Alexandre Douguine à Algeriepatriotique : «Les forces radicales dans l’islam servent les intérêts des Américains»

Alexandre Douguine. D. R.

Algeriepatriotique : Le président égyptien Morsi, issu des Frères musulmans, a été renversé, et le peuple tunisien demande, à son tour, la destitution du parti islamiste Ennahda au pouvoir. Pensez-vous que les peuples arabes ont pris conscience que le simulacre appelé «printemps arabe» est, à la base, une manipulation au profit de desseins géostratégiques de l’entité sioniste ?

Alexandre Douguine : Je peux donner mon avis à propos de tout ce qui se passe dans le monde arabe. Je ne suis pas musulman. Je peux donner mon avis d’un point de vue géopolitique et en tant que russe qui suit les événements dans le monde arabe. Pour commencer, il faut dire que je crois que la situation politique dans le monde arabe était après la période de la décolonisation manipulée par les pouvoirs étrangers. Donc, on ne peut pas parler de gouvernements arabes parce que dans chaque gouvernement arabe, il y a les grandes puissances étrangères qui sont en jeu. Dans les différents pays arabes, il existe des influences. Donc, on peut parler de printemps arabe, aussi, en se rendant compte qu’il s’agit de certaines manipulations de la part de la force extra-arabe. Il y a certaines croyances profondément enracinées dans les sociétés arabes, en même temps, il y a la manipulation. Le souci des peuples arabes d’organiser leurs sociétés sur les bases de leur culture et de leur religion, de leur vision du monde est tout à fait légitime. Dans beaucoup de pays arabes, actuellement, ce sont de régimes politiques postcoloniaux, d’où le désir des populations de se débarrasser de cette tutelle post-colonialiste occidentale. La situation devient, donc, très compliquée parce qu’on ne peut pas être libre dans le monde actuel, dominé par des puissances géopolitiques importantes. On ne laissera pas les peuples arabes choisir librement comment doit être leur vie, leur chemin historique. L’Occident qui prétend être la force unique globale, aujourd’hui, va vouloir toujours manipuler la situation. Il y a également les désaccords dans le monde arabe. Il y a des forces totalement contradictoires et opposées. Par exemple, dans le contexte de l’Egypte, nous pouvons dire qu’il y a deux branches de musulmans radicaux ; le parti des Frères musulmans de Morsi, orienté vers le Qatar, et les salafistes qui sont en contact avec l’Arabie Saoudite. Proches idéologiquement, mais différents politiquement. En même temps, le Qatar et l’Arabie Saoudite sont manipulés géopolitiquement pas les Etats-Unis. L’armée égyptienne, maintenant au pouvoir, était bien liée à Washington et à l’Etat d’Israël. La tendance démocrate en Egypte est occidentaliste, alors que certains mouvements nationalistes sont beaucoup plus à l’écoute des besoins du peuple égyptien. Il se trouve aussi qu’ils sont manipulés par l’extérieur et, dans ce cas, la situation devient tout à fait compliquée. Morsi, quand il était au pouvoir, menait une politique en faveur des Etats-Unis d’Amérique et Israël. Il a commencé par détruire les bases des Palestiniens et déclaré son hostilité à Bachar Al-Assad. Il a été destitué, mais cela ne veut pas dire que la situation est meilleure. La révolution arabe ou le printemps arabe sont manipulés et dénaturés par les forces étrangères. Je crois que nous avons besoin de rêver de l’islam authentique. Nous avons besoin du sentiment identitaire du monde arabe. Les Arabes doivent décider de leur avenir et construire leurs sociétés sur les bases de leur culture. Seulement, ce n’est pas le cas. Il faut mener jusqu’au bout la lutte anticolonialiste et après cela, on peut songer au futur et à la possibilité de révoltes réelles et non pas manipulées. Je crois que l’éviction de Morsi est une bonne chose, car nous avons vu que la société égyptienne refusait sa politique pro-américaine, anti-syrienne, et celle des Frères musulmans en général, parce que l’islam radical et extrémiste n’a rien à voir avec l’islam traditionnel à ce que je sais. Les forces radicales dans l’islam servent toujours les intérêts des Américains, partout. C’est l’analyse objective et sans parti pris. Je crois, donc, que deux forces importantes doivent prendre les décisions dans le monde arabe, au vu des événements qui se déroulent : le peuple arabe lui-même, parce qu’il doit être souverain, libre et indépendant dans ses décisions, et la religion authentique et profondément enracinée dans ce peuple, l’islam traditionnel. Je crois que maintenant il y a beaucoup de personnages qui se proposent d’être les chefs spirituels et religieux alors qu’ils travaillent pour des puissances qui n’ont rien à voir avec le monde arabe, telles que les Etats-Unis, le pays le plus satanique et antireligieux du monde. Le libéralisme occidental est agressif, séculaire, maçonnique et complètement antitraditionnel et je ne comprends pas comment peut-on collaborer avec les Etats-Unis en défendant les valeurs islamiques. Je crois que c’est tout à fait contradictoire et, dans ce cas, je suis tout à fait d’accord avec Cheikh Imran Hosein, que je tiens en très grande estime, pour dire que le peuple arabe et le monde musulman ont besoin de retour aux vraies traditions islamiques, ce qui exclut toute collaboration avec les forces de l’Occident qui sont celles du Dajjal.

D’aucuns estiment que le modèle algérien dans la lutte antiterroriste et ensuite dans la politique de réconciliation pourrait répondre aux besoins de ces nations qui sombrent dans le chaos. Quel est votre avis là-dessus ?

Je ne suis pas, suffisamment, au courant de la vie politique en Algérie. A mon avis, la situation en Algérie, actuellement, est critique parce qu’il y a tant de contradictions qui ne sont pas résolues. Il y a tant de tensions entre différents groupes, notamment ethniques, tels les Berbères qui possèdent leur propre identité ethnique nationale et culturelle. Il y a aussi la présence évidente de la France, de l’Europe en Algérie jusqu’à ce jour. Il y a, également, des forces ultra-radicales avec l’appui du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Et il y a, aussi, certaines demandes légitimes de la population pour qui le pays devra répondre aux besoins de son peuple et non pas à ceux de tel ou tel clan politique ou économique. Cela étant, si la situation reste telle quelle, on arrivera à une crise tôt ou tard. Ce compromis postcolonial qui est en place en Algérie ne peut pas durer éternellement, donc, il faut proposer des solutions, lesquelles ne doivent pas être uniquement pour l’Algérie, mais pour tout le monde arabe ; il faut suggérer des stratégies pour le monde arabe pour ne pas être divisés, manipulés et pour ne pas détruire les Etats et les sociétés, dans des guerres civiles, comme c’est le cas de la Libye, de l’Iraq et maintenant de la Syrie. Il y aura beaucoup de morts, mais aucune justice, ni liberté ni identité. Les Arabes doivent penser à leur identité, à leur géopolitique. J’ai écrit un livre, traduit en arabe, intitulé Les fondements de la géopolitique.

En Turquie, mon livre a suscité beaucoup d’intérêt, voire des conséquences politiques. Les Turcs ont adapté la vision eurasiste géopolitique, où dans le centre se trouve l’Eurasie et la Russie, et non pas les Etats-Unis et l’Occident, et ils ont construit sur cette base la vision géopolitique turque. Nous avons besoin d’une chose pareille pour le monde arabe et dans ce cas, il faut baser certaines idées géopolitiques sur l’islam. Ce qui est important, c’est de créer la vision géopolitique du monde arabe dans la situation actuelle, ayant pour centre, non pas les Etats-Unis, l’Europe ou l’Occident, mais plutôt le monde arabe lui-même. Nous avons besoin d’une géopolitique indépendante pour résoudre la situation générale. Mon livre n’a pas été pris comme modèle par le gouvernement actuel, c’est plutôt l’opposition en Turquie qui a tiré toutes les conclusions, parce le régime d’Erdogan suit les ordres de Washington. J’ai voulu dire dans mon livre qu’il faut développer la réflexion géopolitique pour proposer certains projets communs au monde arabe et comment sortir de la tutelle étrangère.

Pensez-vous que la position de l’Algérie vis-à-vis des événements qui ont secoué la région arabe lui vaudra d’être la prochaine cible des sionistes ?

Oui, je suis presque certain que l’Algérie sera la prochaine cible. Parce que l’Algérie possède tous les facteurs pour être déstabilisée. Il y a tant de tensions entre le gouvernement, le peuple et les différents partis politiques, ethniques et culturels, qu’ils ne laisseront pas les Algériens tranquilles. Dans les printemps arabes, les forces extérieures ont joué un rôle très important, car dans le monde actuel, nous ne pouvons pas être souverains s’il manque le facteur stratégique. Les pays souverains sont les Etats-Unis, l’Europe unie, la Chine, en partie la Russie et peut-être l’Inde. Les autres pays ne sont plus souverains. Ils ne peuvent pas, dans ce cas, décider de leur futur. Et je crois que l’Algérie ne pourra jamais s’en sortir si elle maintient le statu quo, et si elle n’œuvre pas pour trouver une solution globale pour les problèmes du monde arabe. On ne peut pas isoler un Etat arabe du monde arabe. La structure du monde arabe telle que je la connais est la même pour tous les pays : la même religion, la même langue, plus au moins la même culture et la même situation socioéconomique. Je pense qu’il faut être activement engagé. Ce qui se produit en Syrie concerne chaque Algérien. Tout ce qui se passe en Irak concerne chaque Algérien. Nous ne pouvons pas être libres et indépendants de tout ce qui se produit dans le monde arabe. Ni le Maroc, ni la Tunisie, ni l’Algérie ne possèdent l’immunité contre ces événements. Et pour participer et agir, il faut avoir un programme, ce qui est le cas chez les Occidentaux. Les autorités algériennes sont dans une situation assez difficile : ou elles suivent les ordres de l’Occident ou elles connaîtront tôt ou tard une situation «révolutionnaire. L’Occident veut installer le pouvoir mondial unipolaire. C’est en quelque sorte le pouvoir de la Bête apocalyptique Dajjal, et il ne laissera jamais tranquilles les autres peuples. On nous ne donne pas la possibilité de nous gouverner par nous-mêmes, on est toujours sous contrôle. Nous, en Russie, qui possédons l’arme nucléaire et beaucoup plus de possibilités et de facilités pour nous gérer de manière autonome, nous sommes sous une grande pression occidentale. Ils veulent nous manipuler comme ils manipulent les autres pays. Nous avons besoin de plan général et commun pour notre lutte afin de créer un monde plus juste, multipolaire en respectant les religions et les peuples.

L’objectif du salafisme transnational est dévoilé au grand jour dans les pays touchés par ce fléau. Qu’est-ce qui empêche une union de ces Etats pour éradiquer à jamais ce mal ?

Le salafisme est un courant de l’islam qui, à partir des années 1980, se retrouve manipulé par les Américains. Partout dans le monde, les Américains utilisent, de telle ou telle manière, le salafisme pour leurs intérêts géopolitiques. Le salafisme était absent de l’islam russe. Aucun des musulmans russes n’était partisan du salafisme et cette manière d’expliquer le Coran et les hadiths du prophète Mohamed était tout à fait étrangère aux Russes musulmans. Pour certains, cette tradition du salafisme est naturelle. Ce sont des gens qui ont une foi islamique simple et qui sont inconsciemment manipulés par les Américains. Il faut faire une distinction entre le salafisme politique manipulé par les Etats-Unis et Israël, et les croyants qui suivent cette manière littéraire de l’interprétation du Coran et du hadith. A mon avis et après cette distinction, il faut se poser la question suivante : en étant musulman, peut-on être collaborateur des Américains et les considérer comme un allié dans la lutte contre des ennemis tels les salafistes ou ceux qui ne sont pas contre l’islam ? Je connais des salafistes algériens, en France, qui sont tout à fait bons, anti-américains et antimondialistes. C’est leur opinion religieuse. Ils sont enracinés dans l’islam et croient qu’il faut organiser la vie sur la base de l’islam authentique. Je ne vois rien de négatif en cela. Mais lorsqu’on commence à manipuler les tendances religieuses dans un but géopolitique, cela est une autre chose. Je ne crois pas que nous devons lutter contre le salafisme. Nous devons lutter contre la manipulation des tendances religieuses pour les intérêts géopolitiques et colonialistes des Etats-Unis et des pays de l’Otan.

Le soutien de la Russie à la Syrie obéit-il à des considérations idéologiques ou stratégiques ?

Il y a plusieurs raisons à l’appui de Moscou à Bachar Al-Assad. On appuie la Syrie parce qu’elle se trouve dans une zone considérée comme stratégique par la Russie. Après l’arrivée au pouvoir des forces extrémistes en Libye, appuyés par les Occidentaux, l’attitude des Libyens envers la Russie était tout à fait négative. Nous en avons tiré une leçon. Si nous ne soutenons pas le gouvernement syrien actuel, les relations avec la Syrie seront détruites. En même temps, nous avons une base militaire là-bas, donc, il y a aussi une raison pragmatique. Par ailleurs, Poutine comprend très bien que la guerre contre Al-Assad n’est pas une affaire intérieure à la Syrie, mais plutôt une campagne de l’Otan et l’Occident pour faire tomber le gouvernement national, instaurer le chaos, et gouverner avec des marionnettes manipulées par Washington. On peut très bien placer au pouvoir les extrémistes pour avoir le prétexte d’entrer en guerre en Syrie. Moscou ne veut pas laisser les mains libres aux Etats-Unis dans leur politique impérialiste. Si les Etats-Unis et l’Otan peuvent procéder à la manipulation, sans contestation, des autres pays, ce sera la fin de toutes les libertés et de tous les choix possibles. Moscou comprend également qu’après la chute possible du gouvernement de Bachar Al-Assad, la seconde cible sera l’Iran et la troisième nous-mêmes. C’est une opération en trois phases. Détruire Al-Assad, attaquer l’Iran et déstabiliser la Russie à partir du Caucase du Nord où la situation n’est pas très bonne. On y retrouve les mêmes forces qui luttent en Syrie et en Libye, des salafistes manipulés par l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Américains. Ils veulent nous faire subir le même sort. Tout ceci est pragmatique, idéologique et stratégique ; il s’agit aussi du refus de la vision du monde unipolaire.

Interview réalisée par Mohamed El-Ghazi

Demain : «Musulmans et chrétiens doivent s’unir contre l’idéologie libérale totalitaire»

Comment (35)

    S.S.A
    13 août 2013 - 21 h 11 min

    Assalam Oura3laykoum
    A Par

    Assalam Oura3laykoum

    A Par Crimo (non vérifié) | 13. août 2013 – 16:13
    A Par maleh (non vérifié) | 13. août 2013 – 10:32

    A Maleh, j’accepte tes formes d’excuses et ton désir de paix et y réponds »Haddar ». Je ne suis un IMAZIGHENT libre et Berbère Tifinagh(cad guerrier Libre, mais tu le sais déjà) que contre les Ennemis de l’Algérie qui sont nombreux et pullulent et nous sommes tous à cran et état d’alerte maximale c’est vrai. Pour ma part, je te pardonne ton intervention à mon égard et suis prêt à participer au débat(d’autant que ca nous enrichi même quand ca vient des chiens du Makhzen).

    A Crimo, merci, mon frère pour ton Kheïr et ta médiation bénéfique et je regrette sincèrement le clasch entre Maleh(Lehma ou viande ou plus exactement Dergazz du coeur) et je n’aspire aussi qu’à la paix avec mes frères, je reste persuadé(et j’en fais aussi des erreurs du D.A.L.M) que lorsque l’on a un doute, au lieu d’être directement méchant, c’est de poser la question à l’intéressé. Mais, bon, j’en fait pas un fromage.
    Je pardonne à tous ceux qui m’ont causé du tord sur ce site et je demande à ce que je le sois aussi à certains qui se sont senti visé par une forme de H.O.G.R.A de ma part. Telle n’était pas mon intention, sauf ceux qui combattent mon Noble Pays avec leurs idées rétrogrades et qui veulent nous couler.

    Assalam Oura3laykoum.

    Crimo
    13 août 2013 - 15 h 13 min

    S.A.A et Maleh, vous êtes
    S.A.A et Maleh, vous êtes tous les deux des frères sincères voulant le bien de notre pays, de vrais patriotes algériens, une sincérités qui s’expriment à travers vos postes, ne laissez pas svp nos ennemis nous diviser. Il y a parfois des malentendus, mais la bonne foi qui règne entre les gens de bonne volonté, devrait les dissiper. Oua Salam Oura3laïkoum

    maleh
    13 août 2013 - 9 h 32 min

    @Par S.S.A (non vérifié) |
    @Par S.S.A (non vérifié) | 13. août 2013 – 5:10
    Je requiers la paix. Notre pays a coulé et coule encore sous les ovations et les compliments anesthésiants hérités du temps du FLN. Tel était le sens de ma remarque et je n’ai jamais compté te caser comme étant militant du FLN. J’ai juste trouvé que l’expression se prête bien à la circonstance.
    KKim Dhi Lehna

    S.S.A
    13 août 2013 - 4 h 10 min

    Assalam Oura3laykoum
    Par

    Assalam Oura3laykoum
    Par maleh (non vérifié) | 12. août 2013 – 21:03

    Si les actes sont plus éloquents que les mots (Mutanabi) qu’est ce qui te permet de m’agresser avec des mots, tel ton commentaire partisan et accusateur d’être à la solde du Fln. Pour les insultes, j’ai insulté l’intervention des chiens du Makhzen que je croyais seul qualifié à agresser de la sorte, si j’avais eu le début d’un doute que tu es Algérien je t’aurais parlé autrement. Je n’ai pas le droit selon toi d’approuver les commentaires avec qui je me sens en phase? Et pour ton histoire de sang Algérien, rien ne le prouve mais je veux bien te croire et dans ce cas-là pourquoi tu m’as accusé d’être un FLnesques, aurait tu des informations sur moi que je n’ai pas?
    Si je suis une raclure de Franco-Algérien-là c’est toi qui insultes- comment pourrais-je être du FLN?
    C’est vrai, je suis né 3 mois après la venue de ma mère en France-fille de Chahid et femme de Chahid- puis elle est retourné 2 ans après en Algérie ou j’y ai vécu et y vis encore(bien que je fasse des aller-retour en France).
    C’est pour cette raison que je suis une raclure comme tu dis, au contact de prétendu Algérien comme toi, on se refait pas. Tu aurais gardé tes réflexions haineuses pour toi, je ne t’aurai jamais répondu de la sorte. Et je suis prêt à te pardonner si tu es Sincère et Authentique.
    Pour le couteau, t’inquiètes, ma mère m’a bien élevé et m’a bien appris à m’en servir et une certaine ANP aussi.
    Tu t’es trompé sur moi sur toute la ligne comme moi en pensant que tu étais un chien du Makhzen d’ou ma réaction Algérienne et Amazigh Berbère Tifinagh. Si tu veux venir me trouver, descends à Ghazaouet au port, et demande Toufik El Gawwri(c’est mon surnom) à la PAF, mes frères te ramèneront à moi et on ira boire un café.
    La raclure qui te salue.

    Assalam Oura3laykoum.

    maleh
    12 août 2013 - 20 h 03 min

    @S.S.A (non vérifié) | 12.
    @S.S.A (non vérifié) | 12. août 2013 – 15:41
    Mais je t’en prie, insulte-moi encore et encore, lâche-toi que le peuple puisse te voir à l’oeuvre.
    Concernant mon sang algérien, allez je te la fais courte, connais-tu l’histoire de ‘IAGGOUMA A WELTMA’?
    Une autre, « Sennen irgazen A ouma wadh iaggouren dhi thallest, iness adiess adiess »
    Toi, tu es juste une ra(…) franco-algérienne de province employant les armes de défenses des autres
    Sais-tu aiguiser un couteau manuellement? ou as-tu besoin de demander à ta maman comment faire?
    Allez, je te termine au sol à coup de vers supérieurs en pur arabe littéraire :
    على قدر أهل العزم تأتي العزائم و تأتي على قدر الكرام المكارم

    Tu sais où me trouver alors, bonne recherche
    P.S : maleh est le verlan de lehma, les algériens savent ce que ça signifie.

    S.S.A
    12 août 2013 - 14 h 41 min

    Assalam Oura3laykoum
    A Par

    Assalam Oura3laykoum

    A Par maleh (non vérifié) | 12. août 2013 – 12:15

    Toi, le chien du Makhzen, tu gardes tes réflexions haineuses pour ton roitelet sidaïque le M666, celui qui vous anesthésient tous les jours avec sa drogue et qui vous ordonnent de venir polluer le site des Vrai Patriotes Algériens avec votre toxicité de l’haleine puante que vous dégagez à force d’être Zatléne et pas la peine de te faire passer pour un Algérien, ca fait un moment que je suis ta phraséologie merdique d’infiltration,tu t’infiltres ici et tu tombes dans nos pièges lorsque nous disons que l’Algérie est Amazigh Berbère et Tifinagh et pas arabe, et tu vois, ca ne fait réagir qu’un marocki khanèzez comme toi.
    Tu vois, je ne sais pas que distribuer des fleurs, c… du Makhzen que tu es. Tu mérites bien ton pseudo pourri gardes-le.

    Assaem Ou3alika

    hamaili
    12 août 2013 - 12 h 52 min

    A MOHAMED El MADI .je vous
    A MOHAMED El MADI .je vous comprend mon frère , mais sachez une chose que c’est dans l’adversité que les rangs se forment , svp ne sous-estimons pas les ALGERIENS peupler de kabyles,,mzabs,Chaouis ,depuis que l’Algérie existe nous avons toujours sût nous défendre , surtout maintenant mon frère ,je fait confiance aux courage de mes frères et soeurs ALGERIENS…la France nous la connaissons parfaitement dans tout ces recoins…

    maleh
    12 août 2013 - 12 h 27 min

    @Securitatea (non vérifié) |
    @Securitatea (non vérifié) | 12. août 2013 – 12:42
    Où est la difficulté à saisir que le berbère n’est pas juste une langue, il s’agit d’une « identité, une terre avec une culture et une histoire » et c’est cela que @Crimo s’est évertué à expliquer. Essaye de faire le parallèle avec les Français quand ils s’assument Gaulois avant tout tout en affirmant les influences grecques, latines et germaniques.
    Quant au parler courant algérien, ça n’est pas de l’arabe mais bel et bien un dialecte.

    Securitatea
    12 août 2013 - 11 h 42 min

    Je vois que la question
    Je vois que la question berbère reste passionnée. Mais les faits sont là: même si les algériens sont berbères à 90% d’origine, il n’en demeure pas moins que 80% d’entre eux ne parlent que l’Arabe. Maintenant, on peut toujours essayer de reberbériser les « arabophones » d’Algérie….Je doute fort du résultat. Quand le café est mélangé au lait dans la tasse, il devient impossible de retirer le lait du café: ceci pour ceux qui ont dans leur tête la représentation mentale d’une Berbérie purifiée et libérée. C’est bien de vivre avec des fantasmes, mais je doute fort qu’un jour un skikdi, un oranais, un algérien de Mostaghanem se mette à discuter en tamazight avec les autorités….Une chose est de vivre avec des fantasmes, une autre est de vivre avec la réalité.

    Securitatea

    maleh
    12 août 2013 - 11 h 15 min

    @S.S.A (non vérifié) | 12.
    @S.S.A (non vérifié) | 12. août 2013 – 5:52
    Je me demande ce qu’apporte réellement ton intervention au débat à part peut-être distribuer des fleurs FLNesques hautement toxiques et anesthésiantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.