Le gouvernement prépare son lifting pour la rentrée

La rentrée sociale pourrait commencer par un changement au sein du gouvernement. Selon des sources dignes de foi, plusieurs portefeuilles ministériels changeraient de tête. Une dizaine de ministres risquent ainsi de quitter l’exécutif pour laisser place à de nouvelles figures. Notre source affirme que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, aurait déjà fourni au chef de l’Etat la liste des ministres qui doivent partir et ceux qui les remplaceront. Ainsi, le ministre de la Santé, Abdelaziz Ziari, devra bientôt quitter l’exécutif, sans gloire. Nommé en septembre 2012 à la tête de cet important département ministériel, Ziari s’est illustré par son manque de tact avec les syndicats du secteur. De l’avis de nombreux observateurs, il n’a pas su gérer les conflits sociaux qui minaient le secteur ni mettre un terme aux pénuries de médicaments. Autre ministre dont le nom est sur la liste des «renvoyés», Mustapha Benbada, en charge du commerce, auquel on reproche le manque d’efficacité dans la régulation des prix des produits qui s’envolent selon la volonté des spéculateurs, qui s’érigent en véritables maîtres du marché. Benbada s’est également illustré par sa promesse non tenue de l’ouverture des commerces durant les jours de l’Aïd. Et pas que cela. Il est également désigné comme responsable de la «bazardisation» de l’Algérie. Autre ministre partant, celui de l’Intérieur, Dahou Ould Kablia. Du haut de ses 76 ans, il aurait lui-même émis le vœu de prendre sa retraite. Amar Tou, ministre des Transports, fait partie également de ceux qui seraient congédiés dès la rentrée. Il s’est distingué au cours de ces dernières années par son inefficacité à garantir une meilleure gestion des grands projets de transport qui cumulent retard sur retard. Le ministre de la Communication, Mohamed Saïd, qui aurait voulu démissionner après l’affaire de Tiguentourine qu’il a très mal géré sur le plan communicationnel, ne figurerait pas dans la composante du prochain nouveau gouvernement. En revanche, plusieurs autres ministres auraient assuré leur maintien grâce à leur allégeance au chef de l’Etat. Il s’agit, entre autres, d’Amar Benyounès, ministre de l’Environnement et de la Ville, et d’Amar Ghoul, ministre des Travaux publics. Dirigeants de deux nouveaux partis récemment agréés, ces deux ministres ont déjà mis leur «outil partisan» au service du chef de l’Etat pour la prochaine présidentielle. Quelle que soit la décision du président Bouteflika, ils resteront ses fervents soutiens. Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh, dont on dit qu’il ne s’entend pas bien avec Sellal, va rester. Il sera l’un des principaux artisans de la prochaine tripartite qui se tiendra fin septembre. Le ministre de la Justice, Mohamed Charfi, ne quittera pas son poste. Il est chargé de veiller sur les différentes affaires de corruption qui sont devant la justice. Le ministre de l’Education, Abdelatif Baba Ahmed, ainsi que celui de l’Enseignement supérieur, Rachid Harraoubia, sont également assurés de poursuivre leur travail au sein du gouvernement Sellal. Leur maintien, affirme notre source, est lié à la nécessité d’assurer la stabilité dans ces deux secteurs névralgiques. Le ministre des Finances, Karim Djoudi, en désaccord avec le Premier ministre par rapport à la politique dépensière du gouvernement, ne bougera pas non plus. Idem pour le ministre de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement, Cherif Rahmani, auteur de la nouvelle stratégie industrielle qui sera dévoilée lors de la prochaine tripartite. Le changement devrait toucher plusieurs autres portefeuilles moins importants comme ceux de la solidarité, de la pêche, du tourisme et de la famille. De nouvelles têtes vont intégrer l’exécutif. Et c’est tout l’objectif recherché par les instigateurs de ce remaniement ministériel qui donnera aux Algériens le gouvernement qui conduira les affaires jusqu’à la présidentielle de 2014. Un gouvernement foncièrement politique dont la mission s’achèvera par l’organisation de ce grand rendez-vous électoral. Un rendez-vous décisif pour l’avenir de l’Algérie qui se trouve à la croisée des chemins.
Sonia B.

Comment (21)

    Anonyme
    3 septembre 2013 - 15 h 49 min

    Un grand coup de balai serait
    Un grand coup de balai serait salutaire ! Qui n’est pas diplomé d’universités émérites , âgé de moins de 55 ans, libéral, non affilié à quelque parti que ce soit, ATHEE, n’a
    pas la légitimité d’être retenu pour 1 poste ministériel !!!
    La vieille clique , RAOUSS , à la retraite et sans pécul !!!!!!!!




    0



    0
    vrirouche
    3 septembre 2013 - 11 h 35 min

    Mais j’ai entendu dire qu’il
    Mais j’ai entendu dire qu’il n’y aura plus de ministéres des moudjahidines (1962-2013 : ça fait 51 ans !) ainsi que celui des Waqfs (ou Ergouad) qui gère la paropagande de diffusion de l’opium cherki et de constructions de mosquées à tout va en lieu et place de stuctures (sportives, éducatives etc…) pour
    la jeunesse . CE SERAIT L’IDEAL ! Mais peut-être que je rêve !




    0



    0
    Karim
    31 août 2013 - 19 h 25 min

    le ministre de l’intérieur a
    le ministre de l’intérieur a fait ses 80 ans le mois de mai passé donc plus que 76 ans comme vous le mentionnez . Je pense aussi que le premier ministre n’a aucune prérogative de suggérer une équipe gouvernementale au président de la république ,il subit les ministres qu’on lui impose.




    0



    0
    Sid'ahmed
    31 août 2013 - 17 h 31 min

    Vivement une réelle
    Vivement une réelle indépendance de l’Algérie en mai 2014 et enfin retrouver les vrais enfants de ce grand pays aux commandes de ses affaires.
    Je suis triste a chaque fois que des amis étrangers me rappellent que nous avons un pays riche avec un peuple pauvre.
    Prouesses des incompétents qui nous gouvernent




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2013 - 17 h 19 min

    ceux qui sont sûrs de rester
    ceux qui sont sûrs de rester portent un grand préjudice au pays ;leurs actions sont irréfléchies car bénéficiant de l’impunité ,ils font ce qu’ils veulent en oubliant que ceux qui les guettent ne visent que leurs commanditaires ;
    ils ont le beurre et l’argent du beurre ;




    0



    0
    lame
    31 août 2013 - 15 h 50 min

    je ne comprends pas comment
    je ne comprends pas comment on change un gouvernement pour quatre mois seulement, à part si on est sur de gagné les élections présidentielles!!!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    Anonymme messkine
    31 août 2013 - 15 h 37 min

    surtout a commencer par
    surtout a commencer par sellal…c est grave qu un comique puisse etre premier ministre…ensuite vindront ceux qui portent les couches culottes…et enfin les chiyatinnes de fakhamatouhou….wallah jusqua aujourdhui je ne sais pas quel est ce fameux programme du president….




    0



    0
    kaled
    31 août 2013 - 14 h 35 min

    Monsieur Bouteflika,président
    Monsieur Bouteflika,président impotent doit en premier lieu remplacer Sellal qui souffre d’un handicape linguistique sérieux.Cet analphabète scolarisé ternit gravement l’image du pays lors de ses interventions et discours au vocabulaire indigent.Voilà le prototype de haut cadre de l’Etat que Bouteflika nomme intentionnellement pour gouverner le pays.Un ignare incompétent servile,soumis même médiocre.




    0



    0
    Mahdi
    31 août 2013 - 13 h 38 min

    Un lifting ? pourquoi faire ?
    Un lifting ? pourquoi faire ? ils se sentent si dégueulasses que ça ? De toute façon :
    – un changement pour la rentrée : une grande partie d’algériens n’est pas concernée
    – un changement pour une tripartite : kifkif
    – un changement pour la préparation des présidentielles de 2014 : LE PEUPLE ALGERIEN CONSIDERE QUE CETTE QUESTION (présidentielle) ne le concerne pas et de ce fait, il ne participera pas aux élections prochaines.
    Circuler y a rien à voir. Les dés son pipés, on pisse dans le sable (hachakoum)




    0



    0
    belgacem
    31 août 2013 - 10 h 34 min

    C’est un pays qui continuera
    C’est un pays qui continuera sa descente aux enfers et ce n’est pas les pseudos forces organisées ramassis de médiocratie qui peuvent quelque chose. Juge wali policier gendarme chercheur général presidane ministre bouliticien faux entrepreneurs et investisseurs sont par milliers les vrais garantisseurs de cette descente aux enfers. Tout a été bâti sur du faux. La faillite est imminente et inévitable




    0



    0
    SiZineddine
    31 août 2013 - 10 h 22 min

    A ces vieillard, il faut dire
    A ces vieillard, il faut dire qu’ils doivent changer les programmes scolaires pour que les futures générations ne soient plus corrompues, ni manipulables à souhait par des precheurs incultes. Sans compter la pédophilie qui avance à grand pas dans notre pays. C’est à l’ecole et dans le systeme scolaire que l’on remedie à ces maux de la societés.
    Il faut mettre des equipe de psychologues, de linguistes et de pédaguoques dans chaques matieres pour préparer nos programmes scolaires. Il faut ajouter une matiere. L’education civique pour preparer une future Algérie forte et souveraine.Il faut identifier les enfants prodiges pour les preparer à concevoir notre technologie de dissuasion en leur offrant, eux et leur parents une vie décente et les preparer à être l’élite scientifique qui gérera nos futures cités technologiques …




    0



    0
    Faridz
    31 août 2013 - 9 h 51 min

    Pour remettre le pays sur
    Pour remettre le pays sur pieds et le peuple au travail, il faut commencer par renvoyer a la maison les Ministres qui continuent a maintenir l’Algérie dans le sous développement et la dépendance vis a vis de l’exterieur a savoir . 1/ L’éducation et la Recherche Scientifique. 2/- La Santé et l’Agriculture.3/- l’Economie et l’Investissement.

    Sans parler des Ministre qui traites le peuple comme des sujets de sa Majesté (Intérieur et Collectivites locales – Industrie ….) ou encore ceux qui sont plus citoyen francais que Ministre d’un Gouvernement d’un pays qui prétend etre  »indépendant » et qui par ailleurs, pillulent dans les hautes fonctions ministerielles (ex. Finances- etc…)




    0



    0
    Anole vigile nyme
    31 août 2013 - 9 h 41 min

    Encore un changement
    Encore un changement cosmétique ! Et de quelle présidentielle parlez vous celle de 2017? LA DÉSIGNATION BURLESQUE DE SAIDANI A LA TÈTE DU FLN EN ATTENDANT CELLE D’UNE AUTRE MARIONNETTE A LA TÈTE DU RND N’A D’AUTRE BUT QUE DE FAIRE PASSER UNE CONSTITUTION AMENDÉE AVEC UN MANDAT PRÉSIDENTIEL DE SEPT ANS § AINSI LE TOUR EST JOUÉ ET BOUTEFLIKA GAGNE DEUX ANS POUR FAIRE DISPARAÎTRE LES LOURDS DOSSIERS DE CORRUPTION §§




    0



    0
    Abou Stroff
    31 août 2013 - 9 h 06 min

    le seul vrai lifting se
    le seul vrai lifting se réalisera lorsque tous les fossiles vivants qui nous gouvernent auront disparu de notre vue. que signifierait un lifting qui garderait des gus qui ne pourraient sortir que munis de couches-culottes pour adultes?




    0



    0
    Wahrani
    31 août 2013 - 7 h 14 min

    On prend les mêmes voleurs,
    On prend les mêmes voleurs, saboteurs et diviseurs et on recommence! mauvaise graine!




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2013 - 1 h 14 min

    Du calme!
    Du calme!




    0



    0
    Hajar
    30 août 2013 - 23 h 17 min

    Et que devient la chargée de
    Et que devient la chargée de l’Inculture? Vous l’avez oubliée? Ou est-elle donc si intouchable ? J’imagine que ses talents de « meddaha » de service et de grande « chiyyata » devant l’Eternel, la rendront indispensable, cette fois encore, pour continuer à gérer, à la gloire de son fakhamatouhou adoré, les manifestations de « Tlemcen, capitale de la culture islamique » (sans oublier, au passage, ses intérêts bien compris – c.f., entre autre, son dossier bien « gratiné » concernant « Alger, capitale de la Culture arabe », pour lequel elle semble avoir bénéficié d’une amnistie-amnésie de la Justice et des autres secteurs concernés). Il paraît qu’elle rêverait, si elle quitte le gouvernement, du poste de représentante de l’Algérie à l’UNESCO…. Rien que ça!




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    30 août 2013 - 23 h 17 min

    Le gouvernement prépare son
    Le gouvernement prépare son lifting pour la rentrée…Combien de fois depuis 1962 l Algerie a change de gouvernement 113 fois…? Peut on croire que quelque chose va changer en Algerie avec ce nouveau lifting….? l Argent va aller dans d autres poches …and That’s it….business will be conducted as usual




    0



    0
    Antisioniste
    30 août 2013 - 22 h 09 min

    Salamou 3alikoum
    Que se soi

    Salamou 3alikoum

    Que se soi ceux qui parte, ou ceux qui reste, et ceux qui vont être désigné, ils ne sont la que pour la période transitoire qui consiste à maintenir la stabilité jusqu’à la fin des très prochaines élection présidentiels, qui je l’espère seront à la mesure de la maturité de se peuple ainsi que de ses ambitions légitime.

    C’est le prochain président qui devra renouveler le gouvernement celui la même qui est actuellement, se n’est qu’une question de quelques mois.




    0



    0
    Dair
    30 août 2013 - 20 h 43 min

    Harroubia maintenu, où va
    Harroubia maintenu, où va l’université Algérienne !!!




    0



    0
    djazia
    30 août 2013 - 20 h 41 min

    je nai plus confiance en mon
    je nai plus confiance en mon pays!!!on place les personnes non pas pour leur integrité ou leur competence mais plutot à qui serait plus soumis plus « chiat » plus opportuniste !!!suis degoutée!!nos martyrs se retournent ds leur tombe!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.