Algérie Poste : violente charge de la DG contre le Snap

Acerbe. C’est le moins que l’on puisse dire de la réaction de la direction générale d’Algérie Poste par rapport au communiqué du Syndicat national autonome des postiers (Snap) dans lequel ce dernier menace, notamment, de recourir de nouveau au débrayage pour faire aboutir ses revendications socioprofessionnelles. Dans un communiqué adressé à la presse et qui se veut une réponse à la sortie du syndicat, la direction générale d’Algérie Poste va jusqu’à dénier au Snap toute représentation «légale» des travailleurs du secteur. La direction générale accuse même le syndicat d’usurpation de la qualité puisque, d’après elle, le Snap n’a pas d’existence légale. La direction générale ne s’arrête pas là, et le dernier communiqué du Snap n’est visiblement pas resté sans conséquence pour l’organisation syndicale, mais aussi pour les membres qui la composent. La direction générale annonce, en effet, avoir pris des sanctions contre le signataire du communiqué pour le compte du Snap, sans le citer nommément. La relation de travail du concerné a été, d’après la direction générale, suspendue. L’on comprend aisément que le syndicaliste sera licencié, s’il ne l’est pas déjà. Il faut dire que la réaction à l’évidence disproportionnée de la direction générale d’Algérie Poste à l’encontre du Snap risque de provoquer un vent de colère au sein de l’établissement, car l’employeur en question n’a certainement pas oublié que c’est avec les représentants de ce syndicat qu’il avait négocié une sortie de crise lors du mouvement de grève qui avait secoué l’entreprise au début de l’année dernière. Comment peut-on agir ainsi ? Accepter de négocier n’est-ce pas là une preuve de reconnaissance de la représentativité de ce nouveau syndicat qui n’a, certes, pas encore d’existence légale ? C’est d’ailleurs lors de ce débrayage que le Snap est né. Une décision prise par les travailleurs et interprétée comme une gifle pour la centrale syndicale qui s’est retrouvée rejetée par les postiers en colère. La direction générale, dans son communiqué rendu public ce samedi, reproche aux médias ayant repris le contenu de la déclaration du Snap d’avoir été victime d’une manipulation. Mais faut-il le dire, la communication reste le talon d’Achille de la société. Est-il utile ici de rappeler qu’Algeriepatriotique avait pris contact par le passé à plusieurs reprises avec ses responsables, en vain ? Nos sollicitations sont restées sans réponse à chaque fois que nous avons tenté de faire réagir la direction générale par rapport à une information qui touche l’entreprise. Au lieu donc d’accuser la presse de jeter de l’huile sur le feu, n’est-il pas plus judicieux pour cette entité publique d’améliorer ce volet si important dans la gestion de n’importe quelle entreprise ?
Amine Sadek

Comment (3)

    Mahfoudha
    7 janvier 2014 - 7 h 29 min

    arretez votre cinéma ya si
    arretez votre cinéma ya si sadek avec ces syndicats de pacotille ya si sadek et soyez réaliste c plus de la revendication que font ces gens c’est plutot du proxénétisme qu’ils exercent alors arretez de leur servir de tribune.




    0



    0
    Anonyme
    7 janvier 2014 - 6 h 46 min

    illegalité est: anarchie et
    illegalité est: anarchie et disfonctionnement. seul le virus se retrouve dans un disfonctionnement




    0



    0
    Milcha
    6 janvier 2014 - 7 h 01 min

    violente, charge, contre
    violente, charge, contre autant de mots utilisés par si Sadek pour commenter un communiqué d’une institution public, lequel communiqué est escamoté au demeurant. alors c’est juste un syndicat non agrée, inexistant et anonyme qui se trouve victime d’un acharnement d’une grosse et méchante entreprise public(…)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.