Les redresseurs du RND à Bensalah : «Vous jouez avec le feu !»

Les redresseurs du RND adressent une sévère mise en garde au secrétaire général par intérim, Abdelkader Bensalah. Mécontents de la démarche suivie pour préparer le 4e congrès, les redresseurs, à leur tête Yahia Guidoum et ses proches collaborateurs, menacent de reprendre la contestation pour réclamer, cette fois-ci, le retrait de confiance à celui qu’ils accusent d’avoir consolidé la position des pro-Ouyahia. Comme premier acte exprimant leur mécontentement, les redresseurs ont refusé de répondre à l’appel lancé par Bensalah pour fixer les modalités d’organisation des congrès régionaux. «La démarche est biaisée dès lors que les coordinateurs de wilaya sont les mêmes qu’à l’époque d’Ouyahia. Il aurait été plus judicieux et surtout plus juste d’opérer d’abord des changements dans l’encadrement régional et local avant d’engager ce processus», souligne-t-on. Mais Abdelkader Bensalah a refusé de les écouter. Il n’a fait qu’à sa tête. «Au fil des jours, il nous donne encore la confirmation qu’il travaille pour que rien ne change. D’ailleurs, il continue de s’entourer des anciens collaborateurs d’Ahmed Ouyahia», affirme notre source. Les redresseurs ont demandé le changement de 15 coordinateurs régionaux dont celui d’Alger, Seddik Chihab. En vain. Leur demande est restée, jusque-là, lettre morte. «Maintenir des gens décriés ne va pas faciliter le rassemblement. Au contraire. Bensalah, par sa passivité, est en train d’exacerber les tensions», poursuit notre source. Le pire pour les redresseurs qui ont poussé Ouyahia à démissionner est qu’ils se retrouvent minoritaires au sein de la commission technique de préparation du congrès. Pour eux, «c’est inacceptable». Sur 217 membres de la commission nationale de préparation du congrès, il y a à peine une vingtaine de redresseurs. Le mouvement pour la sauvegarde du RND se sent ainsi humilié. «C’est une gifle et une insulte à notre combat de longue haleine pour préserver le RND», peste notre interlocuteur, pour qui «Bensalah joue avec le feu». Les redresseurs refusent de se taire devant cette «injustice». Pour défendre leur place au sein du parti et éviter un congrès sur mesure au profit des pro-Ouyahia, les redresseurs multiplient les réunions de mobilisation de la base militante. Ils disent envisager tous les scénarios possibles dont celui d’empêcher la tenue des congrès régionaux. «Rien ne va se faire sans nous», jurent-ils, affirmant qu’ils ne laisseraient personne récolter le «fruit» de leur lutte acharnée contre l’ex-secrétaire général. Les redresseurs tiennent à préciser qu’ils se sont révoltés contre les pratiques d’exclusion et de marginalisation de la base militante. Ces pratiques continuent sous Bensalah. «Soit il change de politique, soit on le change», lance notre interlocuteur, sûr de lui. La rentrée sociale risque ainsi d’être «chaude» pour le RND. Le compte à rebours pour la tenue du 4e congrès étant déjà lancé, les redresseurs n’ont plus de temps à perdre. Réussiront-ils à s’imposer au sein du parti comme force du changement ? Gagneraient-ils leur bataille face à Bensalah ? Pas si sûr, tant les élus aussi bien au niveau national qu’aux niveaux local et régional sont avec le secrétaire général par intérim. Le pari semble ainsi difficile à gagner.
Sonia B.

Comment (7)

    Mohamad el Maadi.
    29 juillet 2013 - 21 h 28 min

    On peut penser ce qu’on veut
    On peut penser ce qu’on veut de Ahmed Ouyahia, c’est certainement le seul à avoir la gueule de l’emploi dans ce pays
    Enfin si vous préférez encore des métèques des frontières cela vous regarde, mais a quand un algérien pur-sang dans ce pays ?
    L’on peut parler, a juste, titre de remplacement de population et c’est gravissime comme situation et vous comprendrez pourquoi le Maroc joue au bagarreur avec ceux qui nous gouverne, et bien oui, c’est la même graine de fumier sortie toute droite des burnes de tonton le Boulanger …




    0



    0
    PATRIOTE
    29 juillet 2013 - 16 h 18 min

    Tant que ce genre « de
    Tant que ce genre « de marocains » sont placés à la tête de nos institutions,l’algérie ne se relevera pas!
    Nos généraux qui ont sauvé le pays doivent se rendre à l’évidence,ce n’est pas avec des lâches et des girouettes du même acabit que B… que le pays sortira de sa crise.
    De vrais intellectuels démocrates ,patriotes et désinteressés par l’argent mais intêressés par le développement,la prospérité et l’épanouissement de notre pays existent et ils le savent.
    N’est il pas temps de passer un vrai deal avec ces hommes et femmes qui aiment l’algérie pour une transition harmonieuse?




    0



    0
    Bilal
    29 juillet 2013 - 14 h 07 min

    @ amazigh (non vérifié) | 29.
    @ amazigh (non vérifié) | 29. juillet 2013 – 13:35
    .
    Non ! pas d’Ouyahia y a pas pire v… avec S…
    .
    Jamais, on n’y veillera!!!




    0



    0
    djel
    29 juillet 2013 - 12 h 17 min

    La mafia !!!!!!!!!!!!!!!
    La mafia !!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    Jeune Algerien
    29 juillet 2013 - 11 h 05 min

    Tous ces politicards
    Tous ces politicards devraient travailler a mettre en place un programme sérieux au lieu de se chamailler pour le koursi.
    Le crédibilité est déjà largement entamée, et ils en sont les fossoyeurs.




    0



    0
    Ahmed Ben Ahmed
    29 juillet 2013 - 8 h 28 min

    La Russie et la Chine se sont
    La Russie et la Chine se sont unies pour lutter contre la position de monnaie de réserve principale du dollar. C’est ce qu’a déclaré le célèbre trader américain Russ Winter.

    La Russie et la Chine ont choisi des tactiques similaires : refuser le plus possible de paiement international en dollars et consolider leurs devises en achetant de l’or.

    Moscou encourage activement les transferts transfrontaliers en roubles et limite les échanges en devises. Pékin, quant à lui, commence progressivement à échanger directement le yuan avec l’euro, la livre sterling et le yen. En même temps, la Chine a plusieurs fois augmenté les importations d’or et en achète aujourd’hui plus qu’elle n’en produit. Plus le yuan est approvisionné en or, plus la position de monnaie de réserve principale du dollar est affaiblie.

    Par ailleurs, selon les analystes, il ne s’agit que d’une conséquence. La cause en serait la chute de solvabilité du dollar en général, et de l’économie américaine en particulier. À cause de l’augmentation de la masse monétaire, la devise américaine pourrait voir son cours divisé par deux dans les trois prochaines années. Pékin et Moscou sont donc obligés de protéger leurs monnaies d’un tel scénario et c’est pour cela qu’ils convertissent leurs réserves en or.

    « Premièrement, c’est une transparence totale sur le marché des changes et une grande convertibilité. Deuxièmement, il faut que les instituts financiers des pays qui veulent que leur devise devienne une monnaie de réserve soient fiables et transparents. Troisièmement, c’est la cohérence des actions de l’autorité monétaire. Et enfin, le plus important, il faut que les entreprises aient envie d’utiliser le yuan comme monnaie de base. »

    La Russie, l’Iran, l’Angola, le Soudan et le Vénézuéla se sont mis d’accord pour payer la fourniture de pétrole en yuan. Aujourd’hui, cinq millions de barils de pétrole par jour sont négociés avec la devise chinoise. À la mi-juillet, le volume des tractations directes entre yuan et yen avait doublé un an après le début des manœuvres. Depuis le 4 juillet, Singapour refuse de passer par les services de compensations pour les opérations avec le yuan. En ce qui concerne la Russie, nous n’avons connaissance d’aucun arrangement officiel pour soutenir le yuan. Alekseï Maslov, expert de la Haute École d’économie, note que les actions de Moscou montrent qu’elle soutient le cours de la monnaie chinoise.

    Pour Russ Winter, la prochaine étape consisterait à « enlever la chaise sous les USA, qui ont déjà la corde autour du cou ». Pour cela, la Chine et la Russie doivent absolument approvisionner leur devise en or (elles s’en chargent déjà).

    Toutefois, la majorité des analystes estiment que les chaises à Washington sont curieusement très solides. Pour les faire définitivement fléchir, il faudra au moins 5 à 10 ans.

    Et les USA ne pourront pas inventer une histoire d’arme bactériologique ou une révolte interne pour faire assassiner les présidents de la Russie et de la Chine comme ils l’ont fait avec l’Irak et la Libye pour que le pétrole continue de se transiger en dollars US.

    Et les réserves Algériennes non dilapidées monteraient à 100 voir 80 milliards de dollars.. n’est ce pas?

    Source : french.ruvr.ru




    0



    0
    Boustania
    29 juillet 2013 - 6 h 21 min

    Mais? De quoi se mêle ce
    Mais? De quoi se mêle ce Bensaleh? Je ne comprends pas, ne doit il pas la mettre en veilleuse avec ce qu’il traine?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.