La thèse de Khaled Boulaziz conforte la théorie diasporique de l’homogénéité ethnique des «juifs»

Israël Boulaziz
Des «citoyens israéliens» d’origine algérienne existeraient. D. R.

Une contribution de Khider Mesloub – Dans la contribution rédigée par Khaled Boulaziz, «Le mensonge des tribus berbères judaïsées», publiée dans Algeriepatriotique le 1er novembre 2022, l’auteur affirme qu’il n’a jamais existé de tribus berbères judaïsées d’Afrique du Nord. «Ces afféteries ne tiennent pas», assène-t-il. «Juste avant l’arrivée de l’islam, les Berbères du Maghreb oriental et occidental professaient la religion chrétienne», c’est-à-dire jamais la religion judaïque. «Les énoncés de la pseudo-théorie des judéo-berbères sont simplement insoutenables». (…). «Des élucubrations», estime-t-il.

Au-delà de l’approche dogmatique adoptée par l’auteur se pose la question du fond de la problématique soulevée. Non seulement l’auteur déforme l’histoire par son affirmation de l’inexistence de populations berbères de confession juive mais, conséquemment, il reprend à son compte la théorie diasporique de l’homogénéité ethnique des «juifs», qui propage le mythe selon lequel les juifs d’Afrique du Nord (comme tous les juifs du monde entier) sont les descendants directs du «peuple juif» exilé après la destruction du Second Temple de Jérusalem, en 70 après notre ère. En effet, selon les tenants de l’identité nationale ethnoreligieuse sioniste propagée notamment par les médias occidentaux, «les juifs constituent un peuple-race arraché à sa patrie antique et parti errer en terre étrangère». Pour les dirigeants et intellectuels sionistes, les juifs constituent un peuple à l’origine biologique homogène, descendants d’une source «ethnique» et territoriale unique. Or, il n’en est rien. Tous les historiens sérieux soulignent la diversité ethnique, culturelle et linguistique des adeptes de la religion judaïque, corolaire du prosélytisme longtemps en vigueur au sein de la communauté hébraïque.

Sur la problématique sioniste, qui mieux que le grand historien Shlomo Sand, dans le sillage des chercheurs post-sionistes, a su démystifier l’idéologie fondatrice de l’Etat d’Israël, le sionisme, et démythifier le dogme de l’existence du peuple juif. Par sa seule force intellectuelle subversive, sa puissante maîtrise de l’historiographie universelle, il a su, contre les vents de la corporation universitaire israélienne et contre les marées de la société civile judaïque, déconstruire scientifiquement les mythes qui peuplent l’imaginaire juif et sioniste. Aussi, c’est sous l’autorité de cet historien antisioniste que je rédige mon texte, en guise de droit de réponse à l’article de Khaled Boulaziz.

La thèse centrale de Shlomo Sand est connue : il n’existe pas de peuple juif. Selon lui, l’histoire selon laquelle les juifs forment un peuple uni par une même origine, possédant une histoire commune remontant aux temps bibliques est un mythe élaboré par les sionistes au tournant des XIXe et XXe siècles. En réalité, le judaïsme «antique», tout comme l’islam plus tard, a triomphé grâce aux conversions, parfois de tribus ou clans entiers.

Au reste, contrairement à l’affirmation de Khaled Boulaziz selon laquelle «le judaïsme en tant que religion a banni le prosélytisme, se considérant comme la propriété des juifs, transmis par parenté», ce basculement religieux historique intervient tardivement, vers le IVe siècle, avec le triomphe du christianisme. Pourchassé et banni par l’Eglise chrétienne, le judaïsme est acculé «au repli sur soi et à l’abandon du zèle missionnaire». Sinon, longtemps, durant toute l’époque antique, les juifs se sont adonnés au prosélytisme. Par ailleurs, la transmission matrilinéaire du judaïsme est une règle instituée à une époque tardive : elle est imposée par l’interdiction des mariages mixtes décrétée par la Rome chrétienne. Donc, la conversion au judaïsme fut longtemps admise.

Historiquement, l’expansion du judaïsme en Afrique du Nord s’explique par l’implantation de la dynamique population commerciale d’origine phénicienne, c’est-à-dire punique, depuis longtemps convertie. Selon les sources historiques, la dynastie des empereurs Sévère, originaire d’Afrique du Nord, aurait également favorisé la conversion des populations berbères au judaïsme. Le Maghreb est devenu la région du prosélytisme juif par excellence. Ainsi, pendant des siècles, l’Afrique du Nord fut peuplée de tribus juives. Comme le souligne du reste Ibn Khaldoun, dans son ouvrage Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale : «Une partie des Berbères professait le judaïsme, religion qu’ils avaient reçue de leurs puissants voisins, les Israélites de la Syrie. Parmi les Berbères juifs, on distinguait les Djeraoua, tribu qui habitait l’Aurès et à laquelle appartenait la Kahena, femme qui fut tuée par les Arabes à l’époque des premières invasions. Les autres tribus juives étaient les Nefouça, Berbères de l’Ifriqiya, les Fendelaoua, les Medìouna, les Behloula, les Ghiatha, les Fazaz, Berbères du Maghreb Al-Aqsa. Idris Ier, descendant d’El-Hacen, étant arrivé en Maghreb, fit disparaître de ce pays jusqu’aux dernières traces des religions et mit un terme à l’indépendance de ces tribus.»

Paradoxalement, ce sont les mêmes pseudo-historiens qui affirment l’inexistence de tribus berbères converties au judaïsme, expliquant, conformément à la théorie diasporique sioniste fondée sur les idéologies ethnobiologiques et ethnoreligieuses, que les juifs d’Afrique du Nord proviennent de la Judée, qui, pour dénier l’existence du peuple juif, défendent la thèse de la conversion massive des Khazars au judaïsme, d’où sont issus les Ashkénazes.

Les juifs maghrébins seraient donc de matrice exogène (des exilés). Mais les juifs européens seraient de matrice endogène (des autochtones turcophones issus des steppes d’Asie centrale). Dans le cas des juifs d’Afrique du Nord, selon cette thèse essentialiste défendue également par le sionisme, l’ascendance génétique prime la conversion. Dans le cas des juifs ashkénazes, c’est la thèse, récusée par les sionistes, de la conversion qui primerait.

Autrement dit, en suivant la thèse de Khaled Boulaziz, également défendue par les sionistes tenants de l’identité nationale ethnobiologique et ethnoreligieuse, seuls l’exil et l’expulsion peuvent expliquer la présence juive au Maghreb. Les juifs d’Afrique du Nord ne sont pas des berbères mais des juifs descendants directs de la Judée. Cela conforte la thèse sioniste de la pureté raciale juive issue de la Judée.

Globalement, autant le sioniste, au nom de sa conception racialiste (fondée sur la primauté du sang et la pureté ethnique), répugne à admettre ses origines ethniques étrangères (notamment berbères), autant la thèse défendue par Khaled Boulaziz, curieusement en congruence avec la conception islamiste contemporaine teintée d’antijudaïsme primaire très répandue dans le monde musulman, répugne à reconnaître l’attribut juif des Berbères de l’Antiquité. La thèse de Khaled Boulaziz est donc du pain béni pour l’idéologie sioniste qui, au nom de leur théorie diasporique, nie toute conversion des autres peuples (khazars, berbères) au judaïsme. Aussi peuvent-ils soutenir que tous les juifs contemporains descendent directement de la Judée, selon leur terminologie. De ce fait, leur «foyer national naturel» est Israël, qu’ils doivent sinon repeupler, au moins soutenir.

Pour revenir à la thèse défendue par Khaled Boulaziz, selon laquelle il n’existe pas de tribus berbères judaïsées, elle est totalement fantaisiste. Prenons l’exemple des juifs désignés sous le nom de Séfarades. Hormis les sionistes tenants de la pureté raciale des juifs d’Afrique du Nord, et les islamistes négateurs de la matrice berbère et judaïque du Maghreb, tous les historiens objectifs et sérieux admettent l’ascendance berbère et arabe des Séfarades.

Ainsi, selon les travaux de Paul Wexler, chercheur à l’université de Tel-Aviv, consacrés à l’histoire des juifs d’Espagne, l’origine non ethniquement juive des juifs séfarades est manifeste. Selon ce linguiste israélien, les juifs séfarades seraient les descendants en premier lieu des Berbères, des Arabes et d’Européens convertis au judaïsme. Certes, ces différentes communautés comptaient en leur sein des Judéens, c’est-à-dire des juifs exilés originaires de la Judée, mais en très faible proportion. Selon les conclusions de Paul Wexler, les juifs d’Espagne, aux origines «ethniques» hétérogènes, contiennent très peu d’éléments judéens. Cette thèse audacieuse démystifie et déconstruit l’idéologie sioniste qui postule la pureté raciale des juifs issus directement de la Judée.

Par ailleurs, il est important de rappeler qu’au lendemain de la conquête arabe au début du VIIIe siècle, ces «juifs patchwork» essaiment en Europe, notamment en Espagne, depuis l’Afrique du Nord. De même, il est utile de rappeler que Tariq Ibn Ziyad, chef militaire suprême et premier gouverneur de l’Espagne musulmane, était un Berbère originaire de la tribu judaïsée des Nefouça. Il débarque en Espagne à la tête d’une armée de sept mille soldats, rapidement accrue à vingt-cinq mille hommes, recrutés parmi les populations locales, pour certaines à peine islamisées, d’autres depuis longtemps judaïsées.

La symbiose entre juifs et musulmans espagnols, à l’origine du développement extraordinaire de la civilisation musulmane ibérique, ne s’explique pas autrement que par leur parenté berbère. Les juifs et les musulmans espagnols appartenaient au même rameau berbère. Ils parlaient la même langue. Ils avaient la même culture. Longtemps, au sein de la même tribu, voire famille, certains se convertiront à l’islam, d’autres conserveront leur religion judaïque. On peut affirmer que les musulmans et les juifs espagnols formaient un même «peuple», partageant la même culture «arabo-berbère juive». Mieux : longtemps, juifs et musulmans ont partagé les mêmes pèlerinages communs vers des tombeaux de saints, notamment au sud du Maroc et dans l’Ouest algérien.

Ainsi, des siècles durant, les populations d’Afrique du Nord de confession judaïque et musulmane vivront dans la fraternité, en symbiose. Comme dans la péninsule ibérique, le judaïsme s’épanouit en Afrique du Nord. Au reste, l’islam n’a jamais considéré les juifs comme une menace politique.

Le basculement date de la colonisation française avec le «schisme national», inoculé par la France coloniale. En effet, c’est la colonisation française qui, sur le fondement de la devise «diviser pour mieux régner», séparera les juifs du peuple algérien. Le Décret Crémieux de 1870 constitue la première fracture entre juifs et musulmans algériens.

Fondamentalement, il existe deux grilles de lecture de la «question juive» contemporaine. D’une part, la lecture sioniste qui affirme, comme on l’a analysé plus haut, l’existence de la «race juive» qui se confond avec la judaïté.

D’autre part, la lecture antisioniste pour qui il n’existe pas de peuple juif, car le judaïsme n’est pas une ethno-religion, mais une religion comme les deux autres monothéismes. Ainsi, la prétention des sionistes à faire peuple est inauthentique, juridiquement inacceptable et condamnable. Quoi qu’il en soit, la création d’Israël est une entreprise coloniale, construite sur cette fallacieuse notion de «peuple juif» inventé par le sionisme.

En conclusion, la décision révolutionnaire que pourrait prendre l’Algérie, en guise de soutien au peuple palestinien, pour torpiller l’idéologie criminelle sioniste, faire imploser de l’intérieur la «nation» factice israélienne, est d’affirmer le substrat algérien des «citoyens israéliens» d’origine algérienne, dévoyés par le sionisme.

Et, pour les arracher à cette «prison des peuples» raciste, les libérer du sionisme mortifère, il faut les inviter à regagner leur mère patrie, après avoir consenti à rompre avec le sionisme, c’est-à-dire Israël. Ils bénéficieront de facto de la nationalité algérienne.

K. M.

Comment (45)

    Cirta25
    6 novembre 2022 - 12 h 32 min

    A l’évidence, il y a mille manières de faire, de défaire et de refaire l’histoire. De ce qui, au départ, n’était qu’un point de vue, une opinion (peut-il en être autrement), chacun voudra, à sa guise, puiser, raconter sa théorie, sa « belle histoire ». Car au fond, toutes ces belles théories ne sont rien d’autres que des histoires. Il y a même ceux qui avaient prédit la fin de l’histoire (après la chute du mur de Berlin). Force est de reconnaître qu’en fait l’histoire est plutôt sans fin. Car sinon comment peut-on lire, comprendre, analyser et interpréter l’histoire sans être soi-même inscrit dans l’actualité de sa propre histoire, celle d’aujourd’hui. Hier, ne nous étions pas . Celle de demain a déjà relaté par les prophètes, l’apocalypse, de la fin des temps, de l’histoire (tient, tient). Aujourd’hui, il n y a plus que des prophéties sans prophètes, sans calendrier pour structurer ses propres angoisses, celles du retour des juifs d’Algérie dans leur bercail. Bien-sûr, on évitera, autant que possible, de projeter le désarroi du destin arabique en Afrique du Nord. Il y a des histoires, qui se racontent et des histoires, qui ne se racontent pas. Et, parmi toutes ces histoires, il y a celle du mimétisme islamiste, qui se confond à l’identique avec celui des hébreux. On veut bien vous raconter la même histoire, exactement la même, tout en essayant d’exister par soi-même comme quelqu’un d’autre mais qui vous raconte la même histoire. Comment advenir dans la parole de l’autre sans être taxer de plagiat et surtout, ne pas devoir payer les droits d’auteur. Alors, on fait comme si. Comme si l’histoire était ‘histoire de chacun et pas celle de l’autre. Monsieur Khaled Boulaziz a fait sienne les thèses du sionisme pour défendre la pureté (sous-entendu, la sainteté) des arabo-islamistes en Afrique du Nord. Il se devait d’en exclure les tribus juives berbères, de les renvoyer à leur identité originelle pour sauver l’Algérie d’un potentiel retour du refoulé. Il lui faudra néanmoins raconter cette version de l’histoire aux palestiniens. Car la dénomination « Palestine » appartenait déjà à l’histoire des hébreux bien avant l’avènement des musulmans en « terre sainte » et où la charité chrétienne avait déjà accompli son œuvre depuis plus de 700 ans bien après l’inaugural hébraïque du monothéisme. Monsieur Boulaziz réclame sa part de vérité dans l’actualité d’un récit très ancien. Comment aliéner l’identité berbère au discours arabo-islamiste lorsque l’angoisse de la fin des temps dans toute sa violence mortifère pointe aux frontières du pays ? Dans ces moments troubles, chacun peut s’identifier par l’exclusion de l’autre, de l’autre soi-même, cet épouvantail « berbère » judaïsé, christianisé, islamisé, socialisé, arabisé, libéralisé. La liberté, c’est la seule identité que relatent les berbères depuis la nuit des temps. Celle des héros, qui ont encore une fois supplanté l’apocalypse prophétique pour qu’en 1962, l’Algérie renouvelle son contrat d’indépendance et de souveraineté. Il y a des histoires, qui font peur. …

      Lounis
      6 novembre 2022 - 20 h 35 min

      Quand l’histoire et la science confortent le religieux et certaines traditions orales rapportées par les populations juives en question, les thèses farfelues comme la non-existence d’une homogénéité du peuple juif n’ont plus raison d’être.
      On ne combat pas une idéologie aussi criminelle soit-elle que le sionisme en avançant des contre-vérités ou des points de vue hasardeux.

    Hocine-Nasser Bouabsa
    6 novembre 2022 - 12 h 24 min

    MEA CULPA. Et je m’excuse auprès des lecteurs d’AP.
    En effet, j’ai lu la contribution de Khider Mesloub inclus l’avant-dernier paragraphe.
    Mais ma lecture fut interrompue par la sonnerie d’un appel téléphonique important. Après, j’ai oublié de continuer pour lire le dernier paragraphe, dont le message pour les Algériens n’est pas seulement explosif, mais aussi provocateur et impertinent, et à qui je répondrai par une article que je demanderai à AP de publier.

    Merci de placer mes commentaires relatifs à cette contribution dans le contexte que je viens d’expliquer.

      E.T Téléphone Maison 🛸👽☎️
      7 novembre 2022 - 10 h 45 min

      @Hocine-Nasser Bouabsa. Le coup de l’appel téléphonique qui interrompt votre lecture de l’article, j’adore ! ☎️😂 Allô ! Non mais, allô quoi ! Le coup du « je me suis trompette, c’est pas ma faute » est juste magnifique. Ne changez rien svp. 🎺🤣🤣🤣

      Je vous souhaite une belle journée.

    Même concernant le cas de la reine berbère Dihia (surnommée Kahina), les historiens actuels admettent qu’elle était chrétienne, contrairement à une tradition qui la dit juive, tradition reprise, entre autre, par Ibn Khaldoun et, plus tard, par de nombreux historiens coloniaux. Les sources anciennes livrent plusieurs indices qui suggèrent sa christianisation.

      Cirta25
      6 novembre 2022 - 14 h 06 min

      Elle pouvait aussi n’avoir jamais existé. La religion chrétienne fait partie intégrante de la tradition hébraïque. Des hébreux ont reconnu dans Jésus le Messie. Jésus, lui-même est né dans une famille de confession hébraïque. Il a grandi dans une société hébraïque et il est mort en tant que hébreux. Jésus n’a jamais connu de son vivant ni le nouveau testament ni la religion chrétien. Tout ça pour dire qu’il existe une lignée directe entre la tradition hébraïque et la religion chrétienne. Les apôtres, qui étaient les compagnons de Jésus étaient tous des hébreux. Ils ont témoigné de la parole de Jésus. L’occident, que l’on connaît aujourd’hui, s’est saisi de cette croyance pour défénir son identité gréco-romaine et judéo-chrétienne et se démarquer de l’islam et des musulmans. Pour l’essentiel, qu’elle soit de confession juive ou chrétienne ne change rien au décor de l’époque puisqu’elle a combattu les envahisseurs venus d’Arabie. Elle a été décapité et sa tête envoyé à Damas. Il serai temps que l’Algérie puisse rapatrier son crâne au même titre que ceux des résistants algériens.

        Anonyme
        6 novembre 2022 - 16 h 02 min

        Kahina jamais existé? Es tu un autre mercenaire des baathistes. A qui le tour? Massissinissa bien que tu portes le nom de sa capitale comme pseudo? Jughurta? Pourquoi pas Apulee ou St Augustain? Dihya, reine amazighe qui a donné du fil à retorde à ceux que tu representes a bel et bien existé malgré les fausses histoires toujours au détriment des amazighes que vous continuez à fabriquer chaque jour.

          Foued
          6 novembre 2022 - 17 h 22 min

          Par contre, Massissinissa n’a jamais existé contrairement à Massinissa, personnage qui fait parti de l’Histoire de la Numidie, nom antique de ce qui allait devenir l’Algérie. ✌🇩🇿

          P.S : zimzimdin zimdan est maroqui contrairement à Zinedine Zidane qui lui est bien berbère et algérien. 😏😉

          Cirta25
          6 novembre 2022 - 18 h 10 min

          « Elle pouvait aussi n’avoir jamais existé. » ne veut pas dire que la Kahina n’a jamais existé. Il faut lire mon post jusqu’à la fin.  » Pour l’essentiel, qu’elle soit de confession juive ou chrétienne ne change rien au décor de l’époque puisqu’elle a combattu les envahisseurs venus d’Arabie. Elle a été décapité et sa tête envoyé à Damas. Il serai temps que l’Algérie puisse rapatrier son crâne au même titre que ceux des résistants algériens. »

        Tin-Hinane
        12 novembre 2022 - 12 h 47 min

        @cirta25. La religion chrétienne est née en opposition à la religion juive. Jésus était juif certes mais il s’est élevé contre la religion juive qu’il trouvait un peu trop attachée au veau d’or. Il est mort sur La Croix non pas en tant que juif mais en tant que fils de dieu tue par les juif. On ne peut hélas pas raconter l’histoire dans un post mais je peux vous dire que votre commentaire est plein d’inexactitudes historiques.

    M. Khider Mesloub dénonce l’argumentaire tenu par Khaled Boulaziz dans sa dernière contribution en la qualifiant d’approche dogmatique tout en ayant, tout au long du déroulement de sa pensée sur le sujet en question, une manière catégorique d’imposer ses opinions bien arrêtées. De toute façon, on remarque que l’ensemble de ses contributions sont écrites de façon à faire la promotion d’une idéologie précise qu’il tente de faire apparaître en filigrane comme des vérités absolues.
    L’auteur de ce présent article va jusqu’à remettre en question l’existence même d’un peuple juif alors que cette théorie n’a aucune raison d’être. Car, historiquement, religieusement et scientifiquement cette argumentaire ne tiendrait pas une seconde face aux preuves incalculables existantes qui viendraient effacer le ridicule de cette théorie farfelue. Il existe évidemment le cas de conversions au judaïsme de tribus ou de peuples comme au Yémen ou le cas des fameux Khazars. Ces derniers ayant fait l’objet d’une étude de l’historien Shlomo Sand qui voit en eux l’origine des juifs ashkénazes.
    M. Mesloub croit qu’en niant ou en remettant en cause des faits historiques incontestables il va réussir à déconstruire voire détruire l’idéologie criminelle et impérialiste que représente le sionisme.
    Rien que le mot « Diaspora » symbolise à lui seule une vérité qui s’inscrit chronologiquement dans l’espace et le temps puisqu’il fut appliqué initialement aux juifs. Il est d’origine grecque et signifie « dispersion » en parlant du mouvement des populations juives suite aux persécutions qu’elles subirent durant l’antiquité. Elle a commencé lors de l’Exil au 6 ème siècle avant Jésus-Christ et s’est accentuée après la destruction du 2 ème Temple en 70 après Jésus-Christ.
    En outre, plusieurs travaux scientifiques ont démontré qu’il existe effectivement un « gène juif ». Les faits scientifiques et historiques viennent conforter le religieux. L’idée selon laquelle « les juifs constituent un peuple-race » peut donc être utilisé puisque les faits sont là. Il y a bien un patrimoine génétique commun à toutes les populations juives qui ont été étudiées prouvant ainsi qu’elles avaient un ancêtre commun au Moyen-Orient d’où elles étaient originaires.
    Enfin, après avoir tenté vainement d’imposer sa théorie de la non-existence d’une homogénéité du peuple juif (et je n’ai jamais remis en cause l’existence du peuple Khazar et sa conversion au judaïsme car c’est un fait historique), et en pensant triompher du sionisme, l’auteur de cet article propose carrément la possibilité d’acquérir la nationalité algérienne aux juifs dont les ancêtres ont vécus en Algérie à condition qu’ils délaissent cette idéologie criminelle. La solution qu’il nous propose, au final, est de faire de l’Algérie « un nouveau isra-hell », un nouvel Eldorado pour ses sionistes séfarades chevronnés. On peut voir dans cette proposition étonnante de M. Mesloub l’application d’une sorte de décret crémieux à rebours. Une nouvelle colonisation de l’Algérie à travers la stratégie du cheval de Troie dans l’espoir de mettre fin à la colonisation de la Palestine !!!

      Elephant Man
      5 novembre 2022 - 22 h 20 min

      @Un Décret Crémieux À Rebours Ou La Stratégie Du Cheval De Troie
      «l’auteur de cet article propose carrément la possibilité d’acquérir la nationalité algérienne aux juifs dont les ancêtres ont vécus en Algérie à condition qu’ils délaissent cette idéologie criminelle. La solution qu’il nous propose, au final, est de faire de l’Algérie « un nouveau isra-hell », un nouvel Eldorado pour ses sionistes séfarades chevronnés. On peut voir dans cette proposition étonnante de M. Mesloub l’application d’une sorte de décret crémieux à rebours. Une nouvelle colonisation de l’Algérie à travers la stratégie du cheval de Troie dans l’espoir de mettre fin à la colonisation de la Palestine !!!» →→→ j’ai écrit la même chose dans mon commentaire. Sa théorie UBUESQUE est dangereuse d’autant qu’on ne déshabille pas Pierre pour habiller Paul la Palestine appartient dans son INTÉGRALITÉ AUX PALESTINIENS et est exclusivement une question de DÉCOLONISATION tout comme la RASD.
      HAMDOULLAH LE DÉCRET CRÉMEUX.
      Ensuite, effectivement quel est le dessein final du MAK = QG Paris et formation par le mossad à meknès chez la narco-terroriste-pédophile-monarchie…
      D’ailleurs Said Yahia Cherif en faisait la pub sur beur FM, leur rêve est de créer un état au coeur de l’Algérie qui accueillerait les séfarades Algériens et provoquer le chaos autour..
      Le berbérisme tout comme le terrorisme dit islamISTE sont les 2 faces d’une même pièce à savoir le bras armé du judéosionisme.
      Les Autorités Algériennes ont émis un mandat d’arrêt international contre les TERRORISTES DU MAK ET DE RACHAD ex FIS.
      HAMDOULLAH LE DÉCRET CRÉMEUX epicitou.
      Contribution AP « L’histoire de l’Algérie expliquée à Benjamin Stora : les massacres du 8 Mai 45 et les milices juives»
      https://www.algeriepatriotique.com/2021/02/03/lhistoire-de-lalgerie-expliquee-a-benjamin-stora-les-massacres-du-8-mai-45-et-les-milices-juives/

    Anonyme
    5 novembre 2022 - 15 h 33 min

    Prétendre que l’auteur ou moi, auraient par nos écrits, invité les Juifs à venir s’installer en Algérie ou invité les Algériens à s’assimiler aux Juifs ou revendiquer une judaïté lointaine, est source d’une mauvaise lecture, ou pire, d’une interprétation malintentionnée et de mauvaise foi.
    Pour rappel, j’étais parmi les premiers à s’opposer à la visite de Haïm Korsia, grand rabbin de France, en Algérie, tant qu’il ne s’est pas démarqué ouvertement et clairement de l’idéologie sioniste.

    L’auteur a seulement expliqué (et je partage son point de vue) que des tribus berbères ont embrassé le Judaïsme (pourquoi certains s’en offusquent-ils?) , avant de se convertir au Christianisme et plus tard à L’Islam. il a rejeté la théorie sioniste qui soutient que les Juifs nord-africains, sont dans leur majorité des descendants de Juifs venus de Palestine (ou Judée) et non des autochtones berbères convertis. Il a aussi expliqué les raisons des relations harmonieuses entre Berbères et Juifs en Afrique du nord et en Espagne avant que la Loi Crémieux fut promulguée pour créer la zizanie.

    PS: Je m’intéresse à l’histoire des Juifs en général et en Algérie en particulier depuis presque 50 ans et je pourrais en disserter toute une semaine, mais il y a plus important. Comme par exemple, comment produire en Algérie plus de céréales pour nourrir les Algériens avec des pains et des pattes de bonne qualité, sans perdre de vue la problématique hydrique et environnementale.

    Je baisse le rideau et vous souhaite tous un bon week-end.

    Tin-Hinane
    5 novembre 2022 - 12 h 23 min

    L’auteur de cet article suggère le retour des juifs en Algérie qui serait d’après lui la mère patrie des juifs. Il oublie les méfaits de ces juifs algériens pendant des siècles et devenus français en deux temps trois mouvements, s’ils sont devenus français du jour au lendemain c’est qu’à aucun moment ils ne se sont sentis algeriens. L’Algérie n’est pas la mère patrie des juifs et nous les inviterons certainement le jour où nous aurons complètement perdu la tête. Les juifs ne se sentent pas solidaires des peuples qui les accueillent, ils sont même les ennemis de ces peuples. Pendant la guerre de libération ils ont formé des milices qui ont rejoint l’OAS. Il est inutile je pense de revenir sur l’histoire récente du comportement juif tout le monde en Algérie (et ailleurs) sait à quoi s’en tenir. On ne va pas passer notre vie à parler de l’histoire des juifs faite de mensonges et de mensonges. Peu importe si quelques tribus berbères, il y a fort longtemps, s’étaient converties au judaisme, il n’y a vraiment pas de quoi soulever une polémique, l’Algérie a été chrétienne et alors est ce qu’on en fait des pataquès. Ils veulent a tout prix revenir en Algérie voilà pourquoi ils inventent toutes ces histoires.
    Combien même ils seraient d’origine berbères cela ne leur donne aucun droit sur l’Algérie d’aujourd’hui qu’ils ont trahi sans hésitation aucune.
    Je ne vois rien dans cet article qui soit en faveur des palestiniens. Par contre il est certainement en faveur des juifs et de leur retour dans notre pays. Non Monsieur l’Algérie n’est pas la mère patrie des juifs et non merci Monsieur nous ne voulons pas du retour des juifs en Algérie, nous avons assez de problèmes comme ça.

      Elephant Man
      5 novembre 2022 - 19 h 02 min

      @Tin-Hinane
      Exactement. «On ne va pas passer notre vie à parler de l’histoire des juifs faite de mensonges et de mensonges.».
      Par contre je conclus non pas par « Non Monsieur l’Algérie n’est pas la mère patrie des juifs et non merci Monsieur nous ne voulons pas du retour des juifs en Algérie, nous avons assez de problèmes comme ça.» mais par l’Algérie n’est pas la croix rouge internationale.

        Elephant Man
        5 novembre 2022 - 22 h 24 min

        C’est «nous avons assez de problème comme ça» à remplacer par l’Algérie n’est pas la croix rouge internationale. Juste une @Précision 😉

    Jazayria
    4 novembre 2022 - 23 h 45 min

    Il faut lire Shlomo Sand pour connaître l’origine des juifs.

      Elephant Man
      5 novembre 2022 - 19 h 07 min

      @Jazayria
      L’Humanité ne tourne pas autour des juifs.
      Sauf votre respect, who cares.

    Kader
    4 novembre 2022 - 22 h 30 min

    Khider Mesloub donne du grain à moudre au mouvement franco-berbérisme de jacques benet et donc au groupe terroriste du mak de ferhat mehenni.
    Il n y a eu des conversions en masse au judaïsme des populations berbères d’Afrique du Nord.
    Quid de l’endogamie de ces communautés juives ?

    Hocine-Nasser Bouabsa
    4 novembre 2022 - 22 h 00 min

    @DZ

    Avec tout le respect que je vous dois, mais vous dégagez l’impression de ne pas lire attentivement.
    En effet, la thèse de Khider Mesloub est anti-sioniste et donc pro-palestinienne. Alors que celle de Khaled Boulaziz conforte la position des sionistes avec leur idéologie raciste (suprématie des Juifs en raison de leurs gènes).

    L’analyse de l’ADN des Imazighen a prouvé que ces derniers ont peu de ressemblance génétique avec les Arabes qui, qu’on le veuille ou pas, sont génétiquement et linguistiquement plus proches des Juifs de lignée proche-orientale (et non européenne ou khazarienne) que d’autres peuples. Prétendre que les Berbères sont d’origine arabe (ce qui est faux) reviendrait à dire qu’ils sont proches aussi des Juifs. Donc que Monsieur Boulaziz et les autres soumis culturellement et idéologiquement à l’arabisme importé de l’Orient, se décident !

    Par ailleurs, que des tribus berbères aient été judaïsées, christianisées et après islamisées (ce que je crois), en quoi ceci pourrait changer quelque chose à l’identité séculaire berbère (algérienne), telle nous la connaissons. Nous sommes tous simplement Algériens et devons en être fièrs.

      Mounir
      5 novembre 2022 - 8 h 08 min

      Pour vous dégager de l’arabisme importé du Moyen-Orient comme vous dites, vous nous proposez de nous rapprochez et de nous identifiez aux juifs (au judéisme : je ne sais pas si le mot existe sinon je me permets de l’inventer comme zemmour le séfarade) qui viennent aussi du Moyen-Orient. Ça n’a aucun sens !
      Si vous vous sentez proche d’eux c’est votre problème. Je suis ethniquement un berbère d’Algérie et je partage avec les arabes la religion et d’autres liens culturels. Je n’ai rien à voir avec les juifs.

      dz
      5 novembre 2022 - 13 h 43 min

      je nai pas dis que les berberes etaient d origines arabes je pense que les berberes ne sont pas juif ni arabe

      Tin-Hinane
      6 novembre 2022 - 3 h 20 min

      Avec tout le respect que je vous dois nous ne sommes pas proches des juifs ni par la religion ni par l’ADN ni par rien. Par contre il y a effectivement beaucoup d’algériens d’origine arabe et ça il faut en tenir compte.

    Hocine-Nasser Bouabsa
    4 novembre 2022 - 20 h 42 min

    La majorité des Algériens savent différencier entre sionisme et Judaïsme. Le premier est une idéologie raciste, liberticide et prédatrice – que toute femme et homme libres doivent combattre en fonction des méthodes que cette idéologie utilise – tandis que le second est une religion monothéiste, comme le Christianisme et l’Islam. Ces trois religions sont dans leurs essences presque identiques. Elles ont été et sont encore déformées et abusées par les gouvernants et les puissants de ce monde afin de défendre et cimenter leurs pouvoirs et privilèges. Souvenez-vous : les commerçants du temple de Jérusalem ont fait assassiner Jésus (juif), tout comme ceux de la Mecque (Koreich) ont eux aussi voulu liquider Mohamed, parce que ces deux prophètes menaçaient avec leurs fois et leurs convictions les affaires juteuses et le statu quo de la couche sociale dominante. Depuis ces temps, rien n’a changé et aujourd’hui, les impérialistes pratiquent les mêmes méthodes d’assassinats, de répressions, de subversions et de soumissions à travers notre planète, avec le seul objectif de prendre possession de toutes les richesses du monde. La guerre en Ukraine fait partie justement de ces méthodes criminelles.

    dz
    4 novembre 2022 - 20 h 19 min

    … NOUS FAIRE CROIRE QUE LES BERBERES SERAIENT JUIFS CELA NOUS FERAIT ADMETTRE L EXISTENCE INDIRECTEMENT DE L ENTITEE SIONISTE SACHANT LE LIEN QUI UNIS LES JUIFS A L ETAT SIONISTE CREER DE TOUTE PIECE LE BERBERE SE SENTANT D ORIGINE JUIVE SERAIT MOINS MOTIVE A PRENDRE POSITION POUR LES PALESTINIIENS A LEX DE MEHENI ET DE SANSAL QUI SE DISAIT PROCHE DE L ENTITEE SIONISTE NON LES BERBERES NE SONT PAS JUIFS ARRETER DE MANIPULER LES ALGERIENS QUILS RETOURNENT EN ESPAGNE OU EN EUROPE ET QUILS LACHENT LA PALESTINE A LEUR LEGITIME PROPRIETAIRE LE COMBAT CONTINUE

    Diaspora : Histoire. Dispersion hors de Palestine des juifs exilés de leur pays. Ensemble des communautés juives dispersées à travers le monde à la suite des persécutions de l’Antiquité.
    Juifs séfarades : ils sont issus de la péninsule ibérique, expulsés par les autorités chrétiennes en 1492.
    Juifs ashkénazes : ils sont les juifs d’Europe centrale et orientale.
    Juifs mizraïm : ils sont les juifs des pays arabes du Moyen-Orient à ne pas confondre avec les séfarades.

    La judaïcité est-elle plus qu’une religion ? Y-a-t-il un « gène juif » ?
    Il est scientifiquement incontesté qu’il y a des modèles génétiques qui apparaissent fréquemment chez les juifs. Au cours des siècles, les juifs ont développés une certaine homogénéité génétique qui est visible par un test ADN.
    Les nombreuses études génétiques sur les juifs qui ont été réalisées s’inscrivent dans le cadre de la génétique des populations. Leur intérêt est de mieux appréhender l’origine des différentes populations juives d’aujourd’hui. Elles tentent, en particulier, de déterminer si elles sont significativement issues du Moyen-Orient ou non. D’autre part, elles cherchent à savoir si un patrimoine génétique commun aux différentes populations juives est décelable.
    Ces études montrent qu’il y a des lignées variées des populations juives d’aujourd’hui. Toutefois, la plupart de ces populations ont un patrimoine génétique paternel commun qui remonte à une population ancienne dont les membres se séparèrent et suivirent une évolution différente.
    Ces découvertes font remonter des lignées paternelles des juifs à des ancêtres issus du Moyen-Orient.
    Les lignées maternelles sont globalement plus hétérogènes. On parle ainsi du phénomène des « fondatrices ». C’est-à-dire que dans un grand nombre de communautés, un nombre limité de femmes est à l’origine d’une grande partie de ces communautés.
    Les études réalisées sur un très grand nombre de gènes (non sexués) montrent que juifs ashkénazes, séfarades et mizraïms font partie d’un groupe commun ayant des origines au Moyen-Orient.
    Il existe plusieurs autres travaux, notamment de chercheurs américains, qui montrent que les différents groupes de la Diaspora juive portent dans leurs gènes des traces précises de leur parcours. L’avantage pour la génétique est qu’ils font partie de ces groupes dont les habitudes socioculturelles les individualisent plus, avec un nombre de mariage « mixtes » moins nombreux que dans d’autres populations.
    Il est confirmé ce que d’autres études avaient montré : les communautés juives sont génétiquement plus proches entre elles que des autres populations non juives. À l’exception des communautés d’Éthiopie et d’Inde où un mixage plus important semble avoir eu lieu.
    Certains travaux réalisés montrent également que les conversions ont eu une plus grande influence sur le patrimoine génétique des communautés juives notamment au Yémen dont la conversion des Hymyarites est exemplaire.
    Il y a aussi le cas des Khazars, peuple apparenté aux Turcs, et leur conversion au judaïsme. La « correspondance khazare » échangée dans les années 950 et 960 entre Ibn Shaprut, ministre juif du Calife de Cordoue, et Joseph, roi des Khazars, qui mentionne cette conversion, est retrouvée dans la génial du Caire et est maintenant considérée comme authentique.
    C’est à partir de ce fait historique incontestable que l’historien Shlomo Sand va tirer sa thèse sur l’origine khazare des juifs ashkénazes. Dans son essai « Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au sionisme » il remet en cause tout le mythe fondateur de la création de l’entité sioniste et de sa doctrine dont elle est issue.
    La génétique montre que les personnes étudiées forme bien un groupe génétiquement individualisé, chaque communauté juive étudiée avait sa propre signature génétique, légèrement différente des autres.
    Une étude qui émane de l’Université de New York s’est attachée à lire l’histoire récente de la Diaspora juive à travers ses gènes. Les chercheurs ont essayé de retrouver, via les différences génétiques, des événements qui se sont produits côté européen durant les deux derniers millénaires.
    ET ILS ONT PU REPÉRER, DANS CERTAINES COMMUNAUTÉS SÉFARADES, L’APPARITION D’UN « COMPOSANT » GÉNÉTIQUE NORD-AFRICAIN QUI, D’APRÈS LEURS CALCULS, DATERAIT DU TEMPS OÙ L’ESPAGNE ÉTAIT OCCUPÉE PAR LES MAURES VENUS D’AFRIQUE DU NORD, ENTRE 711 ET 1492, DATE DE L’EXPULSION DES JUIFS D’ESPAGNE PAR LES « ROIS CATHOLIQUES ».

    dz
    4 novembre 2022 - 16 h 31 min

    vous oubliez la dimension des juifs sephar ades expulse de l espagne en 1490 plus de dix milles personnes qui ont ete recus en algerie et qui se sont adaptes aux arabo berberes tout en concervant leur religion jusqu en 1870 ou ils ont trahis les algeriens apres 4 SIECLE DE COEXISTENCE PACIFIQUE PEUT ETRE QUILS EXISTAIENT QUELQUES JUIFS arrives avec les beni hilal mais c est tout regarder leur phisique ils sont plus types espagnols non rien types arabo berbere alors svp arreter de nous prendre pour des bouffons nous ont luttes contre le sionisme et le retour des palestiniens chez eux et surtout de cesser d affaiblir les algeriens et de les embrouiller en leur a faisant croire a des origines juives ce qui est faux

    Abou Stroff
    4 novembre 2022 - 16 h 17 min

    je remercie Mister K. M. d’avoir remis les pendules à l’heure.

    en effet, comme le signale un intervenant ( Anonyme, 4 novembre 2022 – 11 h 16 min) j’ai été surpris par l’approche dogmatique du sieur khaled boulaziz et je n’ai, par conséquent, pas commenté ses allégations (mes connaissances dans le domaine étant limitées), car elle m’apparaissaient provenir directement de l’idéologie sioniste qui essait, par tous les moyens, de nous faire croire qu’il existe un « peuple juif » qui n’a fait que se disperser aux quatre coins du monde et qui devrait, par conséquent retrouver sa « terre promise ».

    PS: je ne serai pas surpris de lire dans le futur proche, sous la plume du sieur khaled boulaziz, que les berbères ne sont que des arabes déguisés en…………………………… berbères.
    ,

      @Abou Stroff
      4 novembre 2022 - 21 h 37 min

      Je cite votre post-scriptum : « je ne serai pas surpris de lire, dans le futur proche, sous la plume de sieur khaled Boulaziz que les berbères ne sont que des arabes déguisés en………berbères.  »
      Désolé d’aller à contresens de votre pensée, mais ce que vous avancez est déjà chose faite mais de la part d’un autre théoricien de la plume, à savoir…….Khider Mesloub. 😂

    Algérien Pur Et Dur
    4 novembre 2022 - 14 h 23 min

    On ne peut nier que certaines tribus amazighes a l’origine païenne se sont converties à la religion hébraïque tout comme on ne peut nier que d’autres ont embrassé beaucoup plus tard le christianisme. Peuvent elles être considérées pour autant juives pour les premières? Comment pourrait on donc appeler celles qui se sont converties au christianisme puisque certains veulent à tout prix que l’ascendance génétique cede le pas à l’ascendance dogmatique. Dans ce cas, et continuant sur la même “logique,” pourrait on aussi dire que les amazighes qui se sont converties à l’islam beaucoup plus tard qu’ils sont d’ascendance arabe puisque l’islam nous vient de l’arabie? Ce que un certain partie unique a fait d’ailleurs depuis 1962. Toutes ces fausses assertions constituent des racourcies historiques tres dangereux qui creent la confusion dans l’esprit des algériens, confusion qui forcément menera au desordre. Désordre souhaité d’ailleurs par les ennemis de l’Algerie. Il est temps de mettre fin à ces assertions fausses et dangereuses qui maintiendront notre pays dans un état de confusion et stagnation éternelle. Celui qui nie son passé ne peut embrasser sereinement son future.

      Elephant Man
      5 novembre 2022 - 19 h 23 min

      @Algérien Pur Et Dur
      Outre votre pseudo « Désordre souhaité d’ailleurs par les ennemis de l’Algerie. Il est temps de mettre fin à ces assertions fausses et dangereuses qui maintiendront notre pays dans un état de confusion et stagnation éternelle. » →→→ parfaitement dit.
      Je reprends pour l’occasion encore une énième fois le commentaire de @Basta Avec Votre Arabe/Berbère :
      «il faut admettre qu’au jour d’aujourd’hui nous sommes ALGÉRIENS, on ne va pas à chaque instant et pour le moindre détail relayer l’ancestralité, IL FAUT AVANCER.»
      Et @DZ :
      Union Nord Africaine.
      Tamazgha
      UMA.
      = Piège piège mortel pour l’Algérie.
      Vive l’Algérie tout court !
      La fermeture de la narco-frontière doit être gravée dans notre Constitution !!

    Hocine-Nasser Bouabsa
    4 novembre 2022 - 12 h 59 min

    Excellente mise au point de Khider Mesloub, qui répond à Monsieur Boulaziz comme je voulais le faire. J’ajouterais seulement que personnellement, je n’aurais jamais honte qu’un jour mes aïeux berbères auraient pu être juifs par le sang ou par la conversion. Au contraire. Car, ne l’oublions pas, le Judaïsme authentique a été comme le Christianisme et l’Islam, lui aussi, un élément salvateur et libérateur dans l’histoire de l’Humanité.

      Anonyme
      12 novembre 2022 - 12 h 34 min

      @Hocine-nacer bouabsa.
      Ah bon vous trouvez ?
      Effectivement on peut constater à quel point le judaisme est libérateur et salvateur, les palestiniens en savent quelque chose.

    Luca
    4 novembre 2022 - 12 h 21 min

    Ce sont des menteurs et des archi menteurs , ils mentent sur dieu et n’ont plus aucune échappatoire. Alors ils ont fait des sectes comme les témoins de Jéhovah, lordre du temple solaire, la laïcité etc etc . Et après ils ont fait le terrorisme avec l’aide des occidentaux qui leur on donner la Palestine. Aujourd’hui ils ne peuvent plus reculer, mais dieu non plus

    Analyse
    4 novembre 2022 - 12 h 17 min

    J’avais donné mon avis sur le texte de K.B en allant dans le sens contraire à ses écrits. Ce texte (Khider Mesloub) donne le contexte historique et des faits : L’Histoire au lieu « des histoires ». Large panorama que les « internautes » indigents vont essayer de dénigrer par manque de culture historique et de référence. Malheureusement les internautes algériens sont une « race » nouvelle d’algériens qui manquent de repères (qui devraient s’adresser aux historiens, sociologues, politologues, …). Mais cette façon de faire n’existe pas (ou plus). Au lieu de cela c’est l’insulte et la grossièreté.

      dz
      4 novembre 2022 - 16 h 02 min

      arreter de prendre les internautes sur ap pour des imbeciles chacun se forge son opinion vous etes pas plus averti kider misloub a sont avis tant mieux pour lui alors d apres lui les algeriens sont tous juifs n importe quoi c est quoi ce binz si j etais juif cela se saurait les berberes sont pas plus juifs que moi arrete d embrouiller les algeriens comme le maroc a ete embrouille par les sionistes les algeriens sont musulmans et puis c est tout le combat de l algerie c est le sionisme vous voulez amener les algeriens vers le judaisme indirectement vers l etat sioniste en les destabilisant les juifs sont les juifs les musulmans sont les musulmans et les chretiens sont les chretiens

      Tin-Hinane
      6 novembre 2022 - 3 h 32 min

      @Analyse. Il n’y a ni insultes ni grossièretés mais une indignation devant de telles absurdités. Nous savons très bien qui nous sommes, nous connaissons notre histoire et nous avons nos repères à nous que vous en tant qu’étranger vous ne connaissez pas et c’est normal. Et nous n’avons nul besoin de consulter tous ces humanistes pour savoir qui nous sommes et ce que nous sommes. Effectivement parler des balivernes et des inventions farfelues des juifs ce n’est pas l’Histoire mais des histoires à dormir debout.

    Slim Bensali
    4 novembre 2022 - 11 h 28 min

    Une analyse tres constructive et tres logique Mr. Nesloub et que je soutiens bien sur.

      dz
      4 novembre 2022 - 17 h 44 min

      d apres km les juifs doivent retourner en algerie parceque soit disant ils seraient berberes moi je lui dispourquoi pas les harkis les pieds noirs l tout ca pour casser l etat sioniste ont casse l etat sioniste en donnant leur terre au palestiniens c est tout

      Ali
      4 novembre 2022 - 20 h 34 min

      Khider Mesloub est toujours dans son rôle de contradicteur. Il essaie de déconstruire l’argumentaire de Khalid Boulaziz sans vraiment convaincre sauf les naïfs qui se laissent vite endormir par des propos qui ne tiennent pas compte des faits historiques et scientifiques.
      La théorie de l’historien Shlomo Sand est l’origine khazare des juifs ashkénazes.
      Des études génétiques sur les populations juives existent.
      Les populations Nord-africaines ont leur propre marqueur génétique et les juifs séfarade ont également leur signature génétique.

    émigré
    4 novembre 2022 - 11 h 21 min

    … Je me base sur la langue, seul critère sélectif véritable, remarquablement utilisé par Kamal Salibi dans « La Bible est venue d’Arabie », « Qui était Jésus ? » et « Les personnages de la bible ». Pour commencer, je pose, avec lui, que les Israélites sont originaires du sud ouest de la péninsule arabique et que nombre d’entre eux ont émigré vers Cham et ailleurs au cours de leur histoire, bien avant la datation grégorienne de l’an O. Je pose aussi comme postulat qu’ils avaient « reçu » ou créé une religion monothéiste, avec comme dieu «  »eloh » – allah.
    Les Israélites ont émigré vers l’Afrique du Nord, seuls ou avec les Phéniciens et autres Romains, ont pu partager leur religion avec les autochtones et il se peut que des Berbères aient en effet épousé la religion proposée. Leur nombre a dû être très restreint cependant, car les Juifs nous bassineraient avec cela depuis longtemps !
    Ce qui est Israélites surprenant, pour ne pas dire dégoûtant, c’est que les Israélites se posent comme autochtones partout où ils ont émigré ! Un peu beaucoup comme si moi je revendiquais la France comme la terre de mes ancêtres,alors que je n’y suis qu’un invité … Quand les Saoud le voudront, nous saurons enfin la vérité sur les Israélites et le sionisme ne sera plus qu’un norme scandale planétaire. Mais les preuves – je dis bien « preuves » – de Salibi dérangent également les Chrétiens et les Musulmans, car, si elles ne s’attaquent pas à l’existence de Dieu et à la foi, démystifient la bible, le coran et les évangiles. A croire que les « églises » et leurs sectes sont plus importantes que la Foi et la Vérité !!!

    Anonyme
    4 novembre 2022 - 11 h 16 min

    Merci pour cette magistrale contribution qui remet et les pendules et les tentatives de manipulation en matière d Histoire a leur place . La contribution à laquelle répond MR Mesloub m avait bien surpris par la légèreté de ses allégations , raison pour laquelle je m étais abstenu de commenté en son temps . Surtout que c était du Pain Béni pour ces CRIMINELS et Faussaires qui genocident et qui sévissent partout dans la Planète .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.