Fabius et l’enfant syrien

C’est l’agence française de presse AFP qui a donné cette information, et celle-ci n’a pu échapper à l’attention de Laurent Fabius. Il s’agit de l'exécution barbare d'un adolescent de 14 ans dans le nord de la Syrie par un groupe islamiste armé. L’AFP ne pouvait le préciser, on le comprend, mais il est plus juste d’écrire «un groupe islamiste armé par la France», directement ou indirectement. Tout dans la position de la France à l’égard des autorités syriennes laisse penser qu’elle est impliquée dans la livraison d’armes aux «rebelles». Naturellement, le Quai d’Orsay n’a pas réagi à l’information, pris dans une sorte de piège qui consiste à considérer la condamnation d’un acte terroriste – même s’il est aussi abominable que l’assassinat sauvage d’un enfant – peut être assimilé à un soutien au «régime d’Al-Assad». Or, Fabius ne cesse de répéter à qui veut l’entendre qu’Al-Assad doit partir pour (c’est sous-entendu, bien sûr, mais c’est évident) laisser la place à des groupes de criminels appelés et traités comme «opposition armée» par les pays occidentaux. La France, en particulier, s’est illustrée par sa détermination à faire lever l’embargo qui était appliqué par l’Union européenne sur la livraison d’armes à l’opposition dont un spécimen est constitué par le groupe terroriste qui a tué le jeune Mohammed Qattaa, quelque part dans un «territoire libéré», la dépêche de l’AFP ne précise même pas où le fait s’est produit. Pour justifier son acharnement à amener l’UE à lever cet embargo, Laurent Fabius avait cyniquement exploité le sentiment que provoquent dans l’opinion les informations qui parviennent de Syrie. Il avait évoqué «les corps ensanglantés, allongés sur des lits d’hôpitaux, de trois enfants – 7, 9 et 11 ans – tués par un tir de missile sur le village d’Abou Taltal, dans la province d’Alep, devenus un des symboles de ce peuple qu’on assassine». Sans preuve aucune, il dirige systématiquement ses accusations contre Al-Assad, l’homme que la majorité des Syriens éliront à la tête de leur Etat en 2014, et que, lui, le chef de la diplomatie française, qualifie de «dictateur». Laurent Fabius est sans doute aujourd’hui le seul à décréter que «Bachar Al-Assad n’aura personnellement plus sa place dans la Syrie de demain». Sur le terrain, les choses évoluent autrement et un jour ou l’autre, Fabius sera bien obligé de le reconnaître.
Kamel Moulfi

Comment (5)

    Anonyme
    12 juin 2013 - 16 h 40 min

    l’état virtuel d’israël
    l’état virtuel d’israël décide », la france {crif}, et l’angleterre {famille rothschild} suivent» l’amerique superpuissance en {faillite}, ordonne» et traîtreusement, certaines medias peureuses?, opportunistes, lâches,sortent leur stylos magique a mensonge,» et enfin nos « amis » islamistes passent a l’action, tues, egorges, viols, et vols les biens d’autrui…et aprés tous çá..un cri magique..Allah Akbar.bref, si sa depend que de moi?, je vais les brûler a l’acide, ces rats d’egouts




    0



    0
    B.H.
    12 juin 2013 - 14 h 47 min

    fabius a du sang contaminé
    fabius a du sang contaminé sur les mains.




    0



    0
    Ezzine
    12 juin 2013 - 14 h 05 min

    Fabius le terroriste
    Fabius le terroriste français, et l’enfant syrien. C’est comme ça qu’il faut la comprendre.




    0



    0
    Anonymenajat
    12 juin 2013 - 13 h 28 min

    En visite à israel, sur le
    En visite à israel, sur le mont du Gonan, alors qu’il était ministre au temps de Mitterand, Fabius avait déclaré sur ce mont Golan « ici (référence à israel) s’arrête la civilisation et commence la barbarie ( syrie et tout le proche orient). Qu’attendre d’un personnage aussi funeste?




    0



    0
    syriano
    12 juin 2013 - 12 h 41 min

    Fabius,le juif sioniste,ne
    Fabius,le juif sioniste,ne fait que ce qu’il doit faire.
    Ainsi etait les ordres de Netanyahou.
    Ce qui me trouble c’est de voir a quel degré la France s’est soumis.Descendre aussi bas.
    La France est devenu tel un pays du golf qui execute tous les ordres d’en haut(de washington et tel Aviv) sans exception,aucune.
    Pour comprendre ,en partie,comment la France en est arrivé a là,voici une conférence de Francois Asselineau,diplomé de HEC et de l’ENA,qui explique dans une conférence de qualité comment les américano sionistes ont pris le pouvoir en France,(grace a l’union européenne)
    http://www.youtube.com/watch?v=bZZf703Ck3o




    0



    0

Les commentaires sont fermés.