Céréales : perte de 30% de la superficie à cause de la sécheresse

Près d'un million d'hectares semés en céréales pour la campagne 2016 ont été perdus. D. R.

Près d’un million d’hectares semés en céréales pour la campagne 2016 ont été perdus suite au déficit hydrique enregistré durant l’hiver dernier, a appris l’APS auprès du directeur général de l’Institut technique des grandes cultures, Omar Zaghouane. «Ce stress hydrique a fait que plus d’un tiers de la superficie ensemencée se trouve sinistré et perdu. Donc la production qui sera récoltée représente les deux tiers de la superficie semée laquelle est estimée à 3,3 millions hectares», avance le même responsable. En outre, des gelées (en dessous de 0°) observées début mai à Tiaret, Tissemsilt et Chlef ont accru les superficies sinistrées puisque «les plantes ont été complètement éclatées», fait-il savoir. En conséquence, le volume de la récolte céréalière, dont la campagne de moisson se terminera à la fin août prochain, ne sera pas très différent de celui de l’année 2015 qui avait enregistré une production de 40 millions de quintaux. La sècheresse qui a sévi ces trois dernières années s’est répercutée négativement sur la récolte céréalière du fait de sa forte dépendance des pluies. Néanmoins, les pluies tombées en février dernier ont permis aux cultures de reprendre et de sauver quelque peu la campagne : «Les agriculteurs ont continué à y croire dont certains avaient même semé une deuxième fois en janvier après l’ensemencement de novembre». Le retour des pluies en février et mars a permis d’obtenir un grain de qualité contrairement à la campagne précédente où le stress hydrique s’était produit en phase finale, ce qui a influé sur la qualité du grain et donc du rendement. Par ailleurs, il est observé que cette campagne s’est caractérisée par une hausse à 2,4 millions de quintaux (contre 2,1 millions de quintaux en 2015) des quantités de semences certifiées qui ont été distribuées aux agriculteurs, ayant permis de contrebalancer relativement l’impact du stress hydrique. «C’est un seuil jamais atteint auparavant. Cela dénote de la conscience des agriculteurs quant à l’utilisation des semences de qualité en vue d’éviter les maladies touchant les céréales et d’avoir de bons rendements», note le même responsable.
R. E.

Comment (7)

    momo
    4 juillet 2016 - 22 h 11 min

    avez vous deja un ministre
    avez vous deja un ministre demissioener pour imcopetence moi non..a oui c le pays ouchour flen et si flen… meme la pluie laisse tomber




    0



    0
    Alilapointe59
    4 juillet 2016 - 21 h 18 min

    Ce n’est pas rien, vous
    Ce n’est pas rien, vous imaginez ce que ça représente 1 million d’hectares!!! 1 hectare c 40 quintaux de blé. On parle en milliards de perte, franchement la c trop comment le pays peu avancer avec des ministres incompétents. Changer, changer,changer. Mettez nous des gens compétents, ca leurs coûterai quelque millions de ramener l’eau jusqu’au champs. Non, on préfère perdre des milliards. Bonne de lache qui va payer la facture pour importé. Le peuples aiment leurs pays si il le faut on se battras contre le monde entiers pour défendre notre souveraineté. Arrêter de nous vendre pour le bien du pays, c votre bien que vous chercher à défendre. Prenez exemple à l’Iran sous embargo ils ont survécu parce qu’il on eu confiance à leurs peuples. Maintenant ils on moderniser leurs pays on le nucléaire personne ne peut les atteindres. Et nous on est à la botte des américains et européens, leurs distribuée nos milliards de bénéfice et nous on les regarde ce développer. Je ne suis pas pour une algerie faible, nos parents et grands parents se sont sacrifiés pour notre liberté, nous sacrifions nous pour notre souveraineté. Évitons les guerre civils qui ne mène qu’à la perte d’un peuples. Mais dire qu’il faut qu’on produisent, on a les compétence et les hommes pour nous défendre en attendant que le pays monte en puissance,notre argent restent chez nous.




    0



    0
    anti-harki
    4 juillet 2016 - 18 h 16 min

    toujours la production
    toujours la production céréalière stagne ou recule depuis les années 80 et c’est la faute au climat et en parallèle la population augmente donc plus d’importation de blé contre les petro-dollars et ça concerne uniquement l’algérie où sont el indjazates (les réalisations) effectuées en agriculture grâce à la manne pétrolière?tous les pays voient leur productions céréalière augmentée car c’est un secteur stratégique,en 1999 la production céréalière était plus de 45 millions de quintaux et en 2016 elle est de 40 millions de quintaux: la honte c’est du sabotage!c’est tjrs la faute à la secheresse et la gelée et on réserve l’eau de la nappe phréatique pour le gaz de schiste.ayez pitié de l’algérie qui est arrosée de sang de chouhada la vie n’est pas éternelle et vous payerez vos méfaits devant dieu.Rabi yestar el djzaïr




    0



    0
      Alilapointe59
      4 juillet 2016 - 20 h 58 min

      Tu a raison c du sabotage, on
      Tu a raison c du sabotage, on en a marre de voire des incompétents,traîtres dans les secteurs stratégiques. Tous ça pour importé et sans mettre plein les poches. Inchallah que dieu nous nettoyé de c lâche qui sabote le pays et le peuples.




      0



      0
    New kid
    4 juillet 2016 - 12 h 20 min

    Avec le retour du plus grand
    Avec le retour du plus grand vizir que l’Algérie ait connu (Selon le cirque Ammar), les fellahs vont attendre la pluie et le beau temps pour faire pousser quelques choux !
    L’ex ministre de l’énergie, entend sous louer le travail du gaz de schiste a ses amis les Bush & Co. Ainsi déviant les ressources hydrique pour total & Co. Et rendre l’Algérie une région martienne ou rien ne poussera !/




    0



    0
    Anonymous
    3 juillet 2016 - 18 h 34 min

    Qu’attendent t-ils Mrs. Ali
    Qu’attendent t-ils Mrs. Ali Haddad, « le Berlusconni algérien…..?! » , Amar Saidani, Tliba, Amor Ben Amor, et autres richismes, et milliardaires du F.C.E, rentiers des importations incompressibles de consommations boulimiques
    pour sauver notre pauvre campagne céréalière, et nos pauvres, mais dignes, respectables, et sages fellahs !!




    0



    0
      New kid
      4 juillet 2016 - 12 h 13 min

      Le bateau Algérie est mené
      Le bateau Algérie est mené dans le repaire des flibustiers que vous avez susmentionné. Ces laissés en rade continuent le travail des H….. !
      Travaillant pour les fermiers de fafa, leur récompense un appartement à Neuilly et bien sur la carte de dix ans !
      Ces dieux de la poêle, à la barre, et sûrement ce que le peuple mérite.
      Il a fallu 132 ans pour casser le jour du colonialisme, combien de siècle pour briser le néo colonialisme en place !




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.