Intempéries : routes coupées, villages isolés et asphyxies

Les dernières fortes chutes de neige ont fortement affecté 16 wilayas de l’est et du centre du pays. Selon le dernier point de situation effectué par la direction générale de la Protection civile, les wilayas les plus touchées par ces intempéries sont Tizi Ouzou, Bouira, Batna, Sétif, Jijel, Bordj Bou-Arréridj, Guelma, Souk Ahras et Médéa. A Bouira, la route nationale n°15 reliant Aghbalou à la wilaya de Tizi Ouzou a été totalement coupée à la circulation, suite à un important cumul de neige au lieudit Tirourda. La route nationale n°30 reliant Saharidj à Tizi Ouzou a été également coupée à la circulation au lieudit Tizi Nkoulane. Plusieurs autres routes nationales et chemins de wilayas sont fermés à la circulation dans plusieurs autres régions en raison des fortes chutes de neige. A Jijel, c’est la route nationale n°77 menant vers Sétif qui a été fermée à la circulation au lieudit Tamantout, suite à un amoncellement de neige. D’autres chemins de wilaya ont été coupés à la circulation, notamment la RN105 reliant la daïra de Djemila à la wilaya de Mila, le CW137A reliant les communes de Texana et Selma Ben Ziada et le CW137B reliant la daïra de Ziama et la commune d’Erraguene. A Tizi Ouzou également plusieurs axes routiers ont été bloqués à cause de la neige. C’est le cas de la route nationale n°15 reliant Aïn El-Hammam à la wilaya de Bouira fermée au niveau du col de Tirourda. A Médéa, plusieurs localités des zones montagneuses du nord-est et du sud-est de la wilaya ont été coupées du reste du monde par les fortes chutes enregistrées depuis mercredi. Les équipes de déneigement travaillent sans relâche pour dégager les routes. Mais la dégradation du temps et la poursuite des chutes de neige compliquent leur opération qui va assurément mettre du temps avant d’aboutir. L’année dernière, durant la même période, des villages en Kabylie étaient restés pendant plusieurs jours isolés sans nourriture, ni gaz ni électricité. Ils n’ont été «libérés» qu’après l’intervention des forces de l’ANP qui avait mobilisé des parachutistes et de gros engins pour déneiger les routes. En outre, les services de la Protection civile ont opéré plusieurs interventions de sauvetage de personnes et dégagement de véhicule totalement ensevelies sous la neige. Le bilan en notre possession fait état d’au moins 43 personnes coincées dans leurs véhicules, sauvées et secourues par des agents de la Protection civile. Il y a aussi 32 véhicules et camions dégagés par les éléments de la Protection civile lors de leurs différentes interventions à travers les wilayas d’Oum El-Bouaghi, M'sila, Bordj Bou-Arréridj et Batna. Il y a lieu de signaler 7 accidents de la circulation causés par les intempéries à Khenchela, Bordj Bou-Arréridj et Oum El-Bouaghi. Il s’agit de dérapages en raison de la chaussée glissante et du verglas. Fort heureusement, ces accidents n’ont pas causé de pertes humaines. Il y a eu, cependant, 6 blessés sans gravité. Par ailleurs, deux cas d’asphyxie par monoxyde de carbone ont été enregistrés à Alger. Une femme âgée de 25 ans dont le chauffe-bain était défectueux et un homme à Alger-centre. Les services de la Protection civile ont également secouru trois personnes à Sétif, sauvées après avoir inhalé d’importantes quantités de gaz de ville. Il faut dire que les accidents liés à l’utilisation d’équipements de chauffage pas toujours en bon état se multiplient ces derniers jours de grand froid.
Sonia B.
 

Comment (2)

    Anonyme
    11 février 2013 - 0 h 43 min

    Heureux celui qui en profite
    Heureux celui qui en profite de l ‘experience des autres,improviser est trop demander mais prévoir est possible,alors n agissez pas au moment de la catastrophe,mettez chaque pion a sa place et la partie peut etre jouable




    0



    0
    Inspektor Tahar
    10 février 2013 - 13 h 21 min

    Intempéries : routes coupées,
    Intempéries : routes coupées, villages isolés et asphyxies…peut être que c est le temps de s intéresser a la qualité des travaux de construction et de sécurité avec le gaz. Il s agirait de réviser toutes les spécifications techniques pour la construction de l infrastructure en Algerie. Copier sur la façon de faire peut d’être en Alaska et au dans l ouest canadien anglophone, pas au Québec car cette Province souffre de la qualité comme en Algerie




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.