L’Etat algérien s’opposerait au rachat de Michelin par Cevital

La transaction relative au rachat de Michelin Algérie par le groupe Cevital va-t-elle tomber à l’eau ? Selon des sources citées par le célèbre journal électronique français Mediapart, le gouvernement algérien s’apprêterait à s’opposer à la reprise de la filiale algérienne du groupe français par Cevital en brandissant son droit de préemption sur la cession des participations du géant mondial des pneumatiques. Citant des sources proches du dossier, tout en y mettant ses réserves, Mediapart évoque un coup de théâtre dans le dossier Michelin Algérie. D’après ces sources, le Premier ministre Abdelmalek Sellal aurait même instruit le ministre de l’Industrie, Chérif Rahmani, pour présenter un rapport détaillé sur la transaction et proposer un «plan B» pour empêcher l’arrêt de l’activité industrielle de l’usine de Bachdjarrah et trouver un accord avec Michelin Algérie et Cevital. Certes, pour le moment, aucune déclaration officielle ou un quelconque communiqué des parties concernées ni du gouvernement algérien n’est venu éclaircir la situation par rapport à ce sujet. Le gouvernement algérien a-t-il été sensible à la lettre qui lui a été transmise par les travailleurs de Michelin Algérie craignant pour le sort de leurs emplois après le rachat ? Cela dit, le motif invoqué pour cette opposition est d’empêcher la fermeture de l’usine, selon les termes de l’accord passé entre le magnat du groupe agro-alimentaire Issad Rebrab et le groupe Michelin dans le cadre du plan de restructuration que celui-ci poursuivra en France et dans le monde, jusqu’à la fin de l’année 2013. Pour les sources citées par Mediapart, il est aussi question de s’opposer à une «liquidation pure et simple» d’un outil productif employant des «centaines de salariés» et «susceptible d’être l’objet d’un scénario autre que celui de faire de l’usine de Bachdjarrah autre chose qu’un entrepôt». D’autre part, il s’agit «surtout» de se conformer aux dispositions de la loi de finances complémentaire de 2009 dans laquelle le «droit de préemption» est inscrit pour sauver et relancer le tissu industriel national. Pourquoi l’Etat a-t-il réagi tardivement ? Pour ces mêmes sources, la question est en elle-même synonyme de la polémique qu’il y a eu au sein des services concernés par le dossier et du temps pris à «apprécier» le contenu de l’accord entre Michelin Algérie et Cevital.
Amine Sadek
 

Comment (17)

    kaddour
    13 novembre 2013 - 9 h 28 min

    Issad Rebrab, n’a jamais été
    Issad Rebrab, n’a jamais été un industriel, c’est le champion de l’import-import, et il monopolise à lui seul 80% du commerce extérieur des produits de large consommation. Il constitue la face visible de la mafia politico-financière qui cherche à s’accaparer tout le foncier industriel, touristique, et agricole




    0



    0
    Anonyme
    18 juin 2013 - 8 h 45 min

    apres le sucre et l’huile
    apres le sucre et l’huile les pneus le chevalier de l’industrie galope ,le prix des pneus va baisser d’un DA pour le ramadan




    0



    0
    Anonyme
    18 juin 2013 - 8 h 38 min

    Rabrab fait ma basse sur tout
    Rabrab fait ma basse sur tout foncier qui pointe allez voir les uno celui de mosta par exemple?




    0



    0
    00213
    17 juin 2013 - 11 h 20 min

    L’état algérien dans toute sa
    L’état algérien dans toute sa splendeur…
    La solution qu’ils préconisent est cependant bonne par défaut.
    .
    Au lieu de lutter contre l’importation et d’encourager la production locale, on facilite les formalités des importateurs et on charge les producteurs locaux de bureaucratie.
    L’importation a encore frappée et Michelin en est une nouvelle victime.
    .
    Au final, le pompier vient éteindre le feu quand la maison s’est embrasée alors qu’il aurait été plus judicieux d’y mettre des extincteurs.
    .
    Quand à Michelin, ils gagneront beaucoup plus de bénéfices en fermant l’usine et en fabriquant en France.
    Ils auront juste à trouver un importateur qui distribuera leurs produits à moindre frais, sans galères et surtout sans taxes.




    0



    0
    Horizon
    16 juin 2013 - 20 h 45 min

    @ jeune Algérien
    Je pense

    @ jeune Algérien

    Je pense COMME TOI que l’entourloupe est aussi du côté foncier une ressource INESTIMABLE pour les acquéreurs et les plus valus qui en découlera a la vente.
    Il y a obligatoirement malversation quand les gaulois traites avec CEVITAL .
    Pourquoi !!!
    Il est P.D.G d’une grande entreprise privé .
    Les entreprises privés sont l’un des moyens de substitutions par une tentative de colonisation économique de l’Algérie par les gaulois et les yankees qui s’affrontent sans merci pour aboutir a leur objectifs.
    Et d’autant plus quand je lis aujourd’hui sur le journal électronique .
    Algerie1.COM : LE TITRE DU SUJET D’ACTUALITÉ :
    Sellal n’écarte pas une possible révision de la loi 51/49 sur les investissements étrangers .
    Je me dis qu’il y a depuis que le président Algérien ABDEAZIZ BOUTIFLICA est malade .
    D’autres qui l’entouraient sont déjà en train de brader vendre l’Algérie a l’occident.
    Il se trame dans son dos des décisions et des plans que je qualifierais de complot contre l’Algérie et son peuple.
    Ils faut que les Algériens ouvrent les yeux .




    0



    0
    Jeune Algérien
    16 juin 2013 - 11 h 06 min

    @anonyme
    C’est Rebrab qui le

    @anonyme

    C’est Rebrab qui le dit pas moi.
    Avant d’accuser les gens fait un minimum de recherche. Ton Rebrab adoré veut récupérer une assiette foncière et virer les salariés, remplacer l’usine Michelin par un bureau d’importation Michelin.
    C’est hors de question.
    La loi donne à l’état un droit de péremption, la loi s’appliquera, et lui doit être sanctionné pour avoir tenté de détruire une entreprise industrielle en Algérie avec des crédits bancaires des banques publiques!




    0



    0
    Anonyme
    16 juin 2013 - 9 h 17 min

    Ce n’est pas une info de
    Ce n’est pas une info de Mediapart mais du quotidien algérien Reporters qui a été reprise par Mediapart




    0



    0
    Mahdi
    16 juin 2013 - 7 h 16 min

    revoilà el keddabine !!! ils
    revoilà el keddabine !!! ils ont raté un épisode ou quoi ? paraît que l’usine en question repose sur très grande superficie, en plein centre d’alger ! mais bon ! je pense bien que c’est des hassadine ces gens-là, ils veulent lui voler l’affaire comme quoi l’algérie leur appartient ! toton cherif a les mains longues ! occupez vous du rachat de djezzy qui n’a que trop tardé car au moins cette affaire coûte plus de 8 milliards de dollars ya dini. Mais le russe monsieur Dragunov s’oppose ! y a comme du réchauffé dans ces histoires !




    0



    0
    syriano
    16 juin 2013 - 1 h 42 min

    Une opposition est
    Une opposition est incontestable.
    Il faut a tout prix proteger les secteurs clefs,déja que nous avons une industrie a la traine,le rachat de cevital par michelin est suicidaire.
    L’Etat a le devoir de s’y opposer ,espérons fermement.




    0



    0
    Anonyme
    15 juin 2013 - 21 h 35 min

    « Le gouvernement est dans son
    « Le gouvernement est dans son rôle lorsqu’il empêche un homme d’affaires cupide de fermer une usine  »
    vaut mieux lire ça qu’être aveugle.. qui vous dit que Rebrab (qui est un brillant homme d’affaires quoi que vous disiez) va fermer l’usine.. c’est halucinant..




    0



    0
    inspektor Tahar
    15 juin 2013 - 20 h 40 min

    L’Etat algérien s’opposerait
    L’Etat algérien s’opposerait au rachat de Michelin par Cevital…Difficile de connaître ce qui se passé en réalité derrière la porte de cette situation, Cevital et Rabrab sont ils en train de magouiller avec Michelin…? Est ce que Michelin fait du chantage pour obtenir des subventions du gouvernement algerie afin de rester en Algerie….? Des gros transferts de devises a l’étranger par Cevital ou autre gimmick? Peut on acheter uniquement les équipements de Michelin et utiliser d autres brevets japonais ou autre pour continuer la fabrication de pneus en Algerie…?




    0



    0
    X man
    15 juin 2013 - 20 h 26 min

    Tout doit retourner a l
    Tout doit retourner a l ETAT.
    L interet prive ne dervrait jamais primer sur l interet general.
    Demandez vous pourquoi les ennemis des peuples privilégient le prive sur le national.
    Le prive , dans les grosses affaires n est qu un cheval de Troie pour arriver a la grande cite tant voulue.




    0



    0
    Horizon
    15 juin 2013 - 19 h 30 min

    Seul l’intérêt de l’Algérie
    Seul l’intérêt de l’Algérie et de son peuple vaut et prime avant tout le reste .
    Pas d’émotion ou de sentiment quand il s’agit de notre AVENIR et celui de nôtre pays .
    Voyez ceux que font les occidentaux aux peuples Musulmans dans le monde entier .
    Cela ne vous suffit-il pas a ouvrir les yeux .




    0



    0
    Anonyme
    15 juin 2013 - 18 h 38 min

    Si l’Algérie utilise son
    Si l’Algérie utilise son droit de préemption de manière ferme, sans revenir en arrière, cela sera un message fort. les intérêts du citoyen passent avant ceux des rapaces et trouillards. Le développement de SNVI avec un taux d’intégration maximum, induit la survie de cette unité de pneumatiques pour poids lourds. Si Cevital s’engage, donne la preuve et dans l’immédiat qu’il fera mieux que cette unité pourquoi pas sans rupture d’approvisionnement et sans importation Ok, dans le cas contraire _ est c’est le propre de Rabrab- ce droit que détient le citoyen Algerien à travers l’exécutif doit être exécuté sans délai. Pour info, une bonne partie des partie des pneumatiques détinés aux véhicules de l’ANP sont fournis par cette unité, sans parler des futurs véhicules …. de Tiaret et Khenchela. Il n’est pas question qu’un individu mette l’équipement de l’ANP en danger.




    0



    0
    Nenuphar
    15 juin 2013 - 16 h 50 min

    Pour une fois, l’état
    Pour une fois, l’état algérien, incarné par Sellal apeut-être pris la bonne décision en refusant la solution de Rebrab qui a acheté une coquille vide et en se positionnant comme un vulgaire baron de l’import puisqu’il envisage de distribuer en Algérie les pneus de Michelin, fabriqués ailleurs que dans le pays de consommation.
    Maintenant, il faut voir qu’elle est la portée de l’accord signé entre Michelin et Rebrab car il ne faudrait pas qu’il paye des pénalités pour non respect du contrat de cession qu’il a apparemment signé. A moins qu’on veuille là aussi faire payer Rebrab de sa volonté à s’émanciper du carcan bureaucratique.




    0



    0
    TARIK - BAB EL OUED-
    15 juin 2013 - 16 h 24 min

    CETTE USINE FABRIQUE
    CETTE USINE FABRIQUE UNIQUEMENT DES PNEUS POIDS LOURD :
    7.50 R 16 XS SPÉCIALES SABLE DESTINÉES A L’ARMÉE (ANP),DES PNEUS 315/80 R 22.5 XZE POUR LES TRACTEURS A SEMI REMORQUES,DES PNEUS 10 R 22.5 XZA POUR LES BUS URBAINS ET SUBURBAINS ( SNVI) .TANDIS QUE LES PNEUS TOURISME SONT IMPORTÉS DE L’ÉTRANGER .
    Mr.ISSAD REBRAB POSSÈDE ACTUELLEMENT UNE SOCIÉTÉ AU NOM DE  » ALTICO SPA  » QUI DISTRIBUE DES PNEUS « GOOD YEAR  » ET QUI N’ARRIVE PAS A S’IMPOSER DEVANT L’INFORMEL ET LA CONCURRENCE DÉLOYALE DES IMPORTATEURS DE PNEUS  » JACKIE CHAN « .DONC MONSIEUR REBRAB VISE LE MARCHE DES NOUVELLES « 4X4 MERCEDES  » DE L’ARMÉE AINSI QUE L’USINE RENAULT.




    0



    0
    Jeune Algérien
    15 juin 2013 - 14 h 43 min

    Le gouvernement Algérien a
    Le gouvernement Algérien a agit des que l’information est devenue publique.
    Vous voulez quoi? Que l’état Algérien espionne Cevital et Michelin Algérie?

    Dieu merci, l’Algérie respecte la vie privée des gens et nous n’avons pas de NSA pour lire les comptes Facebook et Yahoo de Rebrab et mettre sur écoute ses téléphones portables.

    La critique pour la critique c’est lassant.

    Le gouvernement est dans son rôle lorsqu’il empêche un homme d’affaires cupide de fermer une usine et de mettre au chômage des centaines de salariés pour les remplacer par de l’import-import financé par les lignes de crédits des banques publiques.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.