Les Tunisiens réussiront

Par Karim Bouali – Une bataille d’une importance capitale non seulement pour la Tunisie mais aussi pour tous les pays de la région, y compris pour nous en Algérie, se déroule actuellement autour de nouvelle Constitution chez nos voisins. Le Parlement tunisien est en train d'expurger la mouture de la Constitution de tous ses aspects «islamistes» : retrait de la charia comme mode de gouvernance, interdiction de l'accusation d'apostasie… La Tunisie prend le chemin inverse que celui emprunté par l'Algérie lorsque le FIS est entré en scène. Les Tunisiens ne veulent pas que leur Loi fondamentale serve à les ramener en arrière à travers des articles qui figeraient des «constantes» à partir d’une interprétation rétrograde de la religion. Les démocrates repoussent les islamistes résolument et intelligemment en s’appuyant sur la volonté exprimée de diverses manières, ces dernières années, par la société tunisienne qui tient à ne pas perdre les acquis de modernité et de tolérance ni les degrés de liberté qui ont fait sa réputation. Dans sa grande majorité, la population tunisienne a rejeté le régime Ben Ali en brandissant des revendications démocratiques et sociales qui ne s’accommodent pas de l’intégrisme. Par un tour de passe-passe, manipulé par les dirigeants des puissances occidentales qui préfèrent un pouvoir islamiste faible à un pouvoir véritablement national, le parti Ennahda s’est retrouvé à la tête du pays. Il a fallu de longs mois d’une mobilisation ininterrompue pour que les Tunisiens se réapproprient leur révolution. Pendant que les forces de sécurité s’attachent à l’éradication des noyaux terroristes qui ont tenté de se développer, la société civile s’oppose à l’hégémonie que les islamistes cherchant à imposer. La Tunisie ne sera pas un Etat islamique mais une république pour tous. Les Tunisiens ont autre chose de plus important à faire que la chasse aux dépassements dans les comportements et dans les tenues vestimentaires par rapport à des normes que les islamistes fixent selon leur bon vouloir. Cela ne signifie pas que le combat est gagné. Récemment, dans ces mêmes colonnes, Algeriepatriotique rapportait l’alerte lancée Mezri Haddad, philosophe et ancien ambassadeur de Tunisie auprès de l’Unesco, à propos des déperditions scolaires qui ont atteint des proportions inquiétantes durant 2012, c'est-à-dire «après la révolution». 100 000 élèves de 6 à 16 ans ont ainsi quitté les bancs de l’école. Pour aller où ? En parallèle, les associations et les établissements préscolaires et scolaires islamistes créés à l’instigation de Rached Ghannouchi ont proliféré. Mais on peut faire confiance aux Tunisiens pour mettre en échec les ruses de guerre de leurs islamistes.
K. B.

Comment (11)

    zarzor
    8 janvier 2014 - 0 h 47 min

    la Tunisie est tatouée salam
    la Tunisie est tatouée salam 3likoum la messe est dite ,un pays cramé pour l’éternité .
    ils le savent bien pourquoi ?




    0



    0
    Laetizia
    8 janvier 2014 - 0 h 24 min

    Merci l’Algérie et surtout
    Merci l’Algérie et surtout merci son peuple qui en a bavé et sert d’exemple à ne pas suivre car il me semble que pour avoir désigné « naïvement » annahda pour les gouverner ils n’avaient pas vraiment idée de l’idéal prétendument démocratique et républicain (conçu selon moi a posteriori) pour lequel ils se sont rebellés, ou soulevés pour les puristes. Ainsi du haut de leur très haut niveau intellectuel de khfefdjis! (Désolée, mais je n’aime pas qu’on rabaisse l’élite algérienne qui existe bel et bien mais qui est marginalisée), ils n’ont pas anticipé le scénario extrémiste qu’a connu lalla Eldzair et ses 50000 morts (ou plus, et au passage salutations patriotiques à Monsieur Zeroual). Moi je n’y crois pas à ce bricolage pseudo idéologique mais je leur souhaite de s’en sortir contrairement à eux qui se sont bien sucrés sur notre dos alors que nous étions entrain de nous faire assassiner. Tahya El Djazaïr !




    0



    0
    Amcum
    7 janvier 2014 - 23 h 47 min

    @ kimpa MAZIGH (non vérifié)
    @ kimpa MAZIGH (non vérifié) | 7. janvier 2014 – 18:48
    Je suis sincèrement curieux de lire quelques exemples parlants et bien documentés, qui peuvent nous expliquer ici cette laicité ancestrale !
    Merci.




    0



    0
    Anonyme
    7 janvier 2014 - 22 h 56 min

    la constitution tunisienne
    la constitution tunisienne semble satisfaire tout le monde, l’Algérie n’a qu’à adapter la constitution tunisienne.




    0



    0
    qu'importe
    7 janvier 2014 - 22 h 02 min

    tant que le politique et le
    tant que le politique et le religieux ne seront pas séparer de façon étanche nous ne nous en sortiront pas , pour le plus grand bénéfice des occidentaux.




    0



    0
    kimpa MAZIGH
    7 janvier 2014 - 17 h 48 min

    En parlant de ça, la laïcité
    En parlant de ça, la laïcité à l’Algérienne existait bien avant la venu de la France en 1830. On n’a pas à inventé un modèle laïc qui pacifie le lien entre pouvoir politique et autorités religieuses mais simplement à remettre au goût du jour et à généraliser à l’ensemble de l’appareil d’Etat et du corps social cette distinction entre les deux. Choses qui par ailleurs se pratiquent encore dans nos villages et sociétés rurales qu’on ne cesse de ringardiser alors qu’elles sont les héritières du respect de toutes les croyances du monde et de la démocratie horizontale première bien avant Athènes !Ne cherchez pas à inventer mais à retrouver la mémoire. Vive l’Algérie algérienne !




    0



    0
    boumi
    7 janvier 2014 - 15 h 58 min

    ennahda a réussi a obtenir
    ennahda a réussi a obtenir « islam religion d’état » comment, expliquez moi, peut on être » libre de conscience » dans un pays qui a institué qu’une religion est » la religion de l’état « donc de tout ses citoyens et institutions? ex: quand un athée ne jeunera pas le mois du Ramadan, on lui dira: ici tu es dans un état ou sa religion est l’islam donc notre état avec ses citoyens jeunent pendant ce mois et lui répondra: je suis citoyen de ce pays et ma « liberté de conscience » me dit que je ne veux pas suivre ce précepte religieux? ils lui répondront:d’accord mais ta « liberté de conscience » chez toi à la maison! donc cela ne modifie rien, au fond, par rapport à maintenant




    0



    0
    S.S.A
    7 janvier 2014 - 15 h 49 min

    Assalam ou3laykoum
    Deux bases

    Assalam ou3laykoum
    Deux bases américaines sont en construction en Tunisie, une base maritime sur le littoral à la pointe Est et une autre à la frontière libyenne.
    Les Tunisiens font profil bas et travaillent en sous-marin -(Ltaht Ltaht)-, ils font les yeux doux à tout le monde lorsqu’ils ont besoin des autres mais ne vous y tromper pas, on ne peut absolument pas leur faire confiance croyez-moi, nous avons eu affaire avec eux, ce ne sont que des lâches qui parle en chantant, se croit intelligent alors qu’ils sont vicieux et au niveau traitrise, ils obtiennent la palme d’Or avec leurs collègues de l’extrême-ouest.
    Faites disparaitre Ennahda politiquement et combattez son bras armée les salafistes si vous êtes des hommes ; mais comme vous ne l’êtes pas rien ne changera et arrêtez de nous rentrer vos merdes et tacots que vous ramenez de chez votre mère la France pour nous les refourguer à la frontière.

    Assalam Ou3laykoum.




    0



    0
    boumi
    7 janvier 2014 - 15 h 34 min

    je pense que vous allez vite
    je pense que vous allez vite en besogne! le monde arabo-musulman est complexe et schizophrène: il veut la démocratie à l’occidentale avec des lois islamiques! on sait très bien que les 2 ne collent pas ensemble et je ne dit pas qu’une est meilleure que l’autre,car en tant que musulman je ne peu critiquer ce que Dieu nous a ordonné! mais le problème est qu’il faut choisir l’un ou l’autre car les 2 mélangées sont une catastrophe qui poussent aux extrémismes des 2 dogmes car elles altèrent l’essence de ces 2 dernieres! c’est pour cela que l’islamisme politique est une catastrophe car il altère le religieux avec le dogme démocratique et aussi l’inverse la démocratie altère le dogme islamique! on veut nous imposer 2 choix, c’est à nous, monde musulman, de pouvoir inventer un nouveau concept au lieu de croire que la solution à l’islamisme et la démocratie avec la laïcité à l’occidentale ou l’inverse!




    0



    0
    Abou Stroff
    7 janvier 2014 - 14 h 55 min

    l’atout de la Tunisie repose
    l’atout de la Tunisie repose sur le fait que l’économie tunisienne se reproduit grâce au travail et que la bourgeoisie tunisienne, avec une élite cultivée et les valeurs que véhicule toute classe bourgeoise, est aux postes de commande. ceux qui sont aux postes de commande (il n’y a qu’à regarder le niveau des débats entre tunisiens de tendances politiques différentes) sont, contrairement à nos augustes dirigeants, cultivés et vivent contrairement à nos augustes dirigeants, pleinement le 21ème siècle. en tunisie, le travailleur qui produit devient rapidement un citoyen conscient de ses droits et de ses devoirs. ce citoyen n’attend aucune miettes (de rente?) d’un quelconque fakhamatouhou (boutef) ou d’un pompier en chef (sellal). à ce titre, le travailleur-producteur tunisien impose, à travers la sélection de sa représentation, la valeur travail comme valeur autour de laquelle gravite la société, dans son ensemble. moralité de l’histoire: les tunisiens ont été éduqué par le grand BOURGUIBA et ont appris à travailler pour vivre. les tunisiens ont tous les atouts en mains pour réussir leur entrée dans le 21ème siècle. peut on en dire autant des algériens qui, quand ils ne volent pas les biens publics, attendent qu' »on » leur distribue des miettes de rente?




    0



    0
    djazair
    7 janvier 2014 - 13 h 25 min

    Bonjour;
    sous couvert de

    Bonjour;

    sous couvert de lutter contre l’extrémisme religieux,la tunisie tombe dans le piège d’une apostasie collective tendue par les soi disant démocrates,ex:communistes laicisants et leurs alliés,le courant des fréros(idiots utiles).

    salutations




    0



    0

Les commentaires sont fermés.