Les salafistes défient l’Etat à Tunis

Les salafistes tunisiens ont manifesté aujourd’hui à l'aéroport de Tunis-Carthage contre le refoulement de deux islamistes radicaux marocains. La décision prise par les autorités tunisiennes d’interdire d’entrée ces deux extrémistes connus au Maroc, à savoir Hassan Kattani et Omar El-Hadouchi, a irrité le camp des salafistes, venus nombreux la veille les accueillir à l’aéroport. Le ministère tunisien de l’Intérieur motive sa décision par l’appartenance de ces deux hommes à la mouvance islamiste radicale qui fait dans l’endoctrinement des jeunes. Le porte-parole du ministère, Khaled Tarrouche, a tenu à rappeler que ces deux hommes ont été condamnés pour «endoctrinement des islamistes» qui avaient perpétré les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca. Lesquels attentats avaient entraîné des pertes humaines. «Ils font partie d'une liste de personnes interdites d'entrée sur le territoire tunisien et seront renvoyés chez eux dans la journée», a encore précisé M. Tarrouche à l'agence française AFP. Certes, ils ont par la suite bénéficié de la grâce présidentielle, mais pour le gouvernement tunisien, dominé par le parti islamiste dit modéré Ennahda, il fallait coûte que coûte se démarquer des «radicaux» pour rassurer les forces progressistes et démocratiques en Tunisie et donner un signal fort aux capitales occidentales qui commençaient à s’inquiéter de la montée du salafisme dans ce pays méditerranéen. Les manifestants, une cinquantaine selon la police, se sont montrés agressifs et ont refusé toute déclaration à la presse. «On accueille Nancy Ajram (une célèbre chanteuse pop libanaise) et pas Omar Al- Hadouchi, elle vaut mieux que lui ?» se sont-ils indignés, réclamant la liberté de faire ce qu’ils veulent. Les deux théologiens radicaux marocains ont été invités par l’association islamiste Essalam (la paix) pour donner des conférences aux étudiants et rencontrer les cheikhs du pays. Les salafistes ne ratent ainsi aucune occasion pour investir la scène publique. Ils multiplient les actions au sein de la société et les opérations d’intimidation à l’encontre des forces progressistes et laïques.
Sonia B.

Comment (3)

    Mansour
    16 mai 2012 - 7 h 51 min

    Endoctrinés,téléguidés,croyan
    Endoctrinés,téléguidés,croyant servir Dieu ces enragés ne sont en réalité que des marionnettes animées par des forces occultes qui ont des objectifs bien précis.Ces illuminés ou du moins ceux qui les téléguident se servent de Dieu et de l’islam pour prendre le pouvoir,tout le pouvoir mais en aucun cas ils ne servent ni Dieu ni l’islam.Ils promettent le paradis pour de pauvres diables paumés mais ne se gênent pas de s’accaparer des biens matériels ici bas à l’exemple des ces « repentis » qui avec les sacs d’argent du racket se sont acheté magasins haut de gamme,villas et appartements dans les quartiers huppés des grandes villes.Leur devise est:Allah ikethar elghafline bach i3ichou el faïkine(puisse Dieu faire proliférer les endormis pour que vivent les éveillés).




    0



    0
    salam alaikoum.
    15 mai 2012 - 21 h 14 min

    les tunisiens ne récoltent
    les tunisiens ne récoltent que ce qu’ils ont semé. nous avons fait les mêmes erreurs en laissant la place aux criminels du FIS et de la progéniture barbare du GIA et autres.
    les tunisiens voulaient dous donner une leçon de démocratie et de libertés disaient-ils. pourquoi alors chassent-t-ils des invités. ou-est elle donc cette démocratie de deux poids et deux mesures. sauf quoi la prochaine fois que chacun s’occupent alors de ses nouilles, au lieu de regarder les pâtes des autres.
    où en est démocrate ou pas ? les autres arguments ne sont que des aspects fallacieux. le pouvoir a t-il déja fait tourner la tete aux opposants d’hier. les salafistes ont le droit de s’exprimer, avec les règles oui, mais agir de la sorte par les tunisiens est loin de donner corps à leur démocratie à quatre sous.




    0



    0
    algerien patriotique
    15 mai 2012 - 19 h 43 min

    deja les voir en photo ils
    deja les voir en photo ils ont l’air de prisonnier echappé de d’un asile allah yahdihom et que la paix revienne en tunisie




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.