Le président Bouteflika pourra-t-il revenir sur son engagement de quitter le pouvoir en avril prochain ?

Au milieu du fatras engendré par les appels émanant de certaines personnalités intéressées, à l’adresse du président sortant pour briguer un quatrième mandat, la voix du concerné lui-même n’est pas entendue. Aphone, le président de la République s’est vu «détourner» de son engagement, pris lors de sa visite à Sétif en mai 2012, de quitter le pouvoir en même temps que toute sa génération pour laisser la place à une nouvelle catégorie de dirigeants qui ne seront plus issus de la «famille révolutionnaire». La fameuse formule utilisée par Bouteflika lors de son discours, prononcé à un moment où la fumée du «printemps arabe» parvenait jusqu’en Algérie, et où tout le monde attendait que l’incendie prenne, ne souffre aucune ambiguïté, pourtant. Le chef de l’Etat, qui voyait ses homologues arabes tomber l’un après l’autre, et d’une façon brutale, s’était résigné à lâcher les rênes. «Nous ne sommes plus aptes» avait déclaré, à la surprise générale, celui dont la rue pense qu’il «s’accroche au pouvoir coûte que coûte» et qu’il «veut mourir président». Des observateurs avertis sont convaincus que le président Bouteflika aurait dû confirmer son intention de quitter le pouvoir depuis l’hôpital parisien du Val-De-Grâce, de sorte à permettre à la classe politique de se préparer à un rendez-vous présidentiel qui aurait été avancé sur sa date initiale, et d’éviter ainsi au pays d’entrer dans l’engrenage des manœuvres politiciennes actuelles – parfois dangereuses – fondées sur une approche égoïste et clanique. Ces mêmes observateurs pensent que le président sortant devra faire preuve de constance dans ses positions et respecter son engagement pris devant l’opinion publique de ne pas se maintenir au pouvoir et de sortir par la grande porte, en laissant derrière lui l’image d’un chef de l’Etat qui aura choisi de partir pour le bien du pays. En manœuvrant pour pousser le président Bouteflika à briguer un quatrième mandat, les instigateurs de cette politique hasardeuse et nocive veulent étouffer sa volonté exprimée à haute voix, il y a près de deux ans, de rentrer chez lui, après quinze années de pouvoir absolu.
M. Aït Amara
 

Comment (30)

    GUELLIL
    16 janvier 2014 - 21 h 20 min

    Cher (es) Amis Bonjour
    Ma

    Cher (es) Amis Bonjour

    Ma page Facebook:

    https://www.facebook.com/ismail.parislablanche?ref=tn_tnmn

    Mon Blog :

    http://algerlablanchealgerie.skyrock.com/

    Un de mes Article paru sur la presse Algérienne :

    http://algerienetwork.com/algerie/quel-role-pour-la-diasora-algerienne/

    Mes Amis réveillez vous, avant que cela soit trop tard,

    ne laissons pas notre mère Patrie ALGÉRIE de 1Million500 de CHAHID ALLAH YERHAMHOUM qui sont morts pour notre liberté

    Cher (es) Amis Nos chouhadas ainsi que nos enfants , ne nous pardonnerons jamais
    de laisser cette belle Algérie aux mains des incompétents qui s’en mette pleins les poches et profitent de la pauvreté du peuple Algériens pour détourner les richesse de notre pays.

    Des experts ont prouvés que si l’Algérie continue sur sa lancé, d’ici 10-20 ans elle fera faillite.

    Un crash économique des plus importants.

    Réfléchissons dès maintenant aux conséquences de notre attitude sur l’avenir du futur de nos enfants et l’héritage qu’on leur laissera.

    Questions aux responsables Algériens de passer et du Présent….

    • Pourquoi notre jeunesse Fleurissante s’immolent ?

    • Pourquoi notre Jeunesses Fleurissante El HARRAGA traverse la Méditerranée à leur risques et périls?

    • Pourquoi notre Jeunesses Fleurissante est-elle écrasée, ignorée, discriminée par le pouvoir ?

    • Pourquoi nos Universités sont-elles devenus les dernières de la classe en Afrique? (niveau catastrophique )

    • Pourquoi nos infrastructures ne sont-elles pas au normes de la conformité ?

    • Pourquoi la santé et les soins sont ils-réservés aux riches et hommes de pouvoir ? (niveau catastrophique ) Et encore, pas tous les hommes de pouvoir sont soignés en Algérie….Cela montre la confiance de ceux-ci en nos hôpitaux!!!!!!

    • Pourquoi la vie est tellement chère pour un simple citoyen Algérien?

    • Pourquoi nous ne préparons pas la relève de demain ?

    • Pourquoi ne pas écouter et entendre le Peuple?

    Alors que la constitution dit

    • Chapitre II : Du peuple

    • Art. 6 – Le peuple est la source de tout pouvoir.
    La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple.

    • Art. 7 – Le pouvoir constituant appartient au peuple.
    Le peuple exerce sa souveraineté par l’intermédiaire des institutions qu’il se donne.
    Le peuple l’exerce par voie de référendum et par l’intermédiaire de ses représentants élus.
    Le président de la République peut directement recourir à l’expression de la volonté du peuple.

    • Art. 8 – Le peuple se donne des institutions ayant pour finalité:
    – la sauvegarde et la consolidation de l’indépendance nationale,
    – la sauvegarde et la consolidation de l’identité et de l’unité nationales,
    – la protection des libertés fondamentales du citoyen et l’épanouissement social et culturel de la Nation,
    – la suppression de l’exploitation de l’homme par l’homme,
    – la protection de l’économie nationale contre toute forme de malversation ou de détournement, d’accaparement ou de confiscation illégitime.

    Ce que prévoit l’article 88 de la Constitution

    La loi fondamentale de l’Algérie, amendée en décembre 1996 par Liamine Zeroual, puis en novembre 2008 par Abdelaziz Bouteflika, stipule dans son article 88 que « lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l’unanimité, au Parlement de déclarer l’état d’empêchement. »

    Ce que dit l’article 88 de la Constitution algérienne :
    Art. 88- Lorsque le président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l’unanimité, au Parlement de déclarer l’état d’empêchement.

    Le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l’état d’empêchement du président de la République, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l’intérim du Chef de l’Etat, pour une période maximale de quarante-cinq (45) jours, le président du Conseil de la nation, qui exerce ses prérogatives dans le respect des dispositions de l’article 90 de la Constitution.

    En cas de continuation de l’empêchement à l’expiration du délai de quarante-cinq (45) jours, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit, selon la procédure visée aux alinéas ci-dessus et selon les dispositions des alinéas suivants du présent article.

    En cas de démission ou de décès du président de la République, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la présidence de la République. Il communique immédiatement l’acte de déclaration de vacance définitive au Parlement qui se réunit de plein droit.
    Le président du Conseil de la nation assume la charge de chef de l’Etat pour une durée maximale de soixante (60) jours, au cours de laquelle des élections présidentielles sont organisées.

    • Pourquoi pourquoi pourquoi !!!!!!

    Cher (es) Amis regardez ces 5 vidéos , et je vous laisse réfléchir en votre âme et conscience !!!

    regarder ces vidéos Elle parle d’elles mêmes…

    http://www.youtube.com/watch?v=ga-fl7HE8Ho

    http://www.youtube.com/watch?v=6Q21S9tvsCA

    http://www.dailymotion.com/video/x5lsqw_harraga-vu-par-entv-1-6_news

    Quand l’Algérie dénigre ses cadres

    http://www.youtube.com/watch?v=E3t3sAV6ZJg#t=15

    Publiée le 17 nov. 2013

    Entre Chakib Khelil et Adila Kaoues, ce sont deux cadres Algériens, l’un est un voleur qu’il faut absolument protégé, et l’autre et un dénonciateur de corruption persécuté et qu’il faut absolument détruire.
    http://www.yacinezaid.org

    Les richesses de notre mère Patrie ALGÉRIE qui appartient au peuple ALGÉRIENS N’oublions pas ….

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Économie_de_l%27Algérie

    Un pays très riche, 1er puissance économique du Maghreb et 2ème puissance économique d’Afrique derrière l’Afrique du sud selon l’institut international des finances.

    L’Algérie 4e puissance économique arabe en 2012

    L’Algérie s’est classée comme 4e plus grande économie arabe, selon l’Institut international des finances (IIF) basé à Washington (USA).

    En effet, avec un produit intérieur brut (PIB) de 197 milliards de dollars, elle vient juste derrière l’Egypte avec 257 milliards de dollars de PIB.

    En haut du tableau du rapport établi par l’IIF, en première place arrive l’Arabie Saoudite avec 640 milliards de dollars suivie des Emirats arabes unis en seconde position avec 375 milliards de dollars.

    Le Qatar avec 182 milliards de dollars et le Koweït avec environ $ 178 milliards se classent respectivement à la 5e et 6e place, toujours selon l’IIF.

    Alors que le Qatar et le Koweït restent les premier et deuxième pays riches arabes suivis des Emirats arabes unis.

    Finances

    Les fonctions monétaires et bancaires du gouvernement algérien sont centralisées dans le cadre de la Banque d’Algérie, qui procède à partir de 1986, à la libéralisation du secteur bancaire ainsi qu’à la constitution de banques privées. Soutenu dans cette entreprise par le FMI et la Banque mondiale, l’État algérien a entrepris des efforts d’assainissement de ses finances et a vu sa dette extérieure diminuer à partir de la fin des années 1990.

    Les réserves de change sont passées quant à elles de moins de 5 milliards de dollars en 1999 à plus de 110,18 milliards de dollars en 2007,avec des prévisions de clôture de l’année 2012 de 205,2 milliards de dollars, selon le FMI.

    Réserves d’or et de devises (US$) de l’Année 2004 à l’Année 2010 19.

    Année 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

    Montant des réserves d’or et de devises (US$) 43 550 000 000 56 580 000 000 78 000 000 000 110 600 000 000 143 500 000 000 149 300 000 000 150 100 000 000
    Source: CIA World Factbook – Version du 01 janvier 2011
    Mais en l’absence de marché du change, l’intervention directe de la Banque d’Algérie et les injonctions des autorités politiques (notamment depuis la révision de la loi sur la monnaie et le crédit) ont fait de la cotation de la monnaie algérienne un acte beaucoup plus administratif qu’économique20.

    Cordialement a vous tous Ismail GUELLIL




    0



    0
    patriote
    16 janvier 2014 - 21 h 01 min

    le commentaire de patriote a
    le commentaire de patriote a 21h15 ,c’est en fait Pomme frite— aucune relation avec le patriote de 16h31 –
    je profite de l’occasion pour lui dire ce que lui il a fait pour l’Algérie ce demeuré




    0



    0
    patriote
    16 janvier 2014 - 20 h 15 min

    Une petite question ? Je
    Une petite question ? Je demande a ces prétendus candidats présidentiables, pourquoi, ils attendent la réponse de Notre Président BOUTEFLIKA pour se prononcer-
    Eh bien, moi, je vous le dis: tout simplement parce qu’ils savent qu’ils n’ont aucun ancrage auprès du peuple et su’ils savent su’ils ne pourront jamais avoir pas plus de 0,02 % de voix- Eh oui, c’est malheureux mais c’est comme ça-
    Ils veulent juste manger le gateau financier du peuple(charognards)–
    Si ces prétendus candidats ont du nerfs et du courage, qu’ils s’engagent maintenant -Pourquoi attendre BOUTEFLIKA – S’ls savent qu’ils ont des chances, qu’ils s’engagent maintenant au lieu de crier a la manipulation et autres conneries comme la Commission neutre de surveillance des élections ,etc…
    Ils se positionnent comme des victimes sachant qu’ils ne représentent rien du tout- Ils pataugent dans une mare d’eau comme des canards et appellent au secours comme des femmelettes-
    Montrer nous votre Rejla maintenant espèces de minables




    0



    0
    Mohamed eel Maadi
    16 janvier 2014 - 20 h 12 min

    Boutéflika a fait sont temps,
    Boutéflika a fait sont temps, je le sais et vous le savez. Pour me démarquer des accusations à mon encontre, je tiens ici a dire que le président a su mettre à profit sa notoriété pour en faire profiter pleinement notre pays et son image a l’extérieure, c’est indéniable. Aujourd’hui, les enjeux ont changé et le monde également, il nous faut un homme de son temps pour ce pays et surtout un homme qui donnera pleinement sa chance a la jeunesse algérienne compétente et amoureuse de ce pays et tracé une ligne politique consensuelle pour l’amélioration effective de la citoyenneté algérienne et des droits de chacun a vivre dignement dans son pays et participer au renouveau de la pensée algérienne national et patriote. Un chantier qui demande l’adhésion de tous et un effort national pour atteindre l’objective suivant faire de l’Algérie un élément incontournable dans les affaires de la planète et faire entendre sa voix dans le concert des nations.
    L’Algérie ne peut avoir comme destin que d’être un grand pays.




    0



    0
    algerienmeskine
    16 janvier 2014 - 20 h 09 min

    le president vient de rentrer
    le president vient de rentrer avec dans ses bagages…..un certificat medical officiel du val de grace,attestant de son excellente santé et de sa lucidité et de sa capacité à exercer un 4eme mandat!!!!Toutes mes condoléances aux democrates algeriens!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.