L’importation de matières premières et produits destinés à la revente en l’état recadrée au JO

L’importation de matières premières, produits et marchandises destinés à la revente en l’état a été recadrée par un décret exécutif publié au Journal officiel no 21, modifiant et complétant celui de 2005 relatif à cette activité. Selon le nouveau texte, signé début avril par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, il est stipulé que dans le cadre de l’importation de ces produits, les sociétés commerciales sont tenues «de disposer d’infrastructures de stockage et de distribution appropriées». Ces infrastructures doivent être «aménagées en fonction de la nature du volume et des nécessités de stockage et de protection des marchandises, objet de cette activité et être facilement contrôlables par les services habilités». Les sociétés d’importation ont pour obligation aussi d’utiliser des moyens de transport adaptés aux spécificités de leurs activités, de prendre les mesures nécessaires pour le contrôle de la conformité du produit importé avant son admission sur le territoire national conformément à la loi, lit-on dans le nouveau décret. Par ailleurs, il est impératif pour les sociétés importatrices nouvellement créées d’obtenir auprès du ministère du Commerce un certificat attestant du respect des conditions fixées, alors que celles déjà en activité disposent d’un délai d’une année pour se conformer à cette nouvelle règlementation. Selon les chiffres du Centre national du registre de commerce (CNRC) quelque 35 518 sociétés activant dans la branche de l’importation ont été recensées à fin 2012. Ces nouvelles mesures règlementant l’importation, entrent dans le cadre de la volonté des pouvoirs publics, de réduire la facture d’importation qui a atteint un montant de 12,67 milliards de dollars durant le premier trimestre 2013, contre 10,66 milliards de dollars une année auparavant, soit une hausse de 18,85%, selon les chiffres des Douanes algériennes.
R. E.

Commentaires

    00213
    26 avril 2013 - 13 h 14 min

    Il faut taxer encore plus les
    Il faut taxer encore plus les produits importés tout en mettant en place un service de douane spécifiquement lié pour le contrôle et le suivi des marchandises.
    .
    Les plus grands milliardaires algériens sont des importateurs, il faut donc les obligés à investir leurs capitaux COLOSSAUX dans la production locale.
    A chaque forum économique, des entreprises étrangères parlent de partenariat, mais en approfondissant les recherches, on se rend compte que c’est un faux partenariat dans la mesure où ils fabriquent chez eux et s’allient avec des distributeurs chez nous. (contrat gagnant-perdant)
    .
    L’importation est tout comme la corruption ou l’extrémisme religieux, un fléau qui représente un vrai danger pour le pays.
    .
    L’état osera t il concrètement s’attaquer à la MAFIA DE L’IMPORT-IMPORT avant que le peuple n’explose ?!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.