«Bouteflika devra écouter les 60% qui n’ont pas voté»

Des personnalités influentes, interrogées par «algeriepatriotique», disent attendre du président Bouteflika qu’il réagisse à la dernière débâcle électorale qui a donné lieu à un parlement «à la limite de la légitimité». Ces personnalités, qui avaient souhaité une participation massive aux dernières élections, mais qui n’avaient pas caché leur scepticisme, vu la manière dont la campagne avait été menée et accompagnée par les autorités et les médias, disent ne pas comprendre pourquoi le Président continue à ignorer cette majorité écrasante d’Algériens qui ont boudé l’urne. «Ce geste est en lui-même un acte politique significatif», indique un de nos interlocuteurs qui a requis l’anonymat pour ne pas gêner le président Bouteflika dans ses démarches à venir. «Je continue d’espérer que le chef de l’Etat prendra les mesures qui s’imposent à la lumière de ces élections.» Par «mesures qui s’imposent», notre source entend un changement imminent de gouvernement, faute de devoir dissoudre une Assemblée dans laquelle le parti majoritaire ne représente que 6% des Algériens. «Il faut vite changer ce gouvernement et nommer de nouveaux ministres technocrates, sans coloration politique, pour s’atteler à mener à bien de sérieuses réformes économiques, seul gage de stabilité pour le pays en ces temps de grave crise mondiale.» Le Président aura, pour sa part, toute la latitude voulue pour poursuivre les «timides réformes politiques» qu’il a engagées depuis une année. La priorité devra aller vers une reconfiguration profonde du champ politique «miné par l’opportunisme et l’égoïsme», regrette-t-on. Nos interlocuteurs évoquent une «clochardisation politique» qui a poussé le plus grand nombre à tourner le dos à une participation active à la gestion des affaires de l’Etat. «Seuls restent en lice des prétendants cupides en quête d’avantages en numéraire et en nature», note notre interlocuteur qui attend de Bouteflika qu’il tende une oreille attentive aux 60% d’Algériens qui ne se reconnaissent pas dans cette classe politique en rupture avec le citoyen. «Le temps presse», s’inquiète notre source.
M. Aït Amara
 

Comment (4)

    Lallie
    19 juin 2012 - 16 h 08 min

    Hi I am so excited I found
    Hi I am so excited I found your wtibsee, I really found you by mistake, while I was looking on Bing for something else, Nonetheless I am here now and would just like to say thanks for a tremendous post and a all round entertaining blog (I also love the theme/design), I don’t have time to read through it all at the minute but I have book-marked it and also added your RSS feeds, so when I have time I will be back to read much more, Please do keep up the superb job.




    0



    0
    zest
    24 mai 2012 - 10 h 18 min

    tjs l’opacité et le flou dont
    tjs l’opacité et le flou dont parle Hadj nacer…
    ces personnes influentes ont peur de parler hait et fort




    0



    0
    Mohand
    24 mai 2012 - 8 h 32 min

    Le seul problème est de
    Le seul problème est de savoir ce que pensent ceux qui n’ont pas voté.




    0



    0
    Maysar
    22 mai 2012 - 19 h 58 min

    La seule façon de répondre
    La seule façon de répondre aux 60% des abstentionnistes ,et c’est le chiffre des autorités ,qu’on ne soupsonnerait pas avoir organisé des élections absoutes de tout soupçon,ets d’annuler purement et simplement cette élection scandaleuse ,et d’ouvrir le débat politique avec toutes les forces politiques démocratiques et patriotiques ,et toute la société civile, pour mettre le cap sur un vrai changement! C’est seulement aprés cela que les algériens accorderpnt du crédit à un processus électoral quelconque !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.