Menaces de grève dans l’éducation : Baba Ahmed joue l’apaisement

Le ministre de l’Education tend la main aux syndicats du secteur pour éviter de nouvelles perturbations. Abdelatif Baba Ahmed a annoncé, aujourd’hui samedi, qu’il rencontrerait «incessamment» les représentants des syndicats qui ont appelé la semaine dernière à la grève. Il s’agit de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (Unpef) et du Syndicat national autonome des travailleurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest) qui décident d’aller vers de nouvelles actions de protestation à partir du 20 janvier. Pour le ministre de l’Education, ce n’est pas le moment de leur tourner le dos. Le contexte social étant tendu, Baba Ahmed préfère jouer pleinement la carte de l’apaisement. «Une rencontre devra incessamment avoir lieu au siège du ministère avec les syndicats qui menacent de recourir de nouveau à la grève, pour faire aboutir leurs revendications», a-t-il assuré en marge de la rencontre internationale sur les politiques de santé en Algérie. Cette rencontre de dialogue devra avoir lieu d’ici le 26 janvier prochain. Mais le ministre préfère ne pas avancer de date précise car, a-t-il affirmé, la date sera décidée d’un commun accord avec les syndicats concernés. Cette offre de dialogue sera l’occasion pour le ministre de tenter une nouvelle fois de convaincre les syndicats de renoncer à leurs actions de protestation en mettant en avant la nature de leurs revendications qui dépassent ses prérogatives. Baba Ahmed a assuré, une nouvelle fois, que toutes les revendications relevant de ses compétences ont été prises en charge par son département. Les syndicats de l’Education réclament, entre autres, la révision du statut particulier afin de corriger des «irrégularités» constatées.
Sonia B.

Comment (3)

    degdoug
    19 janvier 2014 - 12 h 17 min

    Vous croyez profiter de la
    Vous croyez profiter de la faiblesse de notre gouvernement, pour exiger toujours plus d´argent, alors que les élèves, sencés etre votre boulot, sont le dernier de vos soucis. C´est à cause de vous aussi que l´inflation, dont souffre le majorité de la polpulation, monte au rythme de vos augmentations. Je me demande parfois, si nous Algériens, sommes aptes à la démocratie!




    0



    0
    cirta
    18 janvier 2014 - 21 h 30 min

    On est en période électorale,
    On est en période électorale, tout est permis
    celui qui a mal à la tête va faire grève pour demander encore et encore
    L’avenir des enfants est visiblement le dernier des soucis des syndicats
    Quand je pense que certains syndicats demandent la retraite après 25 ans de cotisation alors qu’on Europe on ne cesse de repousser vers 45 ans et plus, je me dis dans quel monde pensent-ils vivre




    0



    0
    Horizon
    18 janvier 2014 - 19 h 29 min

    Vous allez ruiné l’économie
    Vous allez ruiné l’économie de l’Algérie à toujours faire gréve pour encore et encore demander des augmentations de salaire et autres.
    Chaque six mois les Algériens toutes les corporations se mettent en gréves et veulent gagner des fortunes pour des métiers qui sont largement bien payer par rapport a l’inflation de la vie.
    Ce qui va arrivé bientôt à l’Algérie à cause des syndicats et autres énergumènes conspirateurs avec l’ennemi de l’étranger .
    C’est que l’économie de l’Algérie distribuera plus d’argent à son peuple qu’elle en possède et qu’elle en gagne.
    Nous allons vers une banqueroute assuré .
    Et notre pétrole et gaz sous terre appartiendra sous gage au FMI.
    Nos ressources naturel seront tout simplement gagés .
    Donc nous ne seront plus indépendant , plus libre , et donc soumis aux dictat de l’occident et à leurs bien vouloir.
    C’est syndicats sont des ennemi de l’Algérie car ils abusent et ré abusent a ne plus en finir ils saigne notre pays.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.