Belkacem Sahli à Algeriepatriotique : «L’Algérie suit l’affaire de l’emprisonnement d’Islam de très près» (I)

Belkacem Sahli. D. R.

Islam vient d’écoper d’une année de prison ferme. Quelle est la réaction officielle de l’Algérie ?

Belkacem Sahli : La position de l’Algérie par rapport à ce verdict qui nous désole au plus haut point a été rendue publique par la voix du ministère des Affaires étrangères. Nous nous attendions à une peine légère. Nous allons donc devoir poursuivre les procédures concernant l’appel, au courant de ce mois comme le stipule la loi marocaine. Nous œuvrons à protéger les droits de l’enfant Islam dont nous assurons la famille des soutiens matériel et psychologique.

Que fera l’Algérie dans le cas où les autorités marocaines persistaient dans leur entêtement à condamner Islam ?

Généralement, je ne réponds pas aux hypothèses. Nous sommes sûrs d’avoir fait tout ce qui était en notre pouvoir pour résoudre cette affaire. Nous avons fait appel à un grand avocat marocain. Nous poursuivrons le travail au niveau de la magistrature marocaine, en souhaitant que tout rentre dans l’ordre.

Comment les autorités politiques marocaines réagissent-elles à cette affaire ?

Je ne peux pas vous répondre. C’est à elles que vous devriez poser cette question.

Vous avez déclaré récemment que les prisonniers algériens détenus en Irak avaient bénéficié d’une grâce. Ont-ils été libérés ?

Je n’ai jamais dit qu’ils avaient été graciés. C’est un journal qui m’a attribué ces propos car le journaliste n’a pas bien saisi. J’ai dit qu’il y a eu plusieurs pourparlers avec les autorités irakiennes, le ministère des Affaires étrangères, le Premier ministère et même avec le vice-président irakien. Au cours des rencontres que nous avons eues, à l’occasion des sommets arabes organisés à Riyad, au Caire et au Koweït, nous avons insisté, à chaque fois, sur la nécessité de permettre aux autorités algériennes de rendre visite aux prisonniers détenus là-bas et de s’enquérir des conditions de leur détention. Les autorités irakiennes ont répondu favorablement à notre demande et une délégation regroupant plusieurs secteurs, présidée par le ministère des AE, s’est déplacée la semaine passée en Irak pour rencontrer les prisonniers. Au nombre de onze, ils sont incarcérés dans quatre prisons différentes. L’important est que nous avons pu consulter leurs dossiers. Nous avons constaté que les conditions du déroulement de leur procès étaient normales et leurs conditions de vie dans les prisons irakiennes satisfaisantes, car conformes aux normes internationales. Les prisonniers eux-mêmes nous ont déclaré qu’ils étaient bien traités. Nous avons demandé aux autorités irakiennes d’alléger leurs peines, voire les gracier, d’autant que sur les onze prisonniers, neuf ne sont accusés que de franchissement illégal de la frontière irakienne. Cette accusation n’est pas aussi grave pour qu’elle les prive d’une grâce. Les autorités irakiennes montrent de bonnes dispositions à cet égard. Il reste juste quelques procédures à accomplir entre les deux parties. Nous espérons que les Irakiens respecteront leurs promesses et continueront avec ce même esprit positif qu’ils ont réservé à notre délégation.

Y a-t-il des prisonniers algériens dans les pays en proie à la violence, notamment en Afghanistan et en Syrie ?

Le suivi des conditions des prisonniers algériens hors de nos frontières est l’une des préoccupations majeures de notre département et celui du ministère des AE, et ce, conformément à la protection consulaire que fournit l’Etat à ses ressortissants. Ce problème a été posé par le passé en Tunisie et il se pose actuellement en Grèce, avec les émigrés clandestins qui se rendent dans ce pays pour gagner l’Europe de l’Ouest de manière illégale. A chaque fois qu’un Algérien est détenu quelque part dans le monde, nos consulats et nos ambassades sont prévenus directement. Très vite, nos représentations diplomatiques procèdent à la vérification de son identité, des conditions de sa détention, suivent son procès et l’assistent juridiquement et humainement dans le cas d’un retour volontaire au pays. Il est vrai que nous n’en parlons pas assez, mais c’est un travail permanent qui consiste à s’occuper des conditions des prisonniers algériens, comme en France, en Grande-Bretagne et dans tous les pays où ils se trouvent. Leur nombre n’est pas aussi grand qu’on pourrait le croire. Mais quand un Algérien est détenu pour une raison ou une autre, nous prenons les mesures nécessaires. J’ajouterai une chose en faveur de nos prisonniers détenus en Irak : selon les témoignages des Irakiens, ils ont un comportement exemplaire et c’est ce qui nous rend optimistes quant au dénouement heureux de cette affaire.

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi

Lire également : 

Belkacem Sahli à Algeriepatriotique : « Le passeport biométrique sera émis dans tous nos consultas fin juin »(II)

Belkacem Sahli à Algeriepatriotique : «Les pays qui refusent le visa encouragent l’émigration illégale» (III)

Comment (3)

    Anonyme
    24 mars 2013 - 7 h 36 min

    Au lieu de prendre des contre
    Au lieu de prendre des contre mesures immédiates et douloureuses pour le Maroc, il engage un avocat dans un système où la loi ne peut contre les amis du roi.
    les responsables de la fédération rendront-ils compte de leur faute en envoyany des enfants dans un pays de non-droit reputé en plus pour être un paradis pour pédophiles selon les aveux des médias français ?
    déculottage devant le Qatar, déculottage devant le Maroc, déculottage devant Juppé et maintenat Fabius…




    0



    0
    bilal
    23 mars 2013 - 21 h 35 min

    Bon si la justice Marocaine a
    Bon si la justice Marocaine a tranché nous devrions a mon humble avis chercher a assouplir les conditions pénible de la peine et du traitement physique de cet enfant(maltraitance torture ,privation de nourriture).Malheureusement le gouvernement Algérien est tenue par des couille molles. Nous connaissons la famille qui a mis ce gosse en prison et puis attendons le moment propice pour lui fait savoir que nous n’avons pas oublier. Cela peut prendre des années mais le message doit obligatoirement passer!!!

    Plus je lis « Algérie patriotique « puis je me dis le temps de papa a la moustache et toujours prêt a défendre ses compatriote est révolu .Je suis né en France et je ne reconnaît plus l’algérien que je défend depuis 25 ans et j’ai mis les pieds en Algérie seulement 4 fois pendant cette période..Je n’y comprend plus rien moi qui dans ma jeunesse regarder « la bataille d’Alger  » et m’amusait a taquiner la police française pour ressembler a Ali la pointe mon héros J’ai l’impression que nous somme devenue des lâches!!!




    0



    0
    agarziz
    23 mars 2013 - 11 h 19 min

    Quelle est la position de la
    Quelle est la position de la fédération sportive dans laquelle Islam évolue? Que fera-t-elle dans le cas où la justice marocaine persiste? Attendra-t-elle une hypothétique directive d’en haut, où alors prendra-t-elle les mesures qui s’imposent : rupture des relations sportives entre les deux fédérations algérienne et marocaine.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.