L’entourage du Président verrait bien Saïdani SG du FLN

Selon des indiscrétions, l’ancien président «accidentel» de l’Assemblée populaire nationale, Amar Saïdani, serait sur les tablettes de la haute sphère politique. «On ne voit pas d’inconvénient à ce que Saïdani prenne la tête du FLN», murmure-t-on dans les milieux très au fait des jeux du sérail. «Bien que cette personne qui a atterri au perchoir du Parlement, sans qu’on sache ni comment ni pourquoi, ne soit pas particulièrement appréciée par le président de la République, son entourage la verrait bien comme successeur d’Abdelaziz Belkhadem», nous confie-t-on. Ce choix «secret» porté pour cet homme largement discrédité et sans aucun charisme intervient à un moment où le conflit au sein du FLN se corse et où les deux camps se radicalisent. Ni les proches d’Abdelaziz Belkhadem ni les redresseurs ne sont arrivés à trouver un terrain d’entente pour aplanir le grave différend qui risque de faire imploser le plus vieux parti du pays. L’insistance de certains à vouloir impliquer le président Bouteflika dans cette guerre intestine vise à faire basculer le conflit au profit des pro-Belkhadem, nous explique-t-on. Et cette volonté inavouée de placer Amar Saïdani à la tête du FLN participe de cette manœuvre dont le but est de maintenir le très symbolique Front de libération nationale dans le giron du pouvoir actuel, en cooptant à sa tête un secrétaire général «encore plus docile que son prédécesseur», nous explique-t-on encore. La question demeure entière, encore une fois, de savoir si le Président est au courant de ces tractations ou si ce travail de coulisses se trame dans son dos et, sans doute, en son nom. D’aucuns voient dans l’interminable feuilleton de la bataille rangée entre frères ennemis au sein de la première formation politique du pays le début de la fin de ce parti dont il est demandé la «restitution au peuple», tant de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer que cesse l'atteinte à ce symbole de la Révolution et de l’Indépendance nationales, par des militants qui y voient un moyen de pénétrer dans les arcanes du pouvoir et d’en user à des fins d’enrichissement personnel au détriment de l’intérêt de la communauté. Une éventuelle désignation d’Amar Saïdani à la tête du FLN s’inscrira dans la politique de la cooptation de responsables «transparents» – dans le sens d’invisibles – pour éviter qu’ils ne fassent de l’ombre au chef de l’Etat, qui devra être le seul responsable politique du pays à endosser la paternité des avancées réalisées mais jamais celle des échecs que les pantins assumeront avec ou sans leur consentement. Au rythme où vont les choses, l’échéance de 2014 risque fortement de décevoir.
M. Aït Amara
 

Comment (37)

    Anonyme
    27 août 2013 - 2 h 02 min

    la nomination de saidani ne
    la nomination de saidani ne tiens pas la route s’est juste une manœuvre pour occuper la galerie la question du 4éme mandat est pratiquement impossible je suis sur qu’au dernier moment ils sortirons un soit disant candidat du consensus




    0



    0
    Anonyme
    26 août 2013 - 23 h 26 min

    avec cette personne , on veut
    avec cette personne , on veut tout simplement décrédibiliser pour toujours le FLN .




    0



    0
    AL
    26 août 2013 - 20 h 50 min

    « La question demeure entière,
    « La question demeure entière, encore une fois, de savoir si le Président est au courant de ces tractations ou si ce travail de coulisses se trame dans son dos et, sans doute, en son nom »
    Visite du 1er ministre à Jijel :
    (…)rassure que «le président de la République sait tout ce que vous dites, il est satisfait du gouvernement? ne pensez pas que l’Algérie a beaucoup d’argent, d’ailleurs le président nous a demandé de ne pas tout dépenser, et d’en épargner pour l’avenir (…) ( extrait d’un article du quotidien d’Oran)




    0



    0
    Dair
    26 août 2013 - 19 h 51 min

    Pauvre Algérie.
    Que voulez

    Pauvre Algérie.
    Que voulez vous faire de mon pays, svp partez et laissez nous tranquille !!
    Allahouma Aide nous !!




    0



    0
    Khemisti
    26 août 2013 - 17 h 34 min

    Oui c’est un fils de
    Oui c’est un fils de l’Algérie, mais il traine de trop de casseroles! Et puis le FLN de maintenant on n’en veut pas!

    On veut que notre pays soit gouverné par des jeunes diplômés, intelligents et patriotes!

    (Et surtout ayant des parents Algériens!)




    0



    0
    Aguelidh modeste
    26 août 2013 - 16 h 56 min

    C’est quoi ce fln version
    C’est quoi ce fln version 1962; un parti, un mouvement, une organisation? Le peuple algérien sait que cette organisation qui usurpe le FLN, ne représente que les appareils digestifs des DJIAA3NIN, DJIAA3NIN frappé par la MADJAA3A dont l’appétit est venue juste après que ses fondateurs aient disparu à la façon que tout le monde sait.

    Tout ce beau monde qui rodent dans cette Organisation n’a aucun autre but que de trahir, trahir, trahir toujours la mémoire des valeureux martyrs qui ont libéré le pays et ont écrit une grande histoire avec un grand H. Ces  »militants » doivent savoir qu’ils sont redevables d’une grande escroquerie dans le détournement du fleuve.

    Le vrai FLN a tenu un congrès, sous la barbe des parachutistes français et de leurs services secrets, nommé CONGRES DE LA SOUMMAM et a fait d’Alger le 2ème Dien Bien Phu non pas pour détourner les puits de pétrole et se soigner chez nos bourreaux.

    « Je préfère mourir avant l’indépendance pour ne pas assister à vos déchirements pour le pouvoir ! » citation Larbi Ben M’hidi. Gloire à nos Martyrs, vive notre Algérie.Allez vous-en.




    0



    0
    tifus
    26 août 2013 - 13 h 34 min

    saidani est un fils de l
    saidani est un fils de l algerie et mon frere mais ce n’est pas un grand ila a peut de carisme




    0



    0
    AnonymeKELAM
    26 août 2013 - 11 h 52 min

    la politique c’est comme un
    la politique c’est comme un grand théatre ou chacun joue un role :soit on lui donne soit c’est le grand acteur le peuple regard selon sa position d’un strapontin ou un fauteil: la récréaqtion on mange un bonbon ou une créme.




    0



    0
    nationaliste
    26 août 2013 - 11 h 43 min

    allez c reparti pour un
    allez c reparti pour un nouvel episode des trafiquants barbus; belkhakh.. espere sauver sa tete en soutenant un voyou comme lui. c tout ce que merite l’Algerie???? Ca suffit passons aux choses serieuses.
    On en a marre de voir ces pro-iraniens et ces ecervelles aspirer a etre des personnes importantes alors que tout le monde (eux les premiers) que ce ne sont que des minables a commencer par leur chef……..




    0



    0
    akli
    26 août 2013 - 11 h 39 min

    a ya la tète de ce mec, il
    a ya la tète de ce mec, il fait peur rouh a l algerie




    0



    0
    Abou Stroff
    26 août 2013 - 9 h 46 min

    saïdani ou saadani est
    saïdani ou saadani est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. en effet, ceux qui nous dirigent (ou le système en général ou la marabunta qui nous gouverne) ont constamment besoin d’énergumènes trainant le plus de casseroles possibles. et c’est grâce à ces énergumènes qui agissent comme interface entre ceux qui nous dirigent et nous, les individus lambda, que le système fonctionne sans accroc. ces énergumènes, n’ayant aucune personnalité, vils et bas, étant manipulables à souhait, servent le système qui les nourrit et qui leur octroie quelques privilèges (voir le PNDA, par exemple) qui leur font oublier qu’ils sont minables (malgré leur expertise dans la zorna). saïdani ou saadani est l’archétype du dirigeant (apparent) qui ne peut qu’appliquer les directives venues d' »ailleurs ». des saïdani, on en trouve à tous les niveaux, dans toutes les administrations (wilaya, daïras, sociétés nationales, etc.)et dans toutes les universités (là où l' »élite » est supposée se former) où ils occupent les postes de chefs de département, de doyens, de recteurs et même de ministres. ne parlons pas des walis, par exemple, qui servent leurs « patrons » (des frangins, des généraux ou des ministres) et se servent en passant. moralité de l’histoire: tant que le pétrole et le gaz coulent à flot, des saïdani, des barkat, des bout…… et des ould n’importe quoi ne peuvent avoir qu’une vie heureuse et un avenir radieux.
    PS: en attendant, « prions » pour qu’un tsunami s’abatte sur la tête de la marabunta qui nous gouverne




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.