Une question d’honneur

Par R. Mahmoudi – Dans sa première et historique sortie publique, le général Toufik démontre qu’il est toujours armé d’une force morale inextinguible, qui est bien à l’image de la légende qu’il a incarnée pendant des décennies. Sa lettre est d’abord un baume extraordinaire pour tous ceux qui, y compris dans la société – comme en attestent les commentaires foisonnants que nous publions –, ont besoin de réconfort moral en ces moments d’incertitude, de confusion et de violence des mots. Son message est venu conforter dans leur jugement tous ceux qui voient dans la condamnation du général Hassan un procès politique, donc foncièrement inique, d’un homme qui a voué sa vie à la défense de la patrie, de l’Etat et de ses institutions. Avec les preuves irrécusables qu’il a apportées sur cette infamante condamnation, il ne reste plus à la justice – puisque le message s’adresse en premier lieu à ceux qui étaient en charge de l’affaire – de revoir le procès, en tenant compte de ce témoignage essentiel que les juges n’auraient pas voulu ou osé entendre lors du procès. Car en refusant de prendre la déposition d’un témoin clé, et en organisant le procès à huis clos, le tribunal militaire d’Oran en avait déjà préfiguré l’issue sur la base d’une appréciation incomplète de l’affaire. Le sentiment d’injustice chez l’ex-patron du DRS n’a d’égal que l’incompréhension qui a entouré, de bout en bout, cette affaire. En ce sens qu’il apparaît clairement que la justice n’a pas tenu compte d’un élément essentiel, à savoir, comme l’explique son ex-chef hiérarchique – rejoignant le général Nezzar dans son analyse –, que le responsable de la lutte antiterroriste du DRS était chargé de missions qui sont, par définition, secrètes et, de ce fait, était doté de prérogatives «lui permettant de mener des opérations en relation avec les objectifs fixés». Concernant l’accusation d’«infraction aux consignes générales», le général Toufik est le mieux placé, eu égard à sa fonction, pour juger la pertinence de l’opération qui a été confiée au général Hassan et pour laquelle il a été incriminé. «Il a géré ce dossier, écrit le général Toufik, dans les règles, en respectant le code de travail et les spécificités qui exigent un enchaînement opérationnel vivement recommandé dans le cas d’espèce». La question demeure de savoir pourquoi le tribunal militaire d’Oran n’a pas jugé utile de s’enquérir des circonstances de cette affaire avant de prononcer son verdict. Maintenant qu’il a le témoignage du chef hiérarchique de l’accusé, comment ce tribunal va-t-il réagir ? Au parquet d’y répondre. A défaut de quoi, le premier magistrat du pays est capable d’ordonner la libération immédiate du général Hassan. Il y va de la crédibilité de l’Etat et de l’honneur de la nation.
R. M.

Comment (15)

    sofiene
    5 décembre 2015 - 22 h 04 min

    Moi j’aime bien toufik,
    Moi j’aime bien toufik, parceque c’est un homme , un vrai !!




    0



    0
    Anonyme
    5 décembre 2015 - 21 h 34 min

    L’Algérie n’est pas
    L’Algérie n’est pas perdue,y’a encore des hommes de la trempe de toufik. Aller en prison? Et alors? L’honneur avant tout. Vive toufik. Le procureur militaire d’oran a été changé à la dernière minute,un proche de gaid salah pour exécuter la besogne. Les autres juges ne voulaient pas cette mascarade.. On saura tout plus tard.




    0



    0
    Anonyme
    5 décembre 2015 - 21 h 17 min

    Il y va de la crédibilité de
    Il y va de la crédibilité de l’Etat et de l’honneur de la nation.
    Comment ose on parler de l’Etat ou d’une nation, quand on sait que les institutions autonomes n’existent ? Il va de soi qu’il est grand temps pour que l’Algérie bâtisse une institution judiciaire transparente et équitable. Pour y parvenir, il faudrait que le pays soit libéré de l’emprise des clans. Dans le cas contraire, il ne faut pas s’étonner à ce que des affaires pareilles se renouvellent régulièrement. Chaque clan essaiera évidemment de défendre son pré carré. Et à chaque fois, cela se fera au détriment de l’Algérie.




    0



    0
    Anonyme
    5 décembre 2015 - 20 h 30 min

    Le Major General Toufik
    Le Major General Toufik PRESIDENT DE LA NATION ALGERIENNE !
    On le veut !




    0



    0
    lhadi
    5 décembre 2015 - 20 h 03 min

    « Le passé n’éclairant pas

    « Le passé n’éclairant pas l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres ».
    .
    Faut-il rappelait les images insoutenables qui cognaient les rétines de ceux qui ne savaient pas encore que l’horreur innommable avait été rendue possible par l’armée politique.
    .
    Une telle amnésie est génératrice de crise.
    .
    Ainsi, fort de cet enseignement, la lumière doit être fait sur les mécanismes à l’œuvre dans notre société marquée par l’ébranlement de la responsabilité, disparition du sens de la limite, perte de la faculté de juger et ses conséquences qui en résultent.
    .
    Autrement dit, les collabos du système de la première heure et opposants de la vingt cinquième heure, parasites nichés dans une posture très rarement de position ne doivent plus considérer le peuple algérien d’idiot utile que l’on soûle de paroles.
    .
    Le peuple a faim !
    .
    Le peuple a froid !
    .
    Le peuple souffre !
    .
    Cette vérité forge une stature et une légitimité politique dans une réelle opposition à ce régime autiste à toute cette souffrance.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    AnonymeKAMELOV
    5 décembre 2015 - 18 h 10 min

    pourquoi pas TEWFIK
    pourquoi pas TEWFIK =====POUTINE…ils ont en commun , sont de la même boite……il y a du boulot…..
    parceque la merda de c.khallil continue…..ON PARLE DE TOUFIK PRESIDENT…beaucoup le demande…..




    0



    0
    Moh del Fobor
    5 décembre 2015 - 18 h 00 min

    C’est la réaction d’un homme,
    C’est la réaction d’un homme, d’un vrai, d’un homme de la trempe de ceux de novembre. On nous disait qu’ils avaient disparu, qu’ils ont changé de veste ou qu’ils étaient trop occupés à manger dans l’auge de la corruption, du vol et de la trahison. Le général Toufik nous dit que ce n’est pas tout à fait vrai et qu’il y a encore de l’espoir. Malheureusement, sa lettre ne produira aucun effet car, comme on dit chez nous  » Lefhel b’ghemza wal djayèhe b’bebza ». Vous pensez vraiment que ce sont des fhoula qui dirigent l’Algérie et qu’ils vont comprendre el ghmeza? Nooooon! Alors, il faudra bien se résoudre à utiliser eddebza un jour pour se débarrasser de cette vermine qui ronge notre pays.




    0



    0
    Anonyme
    5 décembre 2015 - 15 h 33 min

    On vous aime General Toufik !
    On vous aime General Toufik !




    0



    0
    Le dernier des Mohicans
    5 décembre 2015 - 12 h 02 min

    Décidément il y a une très
    Décidément il y a une très forte ressemblance entre ce glorieux Gle Toufik et Poutine qui a redonner honneur et espoir a son peuple de Russie…

    Même ADN métier et très forte reconnaissance auprès de son peuple;;;;

    Et si c’était l’homme providentiel pour l’Algérie ?




    0



    0
    Kaddour Boukhalfa
    5 décembre 2015 - 12 h 02 min

    L’engagement de ces hommes de
    L’engagement de ces hommes de l’ombre,pendant les années90,a évité à l’Algérie de sombrer dans un chaos total.Preuve que leur expérience a été sollicitée, par les services occidentaux, pour lutter contre ce cancer, qui est le terrorisme.Durant les années 90,un monarque arabe a dit à propos de la montée de l’intégrisme en Algérie… »Laissez faire,l’Algérie a été toujours un laboratoire. »…Oui, l’Algérie a été toujours à l’avant garde des révolutions arabes.De l’émir Abdelkader,à El-Mokrani,aux hommes de 54,et ceux de l’ANP qui ont lutté contre tous ceux qui ont voulu spolier l’Algérie.L’honneur de ces hommes doit étre préservé.




    0



    0
    mlaoua
    5 décembre 2015 - 11 h 07 min

    Comment comprendre les
    Comment comprendre les magistrats qui sont censés êtres indépendants, libres, pour aller chercher la vérité là ou il se trouve, avaient refusé la présence des témoins, et en particulier, ceux à qui le général Hassan doit rendre quotidiennement des comptes ? Pourquoi les juges refusent alors d’entendre le général Toufik, pour …ramener les truands témoigner à sa place, sans que ces derniers ne soient au courant de rien ? Le général Hassan recevait directement des ordres de sa hiérarchie immédiate (ici c’est le général Toufik) et rendait quotidiennement des comptes journaliers à ce dernier. Ce dernier avoue que le général Hassan avait toujours travaillé en respectant les lois en vigueur. D’où vient alors le problème, pour oser mettre en prison un homme aussi intègre, patriote que mon général Hassan? De là, on peut comprendre qu’il y a anguille sous roche.
    Pourquoi Gaid Salah avait mis une affaire de justice en mouvement contre Hassan sans associer le Général Toufik, le premier responsable du DRS? Gaid Salah ne peut mettre l’affaire de justice en mouvement, sans aviser le premier responsable du DRS. Gaid Slah est alors complice de ce que subit le général Hassan. L’affaire est très claire, que le fond de la question est lié au règlement de compte et aux conclusions des enquêtes sur les détournements. Ceux qui ont détourné des milliards tels le clan de Chakib Khellil, cherchent à se venger en voulant mettre en prison les vrais héros de la nation et en salissant notre institution militaire.
    Honte à ces pilleurs qui n’honore en rien notre institution militaire, héritière de l’A.L.N, qui avait libéré le pays du colonialisme et sauvé le pays des mains des terroristes. C’est vraiment malheureux d’arriver à ces bassesses du moyen âge. J’espère que les hommes de la trempe de Hassan finiront par libérer ce dernier de sa cellule. Ils existent. Je prie dieu que les hommes intègres soient épargnés des injustices de leurs comploteurs.




    0



    0
    New kid
    5 décembre 2015 - 9 h 53 min

    Gloire et honneur aux langues
    Gloire et honneur aux langues qui se délient une par une envers une société ou la pensée sera libre. L’Algérie a besoin de ses enfants patriotes dont le seul souci est de perpétuer le rêve de Novembre 54.
    La collusion d’un pouvoir avec les terroristes criminels dont le peuple algérien a souffert durement, séquestre la justice en otage.




    0



    0
    Abou Stroff
    5 décembre 2015 - 9 h 35 min

    pourquoi tourne t on autour
    pourquoi tourne t on autour du pot?
    reconnaissons que les affaires du général Hassan, du général benhaddid, et de tous les officiers patriotes qui se sont sacrifiés pour que l’Algérie reste « debout » et pour que la vermine islamiste ne prenne pas le pouvoir et nous réduise à des zombies sont des affaires de règlements de compte entre des patriotes qui veulent que l’Algérie et les algériens s’épanouissent en tant qu’Etat et Nation face à l’adversité et des couches compradores au service d’intérêts étrangers qui veulent que l’algérie devienne une province d’une (ou de plusieurs) puissance impérialiste (fafa?).
    reconnaissons que, dans cette lutte (qui ne peut être qu’une lutte à mort), gaïd salah (le plus vieux soldat en exercice au monde) est une pièce maitresse dans le dispositif de combat des couches compradores. en effet, gaïd soutient bec et ongles le clan des traitres à la nation. car, sans son soutien, kouider et la clique qui lui sert de serpillère ne pourrait jamais réalisé leurs projets funestes.
    moralité de l’histoire: la neutralisation des couches compradores passe obligatoirement par la neutralisation de gaïd salah, bras armé de ces couches. le reste, tout le reste n’est que prose insipide pour niais confirmés.




    0



    0
    Omar
    5 décembre 2015 - 7 h 59 min

    Tout mon grand respect et mes
    Tout mon grand respect et mes salutions à ce grand homme de l’Algérie du XXème Siècle.




    0



    0
    Aziz MOUATS
    5 décembre 2015 - 6 h 03 min

    Le plus grave dans cette
    Le plus grave dans cette affaire est qu’il y a apparemment rupture d’un deal entre le président candidat de 1999 et l’ANP…ce qui n’est pas rien…d’autant qu’on ne peut pas sérieusement reprocher à l’ex chef du DRS le moindre manquement à son devoir républicain. Cette mise au point cinglante et sans bavures a le mérite d’éclairer -enfin- de manière on ne peut plus convaincante le retrait du général Toufik du devant de la scène. C’était justement dans le seul but de s’affranchir de l’obligation de réserve et surtout de ne jamais déroger à une règle qu’il s’était lui même fixée: celle de ne jamais entraver l’action du Président de la République…c’était sa ligne rouge, elle est totalement républicaine et donc irréprochable…force est de constater qu’avec l’embastillement du général Hassan, une ligne rouge a été franchie…Par qui? Pourquoi? et au profit de qui?…l’avenir nous le dira…car la muette a déjà parlé, et en soit c’est incontestablement l’évènement le plus marquant de l’Algérie indépendante…




    0



    0

Les commentaires sont fermés.