
    Encore une ÉNIÈME fois que l’État Algérien cesse définitivement de financer l’IMA qui ne fait exclusivement j’insiste exclusivement la promotion de la narco-terroriste-monarchie et boycotte tout ce qui est Algérie et RASD.

    LA DIPLOMATIE EXPLIQUÉE AUX ALGÉRIENS
    5 septembre 2021 - 14 h 13 min

    Gallek « l’Algérie en tant que puissance médiane productrice et exportatrice de paix, de stabilité et de sécurité. »!!!… il n’est fait mention nulle part dans cet article de « défendre les intérêts de l’Algérie » qui doit être normalement la première préoccupation de la diplomatie Algérienne. Et c’est bien là le problème! On a beau changer les personnes ou renforcer les équipes, tant qu’on n’a pas choisi la bonne doctrine, rien ne changera et on continuera à nous ridiculiser.
    À titre de comparaison, lors du discours qui suivi la débâcle des usa en Afghanistan, Bidon a prononcé l’expression « intérêts américains » 5 ou 6 fois, ceci en moins de 18 minutes de discours
    Tout est à revoir et de façon radicale!
    La diplomatie, ce n’est pas l’altruisme ni la philanthropie ni la volonté obsessionnelle de plaire aux autres.
    La diplomatie, c’est avant tout défendre les intérêts de la Nation Algérienne, sans se soucier de plaire à qui que ce soit et sans chercher à prouver quoi que ce soit.
    La diplomatie, c’est la lois du plus fort, et non du plus « gentil »
    La doctrine de la diplomation Algérienne est basée, non pas sur la défense des intérêts Algériens, mais sur une volonté larbiniste de plaire aux autres!!
    Les choses ont toujours fonctionné ainsi dans la diplomatie Algérienne.
    Il est temps que cela change!
    Les vieux slogans creux tels que « soutenir les causes justes », « résoudre les conflits », « appeler au dialogue interne », « s’opposer à l’ingérence externe »…. sont à proscrire,… car c’est le langage des faibles et des hypocrites.
    Halte au larbinisme et à la tentation de plaire aux autres !
    Seule l’Algérie compte. Seuls nos intérêts PROPRES méritent d’être défendus. Pas besoin de plaire. Pas besoin d’être gentil!
    Parler de la diplomatie Algérienne me fait toujours penser à Mohamed Seddik Benyahia.
    2 hauts responsables tués en Irak, l’un est Algérien (Mohamed Seddik Benyahia), l’autre est iranien (général Souleimani). 2 morts qui n’ont pas les mêmes causes ni les mêmes conséquences !
    L’iranien est mort en défendant les intérêts de son pays, a eu droit à des funérailles nationales et même à un semblant de vengeance
    L’Algérien, lui, est mort dans l’indifférence générale. Une mort pour une cause qui n’est pas l’Algérie, sans funérailles nationales sans vengeance sans rien du tout !

      Anonyme
      5 septembre 2021 - 17 h 10 min

      Excellent!!👏👏

      Iznogood
      5 septembre 2021 - 20 h 53 min

      Très bien dit.
      Quel est l’objectif de ce redéploiement ?
      Que cherche t on a obtenir?

      Anonyme
      6 septembre 2021 - 9 h 57 min

      Non, ce n´est soit etre pour les seuls interets de l´Algérie, soit plaire aux autres (meme les USA ne le font pas)
      C´est plutot l´un et l´autre et meme, l´un à travers l´autre.

      La sympathie du plus grand nombre d´états et aussi dans
      l´interet de l´Algérie.

      C´est comme jouer au jeu d´echec, on sacrifie pour finalement gagner la partie.

    Kahina-DZ
    5 septembre 2021 - 14 h 06 min

    Le patriotisme est le mot magique à tous les niveaux.
    Il faut aimer sa patrie, pour pouvoir la servir.

    Surfer d'argent
    5 septembre 2021 - 13 h 33 min

    Nous devons absolument renforcer nos agents de toute catégorie dans la politique étrangère de l’Algérie et d’identifier, détruire tout ceux qui ce liguent contre nous. A l’inverse, nous avons cas nous isoler encore plus par nous même et nous garderont toutes nos richesses rien que pour nous, tout comme notre eau sous notre sahara disponible pour plus de 300 ans ( qui sera source d’un prochain conflit dans le monde), en y construisant nous tous (c’est possible) la grande muraille d’Alger autour de nos frontières !

    Wait & See
    5 septembre 2021 - 12 h 21 min

    Apres une décennie rouge et 20 ans de règne catastrophisue de notre canasson national, nous avons perdu beaucoup de terrain voir reculé. En Algerie on adore faire des bandes annonces avec des plans pour faire le buzz sans jamais de mettre des objectifs chiffrés, mesures des résultats et des actions correctives ou d’amélioration. On est toujours dans la politique du verbale alors j’attend de voir si concrètement, il y a des résultats même si j’avoue que le plan du Preisident et de Lamamra semble séduire. Il est temps de se réveiller tellement j’en ai mal à mon Algerie! Il nous faut des guerriers en diplomatie avec des connaissances géo politique, économique, sécuritaire, culturelle, cultuelle qui savant vendre , « marketer » la marque Algerie avec des qualités de bons négociateurs et vendeurs dotés de patriotisme et de l’Amour du pays. Voilà… le VRAI CHALLENGE pour nos diplomates. Bon courage à eux et les vœux de réussites !!!

    babar
    5 septembre 2021 - 12 h 20 min

    Sa fait plaisir
    au travail nos élites et ne rien lâché
    vive ALGÉRIE vive nos DIRIGEANTS vive le PEUPLE
    la diaspora à nous aussi de travailler pour nôtres patrie et faire un contre feu sur les propagande des esclaves en
    détruisant tous leur mensonge et retourner les français de souche contre eux et leurs drogue
    ne pas acheter chez eux /boucherie/ épicerie/coiffeur /et leur mosquée.
    nos enfants ne doivent pas marché avec les leur brefs les isolé aller au travail
    Frère et soeurs

    Algérien et patriote
    5 septembre 2021 - 11 h 21 min

    Qu’ils soient diplomates chevronnés ou simples citoyens, qu’ont n’oublient pas tous ceux qui sont morts pour nôtre liberté, tout les sacrifices qu’ils ont enduré, cela beaucoup de personnes l’ont oublié malheureusement. Ont à perdu trop de temps, il va falloir mettre les bouchées doubles, au boulot, au boulot Messieurs…

    Anonyme
    5 septembre 2021 - 10 h 09 min

    Les Ambassadeurs d’Algérie n’ont à se justifier à propos des relations coupées avec le marrok. C’est une décision souveraine responsable et incontournable et irréversible.

      Elephant Man
      5 septembre 2021 - 14 h 22 min

      @Anonyme
      Exactement, d’ailleurs je doute qu’ils en aient l’intention.

    Un passant
    5 septembre 2021 - 9 h 56 min

    Preuve que la famille royale, famille de juifs, est derrière le trafic de drogue
    Un ancien gendarme marocain, qui a quitté le Maroc pour s’installer aux Usa, raconte sur le trafic de dogue.

    «Au sujet du trafic du haschich, je parle des grands trafiquants qui agissent au niveau international et livrent la drogue à l’Europe et à l’Amérique Latine, qui échangent le haschich contre la cocaïne et qui manipulent des grosses sommes de devises . Ils sont intouchables parce qu’ils travaillent tous pour le palais, et ils n’hésitent pas à le dire. La tante décédée de Mohammed VI avait un palais à Tanger où elle avait un parc pour les zodiacs qui transportent le haschich vers l’Europe », a-t-il ajouté.

    Pour lui, « la seule solution pour mettre fin aux injustices au Maroc c’est présenter le dictateur Mohammed VI devant la justice parce que c’est lui le seul coupable de tout ce qui se passe dans ce pays. Une réalité qu’il tente de cacher en pointant du doigt le gouvernement sous prétexte que le peuple marocain l’a élu, alors que tout le monde sait que les élections au Maroc ne sont qu’une mascarade où la mafia fait ce qu’il lui plaît ».

    Anonyme
    5 septembre 2021 - 9 h 52 min

    Il est plus que temps d’essayer de colmater les brèches béantes causées par le règne calamiteux de Bouteflika durant lequel notre ennemi a investi dans les nouvelles technologies de la communication avec l’internet, pendant que Houda tapait dans la caisse et notre jeunesse utilisait cet internet exclusivement pour Facebook et la « drague! ». Sans parler de toute la nuée d’hommes et de femmes courtisan(e)s d’un autre âge, de niveau « ardoise » dans toutes les langues en occupant des postes stratégiques : Saidani, Ould Abbès, Bouchouareb…et le pompon avec SELLAL.

    Anonyme
    5 septembre 2021 - 9 h 32 min

    Excellente nouvelle!! J espère que la compétence primera sur le copinage dans tous les domaines…
    L Algérie a subi un long processus de destruction durant ces 30 dernières années,elle se relèvera grâce à ses enfants fiers et compétents,je l espère.

    Salim Samai
    5 septembre 2021 - 9 h 11 min

    Puissent ces diplomates s´inspirer NON PAS de Machiavelli ou du Cinema/P.R/ »Honest Broker » de Kissinger mais d´Oman qui symbolise l´ART de la DIPLOMATIE!
    Si la Suisse & la Suede disaient « Et nous? », je repondrais: « Vous n´etes pas entourés de Fous & Voyous! »

      Elephant Man
      5 septembre 2021 - 14 h 20 min

      @Salim Samai
      Oman sérieux….le sultanat qui a reçu dès 2018 Netanyahou en vu des normalisations soi-disant officieuses….
      L’Algérie n’a à s’inspirer de qui que ce soit piur quoi que ce soit son Histoire parle d’elle-même quant à sa diplomatie et sa compétence internationale elle n’est pas non plus à démontrer.

    Iznogood
    5 septembre 2021 - 8 h 45 min

    Bien en ce qui concerne la définition (ou la redéfinition) de notre politique étrangère et de sa mise en œuvre.
    Il faut engager le même travail sur l’economie, la santé, l’education etc…sans cela c’est la régression assurée .
    Notre développement est un levier majeur sur lequel pourra s’appuyer notre diplomatie…
    Nous avons des experts en Algérie et au sein de la diaspora qui ne demandent qu’a travailler pour le développement du pays.
    Quant à l’arret de la corruption, qui n’est pas propre à l’Algerie…..

      Souad
      5 septembre 2021 - 15 h 47 min

      Si lamamra approuve ces nominations, je ne peux que leur souhaiter une bonne coopération . J’ai confiance.

    Abou Stroff
    5 septembre 2021 - 7 h 09 min

    « Les sept axes majeurs de la nouvelle politique étrangère de l’Algérie » titre M. K..
    j’espère que la nomination « des diplomates chevronnés ainsi que sur des responsables et experts de haut niveau.. » mentionnés sera suivie par la mise en place que « think-tanks » composés d’universitaires et de compétences dans des domaines variés et qui auront la noble tâche d’analyser les choses et les phénomènes et de proposer aux décideurs les options à prendre en compte en fonction des intérêts de l’Algérie, en tant qu’Etat et Nation.
    en effet, pour que la sentence: «Plus que jamais, défense et diplomatie algériennes porteront haut l’étendard de la souveraineté, de l’indépendance nationale et de l’intégrité territoriale de l’Algérie pour honorer le sacrifice des valeureux martyrs en restant fidèles au message du 1er Novembre 1954», prenne tout son sens, le ministère des affaires étrangères ne doit plus servir à caser des incompétents (voir les fils ou filles de f’len et de felten au niveau des ambassades et des consulats) notoirement connus pour qu’ils ramassent des devises au frais de la princesse ou à offrir une retraite dorée à des abrutis reconnus comme tels, pour services rendus à un ou des membres d’une quelconque « 3issaba ».

      benchikh
      11 septembre 2021 - 9 h 11 min

      ça ne date pas d’aujourd’hui ces devises pompeuses ,mais dans la réalité rien n’a été réalisé que du vent!!! et la dégradation d’une nation. Ils nous on promis d’ouvrir les frontières avec l’Afrique(d’échanges commerciaux et la grande porte et aujourd’hui notre président nous parle du terrorisme en Afrique??!! ) la Libye(l’échanges les productions pharmaceutiques), le Maroc ,la Mauritanie ?? on aura encore du blocage genre « Aviculture ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.