L’ANP comme alibi

Deux acteurs de la vie politique nationale, Ahmed Benbitour et Mohamed Mechati, ont, chacun à sa façon, le premier implicitement et le second plus directement, tenté, ces jours-ci, d’impliquer l’institution militaire dans des affaires politiciennes par définition malsaines, surtout dans le contexte actuel particulièrement complexe que traverse notre pays. Ahmed Benbitour, dont quasiment toute la carrière s’est déroulée sans encombre dans le sérail ou à sa périphérie, jusqu’à occuper le poste de chef de gouvernement, avant d’être poussé dans l’opposition, vient de déclarer qu'il n'était pas le candidat de l'armée pour les élections présidentielles qui se dérouleront en avril 2014. Quant à Mohamed Mechati, un historique de la Révolution, membre du fameux comité des 22 qui ont déclenché la lutte armée de libération, il a appelé carrément l’armée à «agir vite». L’un et l’autre ont sans doute pensé fédérer des sympathisants autour de leur mouvement en focalisant sur l'armée. Cette manœuvre insidieuse vise, en fait, à faire ancrer l’idée que le prochain candidat sera forcément choisi par l'armée, puisque le premier, Ahmed Benbitour, dit qu'il n'est pas son candidat – donc d'autres si –, et le second, qu'elle doit intervenir – donc qu'elle joue toujours un rôle politique prépondérant. Il est bon, ici, de souligner que l'armée de 1992 dirigée par un ministre de la Défense et qui a sauvé la République n'est pas celle de 2013, où le ministre de la Défense est le Président lui-même. Si quelqu’un continuait à en douter, il est invité à lire ou relire le dernier communiqué du ministère de la Défense nationale qui, en répondant à Mohamed Mechati, s’adresse aussi à Ahmed Benbitour et prend l’opinion publique à témoin. Le message de l’institution militaire est clair. D’abord un rappel : l’Armée nationale populaire est totalement investie dans sa mission permanente de sauvegarde de l’indépendance et de défense de la souveraineté nationale. On ne voit ici aucune allusion à une activité politique interne ; c’est l’affaire des partis politiques et des autres institutions civiles. Mais surtout la précision : «L’Armée nationale populaire demeure pleinement dévouée à assumer sa noble mission dans le respect rigoureux de la Constitution et des textes de loi régissant le fonctionnement des institutions de l’Etat algérien». Faute de pouvoir se servir de l’ANP comme courte échelle pour escalader la forteresse d’El-Mouradia, certains veulent l’utiliser comme alibi. En 2014, les candidats devront être autopropulsés et non plus guidés à distance.
Kamel Moulfi

Comment (11)

    RAMO
    15 juin 2013 - 6 h 14 min

    Facile a dire qu’ a faire,
    Facile a dire qu’ a faire, car pour le moment c est très difficile de faire quoi que ce soit nous somme toujours dans l’ œil du cyclone, de l intérieur et de l’extérieur même L’ANP ne peut rien faire, Y A qu une seule solution,est elle est entre les mains du président,il doit démissionné de lui même et reconnaitre QU IL n est plus en mesure de gouverner, si il veut sauvé son pays du chaos.




    0



    0
    X man
    14 juin 2013 - 23 h 44 min

    Benbitour , a l image de
    Benbitour , a l image de Chakib Khelil n est qu un suppot de la banque mondiale et le fond monétaire international.
    Il était le dernier de la classe et ce n est que la presse privée dite libre qui l a propulsé car ils appartiennent tous au même clan.
    Au moment ou Khaled Nezzar et les patriotes de ce pays combattaient la bête immonde , Benbitour et cie introduisaient le loup créateur de cette même bête immonde dans la maison Algérie.

    En réalité ce Benbitour + PRESSE Privée c est l autre de la bête chapeautes par le NOM (Nouvel ordre mondial ).

    Ils veulent piéger l A.N.P par leur transition.




    0



    0
    Anonyme
    14 juin 2013 - 21 h 03 min

    ne pas se tromper de cibles.
    ne pas se tromper de cibles. c’est fondamental, aussi bien Benbitour grand commis de l’état que le valeureux Moudjahid Mechati sont des patriotes convaincus et des légalistes . très dévoués aux intérêts suprêmes de la nation ils ne sauraient pas , nuire à L’ANP d’aucune façon qu’elle soit. ils serait juste de voir plutôt du coté de ceux qui depuis des décennies s’attaquent non pas uniquement verbalement et par des écrits séditieux et mensongers , mais avec des armes ,assassinats et destructions des biens de la nation.
    les ennemis de la patrie eux ne se trompent pas de cible.




    0



    0
    Antisioniste
    14 juin 2013 - 19 h 34 min

    Je serais très malhonnête de
    Je serais très malhonnête de dire des critiques agressives sur ses deux algériens mechati et benbitour car je ne les connais pas, en fait je ne sais rien d’eux et pourtant je suis algérien.
    Bref, en se qui me concerne je ne m’intéresse pas a ceux qui appel l’ANP a intervenir ou a se retirer, j’attends que quelqu’un me parle de son projet de société qu’il souhaite appliquer si il accède à la présidence. Jusque la personne ne la fait, et j’ai bien peur que le moment venu qu’on ne viennent nous parlé de se qu’ils appel les grandes lignes juste pour être élu. Alors j’appel l’ANP a mettre et/ou soutenir un candidat avec un projet de société raisonnable et réalisable, de préférence un candidat dépourvu de démagogie mais antimondialiste et musulman.




    0



    0
    fertaz
    14 juin 2013 - 19 h 16 min

    Article magnifiquement
    Article magnifiquement fallacieux
    M.Moulfi Vous vous mettez à l’heure de la communication made in « sellal »? autrement dit vous faites comme lui , vous nous prenez pour des idiots?? c’est fou ce mépris
    y a une baisse de rigueur là…Messieurs d’Algérie patriotique , si vous voulez qu’on continue à vous lire (chose que je fais ac plaisir jusqu’à présent) Eviter de nous raconter des salades svp
    Cdt,
    A.T




    0



    0
    AL
    14 juin 2013 - 18 h 14 min

    (…) «L’Armée nationale
    (…) «L’Armée nationale populaire demeure pleinement dévouée à assumer sa noble mission dans le respect rigoureux de la Constitution et des textes de loi régissant le fonctionnement des institutions de l’Etat algérien» (… )
    – avec l’expérience acquise par sa participation à la gestion  »civile » du pays et compte tenu de l’évolution du monde et en particulier de la fébrilité que connaissent les pays voisins,de l’intérêt plus marqué par ceux plus éloignés…
    ne vaut-il pas mieux que l’armée, héritière de l’ALN, veille au grain pour qu’un authentique Algérien disposant de capacités physiques et intellectuelles nécessaires ( il y en a des milliers en Algérie et ailleurs )puisse enfin accéder honnêtement à la magistrature suprême:
    -l’Algérie ne mérite-elle pas cela 5O ans après son indépendante !




    0



    0
    inspektor Tahar
    14 juin 2013 - 16 h 50 min

    L’ANP comme
    L’ANP comme alibi…Probablement a cause que ces deux individus n ont rien entre les oreilles pour convaincre la masse du peuple algérien ils doivent rêver en pensant que la seule solution de prendre le pouvoir….c est un coup d’Etat militaire en Algerie….Ils parlent de démocratie mais rêvent d une dictature a la Staline….




    0



    0
    bilal
    14 juin 2013 - 15 h 52 min

    Le concept d’une armée
    Le concept d’une armée Algérienne calqué sur les autres armées occidental (la fermé et au obéir aux politiques ) n’est pas concevable chez nous ,question de culture et surtout d’histoire.
    Personne n’a peur de l’algérien ;amis beaucoup craignent l’armée algérienne et son expérience du combat( les Américains le disent aussi). Un peuple cela se façonne et s’instruit et cela demande du temps. On n’est pas prêt et c’est les anciens qui le disent vus l’état du pays , redonner le Flambeau, c’est peut-être l’éteindre définitivement , Bien que le changement soit inévitable, mais l’armée Algérienne doit restez le cœur du Pouvoir. C’est mon avis d’Algérien avec un regard extérieur et qui sait que si l’ Algérie est encore debout le doit tout d’abord à l’ANP…

    Petite précision, je ne suis pas pro pouvoir, mais pro algérien nuance, mais de taille…




    0



    0
    Anonyme
    14 juin 2013 - 14 h 07 min

    mon grand souhait pour
    mon grand souhait pour l’Algerie, c’est un president de la trempe d’un H Boumedien (paix a son âme), c’est a dire un ultra nationaliste,intégre,courageux,progressiste,amoureux de d’une Algerie Algerienne dans le sens propre du mot,bref, un president qui va renationaliser les grandes societes, usines, sites,et même les petites,si elles sont strategique?, la sonatracht a 100% nationale, soin de santé 100% gratuite, l’enseignement 100% gratuit et obligadoire, abolir les parties islamistes, interdire les habits afghans,moyen-orient,les babouches et fjellaba marocain, clotures de nos frontieres avec le maroc,définitivement,et abec led autres?,en verra bien plus tard…




    0



    0
    B.H.
    14 juin 2013 - 13 h 12 min

    ce personnage de benbitour
    ce personnage de benbitour fait partie de tous ces félons frustrés qui n’ont jamais digérés leur éviction. il est atteint de misérabilisme intelectuel. un acrobate corrompu usurpe un titre qui n’est pas le sien, qui s’octroie la légitimité de parler en notre nom, alors que le peuple a mis une croix sur lui depuis belle lurette. il ne vaut rien sur l’échiquier politique, ce benbitour est un politicien de division amateur. il a bâfré à la mangeoire en osant vouloir placer un civil à la tête de l’armée, insultant ainsi l’honneur du peuple. c’est un partisan du capitalisme de bazar, ce cancer ravageur. pour ce spécialiste en économie de sixième division, il faut privilégier la dette pour favoriser le développement, niant ainsi l’adage vertueux du « qui paie ses dettes s’enrichit ». benbitour n’a ni connaissance ni maîtrise des concepts et notions économiques, politiques et sociales. s »il veut gagner le « challenge » d’accéder à el mouradia, c’est uniquement pour récupérer des privilèges perdus, régler ses comptes avec le pouvoir qui l’a exclu pour de bonnes raisons. comme il ne veut point reconnaître son impopularité, alors il essaie de masquer ce fait en impliquant à tort l’armée nationale populaire, ce transfuge de la politique, prétendant que c’est l’institution militaire qui tire les ficelles, pour justifier son retrait « d’ambition » présidentielle. ce prophète du malheur sait au fond de lui, que les renégats de son acabi, sont incompatibles avec ce qu’est l’algérie, alors il avait choisi de retourner sa veste, tuer son temps de chomâge en choisissant de vivre par des discours révolus.




    0



    0
    thileliAnonyme
    14 juin 2013 - 11 h 06 min

    vous avez aliéné le peuple
    vous avez aliéné le peuple pendant 50ans et maintenant vous compter sur lui pour choisir le futur president ça sera l’eternel recommencement ,je crois qu’on verra jamais le bout du tunnel




    0



    0

Les commentaires sont fermés.