Amnesty dénonce une «répression sélective» des médias en Algérie

Hamid Grine, ministre de la Communication. D. R.

Amnesty International appelle les autorités algériennes à «respecter, protéger et promouvoir la liberté des médias», dans un communiqué parvenu à la rédaction. L’ONG estime que la mise en garde de Hamid Grine adressée aux chaînes de télévision privées était un «message dissuasif», contestant la loi relative à l’activité audiovisuelle qui manque de clarté, selon Amnesty International : «La Loi relative à l’activité audiovisuelle de février 2014 stipule que les chaînes privées doivent obtenir une autorisation délivrée par l’Autorité de régulation de l’audiovisuel avant de pouvoir commencer à diffuser. La loi ne précise pas le délai dans lequel les autorités doivent répondre aux demandes d’autorisation et elle ne permet pas de contester ce délai devant une autorité judiciaire, ce qui expose les chaînes au risque de censure par le biais de délais non raisonnables», relève cette organisation de défense des droits de l’Homme.

«Les autorisations de diffuser s’avèrent difficiles à obtenir dans la pratique», souligne l’ONG. Ce qui a pour conséquence l’absence de statut juridique pour la grande majorité des chaînes privées. Amnesty International accuse le pouvoir d’«exercer une répression sélective contre les chaînes qui diffusent des propos critiques à l’égard des autorités», notant que «les restrictions à l’encontre des médias indépendants ont augmenté ces derniers mois».

Pour Amnesty International, «les autorités algériennes doivent harmoniser la législation nationale, dont le code de l’information, avec la nouvelle Constitution et ses garanties pour la liberté d’expression». «Cette harmonisation sera une bonne opportunité pour revoir et clarifier les dispositions vagues du code de l’information et pour le mettre en conformité avec les normes internationales de droits humains», conclut Amnesty International.

Karim B.

Comment (4)

    Mohamed el maadi
    2 juillet 2016 - 14 h 52 min

    Nos médias ont toute liberté
    Nos médias ont toute liberté au pays ! En ce moment les journaux algériens s’acharne sur toufik et Nezzar et suppose qu’ils seront jugés. Vous êtes ingrat au pays car sans eux pas de presse libres , ni tranquillité , ni ballade en familles, ni internet , ni soirée entre copain mais le fouet en guise de liberté.
    Au Maroc un article sur le Roi et c’est la torture au bout du chemin.




    0



    0
    Aicha Benguendouze
    2 juillet 2016 - 13 h 06 min

    Amnesty dénonce une
    Amnesty dénonce une «répression sélective» des médias en Algérie…Il ne faut pas faire abstraction que l Algérie est en guerre….une guerre très difficile a gérer même par les plus grandes puissances mondiales au moyen orient, en Afrique et sur leur propre territoires. Oui c est vrai qu’ il y a de la débâcle et du cafouillage économique en Algérie. Oui c est vrai que le domaine de la santé et de l éducation laissent a désirer, cependant il y a des priorités…éviter le désastre du moyen orient….!!! L Algérie a besoin de paix pour son people….sortir sans craintes dans les rues d Algérie n a pas de prix….la sécurité pour aller a l école et au travail…!!!! et se promener avec ses enfants sans craintes d être massacré…..!!!! Alors il faut a tous les algériens un but commun pour le moment ……lutter ensemble durant cette guerre….garantir la paix pour tous nos citoyens. Les problèmes de corruption et économiques existent dans tous les pays de la planète actuellement. Pour l instant ces ONG devraient rester loin de l Algérie et s occuper de la misère des travailleurs dans les pays capitalistes ou les enfants ne mangent pas a leur fin et impossibilité pour des millions de citoyens de ces pays qui n ont pas accès a un médecin ni hôpital….Exemple les USA et le Canada comme exemple. Je vous souhaite un Ramadan et un Aïd el fitre dans la paix dans ce beau et grand pays Algeria….!!




    0



    0
    el djaja
    1 juillet 2016 - 13 h 38 min

    hamid grine est un chiffon de
    hamid grine est un chiffon de p… donc jetable. ils lui font faire la sale besogne, lui se remplit les poches et les comptes off-shore . le peuple comme moi est devenu gaga.




    0



    0
    Unknow
    1 juillet 2016 - 13 h 29 min

    Hostile à toute forme de
    Hostile à toute forme de répression des médias nationaux agréés dans le cadre de la loi même si cette dernière est bancale, la proposition d’Amnesty international serait elle de réprimer tous les médias?
    Demandons lui de seulement dénoncer les mensonges des médias occidentaux et les agissements agressifs de leurs Etats!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.